AU SUJET DU LIVRE GAGATORIUM, QUATRE ANS DANS UN MOUROIR DORÉ

Si je sors vivante de mon gagatorium, me suis-je promis, je témoignerai pour tous les vieux qui n’ont pas la parole.

En déballant mes cartons de déménagement, j’ai retrouvé le livre « Gagatorium » quatre ans dans un mouroir doré écrit par Christine Ravenne en 2013. Il est toujours d’actualité car l’auteure décrit ce qui se peut se passer dans une « maison de retraite ». Avec verve, cette ancienne journaliste et conseillère en formation auprès d’entreprises, surnomme l’EPHAD où elle a séjourné « gagatorium ». Cette pétulante sénior de quatre vingt ans à l’époque avait décidé de prendre la plume pour dénoncer les conditions de vie dans certains EPHAD!

Quelques extraits de ses propos dont certains figurent sur le site Babelio:

« J’ai 80 ans et je ne supporte pas d’être enfermée, même dans un mouroir doré sur tranche. Si je sors vivante de mon gagatorium, me suis-je promis, je témoignerai pour tous les vieux qui n’ont pas la parole. Après quatre ans de cauchemar, j’ai enfin pu m’évader de la résidence privée et très bling-bling de Ker-Eden. Mais j’y ai laissé ma santé et mon modeste patrimoine. Aujourd’hui, j’accuse ! J’accuse la mafia de “l’or gris” de commettre bien des abus, en toute impunité, et d’exercer une maltraitance physique, morale et financière sur les vieux. J’accuse les pouvoirs publics, responsables du vide juridique abyssal qui permet tous ces abus. J’accuse les familles, trop souvent indifférentes, qui ferment les yeux. Malmenés, plumés, bâillonnés, ce sont vos parents qui vivent dans des gagatoriums. Demain, si vous n’y prenez garde, ce sera vous. »

Je vais entrer dans ma quatrième année au poulailler. Je suis à bout de souffle , mais toujours là . Dommage qu’il n’y ait pas de cocotier dans la jardin de Ker-Eden.

Mais pour un diabétique , l’alcool , ça ne pardonne pas, Il avait même renoncé à l’autogestion de son diabète , assisté matin et soir par les infirmières.

La loi de Ker-Eden n’est inscrite nulle part , mais elle est impérative . Les remises à Moïse ! < tu ne tueras point…..( la directrice ) Tu obéiras en tout temps et en tout lieu .Tu paieras tes servitudes sans jamais poser de questions ……
Et tu mangeras ton poids en gâteaux , car Dieu et la directrice t’aiment……..>

L’histoire se termine bien pour elle car elle a retrouvé sa liberté, et vit seule aujourd’hui. D’autres séniors n’ont pas cette chance, contraints au silence! En 2013, année de la parution du livre de Christie Ravenne, un scandale de maltraitance avait éclaté à l’hôpital de Gisors. Deux aides soignantes de l’EHPD auraient maltraité des patients âgés et très vulnérables. Cinq photos retrouvées sur place montrent les victimes dans des positions et  tenues dégradantes (dénudées, couches culottes). Tous des séniors gravement handicapés et placés sous tutelle.

L’année 2019 n’est pas épargnée! Une sénior de 98 ans  dépendante a été victime de maltraitance par le personnel de nuit. Les enfants, soupçonnant des actes graves avaient caché une caméra dans la chambre de leur mère. 

Parfois, le personnel soignant prend la plume pour dénoncer les conditions dégradantes de vie des personnes âgées et dépendantes. Comme Hella Khieref, aide-soignante dans son livre Le Scandale des EPHAD.

Des histoires sordides, il y en a plein d’autres! Et encore, et encore! En 2018, plus de 3500 signalements ont été recensés! 400 de plus que l’année précédente. Soit une hausse de 13%. Le plus souvent, il s’agit de maltraitance psychologique qui ont lieu au domicile de la personne. Le sujet reste tabou, et Gagatorium est hélas encore d’actualité!

Alors qu’est devenue son auteure? Christie Ravenne a gagné contre la maison de retraite qui avait porté plainte contre elle pour diffamation, estimant que des pages du livre nuisaient à la réputation de leur établissement. Aujourd’hui, elle est peut-être tombée dans l’oubli médiatique, mais on peut la remercier pour son livre, son esprit caustique, et surtout son regard positif sur la vie, et en lui souhaitant une vieillesse heureuse dans les meilleures conditions matérielles souhaitables.

Prendre soin de nos aînés doit être un véritable enjeu sociétal, en changeant radicalement notre regard sur la vieillesse. Car comme l’a écrit Carl.Gustav Jung dans L’Homme à la découverte de son âme », Il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. » L’âge est l’une de ces catégories qu’il faut faire voler en éclats. Et de terminer ce post avec Christie Ravenne: Non, la vie n’est pas une maladie. « L’existence humaine, c’est l’art difficile de vivre une vie de mortel… sans en faire une maladie ! »

Sources:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/06/10/01016-20130610ARTFIG00375-gisors-suspicion-de-maltraitance-sur-des-personnes-agees.phphttp://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2325/les-ehpad-sont-ils-des-lieux,15622.html

 

 
 
 
 

Auteur : Nicole Bétrencourt

Psychologue clinicienne, psychosociologue

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s