SOURIEZ, C’EST SYMPA!

Les femmes surpasseraient les hommes dans la reconnaissance des sourires sincères et en général, elles seraient plus douées pour la reconnaissance des expressions faciales que les hommes.

 

 

Le sourire est essentiel chez l’homme et l’expression de nos émotions. En souriant, nous révélons à autrui une part de nous-même.

En 1988, une étude devenue célèbre, enseignée en psychologie et publiée dans la revue Psychological Science disait que le sourire influençait notre humeur. Alors, faudrait-il se forcer à sourire? Pas si simple, c’est que montre quelques années plus tard la duplication de cette étude. Elle dément la conclusion originale, à savoir que le sourire agissant sur l’humeur n’était pas conforté ( la rétroaction faciale totale). Ce n’est pas faute d’avoir essayé, et en essayant de coller le plus possible à l’étude originale. 17 laboratoires du monde entiers et 1894 étudiants avaient été mobilisés. Mais les uns et les autres se renvoient la balles sur les biais méthodologiques. Il est cité dans un article de Christian Jarret pour le Huffington Post une recherche impliquant des personnes ayant eu des injections de Botox. 

Mais comment reconnaitre un sourire sincère? Sébastien Korb de l’Université du  Wisconsin-Madison et Didier Granjean de l’Université de Genève et leurs collègues ont montré que nous évaluons la sincérité  d’un sourire en le reproduisant en « miniature » par des micro contractions  automatiques invisibles de notre  propre visage. Un sourire authentique exprime une réelle émotion positive comme la joie ou les plaisir par exemple. Nous comprenons autrui en activant les mêmes schémas musculaires que lui;  nous rejouons dans notre corps avec  ces micro contractions une version miniature de l’expression d’autrui. Cette théorie se fonde sur les travaux de Williams James (fin XIX siècle) et sur la découverte des neurones miroirs (ces neurones qui s’activent de la même façon quand on effectue une action et quand on regarde un autre la faire. On s’est aperçu que si l’on empêchait quelqu’un d’effectuer ces micro contractions mimétiques, en lui mettant un crayon dans la bouche, on distinguait moins bien la sincérité des sourires.

 
Les sourires, perçus comme les plus authentiques, impliquent tous les muscles (corrugateur, orbiculaire, grand zygomatique et le masséter). Maintenant comme le souligne Didier Grandjean, il est possible de falsifier un sourire car tous les muscles peuvent être contractés de façon volontaire et consciente , sans que cela soit sous-tendu par une émotion. Cela nécessite une parfaite maîtrise et technique.
 

Une étude de l’université du Nouveau-Mexique, décrypte le sourire comme une attitude de soumission, et qui définirait notre statut social. La leçon à retenir serait  que lorsqu’on est un dominant, on ne doit pas sourire! À ne pas prendre au pied de la lettre, évidemment!

Les mannequins de haute couture sourient moins que celles qui représentent des marques de moindre importance. Les footballeurs les plus puissants sourient moins que les plus chétifs.

Cette étude est antinomique avec toutes celles qui démontrent les vertus d’un « sourire qui vient du fond du cœur ». Notre sourire définit notre humanité. Le sourire authentique est le révélateur du Soi, du noyau de la psyché est le reflet de nos émotions positives les plus profondes.

Bien sur, il y a les sourires de façade qui correspondent à l’hypocrisie des conventions sociales et ceux qui ne sont pas liés à des émotions positives.

Le  sourire a aussi  une forte composante culturelle. Comme au Japon. Le voyageur occidental sera frappé par ces visages qui lui semblent inexpressifs. Le japonais ne regarde pas dans les yeux comme nous. C’est contraire à sa culture. La pudeur, la timidité, les usages défendent le japonais de laisser transparaître sur son visage ses émotions et ses sentiments. La neutralité du visage a valeur de consensus. Malgré les apparences, au Japon, le sourire est l’expression la plus codifiée, et est présent dans toutes les situations. Ce qui a fait dire au jésuite Luis Froid que « les salutations se font toujours et sans faute avec un faux sourire».

Contagion émotionnelle ou pas, impact des neurones miroirs, un sourire amène souvent le sourire chez l’autre. Il y a toujours une émotion positive derrière un sourire authentique. Le sourire authentique exprime l’empathie, l’altruisme, l’intérêt que l’on porte à l’autre. Il permet de mettre en confiance l’autre, et de poser les prémices d’une relation de qualité. Sourire le plus souvent possible permet d’éprouver un bien-être intérieur. C’est ce que disait le psychologue William James au XIXe siècle. Les gens qui sourient souvent sont perçus comme ayant plus de self contrôle, à l’aise avec les autres et nettement plus séduisants que ceux qui  ne sourient pas. (Sin Lau, 1982).
 
Allez, quelques mots sur le « genré » ou tout au moins l’aptitude que l’on soit d’un sexe ou d’un autre pour reconnaitre la sincérité d’un sourire! Les femmes surpasseraient les hommes dans la reconnaissance des sourires sincères et en général, elles seraient plus douées pour la reconnaissance  des expressions faciales que les hommes. Est-ce génétique ou une construction sociale?  On n’en sait pas plus….
 
Il y a une croyance largement partagée par des médias populaires que sourire fait paraitre plus jeune que l’on n’est! Fausse croyance selon les résultats d’une recherche publiée dans le Psychonomic bulletin & Review l’année dernière.
 
En surfant sur le net pour ce post, mon regard a été attiré par le titre d’un encadré surprenant affirmant que « sourire, c’est mourir un peu ». Intriguée, j’ai poursuivi ma lecture pour en savoir plus. Sourire sur commande est certes bon pour les relations sociales mais très mauvais pour la santé! Et ce démontré par une étude du département de psychologie du travail de l’université de Francfort auprès d’hôtesses de l’air, professionnelles du sourire. Avec les vendeurs, elles seraient plus exposées au burn out. « La cordialité donne des rides mais provoque un affaiblissement des défenses immunitaires, accompagné de  stress, de dépression, de troubles de la personnalité. Bref, souriez mais pas trop.» Vraiment? 
 
L’étude de Sin Lau sur l’effet du sourire sur la personne reste la référence de base. Une personne qui sourit est perçue comme plus agréable et plus intelligente qu’une autre qui ne sourit pas.
 
Le bien-être engendré par un sourire ne fait pas que du bien à soi, il contagieux pour l’entourage. Une étude menée par la British Dental Health Foundation a montré que le fait de sourire améliore considérablement l’humeur.
 
Et puis, au diable l’étude  du Nouveau-Mexique qui met du darwinisme social derrière l’une des expressions les plus spontanées qui signe notre humanité. Alors ne nous en privons pas, et comme le dit Robert Choin :
« Le sourire est chez l’homme “l’empreinte de Dieu« . La bête ne sourit pas, et quand les hommes deviennent des loups entre eux, ils ne savent plus sourire.  »
 
 Sources :
 
 
 

	

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s