COVID-19: SES CONSÉQUENCES DÉLÉTÈRES SUR LA PSYCHÉ!

« Je remets en cause la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger les personnes âgées arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines» (Marie de Hennezel)

Et si nous parlions de la santé mentale en temps de Covid-19? En ces temps de confinement passé et présent (allégé parait-il) ? En ces temps de protocoles sanitaires et de distanciation sociale qui bouleversent notre vie et nos rapports sociaux? Réflexe pavlovien, je me surprends à penser à un troisième confinement qui nous tomberait sur le paletot l’année prochaine.

La pandémie du Covid-19 rabat les carte de la « santé mentale » collective et individuelle. Dans un récent article du Figaro, le philosophe Damien Le Gay, président du comité national d’éthique funéraire, évoque une vague de dépression inédite par son ampleur! Le philosophe parle des résultats de l’enquête faite par Santé Publique France:« … le taux d’anxiété des Français a doublé en raison du confinement. Fin mars 2020 on est passé de 13,5% à 26,5%. Puis, après le déconfinement la situation s’est améliorée. Et là, en novembre, le taux a retrouvé celui de mars 2020. La part des dépressifs, elle aussi à doublée. En mars 2020 on est passé de 9,7 à 19,9 %. Et là, de nouveau, avec le second confinement, on constate que 21 % de la population est en état dépressif – soit deux fois plus qu’à la fin de septembre.»

Et Damien Le Gay évoque l’enquête de la fondation Jean Jaurès sur l’idéation suicidaire: « Selon cette étude, 20 % des Français envisagent de se suicider. Et comme le précise l’étude, les «passages à l’acte», en règle générale, viennent plutôt après les crises que pendant. Autre enseignement de l’étude: les «violences conjugales», sur lesquelles le gouvernement et la sphère médiatique ne cessent de communiquer, ne concernent que 1% des français.»

La dépression et les troubles anxieux sont définis par l’OMS et répertoriés dans le DSM 5 (plutôt réservé à la littérature scientifique) et le CIM 11. Sans rentrer dans les détails d’un diagnostic de dépression, je partage cette définition du CPPR, centre Phoenix: trouble mental courant, caractérisé par la tristesse, la perte d’intérêt, de plaisir, sentiments de culpabilité, faible estime de soi, troubles du sommeil, de l’appétit, sensation de fatigue, manque de concentration. Et cette souffrance psychique peut mener au suicide qui n’est pas évoqué dans cette définition. Un épisode dépressif majeur non pris en charge par un professionnel de la santé peut gâcher la vie de nombreuses années (voire dix ans), et mener à une dépression résistante et à des symptômes résiduels. Il faut aussi de pas confondre démoralisation, mal-être avec des troubles anxieux, un épisode dépressif qui nécessite une vraie prise en charge par des professionnels de la santé. Concernant la pandémie, on évoque parfois le Stress post-traumatique.

Une récente enquête de l’OMS confirme que la pandémie impacte les services de santé mentale. Le principal effet constaté est un taux élevé de stress et d’anxiété. De nombreux articles dans la presse mainstream sont sortis sur le sujet, et les lecteurs ont l’embarras du choix. Le site Pubmed comporte au sujet de l’impact sur la psyché de la Covid comporte plus de 1600 références d’articles.

Quelles sont les catégories de personnes concernées par la dépression et l’anxiété voire autres troubles? Nul question de hiérarchiser la souffrance psychologique en fonction du statut professionnel, de l’âge ou des circonstances où elle est apparue. Toute souffrance morale si elle débouche sur un trouble psychique nécessite la même attention en toute équité si le diagnostic est correctement posé par un professionnel de la santé.

D’abord, parlons des soignants qui sont en première ligne de la pandémie. Une revue systématique de la littérature scientifique et une méta-analyse a montré la prévalence de l’anxiété, de troubles de l’humeur et de l’insomnie chez le personnel soignant confronté à la pandémie dont beaucoup ont été confrontés à la mort de leurs collègues et confrères. Les conclusions sans sans appel: L’anxiété a été évaluée dans 12 études, avec une prévalence combinée de 23 · 2% et la dépression dans 10 études, avec un taux de prévalence de 22 · 8%. Enfin, la prévalence de l’insomnie a été estimée à 38,9% dans 5 études. Les femmes présenteraient des taux plus élevés de symptômes effectifs que les hommes et le personnel médical.

Toujours chez les soignants, il est maintenant acquis que le principal impact psychologique à ce jour est le taux plus élevé de stress et d’anxiété et d’épuisement professionnel qui accroit leur vulnérabilité. La réorganisation des services en urgence dans un climat d’incertitude et une « certaine » désorganisation » au niveau de l’attribution des protections (masques, blouses et gants) contribuent à cette prévalence. Beaucoup de soignants ont été comparés à des « combattants sur le front ». Ils ont été exposés directement à une forte charge virale et à un épuisement physique face à l’afflux de patients ainsi qu’à des questions éthiques relatives à des prises de décision qu’ils n’auraient pas souhaité. Interdire les visites ou la présentation du défunt contraire à l’éthique même du choix de leur métier, et créant un sentiment de culpabilité.

La prévalence de la dépression chez les soignants était déjà remarquée hors contexte de la pandémie. Une partie de la littérature scientifique mentionne des conduites suicidaires. Concernant la Covid-19, cinq suicides ont été médiatisés dont deux infirmières en réanimation italiennes et un médecin généraliste français. Difficile pour l’instant de s’en faire une idée quand certains de leurs collègues meurent de la Covid-19.

Si dans les services de réanimation, les soignants sont confrontés plus que dans d’autres services à la mort, la situation est inédite avec le SARS-Cov-2. Les conditions brutales et récurrente des décès les ont profondément ébranlés psychologiquement même pour les plus aguerris.

Le témoignage de Sonia, infirmière en dit long sur ce « vécu émotionnel insoutenable » dans la prise en charge des patients en réanimation: « Nous prenons en charge des patients qui sont en phase critique et que nous n’arrivons pas toujours à sauverLes morts par étouffement, ce sont des morts compliquées… On fait tout notre possible pour accompagner au mieux les patients, avec les sédations, mais en tant que professionnel c’est très inhabituel, ça nous heurte, assure-t-elle. Les conditions sont aussi très différentes de l’ordinaire à cause du contexte. Ça nous fait extrêmement mal de savoir que les patients vont décéder seuls. On s’efforce de les accompagner jusqu’au bout, mais le rythme est soutenu et on arrive parfois trop tard..

Il y aurait encore fort à dire sur l’épuisement psychologique et physique des soignants; certains renoncent même à exercer. Exprimons leur toute notre gratitude pour leur engagement professionnel!

Le confinement généralisé a malmené psychologiquement les séniors dans les EHPAD. J’avais évoqué dans un post en juin dernier le lourd tribut des séniors dans les EHPAD et de la souffrance de leurs familles qui ne pouvaient assister à leurs derniers moments. Dans un précédent billet, j’avais fait un parallèle entre les EHPAD et les institutions totalitaires observées par le sociologue américain Irving Goffman. Bien après nous, les résidents des EHPAD retrouvèrent le droit de revoir leurs familles, mais jamais dans les conditions optimum d’avant la pandémie. Et il faut aussi revenir sur cette absence d’accompagnement de fin de vie que vécurent les proches qui rend un deuil difficile voire insupportable. Ces restrictions ont renforcé le sentiment d’isolement des personnes âgées et chez certaines d’un syndrome de glissement. Il fut décrit en 1956 par Jean Carrié et il toucherait 1 à 4% des personnes âgées hospitalisées et il peut mener à la mort. Pour certains auteurs, il est considéré comme une forme de dépression. Selon le gériatre Yves Delomier, ce syndrome marque un état de grande déstabilisation somatique et psychique d’évolution gravissime.

Et bien avant l’annonce du second confinement, à la vue de la flambée des contaminations, les grands séniors des EHPAD furent déjà dès début octobre sur le « banc de touche » privés d’activités sociales et visites contingentées. S’il existe des associations chargées de représenter les intérêts des séniors, mention spéciale pour la nouvelle association « Citoyennâge » pour porter la voix des résidents en EHPAD. Le président Philippe Wender (83 ans) ancien cadre informatique, résident d’EHPAD avec son épouse souffrant de la maladie d’Alzheimer: « La société a trop tendance à s’exprimer en notre nom»… »Nous les vieux, on ne nous demande pas notre avis »… »On est dans une société où on veut préserver la sécurité au détriment de la liberté », déplore M. Wender, pour qui « la vieillesse n’est pas un naufrage »… »c’est stigmatisant de fixer une limite » d’âge pour autoriser ou non les gens à circuler à nouveau librement. D’autant que, face au Covid-19, « l’âge n’est pas le seul facteur de fragilité ». 

L’ancien militaire, Georges Gerfault, 95 printemps, lui aussi n’est pas en reste: A partir du 11 mai, chaque citoyen français pouvait se retrouver, naviguer, partir dans un périmètre délimité, alors que nous, résidents en maison de retraite, subissions toujours le confinement. C’est à ce moment-là que j’ai ressenti de la révolte…J’ai réalisé qu’une part de mes responsabilités individuelles m’avaient été enlevées car j’étais une personne âgée », a-t-il ajouté, soulignant qu’on ne vit pas les contraintes de la même manière à 20 ans qu’à 95 ans. Les projets, pour nous, c’est maintenant, pas demain.»

Dans un entretien accordé au Figaro, la psychologue clinicienne Marie de Hennezel parle du dilemme éthique de la protection des personnes âgées fragiles avec la difficulté de préserver leurs droits. Pour elle, « cela a été une faute de confiner strictement nos vieux » . Et elle cite le cas d’une personne de 94 ans: « La peur génère des comportements inhumains. On m’a rapporté l’histoire d’une vieille dame de 94 ans qui s’est retrouvée strictement enfermée dans sa chambre avec interdiction d’ouvrir sa fenêtre. Cette consigne avait été donnée par crainte du risque de suicide. Imaginez ne pas pouvoir regarder le ciel, respirez l’air du dehors! Cela m’a scandalisée. Les Ehpad ne sont quand même pas des prisons! Les résidents y sont chez eux. Leur chambre est considérée comme un domicile. J’ai reçu beaucoup de témoignages sur des personnes qui ont cessé de s’alimenter, qui ont perdu leurs facultés cognitives. En voulant les protéger, on leur a parfois nui.»

Et lors du premier confinement, ce bouleversement anthropologique du deuil a chamboulé les familles lors de la perte de l’un de leurs proches en Ehpad que Marie de Hennezel résume en une formule choc: « Ne pas pouvoir dire adieu à un proche, ajourner les rites d’accompagnement et les rites funéraires rend le deuil impossible ». Dans son dernier livre L’Adieu Interdit (que je n’ai pas encore lu) Marie De Hennezel revient sur les conditions inhumaines et inacceptables du confinement strict des personnes âgées. « Je remets en cause la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger les personnes âgées arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines. 

Et la liste noire des effet psychologiques de la pandémie et des confinements s’allonge avec les commerçants astreints à la fermeture administrative car « vendant des besoins non essentiels ». Une enquête réalisée du 21 au 28 septembre par l’institut Ifop pour la fondation Jean Jaurès révèle que, comme 27% des dirigeants d’entreprise et 27% des chômeurs, 25% des commerçants et artisans ont eu l’intention réelle de se suicider en 2020, notamment depuis la fin du premier confinement. Parmi ces derniers, 42% confient avoir été hospitalisés après une tentative. Il est connu que les crises économiques entrainent des vagues de suicide. Marie Pezé, docteur en psychologie responsable du réseau national de consultations de souffrance au travail, constate « une dégradation générale de la santé » de ses patients avec des tableaux cliniques allant «d’une très grande fatigue à des décompensations psychiatriques en mode délirant».

Les jeunes générations ne sont pas épargnées. Santé Publique France a pointé une « augmentation significative » des troubles dépressifs chez les 18-24 ans. Personne n’est épargné psychologiquement par cette pandémie et le confinement.

Et avec cette recrudescence des épisodes dépressifs, de l’anxiété et des troubles du sommeil, il faudra s’attendre à une hausse conséquente de la prescription de psychotropes. En France, la consommation de benzodiazépines reste élevée. L’impact psychologique de cette pandémie est indéniable: risques accrus de chômage, inquiétudes pour soi et ses proches, confinement et isolement.

Augmentation des traitements type Xanax, Lexomil et Valium tout comme les somnifères. Est-ce étonnant? Faut-il blâmer les médecins prescripteurs des psychotropes? Ce sont souvent les médecins généralistes en première ligne qui recueillent la souffrance psychologique de leurs patients.

On peut noircir des pages et des pages avec la souffrance psychique due à la pandémie et au confinement. En guise de conclusion pour ce post, de la joie et de la gaieté avec ce couple de séniors qui devrait inspirer les jeunes générations qui pensent que les « vieux » sont des personnes fragiles qui n’ont comme perspective que de rester confinés….

Sources:

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32437915/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32362345/

http://www.cercle-d-excellence-psy.org/informations/cim-et-dsm/rapports-cim-dsm/

https://www.thelancet.com/journals/lanpsy/article/PIIS2215-0366(20)30462-4/fulltext

https://www.ox.ac.uk/news/2020-11-10-almost-20-covid-19-patients-receive-psychiatric-diagnosis-within-90-days

https://www.researchgate.net/publication/340831704_Consequences_psychopathologiques_du_confinement

https://www.infirmiers.com/profession-infirmiere/presentation/mort-sentie-tout-de-suite-soignants-racontent-choc-epidemie.html

ALTER SCIENCE ET PSEUDO-SCIENTISME: POSTURES, DOGMES, IDÉOLOGIES

Cet essai s’avère être une grille d’analyse pertinente permettant de décrypter les dérives liées à l’alterscience impactant la pandémie Covid-19.

Voici deux ans, j’avais fait une recension du livre d’Alexandre Moatti, « Alter Science et pseudo-scientisme » au sous-titre éloquent de postures, dogmes et idéologies. Publié en 2013, il est toujours criant d’actualité. Sensibilisée en tant que psychologue clinicienne aux dérives de la psychothérapies, ce livre m’avait profondément marquée; il me fournit toujours une grille d’analyse pour débusquer ces « alterscientifiques » décrits par Alexandre Moatti. Ils sont légion dans la sphère Psy et médicale, et sont des pourvoyeurs de fakenews et de désinformation scientifique.

La pandémie du SARS-Cov-2 nous fournit son lot d’alterscientifiques. Médiatisés à outrance, ils brouillent les messages sanitaires nécessaires pour aplatir la courbe des contaminations mortelles ou laissant ceux qui sont atteints avec des séquelles! Ne comptez pas sur moi pour donner des noms; tout ce que j’espère, c’est que les quelques lignes de cette recension vous donneront envie d’en savoir plus sur cet essai magistral qui dénonce ces mouvements en marge de la pensée pragmatique qui devrait prévaloir actuellement pour la pandémie SARS-Cov-2!

Quel est le cursus de l’auteur Alexandre Moatti? Brièvement présenté, il est ingénieur de l’école polytechnique, du corps des mines et docteur en histoire des sciences. Décrit comme un passionné de textes, il est président de la Société des amis de la bibliothèque de l’Ecole polytechnique. Il n’est pas issu du monde médicale mais son analyse tombe en plein dans le mille actuellement! La pluridisciplinarité est un enrichissement qui favorise « l’intelligence collective ».

«On connaissait les magiciens de la guérison, les conteurs de cosmogonies exotiques et tous ceux qui ont recours à la pensée magique pour expliquer le monde ou les tourmentes des corps. Voici maintenant les « alterscientifiques »

L’alterscience (et ses dérivés sémantiques) est un néologisme inventé par Alexandre Moatti. L’alterscience est une déformation de la science à des fins idéologiques. Une déformation de l’esprit scientifique. Sous ce vocable l’auteur, regroupe des hommes de sciences, souvent reconnus, qui à un âge avancé développent une théorie alternative. L’alterscience est une déformation de la science à des fins idéologiques.

Si le mot d’alterscience est inédit l’attitude de ces scientifiques qui ont quitté le giron de la méthodologie scientifique n’est pas nouvelle. Quelques exemples historiques liés au domaine médical.

David Larousserie dans la recension de cet essai évoque le cas du Dr Jean-Paul Marat (1743-1793). Oui, il s’agit bien du député montagnard à la Convention lors de la révolution! J.P Marat était médecin et fort intéressé par l’optique. Il s’en est pris à la théorie de Newton sur la réfraction de la lumière. Marat a qualifié l’Académie des sciences et son président Lavoisier de « charlatans modernes ».

Autre anecdote, toujours rapportée par David Larousserie et empruntée au livre d’Alexandre Moatti. L’un des frères Lumière fut un alterscientifique patenté en contestant le caractère contagieux de la tuberculose! Un lien avec l’actualité?

Un article du site Science et Pseudo Science résume ainsi la pensée d’Alexandre Moatti: il « constate un certain rejet de la science contemporaine et de ses productions : rejet, non seulement de l’utilisation technique qui peut être faite de telle ou telle découverte, mais aussi rejet de la démarche et de l’expertise scientifique voire de l’activité de recherche elle-même.»L’alter science se distingue du pseudo-scientisme comme par exemple l’astrologie. Avec l’alter science, on est dans le domaine des croyances dont la diffusion est facilitée par une certaine notoriété déjà existante de celui qui la diffuse. Toujours à appliquer à l’actualité pandémique!

Avec d’autres d’exemples, Alexandre Moatti appuie sa démonstration. Les raisons des  dérives de ces scientifiques sont multiples. Certains scientifiques de renommée ont adhéré à une idéologie: à l’instar des deux prix Nobel de physique, Philipp Lenard (Nobel 1905) et Johannes Stark (Nobel 1919) qui théorisèrent une « Physique allemande » en s’engageant aux côtés d’Hitler.

La version contemporaine, moins connue est le mouvement « solidarité et progrès » de Lyndon Larouche (né en 1922) dont le représentant en France est Jacques Cheminade, candidat aux élections présidentielles en 1995 (et à d’autres). S’engageant en faveur l’énergie nucléaire – le titre de leur revue Fusion en dit long- et vantant les mérites de la conquête spatiale, développant une autre histoire des sciences, contestant la physique quantique probabiliste – à cause de la limite qu’elle oppose à la connaissance humaine. Et à partir de là, des thèses sur l’existence des extra-terrestres!

Certains scientifiques ont eu une révélation! Comme l’ingénieur Hörbiger, qui un soir d’automne 1894, en observant la Lune a eu l’idée qu’elle était fait d’un bloc de glace, de quoi développer une cosmogonie de glace. À travers une dizaine d’exemples – depuis l’affaire des avions renifleurs jusqu’aux tenants du géocentrisme, Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même.

Et qui ne se souvient pas de la fameuse imposture scientifique de la « mémoire de l’eau » du Dr Jacques Benvenista? C’était en 1988, et c’est sous ce titre « Une découverte française pourrait bouleverser les fondements de la physique: la mémoire de l’eau.» Le journal le Monde titra cette supposée nouvelle révolution copernicienne. De la physique quantique? Que nenni! Le Dr Jacques Benveniste, médecin et biologiste directeur de l’unité 200 de l’Inserm avait découvert que l’eau avait une « mémoire », et offrait ainsi une légitimité rationnelle au fonctionnement sous-jacent de l’homéopathie, supposant démentir les arguments de ses détracteurs sur son efficacité et son effet placebo.

La fameuse revue Nature se prêta au jeu de cette théorie en proposant une expérimentation sur la mémoire de l’eau et sa conclusion fût la suivante: Elle « accusa le coup et publia un rectificatif concluant: « L’hypothèse selon laquelle l’eau garderait la mémoire d’une substance qu’on y a diluée est aussi inutile que fantaisiste. ». Mais trop tard, le mal était fait, Nature (et le Monde du même coup) s’était ridiculisé en publiant un article avant d’en avoir vérifié le contenu (ce ne sera pas la seule fois) cédant aux sirènes du scoop, tout le tapage médiatique de l’extraordinaire « nouvelle » fit certainement beaucoup plus de bruit que celle de son démenti.» (L’intérêt de cet ouvrage est indéniable et il développe l’esprit sceptique et cerne avec des exemples pertinents les parti-pris anti-scientifiques).

Cet essai développe l’esprit critique, et s’avère être une grille d’analyse pertinente permettant de décrypter les dérives liées à l’alterscience impactant la pandémie Covid-19 .