DANS LA JUNGLE DES APPS, CES LOGICIELS INCONTOURNABLES!

En aucun cas, elles ne remplacent le cerveau humain! Comme l’a écrit Georges Orwell, «Vous ne possédez rien, en dehors de quelques centimètres cubes de votre crâne.»

Apps pour propriétaires de chats!

Qui n’a pas installé sur son smartphone ou tablette des applications connues sous le nom d’Apps? Les Apps, logiciels et programmes, apportent de nouvelles fonctions à votre appareil, sont censées vous faire gagner du temps et vous faciliter navigation sur le web. On a l’embarras du choix parmi les plus de 3,8 millions (entre Android et Apple) d’apps; elles vont du divertissement, à l’économie, la santé et la psychologie! Celle que j’ai mise en illustration est destinée aux propriétaires de chat! Celles qui sont le plus utilisées sont celles des réseaux sociaux et des moteurs de recherche, parait-il et c’est une jungle dans laquelle il faut évoluer.

Certaines personnes gèrent leur emploi du temps grâce à ces fameuses applis et autres gadgets high tech. On peut avoir plus de 400 applis installées sur son smartphone ou sa tablette. Si ces fameuses icônes sont censées nous simplifier la vie, je n’en doute pas un seul instant, ne risquent-elles pas à long terme de rendre paresseuses nos fonctions cognitives comme la mémoire et le raisonnement si on en abuse? Une nouvelle forme d’addiction?

Rentrons dans le vif du sujet! Comment ces apps, aux dessins si sympathiques, agissent au long cours sur la pensée? Et plus précisément, référons aux deux vitesses de la pensée décrites avec brio par Daniel Kahneman dans son livre incontournable « Système 1, Système 2, les deux vitesses de la pensée. L’auteur a simplifié sa théorie en choisissant des nombres. Ce qu’il faut retenir sur ces 2 systèmes en interaction.

-Système 1 se singularise par la rapidité; il est intuitif et émotionnel. «Il fonctionne automatiquement et rapidement, avec peu ou pas d’efforts»

Sytème 2 est un système de contrainte! « Il accorde de l’attention aux activités mentales contraignantes qui le nécessitent, y compris des calculs complexes. Le fonctionnement du Système 2 est souvent associé à l’expérience subjective de l’action, du choix et de la concentration.»

Revenons aux « Apps »! À mon sens, elles font appel au Système 1. Votre mental repère sur l’écran l’icône choisie et votre doigt va ouvrir l’application. Le même principe marche avec la commande vocale. C’est un réflexe conditionné qui n’a impliqué aucun cheminement cognitif complexe, sauf un raccourci et le résultat de votre choix de l’Apps que vous avez installé! Votre Système 2 aura très peu été sollicité, voire pas du tout. C’est rapide, simple et efficace dans l’instantanéité mais est susceptible d’induire de la paresse cognitive. Si votre activité cognitive est importante ou si l’Apps vous aide professionnellement, c’est moindre! Mais est-ce que toutes les Apps installées sur votre portable vous facilitent la vie?

En référence au « Big Brothers » d’Orwell, l’Américaine Sarah Rotman, analyste au Forrester resarch, appelle cette technnologie « Big Mother ». Le risque qui nous guette n’est-il pas d’être submergés par le monde virtuel ? De faire de ces Apps une béquille incessante et nous infantilisant? Et risquons nous pas de perdre notre libre arbitre en nous mettant dans une forme de dépendance compulsive nous incitant à les utiliser à tout va? Certaines applis sont totalement délirantes et se substituent carrément à la volonté et aux fonctions cognitives, n’ayons pas peur de le dire!

Parfois, le but recherché de ces Apps est justement de doper la volonté qui vous fait défaut! L’une d’elles sonne si on reste trop longtemps couché sur son canapé? Si Ivan Petrovitch Pavlov était encore vivant, célèbre pour son étude sur le conditionnement et la mémoire, il n’utiliserait pas ses chiens mais une manne d’Apps et de cobayes humains pour parfaire sa théorie!

Côté régime alimentaire, j’en ai déniché une qui vaut le détour, celle de la britannique « Food Trainer » conçue par une équipe de scientifiques de l’université d’Exeter pour lutter contre les fringales! On y joue dix minutes par jour, et hop on n’a plus envie de grignoter des cochonneries alimentaires! Le petit jeu consiste à cliquer le plus vite possible sur des aliments entourés d’un halo vert-ça fonctionne comme les feux de signalisation- les aliments sains! Dois-je préciser que le chocolat et le fromage que nous sommes nombreux à adorer sont entourés de rouge? En « reprogrammant » le système de récompense du cerveau, les scientifiques expliquent augmenter « l’activité dans certaines parties du cortex préfrontal impliquées dans le contrôle de notre comportement, et en réduisant l’activité dans les parties du cerveau impliquées dans la préparation de l’exécution d’une action » sont les conclusions de l’équipe scientifique. Bien! C’est distrayant mais je reste songeuse devant l’aspect scientifique qui vous éduquerait aux aliments bons pour la santé!

Chez certaines personnes, les Apps sont devenue une véritable addiction technologique! Le New York Times   a surnommé ce mal « l’App Burnout », une forme de « burn out lié aux applications ». On peut surtout souffrir d’épuisement cognitif! Comment notre cerveau peut-il gérer 259 applications sur son mobile ou sa tablette sans engendrer un comportement compulsif et de la surcharge cognitive! Et le côté chronophage? La plupart des gens en utiliseraient une vingtaine. On ne peut que pratiquer le zapping sans effort de concentration et en utilisant l’Apps adéquate en fonction de ses (supposés) besoins!

Le regard d’une femme sur la technologie, extrait d’un journal numérique en dit long: « Bien sûr, de nouveaux jeux et services à la mode comme Tiny Tower et Draw Something flottent encore et deviennent à la mode. Mais ils disparaissent généralement, du moins pour moi. Bien que je télécharge constamment de nouvelles applications pour mon travail, il est rare que l’une fasse partie intégrante de ma routine quotidienne. Je n’ai tout simplement pas le temps d’en utiliser plus que je n’en utilise déjà. ?»

Le développement personnel vous promet monts et merveilles avec certaines Apps. Plus besoin de vous rendre dans un monastère pour apprendre à méditer. Certaines applications vous apprendraient à méditer et vous mèneraient sur les chemins de la sérénité. La technologie vous branche directement avec la zénitude! Vous avez l’embarras du choix. j’ai noté pour vous l’application américaine Headspace, fondée par un ancien étudiant en sciences sportives qui est devenu moine bouddhiste, mais est revenue aux États-Unis proposer ses services de méditation. Un franc succès pour cette application qui rallie toute la Silicon Valley et que Google et Linkedin offrent à leurs employés. Tous les cas de figure sont étudiés et vous pouvez méditer en toute situation!

Si l’on est sceptique sur le bien-fondé de cette application, il faut aller sur leur page web! L’essai est gratuit, et n’hésitez pas à me faire un retour de votre expérience! On peut y lire que « 25 études publiées montrent l’impact de Headspace sur des résultats tels que le stress, la concentration et la compassion.» Vous avez un nombre impressionnant de guides de méditation en toute situation émotionnelle à en avoir le vertige. De la parentalité consciente, la méditation pour perdre du poids, Comment être plus reconnaissant, etc…

Il serait complètement illusoire de penser que l’on peut se passer des Apps! On peut-être critique mais certaines touchent le domaine de la santé, et il faut rester ouvert! Pour s’en convaincre, il faut aller sur Pubmed, la base de données scientifiques et médicales qui recense les articles sur le sujet! Manifestement, certaines applications de santé peuvent faciliter les soins en auto surveillance ou en guide-line!

Rathbone Al et Prescot J de l’école d’éducation de l’université de Bolton au Royaume-Uni sont dithyrambiques sur les bienfaits des Apps! Voici ce qu’ils en disent: « Parallèlement aux applications , il est prouvé que la réception de messages SMS (SMS), qui impliquent de la psychoéducation, des rappels de médicaments et des liens vers des pages Web informatives utiles, peut également être avantageuse pour le bien-être mental et physique d’un patient. Les applications et services SMS mHealth disponibles et leur qualité en constante amélioration nécessitent un examen systématique dans le domaine en ce qui concerne la réduction des symptômes, l’adhésion à l’intervention et la convivialité.»

Une autre étude britannique, celle de Grist R, Porter J et Stallard de l’université de Bath est plus nuancée sur l’apport des Apps en santé mentale des pré adolescents et adolescents. « Dans l’ensemble, les données de recherche sont actuellement insuffisantes pour soutenir l’efficacité des applications pour les enfants, les préadolescents et les adolescents ayant des problèmes de santé mentale . Compte tenu du nombre et du rythme auquel les applications mHealth sont publiées sur les magasins d’applications, des études de recherche méthodologiquement robustes évaluant leur sécurité, leur efficacité et leur efficacité sont rapidement nécessaires.»

Toutes les études sur le bien-fondé des applications mettent en lumière la nécessité d’une meilleure méthodologie pour démontrer leur utilité! Ou du moins le changement en comportement de santé comme dans l’étude australienne de Mac Kay FH, Wright A, Shill J, Stephen H et Uccelini M: «Des études ont examiné des applications liées aux domaines suivants: alcool, asthme, allaitement, cancer, dépression, diabète, santé généralecondition physique, maux de tête, maladies cardiaques, VIH, hypertension, carence en fer / anémie, basse vision, pleine conscience, obésité, douleur, activité physique, tabagisme, gestion du poids et santé des femmes. Conclusion Afin d’exploiter le potentiel des applications de santé mobiles pour le changement de comportement et la santé , nous avons besoin de meilleures façons d’évaluer la qualité et l’efficacité des applications . Cet examen n’est pas en mesure de suggérer une seule approche des meilleures pratiques pour évaluer les applications de santé mobiles.»

Si les auteurs de l’étude, Mani M, Kavanagh D.J, Stoynanov SR, s’accordenr à reconnaitre les bienfaits de la « Pleine Conscience« , ils se montrent critiques sur la pertinence des Apps Iphone sur cette méthode! « Bien que de nombreuses applications prétendent être liées à la pleine conscience, la plupart étaient des applications de méditation guidées , des minuteries ou des rappels…Peu de preuves sont disponibles sur l’efficacité des applications dans le développement de la pleine conscience.»

En résumé, les Apps ont un avenir prometteur dans le domaine de la santé, mais comme l’Intelligence Artificielle et la robot-thérapie, elles en sont à leurs balbutiements! À suivre donc…

Il peut y avoir manifestement une forme d’asservissement à la High Tech, incluant les Apps, évidemment. L’utilisation intensive peut-être anxiogène et addictive. C’est assez paradoxal de savoir que les cadres et pontes des sociétés High Tech ont pris conscience que l’excès d’écrans est nuisible! Bill Gates, fondateur de Microsoft a limité le temps que ses enfants pouvaient passer derrière les écrans. Et Steve Jobs, lui en faisait autant: Une journaliste du New York Times se rappelle avoir demandé au cofondateur d’Apple : « Alors, vos enfants doivent adorer l’iPad ? » et s’être vu répondre, à sa grande stupéfaction : « Ils ne l’ont pas utilisé, (…) nous limitons la technologie que nos enfants ont le droit d’utiliser à la maison. »

La tendance actuelle est au Digital Detox, un concept de voyage déconnecté! Aucun accès à la Wifi ni à la 4G, sans ordinateurs, tablettes, liseuse électronique. Nada! Et avec les smartphones bloqués au début du voyage par une application qui permet uniquement d’appeler. C’est fou d’en arriver là…

Sans jeter le bébé avec l’eau du bain, ces applis sont des aides précieuses et facilitent la vie. En aucun cas, elles ne remplacent le cerveau humain! Comme  l’a écrit Georges Orwell, «Vous ne possédez rien, en dehors de quelques centimètres cubes de votre crâne.»

ÉTAT DES LIEUX DE LA CONSOMMATION DE PSYCHOTROPES EN FRANCE!

Dans son rapport, publié en 1996, concernant la prescription et l’utilisation de médicaments en France, le regretté Édouard Zarifian, psychiatre hospitalier universitaire à Caen avait écrit: « La France consomme plus de médicaments que les pays de niveau économique comparable. Les psychotropes, en particulier, sont trois fois moins utilisés en Allemagne ou en Grande-Bretagne. En France, « l’évolution totale de la classe de psychotropes est due à l’augmentation des ventes d’antidépresseurs. Cette classe thérapeutique a connu une augmentation de 5,63 % par an en moyenne de 1990 à 1994 », soit une hausse en dépenses de 10 % par an. « Si le taux de croissance de la Grande-Bretagne paraît plus élevé que celui de la France dans la période 1990-1994, il faut noter que le volume de prescriptions [d’antidépresseurs] en France en 1990 était de 40 % supérieur à celui de la Grande-Bretagne à la même époque. […]»

En 2020, les propos d’Édouard Zarifian sont-ils toujours d’actualité? Je me suis appliquée à trouver des données fiables mais les chiffres de consommation des psychotropes peuvent varier d’un site à un autre, aussi sérieux soient-ils! Ces chiffres sont utiles pour donner une idée de grandeur de l’ampleur de la consommation et l’évolution au fil des années.

D’abord, qu’entend par psychotropes? C’est un médicament qui agit sur la psychisme. Ils sont regroupés en cinq catégories: les antidépresseurs, les anxiolytiques (ou tranquillisants), et souvent souvent des benzodiazépines, les hypnotiques (ou somnifères), les antipsychotiques (neuroleptiques), les régulateurs de l’humeur et les psychostimulants (Ritaline) et sont délivrés uniquement sur ordonnance médicale. Les spécialités les plus consommées sont les benzodiazépines (18%), 9,7 % d’antidépresseurs, les hypnotiques 8,8 % et 0,7% de régulateurs de l’humeur. Toutes ces spécialités restent indispensables dans l’arsenal thérapeutique, sous condition qu’elles soient prescrites à bon escient. Si un regard critique s’imposer sur un excès de consommation, il n’est pas question de les remplacer par de la poudre à perlimpinpin.

En 2012, il s’est vendu 131 millions de boîtes de médicaments psychotropes en France. Et ô surprise, la France est tête du peloton avec une tranche d’âge de 18 à 75 ans (voire plus) et concernerait 17,4% de la population serait concernée . À quelques variables chiffres près

Les femmes en consomment plus que les hommes. 22, 7% de femmes contre 12,9% pour les hommes, et plus elles avancent en âge, plus la consommation augmente jusqu’à 75 ans. Les adolescents ne sont pas épargnés et comme pour les adultes, ce sont les adolescentes qui en prennent le plus: 23,4% contre 13,8%. Et dans un tiers des cas, ce ne sont pas les médecins qui prescrivent en première intention ces psychotropes, mais leurs parents qui prennent sur leur bonnet de leur en donner car leur médecin leur ont fait une ordonnance!

Par à rapport aux années précédentes, ça s’améliore en 2017! Les chiffres de remboursement des psychotropes montrent une baisse des ventes de psychotropes. Baisse de 6% sur les anxiolytiques durant la période 2012-2017. La diminution la plus importante concerne les hypnotiques avec -28%. En 2015, les Français occupaient la deuxième place parmi huit pays européens pour la consommation de benzodiazépines, soit 20% de moins qu’en Espagne mais 5 fois plus qu’en Allemagne. Concernant les personnes âgées, la consommation de psychotropes est préoccupante en Ehpad, même si au fil des ans, elle diminue.

Indépendamment de la baisse constatée au fil des ans, les Français consomment toujours énormément ces substances! Compte tenu de cette forte consommation, on est en droit de se demander s’ils en ont vraiment besoin plus que dans d’autres pays! Le Français est râleur mais est-il tellement si déprimé ou si anxieux pour prendre à gogo des psychotropes. Et bien, un début de réponse sur le bien-fondé de cette surconsommation. Il y aurait un décalage entre ceux qui prennent environ qui se situerait aux alentours de 10% et ceux pour lesquels la prescription serait justifiée, et qui elle se situerait à 5 %. Même si les données chiffrées sont floues, on n’est pas très loin de la réalité où les psychotropes deviennent des molécules de confort, un fourre-tout thérapeutique masquant des causes diverses pouvant aller au simple état d’âme (pas forcément pathologique) ou alors une indication forcenée qui ne nécessite pas un remède de cheval mais quand même prescrite. Et sans compter un mésusage de l’indication initiale de ces molécules dans le dopage cérébral.

On peut trouver dans le rapport du Dr Édouard Zarifian des explications lumineuses dont on aimerait qu’elles soient dépassées en 2020, mais il n’en est rien. Voici quelques phrases assassines qui n’ont pas pris une ride. Hélas, trois fois hélas!

Il n’existe actuellement aucune réflexion dans le milieu médical, et en particulier dans le milieu psychiatrique académique, sur l’éthique de la prescription de médicaments psychotropes. Les leaders d’opinion restent muets face à l’abaissement de la limite entre le normal et le pathologique, ouvrant de nouveaux marchés à la prescription ; […] ils acceptent la banalisation de l’utilisation des psychotropes pour lesquels il n’existe nulle part de pharmacovigilance spécifique de leurs possibles effets psychiques indésirables. […] Il existe une intentionnalité claire de fournir exclusivement aux médecins généralistes ou spécialistes, par la voie de discours académiques, une représentation monolithique réduite aux seuls symptômes accessibles aux seuls médicaments. » Alors que « pratiquement toutes les études cliniques, épidémiologiques, médico-économiques, sont suscitées, financées et exploitées au plan statistique de manière autonome par l’industrie ou par des sous-traitants qu’elle rémunère. »

Nous manquons beaucoup d’études pharmacologiques réalisées en toute indépendance afin de vérifier ce qu’à moyen et long terme ces molécules [les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, comme la fluoxétine, ou ProzacÆ] ont comme action sur la transmission dopaminergique comme le font les psychostimulants plus classiques, qu’il s’agisse des amphétamines ou de la cocaïne. […] »

En décembre 1998, la revue médicale et indépendante Prescrire publiait un article sur les poins forts du rapport Zarifian incluant un historique éloquent. Le psychiatre constate la tendance de ses confrères (généralistes et psychiatres) à prescrire larga manu ces molécules. Selon lui, ils se centrent uniquement sur le « symptôme isolé » décrit dans le DSM. Le manuel américain des troubles psychiatriques à l’origine était destiné à la recherche, et les symptômes potentiellement décrits dans le DSM manuel américain favorisent la prescription des psychotropes surtout celle des antidépresseurs, et ce encouragée par l’industrie pharmaceutique. « L’efficacité des psychotropes, qui sont arrivés tous à la fois entre 1952 et 1965 dans le désert de la pharmacopée psychiatrique, a pu faire croire à certains que les symptômes psychiatriques n’avaient d’autre fonction que d’être des cibles pour les médicaments. C’est la notion de “target symptom” ou symptômes cibles décrits aux États-Unis par Fryhan.»

De charybde en scylla, on est arrivé au symptôme cible qui tient lieu de description de la personnalité dépressive ou disthymique, menant à une construction organiciste de la psychologie par un « système de poupées russes ». Ainsi, la prescription à gogo des psychotropes est facilitée en détournant le DSM au profit de l’industrie pharmaceutique. Le marketing de l’industrie pharmaceutique s’appuie sur des situations de vie de patients dans leur vie quotidienne, psychiatrisant leurs souffrances existentielles et orienter les prescriptions des médecins. Pour favoriser les ordonnances de psychotropes, le marketing va utiliser un langage pseudo-scientifique emprunté à la neurobiologie, sous le couvert du DSM à la botte de l’industrie pharmaceutique. Ainsi, toujours pour trouver le plus de target symptômes nécessitant une prescription de psychotropes. L’une des démonstrations les plus éclatantes est le passage des 180 critères du DSM 1 à celui de 300 dans le DSM IV et V.

Le marketing pharmaceutique va donner l’illusion que toute difficulté existentielle engendrant des bouleversements émotionnels va se résoudre comme par enchantement par la prescription d’un psychotrope.

Dessin humoristique extrait du livre Comment l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions de Christopher Lane). 2007

À l’époque, les effets indésirables des psychotropes n’étaient pas connus comme aujourd’hui. On connait maintenant le risque d’abus, de dépendance et de syndrome de sevrage concernant les benzodiazépines, leurs effets secondaires indésirables comme des troubles de la mémoire, une altération des fonctions psychomotrices (risque de chute par exemple) et des troubles du comportement. Les traitements d’antidépresseurs doivent être prescrits le plus longtemps possible, et chez certains patients parfois à vie, et ce sans qu’il ne soit évoqué les effets secondaires de ces molécules ni leur changement de personnalité au long cours.

Cet extrait de l’article de la revue Prescrire appuie là où ça fait mal : « La pharmacovigilance des médicaments psychotropes est pratiquement axée sur les effets somatiques indésirables de ces traitements•» L’hépatoxicité et autres effets secondaires) sont mises en avant ainsi que les manifestations corporelles mais les changements de personnalité induits au long terme ne le seront pas!

Si cette forte consommation de psychotropes existe, c’est parce qu’il y a aussi collusion entre l’industrie pharmaceutique et de nombreux leaders d’opinion des milieux académiques. Dans l’enseignement médical, les matières comme pharmacologie, la neurologie et les médicaments sont encouragées. Les psychothérapies validées suivant les règles de l’Evidence Based Medecine ne font pas partie de l’arsenal thérapeutique car trop onéreuses et trop longues.

Ainsi, selon Prescrire, n’est-il guère étonnant que l’on continuera à voir apparaitre de nouvelles classes de psychotropes et d’antidépresseurs à visée comportementale comme dans le domaine de la violence. La maîtrise pharmacologique des enfants désobéissants avec la ©Ritaline comme aux États-Unis, et en soulignant aussi le mésusage de cette molécule dans le dopage cérébral ainsi que je l’avais écrit dans le post « Autour du film « Sans limites »: Le dopage cérébral »!

La forte consommation de psychotropes a aussi été dénoncée par le critique littéraire et historien anglais Christopher Lane dans son livre Comment la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions paru en 2007. Là aussi, comme pour le rapport Zarfian, le sujet est encore actuel. Bien qu’il ne soit pas un spécialiste de la santé mentale, Christopher Lane complète avec réussite les observations d’Édouard Zarifian. Dans son livre, il évoque le changement de personnalité sous psychotropes: La neuropsychiatrie nous prodigue des «congés chimiques hors du moi intolérable», mais n’est-ce pas pour nous habituer aux peurs ordinaires et aux chagrins quotidiens, et nous faire souffrir finalement davantage. Comme le dit Hamm dans Fin de partie de Samuel Beckket: « vous êtes sur terre, c’est sans remède! Les neuropsychiatres et leurs mentors de l’industrie auront pourtant dépensé sans compter leur temps et leurs dollars pour nous convaincre du contraire

Quelles sont les dernières nouvelles de ce début d’année concernant la consommation de psychotropes? En France, la consommation d’anti-dépresseurs se situerait dans la moyenne! Cela ne veut pas dire que ceux qui n’en ont pas besoin n’en prennent plus. C’est l’Islande où il se vend le plus de boîtes d’antidépresseurs. Les remarques formulées plus haut sont toujours actuels y compris sur le rapport Zarifian. Sur la consommation d’antidépresseurs, j’ai recensé un article pertinent sur les disparités de consommation suivant les régions. Les trois régions où l’on consommerait le plus d’antidépresseurs seraient le Limousin, l’Auvergne et le Poitou-Charentes. L’une des explications avancées serait la vieillesse, le handicap célibat et le nombre de couples sans enfants. Ceci serait à prouver car il y a probablement d’autres raisons.

Si la consommation d’antidépresseurs diminue depuis 2000, celle des benzodiazépines reste fort élevée. La France en occupe le deuxième rang de la consommation de cette spécialité en Europe, derrière l’Espagne. Il reste encore fort à faire!

En conclusion de ce post, hommage à Édouard Zarifian. Il n’a pas uniquement écrit le rapport de 1996 sur les psychotropes, il a été aussi l’auteur prolixe de nombreux best sellers dont Les Jardiniers de la folie, et voici quelques phrases extraites de son livre Des Paradis plein la tête.

Ecoute-moi, toi mon semblable, mon frère. Tu as peur parce que tu te crois faible, parce que tu penses que l’avenir est sans issue et la vie sans espoir. … Pourtant, tu as d’authentiques paradis dans la tête. Ce ne sont pas des paradis chimiques, c’est toi, toi tout entier dans ta singularité d’homme avec les forces qui t’habitent et que tu as oubliées peut-être. Car c’est l’homme qu’il faut retrouver dans l’individu pour rendre l’existence viable.(Des paradis plein la tête

Si la consommation d’antidépresseurs diminue depuis 2000, celle des benzodiazépines reste fort élevée. La France en occupe le deuxième rang de la consommation de cette spécialité en Europe, derrière l’Espagne.

SOURCES:

pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/31301-Quelles-regions-France-l-on-consomme-d-antidepresseurshttps://www.prescrire.org/docus/PO2008_ZarifianLRP168.pdf