EST-IL POSSIBLE DE CHANGER SES HABITUDES ALIMENTAIRES?

Kurt Lewin démontra qu’il était possible de changer de comportement alimentaire en s’appuyant sur une expérience de groupe.

©Giuseppe Muscio, peintre hyperréaliste

La malbouffe serait-elle un problème de société? Elle s’est généralisée à partir des années 60 avec l’arrivée des fast-food et les repas préparés industriellement qui défient les règles nutritionnelles qui permettent de préserver son capital santé.

Aujourd’hui, beaucoup d’aliments sont transformés, passés par le processus industriel de l’agro-alimentaire.  Leur fréquente consommation se fait au détriment de celle des fruits et légumes frais. Cette nourriture industrielle est souvent trop grasse, trop sucrée, trop salée et bourrée d’additifs divers dont l’innocuité de certains sur la santé n’est pas prouvée. Quoi qu’il en soit, on sait aujourd’hui que les conséquences sur la santé sont néfastes: recrudescence de maladies cardio-vasculaires, excès de cholestérol, hypertension sans oublier le diabète. Le diabète de type 2 représenterait 90% des cas de cette maladie où l’alimentation joue un rôle clé. Sans verser dans le catastrophisme dans l’air du temps, les dommages peuvent être extrêmes. C’est ce que nous raconte Marc Gozlan, journaliste médico-scientifique et médecin de formation,  avec le cas extraordinaire d’un adolescent britannique qui devient aveugle après des années de malbouffe. Les diverses carences en vitamines B12 et nutriments divers ont entrainé une neuropathie oculaire irréversible. Évidemment, il ne mangeait que des frites, des chips kellogs, pain blanc, jambon industriel et des saucisses.

La malbouffe agit sur notre cerveau. Elle sollicite indument le circuit de récompense de notre cerveau en sécrétant la dopamine, la  molécule du plaisir,  libérée dans le noyau accumbens (avec d’autres neurotransmetteurs comme le Gaba, la Noradrénaline et la Sérotonine), la molécule du plaisir; ce qui incite à consommer encore plus cette junk-food qui procure un sentiment de plaisir. Bref, une forme d’addiction et si le terme gêne, une véritable appétence! 

« Pour votre santé, éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé», « pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes », « Manger, bouger»! Inutile de présenter ces messages sanitaires apposés au bas des publicités des produits de la grande distribution alimentaire. Et les étiquettes de Nutri-Score seraient chargées de nous éviter la malbouffe. Pas si évident, car in fine, ce matraquage modifie-t-il nos habitudes alimentaires?

C’est à douter du bien-fondé de ces messages-santé,  formulés sous forme d’injonctions. En 2015,  un rapport de l’OCDE, avance les chiffres de 15,3 % d’adultes obèses. Comme l’on peut s’en douter ce sont les  Etats-Unis qui remportent la palme de l’obésité. Le Japon fait figure de pays exemplaire  avec seulement 3,7 % de taux d’obésité. Derrière le Japon, la France est en dixième position. En France, la situation est la suivante: « chez les adultes de 18 à 74 ans, en 2015, 54 % des hommes et 44 % des femmes étaient en surpoids ou obèses (IMC ≥ 25). Cette prévalence augmentait avec l’âge. La prévalence de l’obésité (IMC ≥ 30) était estimée à 17 %, sans distinction entre hommes et femmes.»  

Alors, face à ce constat alarmant,  est-il possible de modifier ses habitudes alimentaires? La modification des opinions sur le comportement alimentaire est une vieille question de la psychologie sociale. Et si les expériences décrites dans ce post semblent aujourd’hui des aberrations nutritionnelles, il faut prendre en considération l’évolution de la nutrition susceptible de maintenir votre capital santé. 

Remontons dans les années 40, aux Etats-Unis. Le pays est en plein effort de guerre, et les denrées alimentaires sont rares. Le gouvernement américain demande à Kurt Lewin, psychologue spécialisé dans le comportementalisme et la psychologie sociale, de trouver une méthode  pour changer les habitudes alimentaires. Les ménagères, devant serrer les cordons de la bourse, ne cuisinaient plus aussi souvent des bonnes pièces de viande et boudaient les abats, pourtant moins chers.

Kurt Lewin va alors réunir des femmes au foyer qu’il va scinder en deux groupes.
-Le premier groupe va suivre un cycle de conférences vantant les bienfaits nutritionnels des abats, proposer des recettes pour les cuisiner, et leur offrir en fin de ce cycle, un livre de recettes.
-Le second groupe de ménagères suit, lui aussi, les mêmes conférences sur les abats. Mais après elles, une discussion est entamée pour savoir pourquoi elles sont réticentes à les consommer. À la fin, les ménagères prêtes à cuisiner de abats, doivent lever la main et s’engager publiquement à en cuisiner.Une semaine plus tard, seules 10 % les ménagères ayant uniquement suivi le cycle de conférences ont cuisiné cuisiné des abats. Et dans le second groupe incluant une discussion, elles étaient 52%. Pas mal!

Une autre expérience de Kurt Lewin concerne l’introduction du jus d’orange dans l’alimentation des nourrissons. Les pédiatres avaient beau organiser  des conférences dans les maternités en vantant les bienfaits du jus d’orange, mais sans grand succès. Ces recommandations venaient de la découverte de la vitamine C par le prix Nobel 1938 Albert Szent-Gyorgyi qui l’isola; il la nomma « antiscorbutique », ou acide ascorbique. Le scorbut infantile faisait des ravages à l’époque, et les recommandations des pédiatres étaient fondées.Une fois rentrées chez elle, les jeunes mères alimentaient toujours  leur bébé traditionnellement sans apport de vitamine C. Elles subissaient l’influence de leurs mères ou de femmes de leur entourage qui n’avaient de cesse de dénigrer le jus d’orange. Kurt Lewin eût alors l’idée de mettre en place des réunions par petits groupes réunissant un pédiatre, et à la fois des jeunes mères et d’autres femmes incluant le jus d’orange dans l’alimentation de leur enfant. Après plusieurs expériences de groupe, les jeunes mères étaient mieux armées pour résister aux critiques de leur entourage ur l’apport du jus d’orange chez l’enfant. Lewin fit d’autres expériences sur ce principe du groupe avec le lait frais et en poudre, et l’huile de foie de morue. 

Kurt Lewin explique ces changements d’habitudes alimentaires par le fait que ces femmes au foyer en ont discuté en groupe, et qu’ils ont été induits par les facteurs suivants: la liberté de pouvoir décider d’elles-mêmes comme des grandes, et cela pousse à agir en annulant ou réduisant ainsi le choix de l’autre ou d’autres alternatives comportementales dues aux opinions.

Ces femmes deviennent plus sûres d’elles car cette expérience de groupe les a encouragées subtilement à s’exprimer en public, et c’est tout bénéfice pour modifier le comportement souhaité. N’oublions pas qu’à l’époque, l’émancipation féminine n’était pas au goût du jour; la femme au foyer était le modèle normatif. 

Au niveau de la psyché, comment cette modification comportementale se passe? Il y a un processus d’internalisation interne sur le plan cognitif ou pour faire plus simple, un dialogue intérieur qui permet le changement de comportement alimentaire:
« c’est à dire que ce que j’ai promis, devant le groupe, je me l’approprie, et donc d’une certaines manière, ce que j’ai promis dans le groupe devient ma promesse puisque j’ai internalisé cette promesse» (Fabien Girandola, psycho-sociologue)

Kurt Lewin démontra qu’il était possible de changer de comportement alimentaire en s’appuyant sur une expérience de groupe pour renforcer les convictions personnelles et modifier les croyances. Outre ces célèbres expériences, encore citées aujourd’hui, qui sont les BA BA de la psychologie sociale et des colloques sur l’éducation alimentaire et nutritionnelle, Kurt Lewin est le chef de file de la dynamique de groupe, terme qu’il utilisa pour la première fois en 1944. Le comportement individuel alimentaire est également étudié en psychologie chez l’enfant, notamment. L’enfant sait mieux que l’adulte réguler son appétit. 

Dans les années 40, des nourrissons  anglais recueillis en orphelinat, ont été observés depuis leur sevrage jusqu’à l’âge de 1 an. À chaque repas, ils étaient libres de choisir entre plusieurs entrées, plats et desserts. On a constaté que les enfants, libres de choisir les aliments, présentaient un poids normal. Les enfants réguleraient mieux que les adultes les signes biologiques de la faim et de la satiété.

L’enfant et l’adolescent sont attirés par la saveur sucrée car elle provoque une sensation de plaisir. Les récentes découvertes en génétique ont révélé que ce sont les gènes TAS1R2 et TAS1R3 regroupées sur le chromosome 1

Au niveau neurophysiologique, l’information gustative passe notamment par le système de récompense, puis par l’hypothalamus latéral. Dès la naissance, la stimulation sucrée provoque une réaction de plaisir. Elle peut aussi engendrer une diminution de la douleur chez le nouveau-né. Le sens du goût joue alors un rôle déterminant dans le pouvoir analgésique du sucre. Chez l’enfant, la sensibilité au sucre tend à augmenter avec l’âge alors que les préférences pour cette saveur diminuent globalement. À l’inverse, le plaisir pour l’amertume apparaît tardivement, et augmente progressivement puis se stabilise à l’âge adulte.

Les adultes ne perçoivent pas le seuil de satiété comme les enfants car ils subissent l’impact d’une multitude de normes et de codes sociaux qui modifient leur perception subjective la faim. La convivialité, entre autres facteurs et goût, peuvent les inciter à manger sans avoir faim.Il aurait plusieurs types de tempéraments plus au moins réceptifs aux codes sociaux:

Et il y a la notion de faim, et là, encore, ce n’est pas si simple. Il y a d’abord la notion de faim homéostatique qui permet de recevoir les signaux de son corps pour manger. Ors, les dernières techniques d’imagerie cérébrale ont mis en évidence un autre mécanisme de la faim qui est celui de la « faim hédoniste ». Même rassasié, notre cerveau nous pousse encore à manger, tout ceci sous l’action de certains neurones (les neurones Pnoc CeA , les neurones Pnoc CeA Les projections neuronales Pnoc CeA). La consommation alimentaire est de plus  en plus motivée par le plaisir.

Nos habitudes alimentaires sont également impactées par le neuromarketing qui permet de décortiquer les réflexes cognitifs des consommateurs pour manipuler leurs choix.
Les perceptions gustatives sont remplacées par des croyances en des pseudo qualités, renforcées par la publicité omniprésente. Le neuromarketing appliqué à l’industrie agroalimentaire est redoutable pour le surpoids et l’obésité par son apport en sucre

En 2012, deux psychologues allemands ont réalisé une expérience sur les sodas. Leur recherche a été publiée dans la revue Plos One. L’étude s’est intéressée à l’effet grande marque dans la perception du goût.

Cinq cobayes volontaires ont accepté de noter quatre sodas différents à base de cola en fonction de leurs goûts. Allongés dans un appareil IRM, ils voyaient apparaître un flash de ¼ de secondes indiquant la marque du soda à noter.

Sans grande surprise, c’est le Coca et le Pepsi qui ont eu les meilleures notes. Les aires du cerveau connues pour être celles du plaisir se sont activées sous I.R.M.

Ces résultats suggèrent que le cerveau s’attendait à ce que les sodas comme le Pepsi et le Coca soient les meilleurs. La référence à la marque suffit à supplanter le goût, et c’est visible sous IRM.

Nos choix alimentaires peuvent également relever de l’effet placebo  marketing. Il existe réellement au niveau du prix et de la qualité du produit.  On peut avoir tendance à préférer au niveau gustatif un aliment plus cher qu’un autre, et ce avec une composition identique. En 2012, suivant une enquête réalisée par Ipsos-Logico Business, on s’est aperçu que l’obésité dans la tranches d’âge de 18/24 ans avait progressé de 35 % par rapport aux dernières années. Certaines habitudes de vie sont mises en cause. Ces jeunes mangent au moins une fois sur deux devant un écran. Un jeune sur trois ne fait pas de sport et un quart boit souvent des sodas au cours des repas.

Les écrans sont aussi pointés du doigt pour favoriser l’obésité et le surpoids des jeunes. La cohorte EDEN composée de 883 enfants a été étudiée par l’INSERM et les résultats sont sans appel. À deux ans plus les garçons passent du temps devant les écrans, plus ils ont un pourcentage de masse corporelle élevé à cinq ans. Et pour les petites filles, ce sont celles qui passent le moins de temps à jouer en plein air. Même s’il faut confirmer ces premières observations avec d’autres études, il faut aussi corréler avec d’autres facteurs que l’alimentation et au fil du temps, étudier l’impact de la sédentarité chez le jeune enfant.

Ces résultats suggèrent l’importance de promouvoir et d’encourager les jeux en plein air dès le plus jeune âge, et de limiter l’exposition aux écrans : « 

Il y a bien évidemment un lien entre la nourriture et l’affect. Les repas riches en sucres augmenteraient la concentration de sérotonine, surtout présente dans les régions cérébrales qui interviennent dans la régulation des émotions. Et certains aliments comme le chocolat qui contient du tryptophane, un précurseur de la sérotonine.

Alors, ne désespérons pas, nous pouvons modifier nos habitudes alimentaires néfastes. Parlez en à votre médecin généraliste ou à un diététicien. Ne vous laissez pas tenter par des publicités alléchantes et mensongères. L’une des dernières qui fait le buzz et décriée par les professionnels de la santé est celle de « Comme J’aime ». Les forfaits vont de 300 à 500 euros et on vous propose un coaching par téléphone. Une consultation chez un nutritionniste vous coûtera moins cher, et préparer des plats frais c’est nettement plus appétissant et gustatif et moins onéraux d’acheter des produits frais et de qualité.

https://www.cerin.org/rapports/lobesite-dans-le-monde-ocde-2017/https://www.cerin.org/rapports/corpulence-francais-2015-etude-esteban/https://etudes.univ-rennes1.fr/master-biogest/themes/Synthese_bibliographique/sujets_2011_a_2013/Palatabilite-Frechothttp://www.magicmaman.com/,les-10-aliments-preferes-de-vos-enfants-a-la-loupe,81,1775947.asp

UNE ÉTIOLOGIE PSEUDO-SCIENTIFIQUE DE LA BOULIMIE

Comme prise en charge, il leur est proposé une méthode douteuse permettant aux supposés souvenirs d’abus de ressurgir.

©Giuseppe Muscio

C’est archi connu du grand public, les troubles de la conduite alimentaire ont une origine psychique. C’est l’item 69 du DSM V. Ces troubles ont en commun, sous-jacent aux perturbations alimentaires, des désordres dans la perception de l’image du corps. Succinctement résumé, les prédispositions font état de la fréquence de l’anxiété, de la dépression, d’une fragilité psychologique, d’un sentiment d’insécurité, d’envie, d’ambition, d’une mauvaise estime de soi, de besoins affectifs, etc…Toutes ces causes, bien évidemment  ne prédisposent pas à la survenue d’un trouble alimentaire (boulimie ou anorexie) à l’adolescence mais soulignent une fragilité de la psyché. Quant aux évènements déclenchants, ils ne sont pas spécifiques et la liste est longue. Et pourtant, cette approche étiologique des troubles du comportement alimentaire n’a pas toujours été de règle.

Nous allons donc revenir  aux années 90 comme le montre  l’affaire Ramona, une sombre histoire de sérum de vérité: deux thérapeutes  et un hôpital furent condamnés à verser des dommages et intérêts conséquents pour avoir implanté des faux souvenirs à Holly Ramona, traitée pour une boulimie et une dépression par Amytal (sérum de vérité). L’affaire Ramona est exemplaire au sens où elle démontre la dangerosité de certaines méthodes de psychothérapies non validées et une étiologie de la boulimie non validées par la science. Elles ne respectent pas le principe du « primum non nocere » qui se traduit par « d’abord ne pas nuire ».

Une certaine étiologie de la boulimie remonte à Judith Lewis Herman qui théorisa sur les victimes de violences domestiques et de viols. La psychologue faisait le parallèle entre le stress post-traumatique des vétérans du Vietnam et des femmes victimes de viol. Pour elle, l’impact sur la psyché du trauma des violences domestiques et du viol était pareil à celui des vétérans du Vietnam. Dont l’altération de la mémoire. Mais à l’époque, les neurosciences sur le fonctionnement de la mémoire n’étaient pas aussi pointues qu’aujourd’hui. Pour prendre en charge ces victimes, Judith pensait qu’une thérapie verbale était insuffisante, et qu’il fallait trouver une autre méthode susceptible de faire se souvenir ces victimes de ces violences sexuelles pour que leur état psychique s’améliore.

Or, il est impossible de se souvenir avant l’âge de 7 ans. Des chercheurs de la faculté Emery, ont démontré que les souvenirs de la petite enfance s’effaçaient à partir de 7 ans. Dans la construction de la mémoire autobiographique d’un adulte, la faculté d’oubli est un processus aussi important et normal que le processus de mémorisation; ceci permettant ainsi la mise en place d’une mémoire autobiographique plus concrète et plus complexe. Ce qui n’est pas le cas dans l’approche théorique des thérapeutes qui partent à la pêche chez leurs patients des souvenirs traumatisants avant l’âge de sept ans.

Dans cette lignée théorique, de fil en aiguille, les troubles du comportement alimentaire, dont la boulimie avec la dépression majeure vont devenir la preuve d’une violence sexuelle passée. Comme prise en charge, il leur est proposé une méthode douteuse permettant aux supposés souvenirs d’abus de ressurgir. Cette nouvelle famille pseudo-scientifique porte le nom anglais de « Memory Recovered Therapy » (MRT) ou les thérapies pour se souvenir. Leur principe est basé sur la régression dans le temps, une plongée en  en état modifié de conscience dans le passé du sujet jusqu’à l’événement traumatique. Il ne s’agit pas de quelques heures, ni de quelques jours, ni de quelques mois mais de décennies entières qui remontent, la plupart du temps à la prime enfance, en pleine période de l’amnésie infantile. On propose à la (supposée) victime d’abus de régresser dans son enfance. De préciser, qu’elle le fait avec sa mémoire et son cerveau d’adulte; ce que n’ont pas compris ces pseudo scientifiques. 

Dans les années 90, nombre de thérapeutes pensaient que l’étiologie de la boulimie avec un épisode majeur de dépression  était la preuve tangible d’un abus sexuel durant l’enfance et dont la victime ne se souvient plus. Frappée d’une sorte d’amnésie, mécanisme de refoulement du trauma! Confrontées à ses souvenirs, les victimes vont pouvoir se souvenir de leur agresseur, retrouver une meilleure estime de soi et une bonne image du corps. Cela partait d’un bon sentiment mais ce traitement de la boulimie repose sur des postulats faux dont Holly Ramona et son père ont fait les frais.Les thérapeutes n’ont pas appliqué le principe du « no primum nocere », et ont appliqué sur Holly une MRT, notamment l’Amythal, connue pour sa dangerosité; notamment celle de l’implantation de faux souvenirs. Selon eux, les souvenirs de trauma peuvent disparaître de la conscience des laps de temps impressionnants, des décennies entières.

 Ce postulat implique que même les patientes qui ne signalent pas de souvenirs d’abus méritent systématiquement des investigations pour manipuler leur mémoire sur ce principe de la régression dans le temps pour que leurs troubles s’améliorent. L’on ne peut constater que dans les MRT  et le syndrome des faux souvenirs, le terme « d’amnésie dissociative » revient souvent sur le tapis pour justifier l’oubli total  d’un trauma sur des décennies. Aujourd’hui, il est remplacé par celui d’amnésie traumatique, mais le mécanisme reste le même. En fait, le terme d’amnésie est joyeusement dévoyé pour expliquer que la mémoire fonctionne comme un magnétoscope, et qu’il est possible de  récupérer d’une façon « quasi miraculeuse » des souvenirs par une technique altérant la conscience. 

Dans l’un de ses articles, le psychiatre Harrisson Pope explique d’une façon simple la méthodologie de ces thérapeutes pseudo scientifiques: Holy avait subi un abus sexuel, facteur étiologique de sa boulimie. En résumé, A précède B. Cela ne veut pas dire que A est le facteur étiologique de B. C’est du même tonneau que si l’on disait que les obèses adorent mettre des édulcorants dans leur café plus que les minces. Cela ne signifie pas que les édulcorants sont la cause de  l’obésité. Son étiologie, en somme.

Pour en savoir plus sur l’amnésie dissociative très en relation avec les MRT, le lecteur peut se reporter à l’article dûment documenté du Dr Marc Gozlan sur son blog réalités Biomédicales « Ces patients frappés d’amnésie après un stress intense ». C’est une approche rigoureuse qui ne fait aucune part à l’approximation scientifique, et si l’on retrouve le terme d’amnésie dissociative, cela n’enlève rien à l’existence des faux souvenirs induits (non évoqués dans  le dit article).

Les thérapies comportementalistes donnent d’excellents résultats. Holly Ramona fut d’ailleurs traitée, plus tard, avec de la fluoxetine (Prozac) avec succès. Le risque majeur d’une MRT est de créer des faux souvenirs, de rompre les  les liens familiaux, et faire traîner en justice des innocents pour abus sexuels. Certains patients se sont rétractées, mais pas tous!  Pour d’autres, ces faux souvenirs se sont transformés en certitudes, et sont devenus leur raison d’être, de vivre, et ils ont rompu avec leur famille. C’est tellement ancré dans leur mémoire qu’il est impossible de faire marche arrière! 

Tout thérapeute a la liberté de choisir une autre thérapie en l’absence d’autre traitement.  Mais ce n’est pas le cas pour la boulimie et de la dépression.

Malgré l’évolution des connaissances scientifiques sur la mémoire, certains thérapeutes insuffisamment formés, créent encore des faux souvenirs chez leurs patients. Y compris en France.  Alors quelle que soit la thérapie, d’abord ne pas nuire: « Primum non nocere ». Une prise en charge médicale et  pluridisciplinaire est préconisée en priorité dans les troubles de la conduite alimentaire.     





        Lien: https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2581436/fr/boulimie-et-hyperphagie-boulimique-reperage-et-elements-generaux-de-prise-en-charge-note-de-cadrage