LA MÉTAPHORE DE LA TEMPÊTE DANS UN VERRE D’EAU!

Il s’agit d’une simple métaphore, stratégie souvent utilisée par les psychologues en consultation.

442138-tourbillons-de-couleur-lumineux-mélange-avec-de-l-eau-dans-les-flacons-de-verre-clair-

Le constat s’impose : pressés par le stress, impatients de gagner et de dépenser, de jouir et de mourir, les hommes et les femmes d’aujourd’hui font l’économie de cette représentation de leur expérience qu’on appelle une vie psychique. L’acte et sa doublure, l’abandon, se substituent à l’interprétation du sens.» (Julia Kristeva, Les nouvelles maladies de l’âme). Une certaine dose de stress est créatrice pour avancer dans la vie; elle est alors comparable à un   coup-de pied au derrière qui nous stimule. Mais hélas, très souvent, le stress ronge notre psyché jusqu’à obscurcir notre jugement.


« Une psychologue marchait vers le podium tout en enseignant la gestion du stress à une audience avertie. Comme elle a soulevé un verre d’eau, tout le monde s ’attendait à la fameuse question du « verre à moitié vide ou à moitié plein ». Au lieu de cela, un sourire éclairant son visage, elle demanda: «Combien pèse ce verre d ’eau? »Les réponses  des participants varièrent de 20 grammes à 500 grammes! Toujours dans le sens du poids évalué… 


Alors, elle s’expliqua: «Le poids absolu n’a pas d ’importance. Tout dépend du temps durant lequel je le tiens.
-Si je le tiens pendant une minute, ce n’est pas un problème.-
-Si je le tiens pendant une heure, j’aurai une douleur dans mon bras.-
-Si je le tiens pendant une journée entière, mon bras se sentira engourdi et paralysé.-Dans ces trois alternatives de « timing », le poids du verre est le même!  Mais plus longtemps je vais le tenir, plus lourd, il va devenir. La pénibilité va être proportionnelle au temps.»


« Le stress et les inquiétudes dans la vie sont comparables à ce verre d’eau. Pensez-y pendant un moment et rien ne se passe. Pensez-y un peu plus longtemps et ils commencent à vous faire mal. Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentez paralysés – incapable de faire quoi que ce soit ».
Alors, « Pensez à déposer le verre.»  

Au long cours, on sait qu’il est la cause de nombreux troubles psychiques comme la dépression, et les maladies psycho-somatiques. L’hippocampe, le cortex préfrontal et l’amygdale régulent la gestion de l’humeur et des émotions. Plus les épisodes de stress sont intenses et nombreux, plus les impacts sont sérieux sur le cerveau. Qui ne connaît cette vieille expression populaire « se noyer dans un verre d’eau » ? 
Lorsque nous sommes trop stressés, à tort ou à raison, nous sommes démunis pour faire face aux difficultés. Nous sommes dépassés et malheureux.

Nous baissons les bras et sommes découragés face à l’adversité, obnubilés par notre malheur. Et c’est alors  la descente aux enfers du stress, jusqu’à atteindre le seuil critique du mal-être. L’allégorie du verre d’eau est pédagogique. Elle nous  fait comprendre à quel point, le « fardeau du stress » est capable d’empoisonner notre vie. Le post ci-dessous, écrit par un anonyme, illustre la théorie du verre d’eau. Celui-ci représente le stress, et son impact sur notre psyché. Sa morale est celle du passage de l’état pessimiste où l’on « voit le verre à moitié vide » à celui de l’état optimiste où l’on voit « le verre à moitié plein ». Source d’équilibre psychologique et de bien-être. Lorsqu’on n’est plus stressé, notre cerveau secrète de la sérotonine, un messager chimique qui contribue à  une sensation d’optimisme et de bien-être. Alors, ça vaut le coup de mettre en pratique un peu de bon sens!

« Le verre d’eau dans une tempête » n’est pas à interpréter comme une recette de développement personnel qui va marcher comme par enchantement. Ce serait de la pensée magique! Il s’agit d’une simple métaphore, stratégie que les psychologues utilisent en consultation. L’anxiété peut amener à consulter son médecin généraliste, et amener certaines personnes à suivre une psychothérapie reconnue par son efficacité suivant les règles de « l’Evidence Based Médecine ».

Source à laquelle je m’étais référée il y a deux ans, mystérieusement disparue des radars du web

http://www.jeanbaptistelc.fr/le-verre-deau/

«

Auteur : Nicole Bétrencourt

Psychologue clinicienne, psychosociologue

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s