L’AFFAIRE RAMONA, UNE SOMBRE HISTOIRE DE SÉRUM DE VÉRITÉ ET DE FAUX SOUVENIRS.

Cela peut choquer aujourd’hui en 2021, mais c’était l’usage dans les années 80/90, de recourir à l’Amytal comme technique adjuvante pour aider un patient à retrouver la mémoire.

L’affaire Ramona est l’histoire d’un procès qui s’est tenu aux Etats-Unis dans les années 90. Ramona est le père de trois filles. Mais son aînée Holly qui poursuit des études dans le secondaire,  souffre de boulimie et de dépression.

Inquiète, l’épouse de Ramona envoie sa fille Holly consulter un  psychothérapeute et suivre une thérapie familiale dans un hôpital. Lors de la première consultation, le praticien explique « doctement » que 90 % des personnes souffrant de boulimie ont été victimes d’un abus sexuel durant leur enfance. Holly rétorque qu’elle n’a aucun souvenir d’un abus quelconque, mais curieusement, au cours de sa thérapie, elle a d’étranges flash-backs. Ils se manifestent par de brèves images mentales où elle voit son père sur elle.

Le thérapeute décrypte ces images comme des souvenirs d’inceste. Il propose à Holly de la mettre sous amytal de sodium, un supposé sérum de vérité, pour avoir la confirmation que son père a bien abusé d’elle. Cela peut choquer aujourd’hui en 2018,  mais c’était l’usage dans les années 80/90, de recourir à l’amytal comme technique adjuvante pour aider un patient à retrouver la mémoire (MRT, acronyme en anglais). Sous Amytal, Holly confirme l’inceste.

Après six mois de psychothérapie, les thérapeutes reprogramment une nouvelle séance sous Amytal, et là encore Holly réitère les mêmes propos énoncés lors de la première séance.

Le recours à l’Amytal avait été demandé pour confronter le père à sa fille, et ainsi prouver l’inceste. Sans savoir de quoi il retourne, le 15 mars 1990, Ramona est convoqué à l’hôpital,  et quand il rentre dans la salle d’examen, il aperçoit au chevet de Holly groggy par la drogue,  son épouse et les thérapeutes.

Holly, sous sérum de vérité, redit qu’elle a été violée par son père entre l’âge de cinq et huit ans. Ramona proteste en disant que c’est une allégation mensongère. Son épouse et les psychologues doutent de sa bonne foi et l’exhortent à avouer le supposé inceste. Ramona propose qu’on l’interroge sous Amytal comme on l’a fait pour Holly. Requête refusée.

Ramona est moralement dévasté par ces accusations infondées. Les ennuis s’accumulent. Un an après, sa femme demande le divorce. Cadre supérieur dans une société viticole, il est licencié. La perte de son emploi est la conséquence des rumeurs d’inceste qui courent sur lui. Pugnace, il entame des poursuites judiciaires contre les deux thérapeutes de Holly et l’hôpital. Les avocats de Holly invoquent le fait que sa fille est satisfaite de cette prise en charge thérapeutique, et que de toute façon, Ramona n’a pas le droit d’interférer et d’entamer des poursuites pénales. L’affaire est portée devant les tribunaux.

À la barre, les experts des deux parties vont se succéder. Certains comme l’expert psychiatre G.Harrisson Pope viennent plaider la cause de Ramona. Pour eux, l’origine de la boulimie n’est pas liée à un abus sexuel durant l’enfance, de même la validité d’un témoignage sous sérum de vérité qui est à prendre avec des pincettes sur la fiabilité des souvenirs. Malléabilité de la mémoire connue avec les supposés sérums de vérité. Ils considèrent les souvenirs de Holly faux. Alors pourquoi parlent-ils de faux souvenirs? Car pour eux, ces supposés souvenirs d’inceste ont été récupérés sous une thérapie qui provoque un état altéré de conscience et où la suggestibilité du sujet joue un rôle important. Ces experts soulignent le pseudo-scientisme de la théorie des souvenirs refoulés qui créeraient une amnésie sur de longues années (voire des décennies). Comme un mécanisme automatique de protection destiné à occulter la douleur d’un trauma survenu durant l’enfance, et pour la soigner, il faut qu’on se souvienne du trauma.

Du côté des défenseurs de Holly, c’est un autre son de cloche. Eux, affirment que la thérapie a été menée correctement, et qu’elle présente bien avec sa boulimie tous les symptômes d’une victime d’inceste.

Afin d’étayer leur diagnostic, ils invoquent ses goûts alimentaires qui constituent des preuves tangibles. Holly n’aime pas la mayonnaise, déteste les soupes à la crème ou le fromage fondu, et elle n’accepte de manger des bananes que coupées en petits morceaux. On peut s’étonner de cet étalage sur ses goûts alimentaires. Et bien, parce que pour ces experts, ces aliments évoquent le sperme que Holly devait avaler au cours de fellations. Ils parlent de l’image désastreuse de son corps, de ses inhibitions sexuelles et des symptômes dépressifs qu’ils décryptent comme des souvenirs inconscients d’inceste.

Le procès Ramona est exemplaire pour plusieurs raisons. Dabord, c’est le procès d’une catégorie de thérapeutes proclamant qu’il est possible de faire se souvenir d’un trauma oublié durant des décennies à l’aide de techniques douteuses qui n’ont pas fait les preuves de leur efficacité scientifique.

Ensuite, il dénonce les aberrations de la « théorie de la  mémoire recouvrée » et des thérapies (ou techniques) génératrices de faux souvenirs. Côté mémoire, il est impossible de parler « d’amnésie » totale sur des décennies lors d’un violent trauma. Ici un inceste, même si après un stress intense, une amnésie peut se produire et est rapportée dans la littérature scientifique.

Holly a reconnu qu’elle avait complètement oublié ce trauma, et qu’elle ne s’est souvenue des actes incestueux des années plus tard que sous la double influence des thérapeutes et du sérum de vérité.

Évidemment, le temps est une notion subjective et le délai de prescription pour dénoncer un agresseur sexuel est important. Libérer la parole des victimes à l’âge adulte est une entreprise délicate, surtout dans les cas d’un très grand traumatisme comme l’abus sexuel chez l’enfant. Dans l’affaire Ramona, il s’agit de dénoncer les pratiques douteuses de professionnels de la psychothérapie qui manipulent la mémoire.

On peut-être sceptique sur l’existence des faux souvenirs, surtout lorsqu’il s’agit d’abus sexuels! Ils peuvent être des paravents utilisés par des parents incestueux ou des pédophiles pour camoufler leurs crimes. Il faut être vigilant, oui, à ce que ce ne soit pas le cas, mais les faux souvenirs d’abus sexuels existent bel et bien! L’affaire Ramona n’est qu’une affaire parmi d’autres qui ont secoué les États-Unis à partir des années 1980.

Les faux souvenirs ne se cantonnent pas à l’abus sexuel. On a vu défiler tout un inventaire ébouriffant. C’est allé des enlèvements par des E.T en passant par les rituels sataniques, aux sacrifices de bébés où des femmes de milieux conservateurs anti-avortement déclaraient être enceintes après avoir participé de force à des orgies. Affabulations dignes de thrillers!

Alors, quels sont les arguments qui ont permis d’innocenter Ramona, et de prouver les faux souvenirs de Holly?

G.H Harrisson Pope, l’un des experts psychiatres, du procès Ramona, doute fort qu’une victime d’abus sexuel, violée entre l’âge de sept ou huit ans, soit amnésique au sens où on le prétend dans la « théorie de la mémoire retrouvée »! Une véritable victime mettrait ce trauma dans un coin de sa mémoire mais en aurait conscience. Elle s’en souviendrait en filigrane mais serait bloquée pour en parler.

G.H Pope évoque le travail de Judith Herman sur les « Survivantes d’inceste » (appelées ainsi comme les survivants de la guerre du Viet-Nam). Dans son best-seller Father-Daughter  (Père-Fille, 1980) Judith Lewis Herman décrit 40 cas de femmes victimes d’inceste. La plupart d’entre elles ont gardé, au cours du temps, le souvenir de ces abus. Six ans plus tard, dans un article publié dans une revue de psychologie, elle cite 14 de ses patientes qui, elles seraient totalement amnésiques. Les médias et les livres de vulgarisation sur l’inceste ont relayé cette étude,  alors que sa méthodologie était biaisée. Cette étude a fortement contribué à diffuser la théorie des souvenirs refoulés chez les survivant(e)s d’inceste. Un blocage, au sens du comportement réactionnel à faire face à cette situation.

G.Harrisson Pope donne son point de vue sur les aliments détestés par Holly, et il est contraire à ceux qui défendent Holly. D’abord, ces aliments sont riches en calories et bourratifs. Leur aversion par Holly ne constitue nullement la preuve d’un abus sexuel. Les patients boulimiques sont capables d’ingérer de grandes quantités de nourriture très caloriques, et ensuite de se faire vomir. Ce que n’a jamais fait Holly.

Au cours du procès, le psychiatre G.H Pope cite les travaux de la psychologue cognitiviste et spécialiste de la mémoire humaine Élisabeth Loftus, qui a mené diverses expériences sur la malléabilité de la mémoire. Elle a réussi à implanter, au cours d’une expérience de laboratoire, des faux souvenirs dans un groupe d’adultes à titre expérimental. Elle les a persuadés qu’ils s’étaient perdus, enfant, dans un centre commercial. Ce qui ne s’était jamais produit.

Et il y a la « suggestibilité » des sujets sous thérapie! Certaines personnes sont-elles plus ou moins influençables que d’autres?

Mainfestement, on peut l’être par périodes, lorsqu’on souffre de dépression, de troubles du comportement alimentaire ou autres. Mais on ne peut jamais affirmer que la cause d’une dépression et à fortiori d’autres troubles) est due à un abus sexuel comme dans le procès Ramona, et c’est pourtant ce qui se dit dans la plupart des ouvrages de vulgarisation. Ces troubles peuvent atteindre tout le monde, et ils ne sont pas spécifiques aux victimes d’inceste.

Et la fiabilité du sérum de vérité pour tirer les vers du nez? Depuis la fin du XIXe siècle, on sait que certaines drogues falsifient la mémoire en augmentant le potentiel de suggestibilité ou les confabulations. Il y a tout une littérature autour des substances altérant la conscience qui ont développé de fausses croyances autour de l’abus sexuel (hors GHB, la drogue des violeurs). Dans les premières décennies du XX siècle, les médecins administraient les sédatifs et anesthésiants aux patients(e)s dûment chaperonnés. On savait que sous l’emprise de certaines substances, des patientes pouvaient accuser leur médecin de viol, et toute intrusion d’ustensiles médicaux dans le corps pouvaient donner lieu à des interprétations fantaisistes.

Le verdict du procès Ramona montre l’absence de fiabilité des techniques censées faire retrouver des souvenirs oubliés sur une longue période. Sans entraver son libre-choix, une personne voulant suivre une thérapie au risque élevé de suggestibilité et susceptible de créer des faux souvenirs, doit en être informée et la choisir en connaissance de cause.

Le cas Ramona pose clairement le risque bénéfice/risque d’une thérapie. Ramona a été lavé de tout soupçon d’inceste. Les fausses convictions implantées chez des patients renforcent le fait qu’elles sont au centre du mal-être de la personne. Les faux souvenirs sont un mauvais départ s’ils sont pris au pied de la lettre. On ne peut pas prendre en charge une victime d’un  véritable inceste comme celle qui a des « faux souvenirs ». Ce serait faire injure aux victimes.

Côté mémoire, est-il possible d’envisager une « amnésie totale » (parfois sur des décennies) lors d’un violent trauma,  et notamment lors d’un inceste comme dans le cas de Holly, la fille de Ramona? Souvenirs réprimés par dissociation avec une mémoire fonctionnant comme un magnétoscope où il suffit d’appuyer sur « ON » ou « OFF » pour retrouver l’instant T traumatisme?  Et cerise sur le gâteau, visible sous IRM ? Vraiment? Non, pas vraiment !

L’on ne peut constater que dans le syndrome des faux souvenirs, le terme « d’amnésie dissociative » revient souvent sur le tapis pour justifier l’oubli total  d’un trauma sur des décennies. Aujourd’hui, il est remplacé par celui d’amnésie traumatique, mais le mécanisme reste le même. En fait, le terme d’amnésie est joyeusement dévoyé pour expliquer que la mémoire fonctionne comme un magnétoscope, et qu’il est possible de  récupérer d’une façon « quasi miraculeuse » des souvenirs par une technique altérant la conscience. Comme chez Holly, le recours à l’amytal.

Il y a clairement un mésusage du terme amnésie qui sert à brouiller les pistes pour parler des conséquences d’un trauma sur la mémoire. En l’état des connaissances scientifiques actuelles, soulignons que  le terme « d’amnésie dissociative » fait  l’objet de publications (rares) répertoriées récemment dans la littérature scientifique. On peut éventuellement envisager l’idée d’une controverse scientifique entre spécialistes, mais il faut la distinguer des explications pseudo-scientifiques sur le fonctionnement de la mémoire dans le cas des faux souvenirs, récupérés par des techniques douteuses à base d’États Modifiés de Conscience. À savoir que les dites techniques n’ont pas fait la preuve de leur efficacité suivant les règles de l’Evidence Based Médecine.

Pour en savoir plus sur l’amnésie dissociative, le lecteur peut se reporter à l’article dûment documenté du Dr Marc Gozlan sur son blog réalités Biomédicales « Ces patients frappés d’amnésie après un stress intense ». C’est une approche rigoureuse qui ne fait aucune part à l’approximation scientifique, et si l’on retrouve le terme d’amnésie dissociative, cela n’enlève rien à l’existence des faux souvenirs induits (non évoqués dans  le dit article).

L’amnésie dissociative est un vocable scientifique qui sert à désigner certaines formes d’amnésie, et n’est pas un concept à lui seul. L’une de ses caractéristiques est de ne pas se voir sous I.R.M, contrairement à ce que prétendent ceux qui évoquent « l’amnésie traumatique » en cause dans les faux souvenirs.

Le danger des faux souvenirs d’inceste, outre le risque d’erreurs judiciaires, nuit aux vraies victimes d’inceste. Le point de vue du Dr G.H Pope est sans ambiguité : « oui, nous ne devons jamais ignorer la réalité de l’abus sexuel durant l’enfance, mais nous devons trouver des solutions quand ces souvenirs sont faux. »

Note: 

Le médecin blogueur Marc Gozlan dans son article « Ces Patients frappés d’amnésie après un stress intense » publié sur le blog Réalités Biomédicales, évoque en ces termes l’amnésie dissociative:  « Il est très rare qu’une série de cas d’amnésie dissociative soit publiée dans la littérature médicale. Une étude, parue en septembre 2017 dans la revue Brain, fait état de 53 cas examinés entre 1990 et 2008 au St Thomas’s Hospital de Londres par le Pr Michael Koperman et ses collègues. Il aura donc fallu près de vingt ans pour cumuler ces cas. On comptait trois hommes pour une femme.» Et  l’article de Marc Gozlan détaille l’étude anglaise avec les expressions de ce trouble de la mémoire comme la fugue dissociative, l’amnésie rétrograde prolongée et les trous de mémoire, l’altération des mémoires sémantique personnelle, et autobiographique. L’amnésie dissociative existe et présente de multiples facettes. La lecture de l’article de Marc Gozlan permet de saisir le fonctionnement scientifique de la mémoire, et de constater que l’amnésie dissociative, même si elle est rare, fait l’objet de publications répertoriées dans des revues spécialisées. Mais elle n’a malgré les similitudes du vocabulaire, aucun rapport avec cette amnésie traumatique « à grande échelle » et « quasi générale » qui concernerait les victimes d’un trauma.  

Et cité dans l’article de Marc Gozlan, à paraître un article de Thomas-Antérion C. L’amnésie dissociative. Neuropsychologie (sous presse, 2018).

Pour en savoir plus: 

http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2017/11/15/ces-patients-frappes-damnesie-apres-un-stress-intense/

https://www.cambridge.org/core/journals/irish-journal-of-psychological-medicine/article/false-memory-syndrome-balancing-the-evidence-for-and-against/8CE54B731E32DD54BE4F04067A3A79FC

Une première version de l’article « L’affaire Ramona, une sombre histoire de sérum de vérité » a précédemment été publié le 23 octobre 2013. Il a été enrichi par de nouvelles données en l’état des nouvelles connaissances scientifiques:  https://autreregardsurlapsychologie.blogspot.fr/2013/10/laffaire-ramona-une-sombre-histoire-de.html

LES GROUPES BALINT SONT-ILS VRAIMENT DÉMODÉS POUR AMÉLIORER LA RELATION ENTRE LES SOIGNANTS ET LES PATIENTS?

Le groupe se compose de 8 à 12 soignants qui se retrouvent régulièrement pour réfléchir autour de la présentation d’un cas clinique où la relation médecin/malade est difficile.

La psychologie médicale étudie la fonction soignante, le malade et sa maladie. Toute situation de relation et d’interaction médecin/patient. Délibérément, j’élargis la psychologie médicale aux autres catégories de soignants que les médecins, même si « académiquement » l’objet de cette discipline était dévolue à la relation médecin/malade. La psyché des patients réagit aux mêmes règles, avec certes des attentes et des nuances différentes suivant la catégorie de soignants auxquels ils ont affaire.

Les aspects psychologiques concernent les nombreux champs de la médecine.

-Les facteurs de causalité ou de prédisposition de la maladie (maladies psychosomatiques et maladies fonctionnelles).

-Comportement et adaptation du malade à la maladie et aux thérapeutiques comme le déni, l’anxiété ou la dépression) déterminants pour l’attitude du patient et l’évolution de la maladie.

-Attentes d’ordre relationnelles et émotionnelles coexistant avec la maladie et ses symptômes vis à vis du médecin et également son environnement (affectif, professionnel et relationnel).

-Et les multiples aspects de la relation médecin/malade

« Penser le soin »n’est pas une attitude inédite. Dès les années 30, la dimension relationnelle médecin/malade avait été proposée dans le cadre de la formation continue des généralistes par Michael Balint, l’inventeur des groupes du même nom.

Michael Balint était un psychiatre et psychanalyste d’origine hongroise, né en 1896 et mort en 1970 à Londres. Son père, médecin généraliste, incita son fils à suivre son chemin. Michael Balint va d’abord s’orienter vers la médecine psychosomatique, et parallèlement à ses études de médecine, il suit des études de chimie. Côté psychothérapie (même si le mot n’a pas la même connotation qu’aujourd’hui) il suit une psychanalyse, dont une tranche avec le neurologue Ferenczi Sandor décrit comme l’enfant terrible de la psychanalyse tant ses relations sont ambigües avec Freud, et qui contrairement à d’autres psychanalystes de l’entourage de Freud « va regarder en face les traumatismes sexuels infantiles, et lutter – à ses dépens – contre le déni collectif qui alimente le tabou tragique de l’inceste. » Sandor Ferenczi avait été lui-même violé dans son enfance. Ces quelques mots sur le psychanalyste Sandor Ferenczi sont importants pour comprendre l’état d’esprit de Michael Balint dans son parcours professionnel.

À partir de 1925, il va participer à l’organisation de l’institut de psychanalyse et d’une polyclinique de psychothérapie psychanalytique dont il va devenir le directeur en 1933 à la mort de Sandor Ferenczi. En 1938, Michael Balint fuit la Hongrie avec son épouse et s’installe à Manchester, en Grande Bretagne où Alice Balint meurt brutalement à son arrivée.

Après la guerre, Michael Balint s’installe à Londres, et de 1948 à 1961, il travaille à la Tavistock Clinic, le premier centre de thérapie analytique anglais fondé en 1920 par le psychiatre Hugh Crichton-Miller qui avait travaillé sur les névroses de guerre sous la double influence de Freud et de Jung . Depuis son ouverture, la vocation de la Tavistock Clinic était d’étudier les relations humaines. Elle est toujours active avec de nombreux départements et est devenue une fondation depuis 2006. Il a été reproché lors des premiers temps de la Tavisktock Clinic, d’être trop éclectique et pas assez rigoriste dans les principes de la psychanalyse. Il faut aussi replacer cette remarque dans le contexte de l’époque en se souvenant que la psychanalyse était une révolution dans la prise en charge des patients souffrant des troubles de la psyché.

À Manchester, Balint va se spécialiser dans la psychologie de l’enfant. Quand il intègre la Tavistock Clinic, il s’intéresse au travail sur le groupe du psychiatre Bion. Psychiatre militaire et principal disciple de Mélanie Klein, en traitant les névroses de guerre, Bion constate qu’un traitement individuel n’est pas adapté, mais qu’il fallait prendre en charge tous ces patients par « petits groupes ». Pour Bion, un groupe fonctionne comme une unité, comme un tout développant une logique propre au delà de celle des individus.

C’est dans cet environnement éclectique que Balint et sa troisième épouse Enid travailleuse sociale rencontrée à la clinique, vont créer les fameux groupes Balint de renommée internationale.

Il semblerait, selon un article, publié dans la revue CAIRN que ce soit la relation difficile entre Balint et son père, médecin généraliste, homme froid et rigide qui l’aurait incité à créer ces fameux séminaires de formation recherche à destination des médecins généralistes. « C’est sans doute son père que Michæl Balint aurait aimé sensibiliser au vécu de ses « enfants-patients », c’est à lui qu’il aurait voulu apprendre à être attentif à leurs sentiments et à leurs problèmes.»

L’ouvrage fondamental de M.Balint est « Le médecin, son malade et la maladie publié en 1996 dont voici le synopsis: « Pourquoi, malgré de sérieux efforts de part et d’autre, la relation entre malade et médecin est-elle si souvent insatisfaisante, voire malheureuse, alors même que le médicament de beaucoup le plus fréquemment utilisé en médecine générale est précisément le médecin ?»

Le but d’un groupe Balint est de reconnaitre les émotions du patient ainsi que celles du soignant et trouver ainsi la meilleure interaction favorable et utile au malade. Cela va des non-dits aux actes manqués ou aux mots employés en sus de l’empathie à la base du métier de soignant.

Comment fonctionne un groupe Balint? Il faut préciser que ce n’est pas un groupe thérapeutique pour les soignants. Si ces derniers ont des problèmes, le groupe Balint n’a pas vocation à les soigner. Ce n’est pas non plus un séminaire de cas cliniques. L’histoire du malade est juste un point de départ pour étudier la relation du soignant avec son patient, et ainsi voir comment le soignant peut aider favorablement le patient à évoluer.

Le groupe se compose de 8 à 12 soignants qui se retrouvent régulièrement pour réfléchir autour de la présentation d’un cas clinique où la relation médecin/malade est difficile. Sur le terrain de la psychanalyse. Alors, compte tenu aujourd’hui de la diversité des approches théoriques en psychothérapie c’est peut-être pour certains soignants un frein pour participer à des groupes Balint. Mais la philosophie mise au point reste séduisante et éthique. Apprécier ou non la psychanalyse est une autre histoire.

Les règles de fonctionnement d’un groupe Balint sont les suivantes, et figurent sur le site officiel des groupes Balint:

  • la spontanéité avec laquelle le rapporteur du cas le raconte
  • les associations libres des idées et des ressentis
  • absence de notes
  • le respect de la parole des autres sans évaluation ni jugement
  • la confidentialité

Que reste-t-il aujourd’hui de l’héritage de Balint qui pourrait inspirer encore des réflexions des soignants sur leur relation avec les patients soit hospitalisés ou dans le cadre de consultations individuelles. Et tant qu’on y est, incluons aussi les téléconsultations qui se sont développées durant la pandémie.

Il y a de nombreuses réponses sur le site officiel de la Société Médicale Balint qui propose des formations à tout type de soignants ainsi que de nombreux textes sur l’approche de Balint. Il y a un point sur lequel avait insisté Balint, c’est la supervision.

De réécrire une nouvelle fois que la psychanalyse n’a plus la même influence qu’au temps de Balint, mais cette évolution peut encore faire émerger chez les médecins et soignant des réflexions sur la rencontre thérapeutique avec certains critères élaborés par Balint.

Balint avait insisté en son temps sur l’urgence d’une « conversion communautaire de la médecine et de l’hygiène mentale ». Qu’aurait-il pensé de des médecins de plateaux interviewés à longueur de journée sur pandémie actuelle ! Leurs propos « alarmistes ou rassuristes », déversés à jet continu sur les réseaux sociaux risquent à la longue d’avoir un fort impact sur la relation médecin/malade; celle qui se forge au fil intimiste des consultations dans les cabinets médicaux des généralistes et des spécialistes. C’est à l’opposé de l’esprit des groupes de Balint!

Au nom du « principe de sauver des vies » incluant des mesures sanitaires liberticides (peut-on affirmer le contraire?), la médecine se révèle avec la pandémie d’abord techniciste, hyper spécialisée sans âme et occulte l’aspect psychologique d’une prise en charge. Tout ce qu’avait dénoncé Balint! Restons optimiste car la médecine générale reste le pivot de la médecine de ville, et les patients ne s’y trompent pas! Et la médecine générale est la source de la pensée de Balint!

La relation médecin/malade se résume dans ces quelques mots de Balint: « qu’il soit capable d’acquérir suffisamment d’habileté personnelle pour jouir de ce que la vie adulte peut offrir. […] Il faut veiller sans cesse à ce que le patient reste – ou devienne – capable d’établir et de maintenir un contact intime et durable avec les autres.»