OSER ÊTRE QUELQU’UN DE BIEN! ÉLOGE DE LA GENTILLESSE!

Juste quelqu’un de bien
Quelqu’un de bien
Le cœur à portée de main (Enzo)

Malheureusement, l’actualité heurte trop souvent notre sensibilité et nous sommes souvent bousculés dans nos certitudes et nos croyances! Qui n’a pas éprouvé cette sensation admirablement décrite par Irvin Yalom, professeur émérite en psychiatrie de l’université Stanford, dans son livre « La Malédiction du chat hongrois »: « Nous sommes des créatures en quête de sens, qui doivent s’accommoder de l’inconvénient d’être lancées dans un univers qui n’a intrinsèquement aucun sens.»

Sans aller jusqu’au mal-être ou la rupture psychique, comment résister au bruit et la fureur ambiante sans renoncer à notre personnalité? Devons nous forcément nous laisser submerger par la violence autour de nous, celle qui fait l’actualité et qui se répand autour de nous dans une sorte de compétition darwinienne (mal digérée et donc dévoyée) où le plus fort doit gagner en étant méchant? Devons nous perdre notre identité et nous transformer en une sorte de loup-garou derrière nos écrans et réserver certaines de nos qualités intrinsèques à la vie réelle dans toutes les sphères (familiale, amoureuse, amicale et professionnelle)?

Et si nous parlions de certaines qualités comme la gentillesse, souvent assimilée à bêtise ou du moins à la faiblesse d’esprit? L’étiquette la plus péjorative étant celle du bisounours pour disqualifier celui qui est gentil! Et pourtant la psychologie s’intéresse à cette forme de communication que Carl Rogers qualifiait de non violente! La gentillesse est étroitement liée à l’empathie, liée elle-même dans le cercle vertueux de la morale. Et ça commence dès le berceau! C’est ce qu’a démontré le psychologue Martin Hoffman dans Empathy. Les nourrissons sont sensibles à la détresse d’autrui. Lorsqu’un bébé pleure, il peut lui aussi se mettre à l’unisson de son chagrin en se mettant à pleurer lui aussi. Ce serait génétique! Plus précisément, certaines hormones comme l’ocytocine favorisent le comportement maternel, le lien conjugal et la confiance en soi.

Du côté des neurosciences, des images réalisées sous IRM ont montré que le cortex cingulaire antérieur subgenual pourrait être le siège de l’empathie et de la gentillesse. Juste une piste d’après une expérience réalisée par une équipe universitaire d’Oxford sur des joueurs, et donc prudence car rien n’est confirmé.

Alors comment la gentillesse se manifeste-t-elle au niveau des actes? Et pourquoi pas justement l’illustrer avec les paroles de la chanson de Enzo, « Juste quelqu’un de bien »

Juste quelqu’un de bien
Quelqu’un de bien
Le cœur à portée de main

J’dis bonjour à la boulangère
Je tiens la porte à la vieille dame
Des fleurs pour la fête des mères

Sans tomber dans la soupe du développement personnel et la moraline, on vous démontre par A+B que l’excès de gentillesse peut vous nuire, et on va vous apprendre à être dans le camp des méchants ! Vraiment? Les attaches de la psychologie sont celles de la philosophie, et cela malgré l’apport des neurosciences, de la génétique ou de la science. La philosophie doit être intégrée à la pratique professionnelle, et pour moi elle est la cousine germaine de l’éthique professionnelle.

Récemment, j’ai lu une excellente interview de Laurence Devillairs qui va vous décomplexer d’être gentil! Cette philosophe est l’auteure d’« Être quelqu’un de bien »(ou devenir une bonne personne ne peut-être qu’une vocation de femmes ou d’hommes libres). Je n’ai pas lu le livre, mais les propos recueillis par Clément Pétreault (du journal Le Point) sont séduisants, et j’avais vraiment envie de vous le faire partager. Alors, vous e découvrirez ci-dessous. Bonne lecture, et comme j’ai cité Enzo, j’ai également partagé sa chanson « Juste quelqu’un de bien » !

Le Point : Pourquoi s’intéresser aux gentils ? Au fond, ce sont un peu les perdants de l’époque ? 

Laurence Devillairs : Cette fascination pour les méchants et les cyniques me paraît convenue et démodée ! Il y a certes une banalité du bien, mais cette banalité ne demande pas de coup d’éclat, elle réclame modestement de suspendre la fatalité du « c’est comme ça » pour faire advenir le bien, faire changer le cours des choses malgré les contingences, les envies, les intérêts, les détestations ou les sympathies. La gentillesse est tout sauf une facilité : c’est un talent. Prenez les exemples dans le cinéma : le méchant est un obsessionnel monolithique, égoïste et calculateur. Il est perçu comme plus intelligent, plus manipulateur et donc plus stratège. Mais le gentil est souple, capable de faire la bonne action au bon moment. Il saisit l’instant. Le cinéma fait porter le poids narratif aux méchants, alors que c’est sans grand intérêt ! Le gentil découvre le devoir qu’il se doit à lui-même, les actes que le bien lui réclame d’accomplir, c’est ça qui fait l’histoire ! Dans les « James Bond », les méchants sont obsédés par le plaisir du mal, ils sont robotiques et bardés de technique. Le méchant de « James Bond » révèle la pauvreté du méchant. Alors que James Bond, lui, est hyper-humain, il y va à mains nues. 

Vous invitez à être quelqu’un de bien et pourtant vous fustigez la bienveillance… Pourquoi ? 

Il y a une confusion entre la gentillesse et la bienveillance. La bienveillance est une attitude plus qu’une conduite, c’est une morale de proximité, qui consiste à vouloir consoler ou aplanir le malheur de l’autre, si possible de l’autre qui me ressemble le plus. Mais il y a des chagrins qu’on ne doit pas consoler. La morale de proximité ne suffit pas à faire la gentillesse, car la morale exige beaucoup plus que la compassion. La gentillesse, c’est se mettre à la place de l’autre au sens strict. Le bon samaritain n’est pas bienveillant et Dieu merci ! S’il l’était, il se contenterait de regarder ou de consoler, mais là, non ! Le bon samaritain doit voir le voyageur, le toucher et se mettre à sa place, il se démène, il remue ciel et terre… Il a suspendu le cours normal des choses pour faire advenir quelque chose d’autre. En fait, qu’on le veuille ou non, la morale nous gêne et nous contraint à l’action. Ce qui compte, c’est ce qui se passe ici et maintenant. 

Etre quelqu’un de bien, est-ce la promesse de devenir quelqu’un d’ennuyeux ? 

Non ! Etre quelqu’un de bien, ce n’est pas simplement obéir aux règles, aux convenances et aux conventions, c’est accomplir avant tout des actes de liberté. En morale, il n’y a que deux catégories : le lâche et le courageux. Quelqu’un de bien n’est pas un surhomme, il n’a pas d’aide divine, c’est « seulement » un héros, mais un héros ordinaire, qui aurait pu ne pas faire le bien, qui est comme tout le monde menacé par la possibilité de faire le mal, mais qui a le courage, la liberté, de faire le choix du bien. Exister, c’est en effet savoir que tout ne se vaut pas, c’est refuser une forme d’athéisme moral, c’est-à-dire la croyance qui voudrait qu’exister suffit, indépendamment de toute idée de bien ou de mal. L’athée moral, celui qui « ne voit pas le problème », est beaucoup plus dangereux que le tueur en série. 


L’ORTHOREXIE OU L’OBSESSION DE SE NOURRIR SAINEMENT COÛTE QUE COÛTE!

C’est le Dr Steve Bratman qui créa, en 1996, le néologisme d’othorexie, pour désigner l’obsession de se nourrir exclusivement avec des aliments sains.

Une alimentation équilibrée s’avère nécessaire pour notre capital santé; nous sommes tous d’accord malgré nos nombreux écarts alimentaires!

Faut-il encore que nos efforts pour manger sainement ne se transforme pas en obsession, une forme de trouble du comportement alimentaire, l’orthorexie.

Diable, que signifie ce néologisme?
C’est le Dr Steve Bratman qui le créa en 1996 pour désigner l’obsession de se nourrir exclusivement avec des aliments sains. Ce n’est pas la quantité qui compte, mais une forme d’obsession qui pousse à rechercher une alimentation parfaite. Orthorexie vient du grec «orthos», qui signifie «droit» ou «correct», et est à mettre en parallèle avec l’anorexie mentale. C’est une attitude vis à vis du choix de la nourriture.  « À l’origine», dit-il, « j’ai inventé ce mot pour taquiner mes patients trop obnubilés par les régimes alimentaires. Au fil du temps, cependant, j’en suis arrivé à constater que ce terme  désigne un authentique trouble de l’alimentation ».

Il faut tout de suite préciser que l’orthorexie est un concept que certains considèrent comme pseudo-scientifique. Il ne figure pas au DSM-5 ou le CIM 11 parmi les troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie ou l’hyperphagie alimentaire. Mais..mais en allant voir sur PUBMED, la base de données des articles scientifiques publiés, on trouve des articles sur le sujet de l’orthorexie qui en font un problème de dysfonctionnement de comportement alimentaire au goût du jour. Dans la littérature anglo-saxonne on parle d’orthorexie nerveuse pour les formes les plus sévères de ce trouble. Elle nécessite une psychothérapie souvent une TCC pour réapprendre à s’alimenter.

Sur son site, Steve Bratman défend son concept sans dénoncer un régime alimentaire particulier. Il n’a jamais prétendu que le végétarisme, le végétalisme ou toute autre approche nutritionnelle qui sort des sentiers battus, incitant à manger des aliments sains relevait du pathologique.

De même que les personnes qui font attention aux ingrédients inscrits  sur les étiquettes des aliments, avant de les acheter, ne veut pas dire qu’elles ont un problème psychologique. Comme certains articles sur l’orthorexie via le web semblent l’affirmer. Et Steve Bratman est le premier à dire que la dépendance à la malbouffe est immensément plus répandue que l’obsession d’une nourriture saine. Il est toujours possible de changer ses habitudes alimentaires sans être obnubilé, presque pathologiquement par une nourriture saine!

L’anorexie en est le parallèle. L’obésité est de loin le plus gros problème de santé lié au mode de vie d’aujourd’hui, et chaque personne doit veiller à maintenir un poids et un IMC normaux. De même, on doit minimiser l’apport des conservateurs, pesticides, antibiotiques et tous les autres composants nocifs qui polluent l’alimentation. Cependant, certaines personnes qui font une fixation sur une alimentation absolument dénuée de nocivité peuvent développer un trouble de l’alimentation par rapport à ça, à l’instar de certaines personnes, qui pour éviter l’obésité deviennent anorexiques.Pour les personnes souffrant d’orthorexie, manger sainement est devenu un trouble extrême, obsessionnel, les enfermant psychologiquement et parfois physiquement dangereux, tout à fait distinct de l’anorexie. Souvent, l’orthorexie semble avoir des éléments de TOC, tout comme l’anorexie. Mais l’orthorexie ne se présente pas comme un Trouble Obsessionnel Compulsif typique ou comme de l’anorexie.

Il y a une autre composante idéologique, ambitieuse voire de nature spirituelle qui s’enracine dans la personnalité. Il est le plus souvent seulement un problème psychologique dans lequel les préoccupations alimentaires deviennent dominantes au détriment des autres dimensions de la vie, qui elles sont négligées. Dans de rares cas, cela peut être grave, entraîner la mort via la malnutrition. « La tolérance zéro du point de vue alimentaire peut, dans ces extrêmes, affecter chacun des actes et susciter une perte de l’appétit de vivre (anonyme, Wikipedia)». On parle même de risque de dépression. L’une des caractéristiques distinguant l’orthorexie de l’anorexie est que l’anorexique se concentre sur son poids, alors qu’une personne souffrant d’orthorexie est obsédée par la pureté de son alimentation. Les personnes souffrant d’anorexie possèdent une image déformée de leur corps, de dysmorphisme (même si elles n’ont pas de problèmes médicaux de poids). Les personnes qui souffrent d’orthorexie luttent constamment contre le sentiment d’être empoisonnées par ce qu’ils ont mangé, peu importe le soin avec lequel ils surveillent leur alimentation.

Certains régimes alimentaires poussent aux excès. L’un d’eux, très tendance est celui du « régime détox ».
Une britannique de 47 ans, à la suite d’une cure « Detox » après la période festive du Nouvel An a été hospitalisée dans une unité de soins intensifs pour un cortège de troubles sérieux (période de confusion mentale, évanouissements, grincement de dents, etc) dus à l’excès de racine de valériane. Cette patiente était une grande consommatrice de plantes médicinales. Son histoire est relatée dans le British Médical Journal. Elle n’avait aucun antécédent psychiatrique, et elle a pu être rapidement traitée sans séquelles neurologiques.

Au sujet des régimes Detox, Jean-Michel Lecerf, directeur du service nutrition de l’Institut Pasteur de Lille, en dit le plus grand mal:

D’un point de vue scientifique, le terme « détox » n’a aucun sens. Il relève plutôt de l’attrape-nigaud marketing. Il fait croire que nous serions intoxiqués par notre alimentation et que notre organisme contiendrait des déchets qu’il nous faudrait éliminer. Deux erreurs. D’abord, parce qu’il n’y a pas de poison dans ce que nous mangeons ; ensuite, parce que nous sommes naturellement équipés pour éliminer ce qui a vocation à l’être. Les reins et le foie sont là pour cela. Si les régimes détox visent simplement à nous inciter à mieux nous nourrir et à limiter les excès, ils peuvent avoir une utilité. S’ils s’appuient sur des arguments ésotériques ou ambitionnent une purification des organismes, ils n’ont aucune légitimité.

Deux conditions impliquent le contrôle de ce que l’on mange. Si l’anorexique cherche continuellement à réduire le poids, un orthorexique se sent toujours dans l’obligation d’atteindre l’alimentation idéale, afin de se sentir bien avec lui-même. Parfois, les gens passent de l’anorexie à l’orthorexie, en gardant le principe d’habitudes alimentaires désordonnées, et changent simplement le curseur de la perte de poids vers la perfection alimentaire.

Le psychiatre Gérard Apfeldolfer, spécialiste des troubles alimentaires, compare l’orthorexie à une forme de religion: « Le corps de l’orthorexique est un temple le lieu de toutes les adorations. Il est persuadé que tout ira bien s’il parvient à se nourrir idéalement en préservant sa pureté corporelle sans jamais déroger. »

Bien que largement débattue, l’orthorexie n’est pas diagnostiquée comme une maladie mentale, et Steve Bratman ne souhaite pas qu’il figure dans le DSM, la bible américaine controversée des maladies mentales, dit-il :

«Il y a une tendance dans le monde moderne à pathologiser un nombre croissant de comportements et je n’ai pas envie d’y contribuer… J’ai entendu des gens dire: « Je veux à manger sainement, mais je ne veux pas souffrir d’orthorexie.»

Sur le site http://www.orthorexia de Steve Bratman, le lecteur curieux trouvera un petit test Steve Bratman pose quelques questions pour savoir si on souffre d’orthorexie:
-Vous tournez vous vers des aliments sains comme principale source de bonheur et de sens, menant à la spiritualité?
-Est-ce que suivre ce régime alimentaire vous fait sentir mieux que les autres?
-Est-ce qu’il interfère avec les relations ou de travail, amis ou en famille?
-Utilisez-vous des aliments sains comme une épée et un bouclier pour parer à l’anxiété, et pas seulement pour éviter les problèmes de santé, mais de tout ce qui vous rend  provoque en vous un sentiment d’insécurité?
-Certains aliments vous donnent-ils la sensation de contrôler votre vie?
-Avez-vous envie d’avoir une alimentation de plus en plus extrême pour éviter l’angoisse?
-Si vous dérogez des règles de votre alimentation choisie, éprouvez vous le besoin compulsif de faire une diète pour compenser?
-Votre intérêt pour la nourriture saine a-telle des limites raisonnables et n’est pas devenue le centre de vos préoccupations?


Ce sont les quelques questions du test de Bratman qu’il établi pour identifier l’orthorexie. Il suffirait de répondre oui à 4 ou 5 questions des 10 questions sur les habitudes alimentaires pour être diagnostiqué de ce trouble alimentaire. Ce test est controversé pour son manque de rigueur. L’orthorexique passe du temps à réfléchir au régime idéal. Entre écarter les additifs, la farine trop blanche car elle perd ses sels minéraux, la saccharose, etc. C’est sans fin…


L’orthorexique va se tourner vers des dogmes alimentaires rigides établis par des « diétogourous » comme les appelle le Dr Gérard Apfeldolfer, et être tenté de se faire végétalien, granivore, crudivore, macrobiotiste, hygiéniste. Ce sont des régimes à risque pour être orthorexique. Mais pas forcément.

Toutefois, il a été constaté que ceux qui souffrent d’orthorexie consomment plus de céréales complètes, plus de fruits et légumes, se ravitaillent dans des boutiques bio et s’habillent uniquement de matières naturelles. On rappelle que c’est l’excès menant à une alimentation déséquilibrée nuisible pour la santé qui détermine l’orthorexie et non pas des choix des aliments.
Il est très difficile de séparer la frontière de l’alimentation saine de l’orthorexie; toutes les deux on en commun la notion d’alimentation équilibrée.

Qu’il reçoive l’aval ou non des scientifiques, plus un régime alimentaire est restrictif, plus il est susceptible de conduire à des troubles alimentaires, et il ne s’agit pas de dénoncer particulièrement les aliments bio, sans OGM, sans antibiotiques, etc. Ou certains régimes comme le régime paléolithique, préconisé par le Dr Eaton, pour qui l’alimentation idéale correspond à celle de nos ancêtres de l’âge de pierre, sans aliments transformés. Ce qui compte c’est qu’il ne soit pas un danger pour la santé et n’engendre pas la malnutrition dans ses excès.


Si on prend l’exemple du régime macrobiotique, son concept et ses excès ont été décriés, en 2001, par l’American Dietetic Association et l’Association Américaine du cancer car son efficacité sur la prévention du cancer est pseudo-scientifique, et serait même contre-indiqué chez les cancéreux puisqu’il n’apporte pas les éléments nutritionnels nécessaires. Chez les enfants et les adolescents, le régime macrobiotique peut induire plusieurs carences nutritionnelles qui peuvent causer un retard de croissance, un ralentissement du développement psychomoteur, une diminution des performances cognitives, du rachitisme, etc. Dans La plupart des témoignages en faveur du régime macrobiotique dans le cancer émanent de patients suivant un traitement conventionnel.

Jaime A.Heidel dans son livre « Are you TOO obsessed with health eating? » (non traduit en français) témoigne de cette obsession alimentaire qui gérait sa vie: « Mon régime alimentaire est devenu de plus en plus strict, et je sentais envahie par l’angoisse, et je devenais agitée chaque fois que je ne pouvais pas me procurer des aliments biologiques et naturels.»

Ce sont les populations des pays industrialisés qui sont le plus touchés par l’orthorexie. Par l’abondance de produits alimentaires, l’omniprésence de conseils alimentaires et de théories hygiénistes.
Il est difficile de discerner si ce sont les hommes ou les femmes qui sont le plus concernés par l’orthorexie. Juste deux études. L’une menée en Italie a montré que l’orthorexie touchait les hommes, et une autre en Turquie, les femmes. Pas de prévalence, donc.
Une étude menée par Segura Garcia « Orthorexia nervosa: a frequent eating disordered behaviour in athletes » publiée dans la revue Eat Weight Disord, en 2012, montre que les athlètes ou les sportifs sont une population à risque pour l’orthorexie.

Bien qu’il ne s’agisse pas encore d’un trouble du comportement alimentaire répertorié, l’orthorexie nerveuse commence à faire l’objet d’études scientifiques. Le Dr Camille Adamiec, dont la thèse a été primée par la fondation Danone, considère que le concept de Bratman est trop rigide. Elle prend son contrepied, et affirme que l’orthorexie ne mène pas à l’isolement social, et est plutôt un choix de mode de vie. De plus, elle considère que l’orthorexie est devenue un terme galvaudé, et qu’il faudrait renommer ce supposé trouble alimentaire.

En 2017, une étude du département de psychologie clinique de Londres a montré un lien entre l’augmentation de symptômes d’orthorexie liée à l’utilisation d’Instagram. Cette prévalence est liée à l’anorexie mentale.

Sans tomber dans les excès de l’orthorexie, et comme l’a souligné Anthelme Brillat-Savarin, « la table est le seul endroit où ne l’on s’ennuie jamais la première heure.»

Sources:

http://www.trouble-nutritionnel.wikibis.com/orthorexie.php
http://www.orthorexia.com/original-orthorexia-essay/http://www.psychologies.com/Moi/Problemes-psy/Anorexie-Boulimie/Articles-et-Dossiers/Manger-trop-sain-n-est-pas-sain
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=orthorexie_pm
http://www.unboundmedicine.com/medline/citation/25602930/Orthorexia_Nervosa_in_Turkish_Dietitians_
http://www.unboundmedicine.com/medline/citation/24581288/When_eating_healthy_is_not_healthy:_orthorexia_nervosa_and_its_measurement_with_the_ORTO_15_in_Hungary_
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=orthorexia
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22361450
http://content.time.com/time/health/article/0,8599,1963297,00.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Orthorexie

C’EST LE TEMPS DES VACANCES!

“Le farniente est une merveilleuse occupation. Dommage qu’il faille y renoncer pendant les vacances, l’essentiel étant alors de faire quelque chose.”
Pierre Daninos

C’est le temps des vacances, et l’occasion de changer nos habitudes, de décrocher du net, de changer d’air que l’on parte ou non. Rêvons, flânons, lisons, changeons nos habitudes.

Un temps de vacance momentané, chers lecteurs, pour mon blog, et l’occasion de relire certains articles déjà rédigés. En vous remerciant de votre fidélité.

https://my-psychologie.com/2018/01/12/lexperience-de-mort-imminente-science-ou-parapsychologie/

https://my-psychologie.com/2019/01/06/ces-charlatans-qui-lisent-les-auras/

https://my-psychologie.com/2018/10/

https://my-psychologie.com/2018/11/29/le-bonheur-si-je-veux/

https://my-psychologie.com/2018/01/22/commander-un-bebe-en-un-seul-clic/

https://my-psychologie.com/2018/02/

https://my-psychologie.com/2018/06/28/autisme-la-communication-facilitee-une-pseudo-science/

https://my-psychologie.com/2018/06/20/faut-il-oublier-la-pyramide-de-maslow/

https://my-psychologie.com/2018/05/30/islande-un-modele-exemplaire-pour-lutter-contre-la-toxicomanie-et-les-addictions/

https://my-psychologie.com/2018/04/30/compliance-pouvoir-manipulation-obeissance/

https://my-psychologie.com/2018/03/29/les-personnalites-multiples-entre-thriller-et-maladie-mentale

/https://my-psychologie.com/2018/08/23/la-nature-aide-a-bien-vieillir/

https://my-psychologie.com/2018/08/27/ivres-paradis-bonheurs-heroiques/

https://my-psychologie.com/2018/09/20/laffaire-patricia-burges-princesse-satanique/

https://my-psychologie.com/2018/07/25/la-vie-en-mouvement-doliver-sacks/

https://my-psychologie.com/2018/07/30/mediation-animale-oscar-un-chat-hors-du-commun/

https://my-psychologie.com/2018/09/27/faut-il-normaliser-nos-emotions/

https://my-psychologie.com/2019/03/12/house-first-une-cle-pour-un-chez-soi/

https://my-psychologie.com/2018/02/20/dernier-jour-sur-terre-un-cas-clinique-sur-le-shooting-school/

https://my-psychologie.com/2018/05/09/une-therapie-mortelle/

https://my-psychologie.com/2018/05/04/loubli-des-souvenirs-infantiles/

https://my-psychologie.com/2018/05/16/memoire-cellulaire-et-pseudo-science/

https://my-psychologie.com/2018/05/22/la-resignation-acquise-nest-pas-une-fatalite/

https://my-psychologie.com/2018/05/30/islande-un-modele-exemplaire-pour-lutter-contre-la-toxicomanie-et-les-addictions/

https://my-psychologie.com/2018/03/19/lacces-aux-soins-en-prison/

https://my-psychologie.com/2018/03/26/ce-si-mysterieux-placebo/

https://my-psychologie.com/2018/03/29/les-personnalites-multiples-entre-thriller-et-maladie-mentale/

https://my-psychologie.com/2018/09/06/au-sujet-du-livre-science-and-pseudoscience-in-clinical-psychology/

https://my-psychologie.com/2018/09/27/faut-il-normaliser-nos-emotions/

https://my-psychologie.com/2018/04/17/les-flashbacks-dun-veteran-du-vietnam/

https://my-psychologie.com/2018/04/24/le-recul-actuel-du-quotient-intellectuel-est-il-inquietant/

https://my-psychologie.com/2018/04/30/compliance-pouvoir-manipulation-obeissance/

https://my-psychologie.com/2018/12/11/surdoue-ou-zebre/

https://my-psychologie.com/2019/06/21/5478/

https://wordpress.com/block-editor/post/my-psychologie.com/5647

https://my-psychologie.com/2019/04/30/comment-la-psychologie-environnementale-aide-les-malades-dalzheimer/

https://my-psychologie.com/2019/05/06/qui-sont-les-vrais-chamans/

https://my-psychologie.com/2019/04/02/le-chien-un-medicament-comme-les-autres/

https://my-psychologie.com/2019/04/08/le-coloriage-pour-adultes-art-therapie-ou-marketing/

https://my-psychologie.com/2019/04/11/5071/

https://my-psychologie.com/2019/04/30/comment-la-psychologie-environnementale-aide-les-malades-dalzheimer/

https://my-psychologie.com/2019/03/07/la-remediation-cognitive-une-pratique-innovante/

https://my-psychologie.com/2019/03/10/__trashed-5/

https://my-psychologie.com/2019/03/12/house-first-une-cle-pour-un-chez-soi/

https://my-psychologie.com/2019/03/19/sourire-cest-bon-pour-le-moral/

https://my-psychologie.com/2019/03/24/la-ronrontherapie-une-therapie-au-poil/

https://my-psychologie.com/2019/02/12/le-bonheur-de-dormir-ensemble/

https://my-psychologie.com/2019/02/28/bibliotherapie-pour-tous-dans-la-depression/

https://my-psychologie.com/2019/01/30/quelques-raisons-pour-lire-eloge-de-la-lucidite/

https://my-psychologie.com/2019/01/17/electrochocs-et-soumission-a-lautorite/

https://my-psychologie.com/2019/01/06/ces-charlatans-qui-lisent-les-auras/

LA MÉTAPHORE DE LA TEMPÊTE DANS UN VERRE D’EAU!

Il s’agit d’une simple métaphore, stratégie souvent utilisée par les psychologues en consultation.

442138-tourbillons-de-couleur-lumineux-mélange-avec-de-l-eau-dans-les-flacons-de-verre-clair-

Le constat s’impose : pressés par le stress, impatients de gagner et de dépenser, de jouir et de mourir, les hommes et les femmes d’aujourd’hui font l’économie de cette représentation de leur expérience qu’on appelle une vie psychique. L’acte et sa doublure, l’abandon, se substituent à l’interprétation du sens.» (Julia Kristeva, Les nouvelles maladies de l’âme). Une certaine dose de stress est créatrice pour avancer dans la vie; elle est alors comparable à un   coup-de pied au derrière qui nous stimule. Mais hélas, très souvent, le stress ronge notre psyché jusqu’à obscurcir notre jugement.


« Une psychologue marchait vers le podium tout en enseignant la gestion du stress à une audience avertie. Comme elle a soulevé un verre d’eau, tout le monde s ’attendait à la fameuse question du « verre à moitié vide ou à moitié plein ». Au lieu de cela, un sourire éclairant son visage, elle demanda: «Combien pèse ce verre d ’eau? »Les réponses  des participants varièrent de 20 grammes à 500 grammes! Toujours dans le sens du poids évalué… 


Alors, elle s’expliqua: «Le poids absolu n’a pas d ’importance. Tout dépend du temps durant lequel je le tiens.
-Si je le tiens pendant une minute, ce n’est pas un problème.-
-Si je le tiens pendant une heure, j’aurai une douleur dans mon bras.-
-Si je le tiens pendant une journée entière, mon bras se sentira engourdi et paralysé.-Dans ces trois alternatives de « timing », le poids du verre est le même!  Mais plus longtemps je vais le tenir, plus lourd, il va devenir. La pénibilité va être proportionnelle au temps.»


« Le stress et les inquiétudes dans la vie sont comparables à ce verre d’eau. Pensez-y pendant un moment et rien ne se passe. Pensez-y un peu plus longtemps et ils commencent à vous faire mal. Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentez paralysés – incapable de faire quoi que ce soit ».
Alors, « Pensez à déposer le verre.»  

Au long cours, on sait qu’il est la cause de nombreux troubles psychiques comme la dépression, et les maladies psycho-somatiques. L’hippocampe, le cortex préfrontal et l’amygdale régulent la gestion de l’humeur et des émotions. Plus les épisodes de stress sont intenses et nombreux, plus les impacts sont sérieux sur le cerveau. Qui ne connaît cette vieille expression populaire « se noyer dans un verre d’eau » ? 
Lorsque nous sommes trop stressés, à tort ou à raison, nous sommes démunis pour faire face aux difficultés. Nous sommes dépassés et malheureux.

Nous baissons les bras et sommes découragés face à l’adversité, obnubilés par notre malheur. Et c’est alors  la descente aux enfers du stress, jusqu’à atteindre le seuil critique du mal-être. L’allégorie du verre d’eau est pédagogique. Elle nous  fait comprendre à quel point, le « fardeau du stress » est capable d’empoisonner notre vie. Le post ci-dessous, écrit par un anonyme, illustre la théorie du verre d’eau. Celui-ci représente le stress, et son impact sur notre psyché. Sa morale est celle du passage de l’état pessimiste où l’on « voit le verre à moitié vide » à celui de l’état optimiste où l’on voit « le verre à moitié plein ». Source d’équilibre psychologique et de bien-être. Lorsqu’on n’est plus stressé, notre cerveau secrète de la sérotonine, un messager chimique qui contribue à  une sensation d’optimisme et de bien-être. Alors, ça vaut le coup de mettre en pratique un peu de bon sens!

« Le verre d’eau dans une tempête » n’est pas à interpréter comme une recette de développement personnel qui va marcher comme par enchantement. Ce serait de la pensée magique! Il s’agit d’une simple métaphore, stratégie que les psychologues utilisent en consultation. L’anxiété peut amener à consulter son médecin généraliste, et amener certaines personnes à suivre une psychothérapie reconnue par son efficacité suivant les règles de « l’Evidence Based Médecine ».

Source à laquelle je m’étais référée il y a deux ans, mystérieusement disparue des radars du web

http://www.jeanbaptistelc.fr/le-verre-deau/

«

AU SUJET DU LIVRE GAGATORIUM, QUATRE ANS DANS UN MOUROIR DORÉ

Si je sors vivante de mon gagatorium, me suis-je promis, je témoignerai pour tous les vieux qui n’ont pas la parole.

En déballant mes cartons de déménagement, j’ai retrouvé le livre « Gagatorium » quatre ans dans un mouroir doré écrit par Christine Ravenne en 2013. Il est toujours d’actualité car l’auteure décrit ce qui se peut se passer dans une « maison de retraite ». Avec verve, cette ancienne journaliste et conseillère en formation auprès d’entreprises, surnomme l’EPHAD où elle a séjourné « gagatorium ». Cette pétulante sénior de quatre vingt ans à l’époque avait décidé de prendre la plume pour dénoncer les conditions de vie dans certains EPHAD!

Quelques extraits de ses propos dont certains figurent sur le site Babelio:

« J’ai 80 ans et je ne supporte pas d’être enfermée, même dans un mouroir doré sur tranche. Si je sors vivante de mon gagatorium, me suis-je promis, je témoignerai pour tous les vieux qui n’ont pas la parole. Après quatre ans de cauchemar, j’ai enfin pu m’évader de la résidence privée et très bling-bling de Ker-Eden. Mais j’y ai laissé ma santé et mon modeste patrimoine. Aujourd’hui, j’accuse ! J’accuse la mafia de “l’or gris” de commettre bien des abus, en toute impunité, et d’exercer une maltraitance physique, morale et financière sur les vieux. J’accuse les pouvoirs publics, responsables du vide juridique abyssal qui permet tous ces abus. J’accuse les familles, trop souvent indifférentes, qui ferment les yeux. Malmenés, plumés, bâillonnés, ce sont vos parents qui vivent dans des gagatoriums. Demain, si vous n’y prenez garde, ce sera vous. »

Je vais entrer dans ma quatrième année au poulailler. Je suis à bout de souffle , mais toujours là . Dommage qu’il n’y ait pas de cocotier dans la jardin de Ker-Eden.

Mais pour un diabétique , l’alcool , ça ne pardonne pas, Il avait même renoncé à l’autogestion de son diabète , assisté matin et soir par les infirmières.

La loi de Ker-Eden n’est inscrite nulle part , mais elle est impérative . Les remises à Moïse ! < tu ne tueras point…..( la directrice ) Tu obéiras en tout temps et en tout lieu .Tu paieras tes servitudes sans jamais poser de questions ……
Et tu mangeras ton poids en gâteaux , car Dieu et la directrice t’aiment……..>

L’histoire se termine bien pour elle car elle a retrouvé sa liberté, et vit seule aujourd’hui. D’autres séniors n’ont pas cette chance, contraints au silence! En 2013, année de la parution du livre de Christie Ravenne, un scandale de maltraitance avait éclaté à l’hôpital de Gisors. Deux aides soignantes de l’EHPD auraient maltraité des patients âgés et très vulnérables. Cinq photos retrouvées sur place montrent les victimes dans des positions et  tenues dégradantes (dénudées, couches culottes). Tous des séniors gravement handicapés et placés sous tutelle.

L’année 2019 n’est pas épargnée! Une sénior de 98 ans  dépendante a été victime de maltraitance par le personnel de nuit. Les enfants, soupçonnant des actes graves avaient caché une caméra dans la chambre de leur mère. 

Parfois, le personnel soignant prend la plume pour dénoncer les conditions dégradantes de vie des personnes âgées et dépendantes. Comme Hella Khieref, aide-soignante dans son livre Le Scandale des EPHAD.

Des histoires sordides, il y en a plein d’autres! Et encore, et encore! En 2018, plus de 3500 signalements ont été recensés! 400 de plus que l’année précédente. Soit une hausse de 13%. Le plus souvent, il s’agit de maltraitance psychologique qui ont lieu au domicile de la personne. Le sujet reste tabou, et Gagatorium est hélas encore d’actualité!

Alors qu’est devenue son auteure? Christie Ravenne a gagné contre la maison de retraite qui avait porté plainte contre elle pour diffamation, estimant que des pages du livre nuisaient à la réputation de leur établissement. Aujourd’hui, elle est peut-être tombée dans l’oubli médiatique, mais on peut la remercier pour son livre, son esprit caustique, et surtout son regard positif sur la vie, et en lui souhaitant une vieillesse heureuse dans les meilleures conditions matérielles souhaitables.

Prendre soin de nos aînés doit être un véritable enjeu sociétal, en changeant radicalement notre regard sur la vieillesse. Car comme l’a écrit Carl.Gustav Jung dans L’Homme à la découverte de son âme », Il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. » L’âge est l’une de ces catégories qu’il faut faire voler en éclats. Et de terminer ce post avec Christie Ravenne: Non, la vie n’est pas une maladie. « L’existence humaine, c’est l’art difficile de vivre une vie de mortel… sans en faire une maladie ! »

Sources:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/06/10/01016-20130610ARTFIG00375-gisors-suspicion-de-maltraitance-sur-des-personnes-agees.phphttp://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2325/les-ehpad-sont-ils-des-lieux,15622.html

 

 
 
 
 

PRÉFÉREZ VOUS LIRE SUR UN ÉCRAN OU SUR UN LIVRE PAPIER?

Le principal n’est-il pas de lire et d’y trouver du plaisir? Laisser à chacun le choix de son support!

Bibliothèque Sainte-Geneviève (Paris)

Aujourd’hui, avec internet et les moteurs de recherche, nous accédons à la connaissance d’une manière différente des générations précédentes. Illimitée, et c’est un véritable bouleversement culturel! Nos méthodes de travail intellectuelles s’en trouvent profondément bouleversées. En quelques clics, on accède en quelques secondes à une quasi infinité de documents sans se déplacer physiquement! De bonne ou de mauvaise facture et avec parfois en prime des fakenews, surtout dans le domaine scientifique! Pour mes deux premiers livres, j’ai du passer de longues heures à la Bibliothèque Sainte-Geneviève pour consulter de nombreuses sources! Et pendant ce temps-là, mon éditeur trépignait car je prenais du retard pour rendre mon manuscrit! Certes, temps béni qui m’a permis de contempler ce haut-lieu historique, mais j’avoue que c’est bien pratique de faire des recherches pour mon blog avec le net! Bref, manifestement, la lecture sur le net et sur écran modifient profondément nos capacités cognitives. Faut-il être forcément être nostalgique du livre papier? Les avis divergent sur la modification des processus cognitifs suivant le support de lecture.

Thierry Baccino, professeur de psychologie cognitive et ergonomique, liste les aspects négatifs mais aussi les bienfaits de la lecture sur écran

La lecture sur écran peut entraîner une désorientation cognitive
Enrichissement incontestable de l’information mais sans boulimie afin de ne pas tomber dans cette désorientation cognitive!

On lit plus vite sur un support papier que sur un écran à cause de la luminosité des écrans, et la compréhension du texte lu n’est pas la même.

Et Thierry Baccino souligne la détérioration de la mémoire spatiale du texte! Qui ne l’a pas expérimenté!

 Avec un texte sur papier, il arrive parfois que l’on se souvienne de l’endroit du texte où l’on avait trouvé une information. Parfois même on ne souvient plus de l’information mais seulement de sa localisation (dans le texte ou dans le livre). […]

« Lire sur un ordinateur ou sur papier active les mêmes zones cérébrales, selon Thierry Baccino. Sauf que lorsque nous lisons sur écran, c’est essentiellement pour rechercher des informations. Or cette activité, souvent liée à la prise de décision, mobilise quant à elle les aires frontales du cerveau. »

Nous ne lirions que 20 % du texte que nous trouvons sur le Web. Il est Indiscutable que les mouvements des yeux sont différents suivant que nous lisions sur un écran ou sur un livre. La lecture s’avère plus lente que sur la page d’un livre. Pour compenser cette perte de vitesse, nous aurions tendance à pratiquer une lecture rapide en sautant des mots et des phrases. Mea culpa! Ce qui parfois gêne la compréhension du texte. Manifestement, en modifiant notre manière de lire, Internet agit sur notre appareil neuronal, et est susceptible d’affaiblir notre capacité à comprendre les textes alambiqués. Mais nous sommes en 2019, et la conception d’une « bonne et mauvaise lecture » varie d’une époque à une autre.

Que l’on se montre sceptique ou pas, sur la lecture sur écran est aujourd’hui incontournable; la culture passe aujourd’hui par les canaux numériques. En leur temps, les livres papier furent vivement critiqués dont la prose. Au XVIII siècle, l’on reprochait à la littérature libertine de trop échauffer l’imagination. Que dirait-on aujourd’hui face à l’envahissement de la pornographie sur les écrans? C’était de la gnognotte!

Connaître les travers de la lecture sur le net ne signifie pas la diaboliser, mais l’aménager, et ne pas se priver des autres supports de lecture traditionnels. Les uns ne sont pas incompatibles avec les autres. Mais enlevons nous de l’esprit qu’un texte sur le net « se lit d’une seule traite » lorsqu’il dépasse plus d’une phrase avec un verbe, un sujet et un complément.

L’étude des mécanismes psychologiques de la lecture, et tout ce qui a trait à la plasticité neuronale lors de cette activité est un immense champ de recherche. Même si notre cerveau est plastique, les connaissances permettant de lire ne sont pas précablées pour cette activité (tout d’ailleurs comme pour les autres), et l’enfant doit se soumettre à un apprentissage de plusieurs années pour maîtriser la lecture.

Andrew Dillon de l’université du Texas , « nous sommes dans une nouvelle ère du comportement, face à l’information, et nous commençons à en voir les conséquences ». 

D’abord, il y a l’apprentissage du décodage visuel des signes écrits, et c’est l’aire occipitale qui est sollicitée. Et ensuite, il y a un ensemble de processus cognitifs résumé par Jean Dortier dans son article La plasticité, une adaptation permanente, s’appuyant sur les travaux de Stanislas Dehaenne: La lecture est un processus comportant plusieurs phases et mettant en lien la reconnaissance des formes et l’accès au sens, via toute une série d’étapes où sont impliquées les aires visuelles, les aires auditives (voie phonologique) et les aires du langage (qui donnent sens aux mots).


Lecture sur support papier ou sur écran, le principe d’acquisition de base reste le même. Pour Olivier Houdé, le cerveau reste le même mais ce sont les circuits qui changent. C’est le cortex préfrontal qui d’abord agit notamment chez l’enfant, au détriment de la « résistance cognitive », théorie révolutionnaire d’Olivier Houdé qui est la capacité du cerveau à inhiber les automatismes de pensée pour nous permettre de réfléchir
. Et il préconise un changement des apprentissages de la lecture qui repose sur la théorie des intelligences multiples.

Le sujet des bénéfices ou des désagréments de la lecture sur les écrans par à rapport aux livres papier est inépuisable! Le principal n’est-il pas de lire et d’y trouver du plaisir? Laisser à chacun le choix de son support! Faites à votre guise, le principal est de lire! Lisez, écrivez pour stimuler votre réserve cognitive! Et il y a aussi la bibliothérapie! À suivre !

Conférence sur la résistance cognitive par Olivier Houdé

Sources:

http://www.actualitte.com/societe/les-ecrans-et-la-lecture-en-profondeur-le-cerveau-s-adapte-49407.htm
http://www.washingtonpost.com/local/serious-reading-takes-a-hit-from-online-scanning-and-skimming-researchers-say/2014/04/06/088028d2-b5d2-11e3-b899-20667de76985_story.html
http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/53569/l-illetrisme-numerique-est-un-vrai-probleme-de-societe.shtml  

HORS LES MURS DE LA PRISON AVEC LA LECTURE!

Le personnel pénitentiaire a évalué le livre de Mathilda Matten comme pornographique et incitant à la violence. Ce serait une mauvaise lecture pour Andrès Martinez qui n’est pas un ange!





L’impact positif de la lecture sur l’humeur n’est plus à démontrer. Sans parler de bibliothérapie stricto sensu, il nous semble également naturel de lire les livres de notre choix! 

Pourtant cet acte aussi simple peut s’avérer parfois compliqué pour un détenu anglo-saxon. En novembre 2013, un article m’avait fait sursauter! Sous l’ère Cameron, les prisonniers ne devaient plus recevoir de livres, des magazines, papeterie et timbres. Le but étant selon le gouvernement de Cameron  de soumettre les prisonniers à «des conditions plus spartiates», afin d’accélérer leur «réhabilitation ».

Alors comment un détenu peut-il tenir le coup moralement s’il ne peut plus lire à sa guise? On sait que les épisodes dépressifs majeurs sont fréquents en prison et difficiles à traiter. L’écrivain nigérian Kunle  Ajibade, enfermé trois ans et demi dans les années 30 dans les geôles britanniques de l’époque, estime que, « malgré les odeurs d’excréments, d’urine de rat et de pourriture », recevoir des livres l’a aidé à garder le moral.  Notamment la copie de The View The Ground de Martha Gelhom (correspondante de guerre du XXe siècle) s’est avérée salvatrice pour son moral : « Je témoigne du pouvoir thérapeutique de la lecture et de la littérature, surtout dans les moments sombres. On ne peut se dire humain et nier à un prisonnier la possibilité de s’en sortir par l’esprit », écrit-il.

Outre ce droit fondamental de s’évader par l’esprit, il se pose parfois aux détenus anglo-saxons des restrictions sur le choix de leurs livres. Il y a la bonne et mauvaise littérature, celle qui a une bonne ou une mauvaise influence sur le comportement du détenu. S’il est prouvé que la bibliothérapie agit positivement, certains livres auraient l’effet inverse, allant jusqu’à des incitations à la violence. Ce dernier point est surtout cité pour les jeux vidéo violents, le cinéma et la télévision. La violence imaginaire, évoquée dans les médias, impacterait la violence réelle. Tout ceci au conditionnel, les études scientifiques étant souvent contradictoires.

Cette notion d’incitation à la violence va jusqu’à faire interdire certains livres dans les prisons américaines. Cette censure est souvent laissée à la discrétion du personnel pénitentiaire.

En 2013, Andres Martinez, incarcéré dans le pénitentiaire de Pelican Bay en a fait les frais. Il s’est vu interdire de lire The Silver Crown (non traduit en français) de Mathilde Matten, auteure populaire d’une trilogie de Fantasy. Le thème du livre est la lycanthropie: l’héroïne, à la nuit tombée, tue des loups garous et va un beau jour follement tomber amoureuse de l’un d’eux. Des passages contiennent des scènes d’un érotisme torride entre la Belle et la Bête.

Le personnel pénitentiaire a évalué le livre de Mathilda Matten comme pornographique et incitant à la violence. Ce serait une mauvaise lecture pour Andrès Martinez qui n’est pas un ange! Il est incarcéré pour tentative de meurtre et soupçonné, au sein de la prison, d’appartenir à un  gang mexicain. Les surveillants ont invoqué le fameux amendement des « livres douteux ». Surprenant quand on sait que le magazine Playboy circule librement dans cette prison. Mais Andrès Martinez n’avait vraiment pas envie de feuilleter Play Boy; il voulait absolument lire le livre de Mathilde Matten.

Il a alors saisi la cour d’Appel de San Francisco pour faire lever cette mesure restrictive. Le tribunal a donné raison au prisonnier, estimant que les gardiens n’avaient pas évalué correctement le contenu du livre, qui présentait une réelle qualité littéraire sans être pour autant de la littérature majeure. Selon le tribunal, les grands thèmes développés dans Silver Crown comme l’amour, la loyauté, le destin, la vengeance, la trahison ou encore la métamorphose des lycanthropes, ne constituaient nullement des incitations à la violence.

Si le fait divers d’Andrès Martinez paraît surprenant, il faut le replacer dans le contexte de  l’état de  Californie très pointilleuse sur les livres à mettre entre les mains des détenus.Très à cheval sur tout ce qui touche à la pornographie, notamment. Le personnel pénitentiaire n’a fait qu’appliquer le principe de précaution et respecter la loi californienne. Happy End pour Andrès Martinez qui a du dévorer le livre de Mathilde Madden…

Ce n’est pas la première fois qu’un livre est interdit dans les prisons américaines. L’Attrapes Cœur, roman de J.D Salinger l’a été aussi bien longtemps. Il faut dire que ce livre a été source de scandale outre Atlantique. Écrit après la seconde guerre mondiale, l’Attrapes Coeur a été placé sur la «banned book list» (liste des livres bannis et censurés) aux États Unis.

Dans les années 50, la notion d’antihéros débute aux États-Unis et choquera pendant longtemps les Américains. Les thèmes du livre (prostitution, décrochage scolaire, obsession de la sexualité), le langage familier, relâché et obscène de Salinger ont été jugés sulfureux et susceptibles d’exercer une mauvaise influence sur les adolescents. La rumeur affirme que L’Attrape Coeurs pourrait avoir amené, dans une moindre mesure, Mark David Chapman à tuer le chanteur John Lennon. Lors de son arrestation, on a trouvé un exemplaire du bouquin sur lui. .

Au Texas, 10 000 livres seraient interdits dont Freaknomics, un ouvrage de d’économie décalé! A l’inverse, rapporte le site ActuaLitté, Mein Kampf d’Adolf Hitler ou des livres signés par un ex-leader du Ku Klux Klan sont autorisés ». Diable!

Et encore, le site ActuaLLité rapporte que l’administration de Pennsylvanie prévoit d’interdire l’envoi d’ouvrages, au motif qu’ils alimentent le trafic de drogues. Mais la vente d’ebooks pourrait être autorisée.

Par contre, au Brésil, un article lu vaut quatre jours de prison en moins! Pour bénéficier de la réduction maximale de 48 jours chaque année en lisant jusqu’à 12 ouvrages de littérature générale, philosophie ou sciences, les conditions sont draconiennes! Le détenu a quatre semaines pour lire un livre et ensuite rédiger une dissertation sur le sujet. Un ancien détenu Erwan Janes soutient cette initiative pour les raisons suivantes:

Les livres que j’ai lus en prison ne m’ont pas permis de gagner du temps, mais m’ont aidé à devenir ce que j’aurais dû être…

Contrairement aux prisonniers brésiliens, je n’ai pas bénéficié d’une réduction de peine pour lire des livres – mais ils m’ont énormément aidé. 
Dites-moi quels livres vous recommanderiez aux détenus

Les détenus sont sujets à la dépression. Dans une dépression, il ya de nombreux troubles cognitifs dont celui de l’attention, d’une focalisation sur les émotions négatives et d’une baisse de l’humeur. La bibliothérapie permet de détourner l’attention du dépressif, et de lui redonner le gout de l’effort cognitif, et de stimuler son imagination. 

Sources:

http://www.actualitte.com/societe/erotisme-et-loups-garous-ne-font-pas-bon-menage-en-prison-42998.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/L’Attrape-cœurs

http://www.marianne.net/Prisons-britanniques%C2%A0-defense-de-lire_a239326.html