COVID-19: POURQUOI NE PAS INNOVER EN TESTANT AVEC DES CHIENS?

« Les chiens sont formés en quelques jours et les frais d’entretien se limitent au coût de la nourriture.» (Dominique Grandjean, professeur à l’EnvA)

Si l’illustration d’un chien « Golden Retriever »portant des lunettes est fantaisiste, le sujet de ce post est sérieux! Comme l’a dit Charlie Chaplin, l’humour renforce notre instinct de survie et sauvegarde notre santé d’esprit. Et l’on peut dire qu’en ce temps de pandémie, ses propos étaient prémonitoires. La pandémie actuelle va encore perturber pendant de nombreux mois notre vie avec les mesures sanitaires mises en place! Chaque jour en lisant les derniers chiffres sur l’évolution de la pandémie, la perspective d’un renforcement des mesures sanitaires se profile dans les régions où il y a un fort taux de contamination et une taux d’occupation des lits en flux tendu. Allons nous de nouveau vers un re-confinement (localisé ou généralisé) préconisé par des médecins, comme dans certains pays (Espagne, Israël, Royaume Uni, l’Italie) ? Nous verrons bien…

Depuis la possibilité pour tout et chacun d’obtenir un test PCR sans ordonnance, les laboratoires d’analyses médicales sont engorgés, faisant exploser les délais des résultats pouvant porter préjudice aux vrais malades!

Alors, pour aider les soignants et pallier à l’engorgement des tets, reparlons une fois de plus du rôle des chiens détecteurs du virus auxquels j’ai consacré récemment deux posts: Les chiens, auxiliaires dans le dépistage du Covid-19 et Covid-19: sa signature olfactive avec les chiens renifleurs.

La recherche sur les chiens dressés à détecter l’odeur de la Covid-19 est une innovation mise en oeuvre dans certains pays à grande échelle. Un article publié dans le BMJ publié le 25 septembre évoque cette stratégie!

Depuis le 22 septembre, des chiens dressés à détecter l’odeur du virus ont été affectés à l’aéroport d’Helsinki-Vanta. Wisenose, le site de référence des chiens détecteurs de maladies rapporte qu’ils sont dix chiens dressés spécialement pour la Covid-19. Un chien ainsi dressé est capable de détecter entre 10 à 100 molécules alors que pour un kit de détection, il en faut 18 millions. Sacrés nez ces chiens!

Les tests préliminaires menés par les chercheurs de la faculté vétérinaire de l’université d’Helsinki montrent que les chiens peuvent être efficaces à 100 pour cent! Et ils peuvent sélectionner les personnes atteintes du virus avant l’apparition des symptômes.

Ulla Lettijef, directrice de l’aéroport définit la Finlande comme pionnière: « à notre connaissance, aucun autre aéroport n’a essayé de faire appel à la détection canine à une si grande échelle. Cela pourrait être une avancée majeure pour enrayer l’épidémie de Covid-19.»

Amis des animaux, vous allez être déçus car pas question de caresser ces chiens et de leur faire des calins! Les personnes qui sont testés avec les canidéss doivent essuyer leur peau avec une lingette qu’ils devront placer dans un récipient. Ceux qui seront positifs seront orientés vers le service de santé.

Deenan Pillay, professeur de virologie à l’University College London se montre sceptique sur l’apport des chiens: ils « ne sont pas une solution miracle, et ils ne remplaceront pas une approche de santé publique efficace.» On peut-être avoir les deux, non? L’un n’exclut pas l’autre.

Et où est en est notre pays dans l’utilisation des chiens détecteur de Covid-19? La France fût pionnière sur le sujet dès le mois de mars avec le projet Noasaïs initié par le professeur Dominique Granjean, enseignant-chercheur à l’école nationale vétérinaire d’Alfort. La revue Challenges a consacré le 10 septembre dernier un chouette article sur ce projet! Bien qu’il soit jugé prometteur par les experts, il fait un malheur à l’étranger mais en France, il a du mal à décrocher des subventions publiques pour se développer comme en Finlande. L’expertise développée par l’EnvA se développe dans le monde entier sauf chez nous.

Ainsi que le souligne le professeur Dominique Grandjean « Cette méthode est complémentaire de celle du dépistage par PCR qui, aujourd’hui, est encore la seule sur laquelle s’appuient les autorités. Résultat, les laboratoires d’analyse sont sous l’eau alors que l’on pourrait les soulager avec notre protocole si facile à mettre en oeuvre» et « Les chiens sont formés en quelques jours et les frais d’entretien’ se limitent au coût de la nourriture. » La facture pour l’Assurance maladie des tests PCR, quant à elle, dépasse les 250 millions d’euros par mois.»

Dommage, vraiment dommage….un immense gâchis et c’est désespérant!

Pour en savoir plus:

`

https://www.geo.fr/histoire/des-chiens-renifleurs-decouvrent-des-sepultures-vieilles-de-3000-ans-en-croatie-198336

COVID-19: SA SIGNATURE OLFACTIVE AVEC LES CHIENS RENIFLEURS.

« Les chiens ne servent pas à remplacer les tests PCR. C’est plutôt un outil et un moyen supplémentaire de dépistage »(Aymeric Bernard , vétérinaire)






En avril dernier, j’avais évoqué dans un post, le dressage par la Medical Detection Dog (MDD, UK) de chiens capables de détecter les personnes asymptomatiques au SARS-Cov2. Des expérimentations ont été lancées à l’École Nationale vétérinaire d’Alfort et en Corse. Sur l’île de beauté, le programme baptisé Nosais est soutenu par la préfecture de Corse du Sud, l’ARS de Corse et les hôpitaux ajacciens de la Miséricorde et Eugénie. Et le programme Covidog à Strasbourg.

Dans la ville alsacienne, le projet des chiens renifleurs a intéressé Philippe Cochet, enseignant-chercheur au CHU de Strasbourg. Il est parti de l’idée que si il y a « une deuxième vague survient, il sera difficile de reconfiner tout le monde comme on l’a fait. Voilà pourquoi il nous faut disposer d’un moyen non invasif et immédiat pour détecter les porteurs du virus ». La start-up strabourgeoise Biodesiv a mis au point des tubes permettant de collecter les échantillons infectés et non infectés.

Le principe repose sur le suivant: il faut isoler l’odeur de la maladie et non celle du virus. À l’aide de cultures de cellules infectées, le volatilome associé à l’infection sera récupéré, c.a.d ensemble des molécules volatiles que ces cellules libèrent dans l’air. « Le virus reprogramme la cellule pour qu’elle travaille pour lui. C’est une modification du tout au tout du métabolisme cellulaire. Donc, les cellules infectées ne libèrent pas les mêmes molécules que les cellules saines », explique Christophe Ritzenthaler. C’est cette signature olfactive de la maladie que les chiens apprennent à reconnaître.

Selon Christophe Ritzenthaler, directeur de recherche au CNRS et virologue à l’Institut de biologie moléculaire des plantes du CNRS, la maladie a un « parfum » aussi bien chez les patients contaminés que les asymptomatiques, difficiles à repérer s’ils ne se font pas tester.

Quel est le protocole du dressage? C’est l’équivalent d’une étude randomisée mais adaptée à l’animal sans l’exposer lui et son dresseur au virus. On dispose devant le chien quatre supports métalliques contenant chacun un échantillon de sueur humaine collectée sous les aisselles. Trois filtres proviennent de personnes non contaminées et le quatrième est celui du malade atteint par la Covid-19. Quand le chien s’assoit devant le filtre sentant l’odeur du virus, il est récompensé avec son jouet préféré. L’exercice est répété une vingtaine de fois.

©Crédit AFP, Pascal Pochard

Une ECR (étude clinique randomisée) allemande publiée dans le journal BMC pilotée par l’Université de médecine vétérinaire de Hanovre et le professeur Holger Volk révèle bien que les chiens de détection entrainés sont capables de distinguer les échantillons infectés à la Covid-19 des non infectés.

Le 23 juillet dernier, en Corse deux malinois ont participé à une campagne de dépistage. Comment cela se passe-t-il? Comme l’explique Bruno Maestracci, directeur du Si-2, « Nous appliquons des compresses sous le bras de volontaires. Sous l’autre bras, nous mettons des tubes qui seront eux transmis à l’université de Corse, à Corte, avec laquelle nous avons un partenariat afin de réaliser des analyses scientifiques. »

Le flair hors norme de ces chiens est encourageant! Il y a entre 94 et 98% de sensibilité, et il est même arrivé que des chiens aient détecté des cas positifs là où les tests PCR étaient négatifs. Mais le vétérinaire Aymeric Bénard reste prudent: « Les chiens ne servent pas à remplacer les tests PCR. » « C’est plutôt un outil et un moyen supplémentaire de dépistage ». Et le coût du test reste limité! N’importe quel chien dressé déjà à renifler des maladies virales peut-être entrainé à reconnaitre celle de la Covid-19.

Restons prudents face aux nez canins comme le préconise l’Académie nationale de médecine et l’Académie vétérinaire de France. Certains critères fiables doivent être réunis et c’est tout un véritable programme dans le respect du bien-être animal:

-de compléter l’évaluation scientifique et le développement de ce nouveau test afin de le mettre en œuvre dans les meilleurs délais :

– d’en préciser les performances analytiques (sensibilité, spécificité) ;

– d’identifier dans le volatilome la ou les molécules spécifiques de la Covid-19 ;

– de promouvoir la constitution d’équipes dédiées (personnel, chiens) ;

– de sécuriser la présentation des échantillons à analyser, tant pour les chiens que pour le personnel ;

– et de définir les règles de bon usage de ce type de test.

Jusqu’à ce jour, près de 15000 personnes ont pu être testées en France et à l’étranger avec les chiens renifleurs. Alors, une initiative sympathique qui fait de ces chiens détecteurs de Covid-19 des auxiliaires médicaux précieux.

Vidéo sur les chiens détecteurs en Corse: