UN COLLOQUE SI SINGULIER EN FIN DE VIE!

Le colloque si singulier entre le médecin et son malade concerne aussi la fin de vie.

Aux origines.©NBT

Qu’est-ce qui fonde la relation Médecin/malade? Il y a d’un côté l’objectivité scientifique qui caractérise la médecine actuelle représentée par le médecin, et de l’autre une personne, le patient qui le consulte lorsqu’il y a souffrance, du corps et de la psyché.

Il a été beaucoup écrit sur cette relation si particulière entre le médecin et son malade, son éthique. Il s’agit bien d’un colloque singulier entre deux personnes. Du côté du médecin, cette relation ne peut se réduire au simple corps, même si l’objectif commun entre ces deux personnes est la préservation et l’amélioration de la santé du patient. Il ne faut pas négliger l’impact des facteurs émotionnels et affectifs. Même si le médecin est dans l’empathie, ce colloque singulier révèle une situation d’inégalité.

La naissance et la mort sont les deux extrêmes de la vie. Le colloque si singulier entre le médecin et son malade concerne aussi la fin de vie. L’actualité de ces derniers jours montre que ce n’est pas toujours si simple. Ce post n’a pas pas pour but de ressasser les rebondissements d’une sordide affaire d’arrêt des soins ou non, de se prononcer pour ou contre ou de relancer une nouvelle législation sur la fin de vie. Pour ou contre l’euthanasie.

Mais simplement de rappeler un aspect essentiel de la loi actuelle relative aux droits des malades et à la fin de vie. Celui des directives anticipées trop souvent négligées lorsqu’on est en bonne santé.

Quelques sites dont vous pouvez inspirer:

« Chacun peut écrire ses directives anticipées : elle sont surtout utiles en cas de fin de vie mais pas uniquement. C’est un droit depuis la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, renforcé par la loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie.»

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2722363/fr/rediger-ses-directives-anticipees

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/actualites/directives-anticipees-un-modele-votre-disposition

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fichedirectivesanticipe_es_10p_exev2.pdf

Évidemment, la liste des sites n’est pas exhaustive, vous pouvez en consulter d’autres, et en parler avec votre médecin référent car la relation entre le médecin et le malade est essentielle en fin de vie.

Je termine ce post par ces propos du Dr Véronique Fournier, cardiologue, Présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie. Elle rappelle le rôle du médecin lors de la fin de vie.

Qu’on le veuille ou non, in fine, c’est la médecine qui accompagne les hommes dans leur fin de vie, et non les juges, les avocats, les médias, ou la société. Certes, les médecins ne doivent pas être au-dessus des lois. Ils ont à respecter comme tout citoyen les règles de la République.