SOUMISSION CHIMIQUE ET DÉRIVE SECTAIRE.

L’emprise chimique abolit les réflexes de protection et les réactions de défense, et il devient aisé de profiter sans scrupules de la diminution des performances intellectuelles ou physiques de quelqu’un, de l’amener à agir contre ses intérêts et de le contrôler.

Dans son roman dystopique « Le Meilleur des Mondes », Aldous Huxley évoque la sujétion psychologique des populations avec le Soma,  une drogue qui rend heureux. Artificielle, elle est présentée comme un simple médicament censé résoudre tous les maux de la société et se substitue à l’alcool et le tabac. À forte dose, le soma plonge l’utilisateur dans un sommeil béat.

Avec les avancées de la psychopharmacologie, la soumission chimique est aujourd’hui une réalité peu connue. Les  substances qui permettent d’assujettir autrui ne manquent pas.  Quelques précisions s’imposent. Ce post est centré sur la sujétion chimique plus que sur l’addiction que l’on va succinctement résumer à l’envie irrépressible de faire ou de consommer quelque chose en dépit des efforts du sujet pour s’en empêcher. Mais sujétion et addiction peuvent être interdépendants incontestablement, et relèvent de l’addictologie.

Alors comment définir la soumission chimique?

La soumission chimique est l’administration à des fins criminelles ou délictuelles d’une substance psychoactive à l’insu de la victime.  L’emprise chimique abolit les réflexes de protection et les réactions de défense,  et il devient aisé de profiter sans scrupules de la diminution des performances intellectuelles ou physiques de quelqu’un, de l’amener à agir contre ses intérêts et de le contrôler. L’assujettir, le mettre sous emprise mentale et physique.   Les substances utilisées, dans ce cadre là, mettent en jeu des mécanismes cérébraux inhibiteurs responsables des troubles de la vigilance et de la mémoire. Dans le cerveau,  le degré de vigilance est commandé par le cortex frontal, partie antérieure de l’encéphale, connectée au thalamus, qui reçoit notamment les informations visuelles et auditives de l’extérieur. Pour diminuer la vigilance, il y a des actions complexes du thalamus qui agissent sur le cortex frontal, soit en l’excitant, soit en l’inhibant.

Certaines molécules sont connues pour induire la soumission chimique. À l’instar du gamma-OH ou GHB, la drogue des violeurs, un hypnotique puissant uniquement prescrit sur ordonnance médicale. Le GHB agit sur le siège de la volonté en diminuant l’activité de la partie frontale du cerveau. L’action de ce type de molécules sur le cortex a une autre conséquence chez les victimes: une victime violée sous l’emprise d’une substance chimique sera amnésique de son viol. Durant le temps d’action de la drogue, les souvenirs ne sont pas stockés; ce qui rend difficile l’identification des délinquants sexuels.

Il est possible d’abaisser les seuils de résistance, d’obtenir  artificiellement la confiance d’autrui pour le manipuler avec certaines molécules comme la vasopressine et l’ocytocine, connues comme les hormones de l’amour et de l’attachement. Des neuropeptides diffusées sous forme de spray. L’ocytocine agit sur la perception de la peur, ce qui est démontré par les travaux de Peter Kirsch de l’Université de Giessen (Allemagne). Avec l’ocytocine, un délinquant sexuel peut obtenir la confiance d’une proie sexuelle.

La soumission chimique est un procédé psychosectaire peu connu, et pourtant elle date d’une bonne vingtaine d’années, et on peut la classer dans les dérives des psychothérapies ou du développement personnel du New Age. Des Crazy thérapies (ces thérapies dingues) pour reprendre le titre du livre de la psychologue Margaret Singer et du sociologue Janja Lalich. L’une d’elles concerne le chamanisme à la croisée du développement personnel et de la psychothérapie.

Beaucoup de personnes « en recherche » sont séduites actuellement par la pratique du chamanisme, et vont tomber dans le piège de la soumission chimique en ingérant des psychostimulants naturels présentés comme des recettes ancestrales. Sous couvert de développement personnel, de psychothérapie voire de médecines alternatives, des charlatans proposent des ersatz de pratiques chamaniques conjuguées à des drogues puissantes. L’idée de ces chamans de pacotille est de provoquer des États Modifiés de Conscience (EMC) que l’on présente aux victimes comme des « visions chamaniques » propices à une évolution spirituelle.

Ces faux chamans s’inspirent d’authentiques traditions chamaniques qui utilisent des drogues dans leurs rituels. Particulièrement, celle de l’Amazonie et son hallucinogène puissant, l’ayahuasca, une décoction à base de plantes locale comme le banisteriopsis Caapi et dont l’effet psychotrope est obtenu avec la psychotria viridis (DMT). Les Indiens d’Amazonie la surnomme en claquant des dents, la « Liane de la Mort » ou  le vin des Morts. Son ingestion entraîne une modification des perceptions et des phénomènes hallucinatoires.

Ses effets sont proches de ceux du L.S.D, le psychoactif de référence. De nombreuses victimes sont tombées sous l’emprise chimique et sectaire de l’ayahuasca, malgré l’interdiction justifiée en France, depuis 2005, de la décoction. En Europe, la drogue amazonienne est diffusée par des micro-groupes, fonctionnant en  « système clos », et  elle a acquis le statut d’un outil chimique de manipulation redoutable définis sur le mode de groupes totalitaires, d’officines sectaires. Le pharmacologue Gilbert Pépin, il y a plus de dix ans, a mis en exergue la double soumission -chimique et sectaire-des victimes de l’ayahuasca. Consommée ainsi, on a observé des décompensations psychiatriques, des suicides quelques mois après l’avoir prise, des comas et des morts par overdose.  

Toutefois, j’ai trouvé en faisant des recherches sur le net, un plaidoyer presque favorable à l’ayahuasca. Le Dr Antoine Lagaude, psychiatre et addictologue à la clinique de la Ramée à Bruxelles, lui accorderait des vertus en psychothérapie pour faciliter l’introspection. Dans une interview accordée au magazine féminin Elle, il précise que ces études manquent de références scientifiques et que si la dépendance à l’ayahuasca est faible, l’expérience n’est tout de même pas sans risques. « Certains cas de psychoses induites et de décompensation de maladies préexistantes ont été décrits.»

On peut trouver également sur Pubmed un article qui se présente comme une revue systématique de sept études sur 130 patients portant sur l’ayahuasca dans le traitement de la dépression et de l’anxiété. Ni concluant, ni prometteur pour l’instant comme l’indique la conclusion: « Bien que des preuves supplémentaires soient nécessaires, les psychédéliques semblent être efficaces pour réduire considérablement les symptômes de dépression et d’anxiété et sont bien tolérés.»

Toujours dans le registre des dérives du chamanisme, les observateurs constatent également la montée en puissance préoccupante de l’iboga, un bois sacré hallucinogène originaire du  Gabon, de la tradition des Bwitis. Il  est aussi appelé le L.S.D africain, ce qui évoque, sans détour, sa parenté pharmacologique avec la molécule chimique du même nom. Dans une édition de 2007, le journal le Parisien rapporte la mort d’un jeune toxicomane alsacien de 26 ans, qui au cours d’un stage de chamanisme africain en Ardèche, avait consommé de l’iboga. Son cas est rapporté en 2012 dans les Annales de Toxicologie Analytique dans les prélèvements post-mortem.

Au regard des progrès fulgurants de la soumission chimique, la plus grande vigilance est de rigueur » constate le Dr Patrick Barriot, enseignant à la faculté de médecine de Montpellier.

Sources: https://www.pourlascience.fr/sd/neurobiologie/la-soumission-chimique-1688.php http://scienceactumagazine.unblog.fr/2009/03/18/locytocine-lhormone-de-lattachement/ Communication, société de médecine légale et de criminologie de France, séancedu 11 septembre 2000: “Un  Nouvel hallucinogène en Europe: l’ayahuasca ou vin de l’esprit”, G.Pépin, M.Chèze, F.Billaut, Y.Gaillard.In annales de Toxicologie Analytique, vol XVI, n°1, 2004, “Ayahuasca: liane de l’âme, chamans et soumissions chimiques “Ayahuasca: liane de l’âme, chamans et soumission chimique”, G.Pepin, M.Chèze, F.Billaut, Y.Gaillard.

Note de l’auteure: Ce post est une version enrichie d’un précédent post publié en mars 2018.

Auteur : Nicole Bétrencourt

Psychologue clinicienne, psychosociologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s