UN COLLOQUE SI SINGULIER EN FIN DE VIE!

Le colloque si singulier entre le médecin et son malade concerne aussi la fin de vie.

Aux origines.©NBT

Qu’est-ce qui fonde la relation Médecin/malade? Il y a d’un côté l’objectivité scientifique qui caractérise la médecine actuelle représentée par le médecin, et de l’autre une personne, le patient qui le consulte lorsqu’il y a souffrance, du corps et de la psyché.

Il a été beaucoup écrit sur cette relation si particulière entre le médecin et son malade, son éthique. Il s’agit bien d’un colloque singulier entre deux personnes. Du côté du médecin, cette relation ne peut se réduire au simple corps, même si l’objectif commun entre ces deux personnes est la préservation et l’amélioration de la santé du patient. Il ne faut pas négliger l’impact des facteurs émotionnels et affectifs. Même si le médecin est dans l’empathie, ce colloque singulier révèle une situation d’inégalité.

La naissance et la mort sont les deux extrêmes de la vie. Le colloque si singulier entre le médecin et son malade concerne aussi la fin de vie. L’actualité de ces derniers jours montre que ce n’est pas toujours si simple. Ce post n’a pas pas pour but de ressasser les rebondissements d’une sordide affaire d’arrêt des soins ou non, de se prononcer pour ou contre ou de relancer une nouvelle législation sur la fin de vie. Pour ou contre l’euthanasie.

Mais simplement de rappeler un aspect essentiel de la loi actuelle relative aux droits des malades et à la fin de vie. Celui des directives anticipées trop souvent négligées lorsqu’on est en bonne santé.

Quelques sites dont vous pouvez inspirer:

« Chacun peut écrire ses directives anticipées : elle sont surtout utiles en cas de fin de vie mais pas uniquement. C’est un droit depuis la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, renforcé par la loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie.»

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2722363/fr/rediger-ses-directives-anticipees

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/actualites/directives-anticipees-un-modele-votre-disposition

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fichedirectivesanticipe_es_10p_exev2.pdf

Évidemment, la liste des sites n’est pas exhaustive, vous pouvez en consulter d’autres, et en parler avec votre médecin référent car la relation entre le médecin et le malade est essentielle en fin de vie.

Je termine ce post par ces propos du Dr Véronique Fournier, cardiologue, Présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie. Elle rappelle le rôle du médecin lors de la fin de vie.

Qu’on le veuille ou non, in fine, c’est la médecine qui accompagne les hommes dans leur fin de vie, et non les juges, les avocats, les médias, ou la société. Certes, les médecins ne doivent pas être au-dessus des lois. Ils ont à respecter comme tout citoyen les règles de la République. 

UNE ÉTIOLOGIE PSEUDO-SCIENTIFIQUE DE LA BOULIMIE

Comme prise en charge, il leur est proposé une méthode douteuse permettant aux supposés souvenirs d’abus de ressurgir.

©Giuseppe Muscio

C’est archi connu du grand public, les troubles de la conduite alimentaire ont une origine psychique. C’est l’item 69 du DSM V. Ces troubles ont en commun, sous-jacent aux perturbations alimentaires, des désordres dans la perception de l’image du corps. Succinctement résumé, les prédispositions font état de la fréquence de l’anxiété, de la dépression, d’une fragilité psychologique, d’un sentiment d’insécurité, d’envie, d’ambition, d’une mauvaise estime de soi, de besoins affectifs, etc…Toutes ces causes, bien évidemment  ne prédisposent pas à la survenue d’un trouble alimentaire (boulimie ou anorexie) à l’adolescence mais soulignent une fragilité de la psyché. Quant aux évènements déclenchants, ils ne sont pas spécifiques et la liste est longue. Et pourtant, cette approche étiologique des troubles du comportement alimentaire n’a pas toujours été de règle.

Nous allons donc revenir  aux années 90 comme le montre  l’affaire Ramona, une sombre histoire de sérum de vérité: deux thérapeutes  et un hôpital furent condamnés à verser des dommages et intérêts conséquents pour avoir implanté des faux souvenirs à Holly Ramona, traitée pour une boulimie et une dépression par Amytal (sérum de vérité). L’affaire Ramona est exemplaire au sens où elle démontre la dangerosité de certaines méthodes de psychothérapies non validées et une étiologie de la boulimie non validées par la science. Elles ne respectent pas le principe du « primum non nocere » qui se traduit par « d’abord ne pas nuire ».

Une certaine étiologie de la boulimie remonte à Judith Lewis Herman qui théorisa sur les victimes de violences domestiques et de viols. La psychologue faisait le parallèle entre le stress post-traumatique des vétérans du Vietnam et des femmes victimes de viol. Pour elle, l’impact sur la psyché du trauma des violences domestiques et du viol était pareil à celui des vétérans du Vietnam. Dont l’altération de la mémoire. Mais à l’époque, les neurosciences sur le fonctionnement de la mémoire n’étaient pas aussi pointues qu’aujourd’hui. Pour prendre en charge ces victimes, Judith pensait qu’une thérapie verbale était insuffisante, et qu’il fallait trouver une autre méthode susceptible de faire se souvenir ces victimes de ces violences sexuelles pour que leur état psychique s’améliore.

Or, il est impossible de se souvenir avant l’âge de 7 ans. Des chercheurs de la faculté Emery, ont démontré que les souvenirs de la petite enfance s’effaçaient à partir de 7 ans. Dans la construction de la mémoire autobiographique d’un adulte, la faculté d’oubli est un processus aussi important et normal que le processus de mémorisation; ceci permettant ainsi la mise en place d’une mémoire autobiographique plus concrète et plus complexe. Ce qui n’est pas le cas dans l’approche théorique des thérapeutes qui partent à la pêche chez leurs patients des souvenirs traumatisants avant l’âge de sept ans.

Dans cette lignée théorique, de fil en aiguille, les troubles du comportement alimentaire, dont la boulimie avec la dépression majeure vont devenir la preuve d’une violence sexuelle passée. Comme prise en charge, il leur est proposé une méthode douteuse permettant aux supposés souvenirs d’abus de ressurgir. Cette nouvelle famille pseudo-scientifique porte le nom anglais de « Memory Recovered Therapy » (MRT) ou les thérapies pour se souvenir. Leur principe est basé sur la régression dans le temps, une plongée en  en état modifié de conscience dans le passé du sujet jusqu’à l’événement traumatique. Il ne s’agit pas de quelques heures, ni de quelques jours, ni de quelques mois mais de décennies entières qui remontent, la plupart du temps à la prime enfance, en pleine période de l’amnésie infantile. On propose à la (supposée) victime d’abus de régresser dans son enfance. De préciser, qu’elle le fait avec sa mémoire et son cerveau d’adulte; ce que n’ont pas compris ces pseudo scientifiques. 

Dans les années 90, nombre de thérapeutes pensaient que l’étiologie de la boulimie avec un épisode majeur de dépression  était la preuve tangible d’un abus sexuel durant l’enfance et dont la victime ne se souvient plus. Frappée d’une sorte d’amnésie, mécanisme de refoulement du trauma! Confrontées à ses souvenirs, les victimes vont pouvoir se souvenir de leur agresseur, retrouver une meilleure estime de soi et une bonne image du corps. Cela partait d’un bon sentiment mais ce traitement de la boulimie repose sur des postulats faux dont Holly Ramona et son père ont fait les frais.Les thérapeutes n’ont pas appliqué le principe du « no primum nocere », et ont appliqué sur Holly une MRT, notamment l’Amythal, connue pour sa dangerosité; notamment celle de l’implantation de faux souvenirs. Selon eux, les souvenirs de trauma peuvent disparaître de la conscience des laps de temps impressionnants, des décennies entières.

 Ce postulat implique que même les patientes qui ne signalent pas de souvenirs d’abus méritent systématiquement des investigations pour manipuler leur mémoire sur ce principe de la régression dans le temps pour que leurs troubles s’améliorent. L’on ne peut constater que dans les MRT  et le syndrome des faux souvenirs, le terme « d’amnésie dissociative » revient souvent sur le tapis pour justifier l’oubli total  d’un trauma sur des décennies. Aujourd’hui, il est remplacé par celui d’amnésie traumatique, mais le mécanisme reste le même. En fait, le terme d’amnésie est joyeusement dévoyé pour expliquer que la mémoire fonctionne comme un magnétoscope, et qu’il est possible de  récupérer d’une façon « quasi miraculeuse » des souvenirs par une technique altérant la conscience. 

Dans l’un de ses articles, le psychiatre Harrisson Pope explique d’une façon simple la méthodologie de ces thérapeutes pseudo scientifiques: Holy avait subi un abus sexuel, facteur étiologique de sa boulimie. En résumé, A précède B. Cela ne veut pas dire que A est le facteur étiologique de B. C’est du même tonneau que si l’on disait que les obèses adorent mettre des édulcorants dans leur café plus que les minces. Cela ne signifie pas que les édulcorants sont la cause de  l’obésité. Son étiologie, en somme.

Pour en savoir plus sur l’amnésie dissociative très en relation avec les MRT, le lecteur peut se reporter à l’article dûment documenté du Dr Marc Gozlan sur son blog réalités Biomédicales « Ces patients frappés d’amnésie après un stress intense ». C’est une approche rigoureuse qui ne fait aucune part à l’approximation scientifique, et si l’on retrouve le terme d’amnésie dissociative, cela n’enlève rien à l’existence des faux souvenirs induits (non évoqués dans  le dit article).

Les thérapies comportementalistes donnent d’excellents résultats. Holly Ramona fut d’ailleurs traitée, plus tard, avec de la fluoxetine (Prozac) avec succès. Le risque majeur d’une MRT est de créer des faux souvenirs, de rompre les  les liens familiaux, et faire traîner en justice des innocents pour abus sexuels. Certains patients se sont rétractées, mais pas tous!  Pour d’autres, ces faux souvenirs se sont transformés en certitudes, et sont devenus leur raison d’être, de vivre, et ils ont rompu avec leur famille. C’est tellement ancré dans leur mémoire qu’il est impossible de faire marche arrière! 

Tout thérapeute a la liberté de choisir une autre thérapie en l’absence d’autre traitement.  Mais ce n’est pas le cas pour la boulimie et de la dépression.

Malgré l’évolution des connaissances scientifiques sur la mémoire, certains thérapeutes insuffisamment formés, créent encore des faux souvenirs chez leurs patients. Y compris en France.  Alors quelle que soit la thérapie, d’abord ne pas nuire: « Primum non nocere ». Une prise en charge médicale et  pluridisciplinaire est préconisée en priorité dans les troubles de la conduite alimentaire.     





        Lien: https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2581436/fr/boulimie-et-hyperphagie-boulimique-reperage-et-elements-generaux-de-prise-en-charge-note-de-cadrage          

 
 
 

 

 

 

 
 

QUI SONT LES CHAMANS?

Le chaman évolue dans un monde parallèle, une quatrième dimension. Une sorte d’univers à la Lewis Carrol dans Alice au Pays des Merveilles.

028a854c4150138a6e1007bb80413437
The Meeting. ©Marti Fenton .
Le chamanisme, la plus vieille forme de religion observée depuis l’aube des temps, revient en force en Occident dans les milieux des Nouveaux Mouvements Religieux et de l’ésotérisme populaire. Ce savoir ancestral pratiqué par les Peuples Premiers attire potentiellement des personnes en « recherche spirituelle » déçues par la spiritualité occidentale. Parler du chamanisme n’est pas facile si on veut saisir l’esprit culturel des Peuples Premiers différent de la pensée occidentale.
 
Les peuples chamaniques respectent les puissances naturelles, et pour eux, les animaux, les pierres, les arbres et les plantes sont des entités vivantes porteuses dune âme. Une forme d’intelligence de la nature.
 

 

Comme l’a écrit le célèbre anthropologue Claude Lévi-Strauss:
« Le monde animal et le monde végétal ne sont pas utilisés seulement parce qu’ils sont là, mais parce qu’ils proposent à l’homme une méthode de pensée.» 
C’est le principe même de l’animisme où la sorcellerie et la magie sont omniprésentes. L’univers du chaman est a-causal et le chamanisme est fondé sur la certitude qu’il existe un espace surnaturel auquel il peut accéder grâce à la magie opérative. Le chaman évolue dans un monde parallèle, une quatrième dimension. Une sorte d’univers à la Lewis Carrol dans Alice au Pays des Merveilles. La pensée du chaman se situe hors de la logique cartésienne et elle se compose d’un réseau sensible tissé de symboles, de mythes et de signes tapis dans la mémoire et les coins et recoins de l’inconscient individuel et collectif. La mythologie et le légendaire sont le quotidien des chamans; une catégorie d’hommes, plus rarement de femmes, qui vivent les mythes dans leur psyché.
 
Au XVIII siècle, les premiers observateurs de ces cultures ancestrales ont taxé ces personnes-qui-croient-aux-esprits et aux-mondes-parallèles de fous et d’épileptiques. Le génie de ces cultures a été de convertir la folie en vocation sociale. Les chamans suivent une initiation qui leur permettent d’acquérir ce statut social reconnu par  leur communauté. Les premiers observateurs les ont éreintés de commentaires désobligeants. Le Russe Krivosapkin les décrits en 1861 comme des malades mentaux. Son compatriote Borogaz parle de sélection naturelle des individus les plus nerveusement instables. Un certain Ake Ohlmarks, en 1939, parle « d’hystérie arctique » causée par le froid polaire, la solitude désertique et le manque de vitamines.
 
L’image du chaman sera par la suite réhabilitée, voire encensée. Alfred Metraux constate que chez les Indiens du Brésil, de Guyane et des Antilles, le chaman se recrute parmi les personnes prédisposées au mysticisme, voire instables; le statut de chaman permet de les définir socialement. Les actes du chaman sont guidés par un rapport particulier avec le sacré, le numineux décrit par Carl.Gustav Jung, la religiosité. Les chamans affirmaient aux premiers observateurs avoir, au cours de leur initiation, eu leur « Soi originel » remplacé par un « Soi spirituel »qui leur confère des Pouvoirs: le secret des pierres, des animaux, la capacité de parler avec les morts, de pratiquer le voyage astral et autres talents. Ce qui différencie le chamanisme de la parapsychologie, c’est la dimension environnemental et culturelle qui interagit sur l’action du chaman et son groupe partageant les mêmes croyances sur l’organisation du Monde, et les rapports entre le monde végétal et animal évoqué plus haut. 
Au sujet de ces relations « fusionnelles » entre les animaux et l’homme, Claude Levi-Strauss a raconté ce mythe : « Jadis les chèvres étaient des êtres de même nature que les Indiens; elles prenaient l’apparence animale ou humaine à volonté. Les Indiens le savaient; raison pour laquelle ils continuent d’observer des rites spéciaux quand ils tuent une chèvre, ou bien un ours noir ou  un grizzly qui ont aussi cette double nature.»
 
Le chaman entre en contact avec les esprits et les divinités par un ensemble de rituels qui lui permettent  de soigner ou d’obtenir les  faveurs des dieux ou des morts. Sa fonction est de négocier, de commercer avec les esprits bénéfiques ou maléfiques dans les mondes célestes et infernaux. À cette fin, le chaman doit se couper momentanément du réel et entrer en transe.
 
Cet État Modifié de Conscience Chamanique selon M.Harner est décrite dans toutes les cultures chamaniques sous divers noms: vol chamanique, vol magique, voyage en esprit, voyage chamanique. Durant la transe, le chaman a des visions, des images oniriques et prégnantes qui lui permettent de voir ce qui se passe dans ces mondes parallèles. Le double (ou l’âme) du chaman quitte le corps pour entreprendre des ascensions célestes mais il visite également les régions infernales pour ramener l’esprit du malade capté par les forces maléfiques.  
 
 L’entrée en transe se fait par l’entremise d’une mise en scène théâtrale où la musique y est omniprésente. Les rituels se composent de chants, de psalmodies, de danses au tempo répétitif (lent ou accéléré) avec (presque toujours) un tambour, l’instrument emblématique. Afin d’intensifier la transe, certaines sociétés tribales consomment socialement des drogues dans un contexte rituel et sacré à des fins visionnaires ou exorcistes. Pour les peuplades sibériennes, c’est l’anamite tue-mouches, au Mexique le peyolt, et le nonda et le panade en Nouvelle Guinée. Dans le cadre des cultes Bwiti, l’iboga, un bois sacré, est utilisé au Gabon. La liane des morts, l’ayahuasca, est le breuvage sacré d’Amazonie. Quoi qu’il en soit, la prise de la drogue est cultuelle et remplit une fonction bien particulière. Comme les Indiens Guajiro (Venezuela) qui considèrent la drogue comme une substance qui leur permet d’aller de l’autre côté du miroir, et qui est un vecteur capable de les transporter dans cet univers a-causal.
 
Carlos Castaneda a popularisé cet univers dans ses livres à grand succès. On sait aujourd’hui que son best-seller « L’herbe du diable et la petite fumée » présenté comme une enquête ethnologique est une construction littéraire. Mais il a fait rêver toute une génération de la contre-culture, et pour cela on ne lui en veut pas car il fait encore voyager l’imaginaire de ses lecteurs. Dans ses livres Carlos Castaneda y raconte son initiation avec Juan Mati, un sorcier yaqui dont il fut pendant six années l’apprenti. Durant cette période initiatique, il expérimenta divers états de conscience et prit les hallucinogènes de la tradition mexicaine. C’est sacrément bien documenté pour une création littéraire! Charlatan ou pas, Carlos Castaneda inaugure le néo-chamanisme des années 70 en pleine période de la contre-culture américaine.
Des anthropologues dont notamment Michael Harner, avec son étude des Jivaros et une approche comparative de diverses traditions chamaniques, va contribuer à cet engouement des pratiques chamaniques en Occident à la suite de la parution de son livre : The Way of the Shaman (titre français : Chamane) en 1980. Il qualifie son approche de « core-shamanism », c’est-à-dire « chamanisme fondamental »; c’est une approche regroupant des techniques transcendant les contextes culturels spécifiques. La bien-pensance a reproché à Michael Harner d’inciter à la prise d’hallucinogènes façon new âge et contre-culture; force est de constater que ses travaux anthropologiques font partie de la littérature anthropologique de référence, et qu’ils sont de bonne facture.

 

Aujourd’hui, le chamanisme est victime de son succès et est détourné à d’autres fins. Après avoir lu des livres ou assisté à des conférences, certaines personnes sont tellement enthousiastes qu’elles veulent suivre cette voie et tombent sous la coupe de pseudo-chamans, de bons Occidentaux comme vous et moi. Ces charlatans proposent des stages de chamanisme qui  ne sont que de pâles imitations de rites chamaniques, et qui sont surtout un méli-mélo de syncrétisme new-agiste. Le chamanisme devient alors une pratique douteuse de psychothérapie. Folklorique ou effet placebo. S’il n’y pas de mise sous emprise chimique et mentale, ce n’est pas grave, mais ces pratiques sont dangereuses lorsqu’elles sont conjuguées à la drogue. 

Les traditions les plus dévoyées sont celles qui utilisent des drogues dans leurs rituels, aux fins de mettre sous emprise chimique. La plus en vogue est celle de l’Amazonie avec son hallucinogène puissant l’ayahuasca, le Vin des Morts. Ce breuvage est la médecine traditionnelle des chamans d’Amazonie, les Ayahuasqueros, pour soigner les populations locales. La prise de l’ayahuasca se limite au cercle restreint de l’Amazonie. Mais l’ayahuasca est l’objet d’un tourisme hallucinogène inquiétant qui en a laissé plus d’un sur le carreau, esquintant la psyché et qui peut s’avérer parfois mortel. Pourquoi?

Les effets pharmacologiques de l’ayahuasca sont analogues à ceux du L.S.D, la molécule chimique de référence découverte accidentellement par le suisse Albert Hoffman. Mais chut! Silence radio de la part des pseudo-chamans qui se gardent bien de le dire à leurs adeptes à qui ils font prendre cette drogue. Ils leur présentent comme une médecine alternative censée guérir toutes les maladies physiques et mentales. D’autres drogues sacrées font aussi l’objet d’un racket comme l’iboga, le L.S.D africain, de la tradition des Bwitis qui talonne l’ayahusca.

Sources: 
Chamanes au fil du temps, Francis Huxley Jeremy Narby, Albin Michel
 Claude Levi-Strauss, Le Cru et le Cuit, Plon, 1964Hallucinogènes et Chamanisme, Michaël Harner,  Terra Magna, 1992
Les Jivaros,: les cascades sacrées, Michael Harner, Poche

Vidéo de danse traditionnelle amérindienne