à la Une

UNE DIABOLIQUE AFFAIRE!

La famille De Védrines, notables du Sud-Ouest, est restée sous l’emprise du gourou de Monflanquin durant longue onze années!

Casting du téléfilm Diabolique diffusé sur France 3 en avril 2016

En avril 2016, France 3 a diffusé le téléfilm « Diabolique »de Gabriel Arghon, inspiré d’un fait réel, celui des reclus de Monflanquin, un dossier qui a occupé de nombreuses années la MIVILUDES.

Si cette affaire semble passée, elle est toujours d’actualité. Exemplaire, elle montre la notion d’emprise d’emprise mentale sur un groupe de personnes, en l’occurence une famille. Un homme sans scrupules que l’on peut qualifier sans l’ombre d’un doute de gourou a abusé financièrement et psychologiquement d’une famille entière.

Thierry Tilly, ce gourou a été condamné en juin 2013 par la cour d’appel de Bordeaux à dix ans de prison pour avoir ruiné une famille de notables bordelais par des méthodes douteuses de manipulation mentale. En 2012, il avait été condamné  à huit ans de prison pour « abus de faiblesse sur personnes en état de sujétion psychologique, détention arbitraire et violences volontaires ».

Le procureur a requis dix ans de prison contre ce « mythomane stratégique », qui affecte l’innocence. Le jugement a suivi la réquisition du procureur, et l’on ne peut que s’en féliciter pour les victimes.  La famille De Védrines, notables du Sud-Ouest, est restée sous l’emprise du gourou de Monflanquin durant longue onze années! Une tranche de vie conséquente!

La presse s’est largement faite l’écho de cette affaire, et le lecteur curieux peut consulter à travers le web l’historique de cette manipulation mentale, et les résumés du procès qui a opposé les victimes à Thierry Tilly.  Les témoignages des victimes sont éloquents du calvaire qu’ils ont vécu pendant onze ans. Ghislaine Marchand raconte que « c’était un cauchemar terrible. Plus j’avance et plus je me rends compte à quel point nous avons été esquintés». Christine de Védrines, l’une des onze victimes, surnomme Thierry Tilly, « l’Escroc », « le Manipulateur »,  « le Caméléon » ou encore le « Fantôme ». Elle se livre sans  fard ni honte dans son livre « Nous n’étions pas armés ».  Un témoignage courageux!


Thierry Tilly a usé de toutes les techniques de manipulation mentale pour dépouiller cette famille de tous leurs biens. Cette mise sous emprise mentale s’est faite par une série de pressions et de techniques psychologiques qui mènent à la sujétion mentale. On a de la peine à croire qu’une famille entière ait été victime d’un gourou. Et pourtant, cela peut arriver à n’importe qui ! C’est l’une des difficultés majeures à faire passer ce message, à laquelle se heurtent les associations qui luttent contre les dérives sectaires. Nous sommes tous manipulés à des degrés divers, et nous sommes aussi également tous des manipulateurs.  

Il faut évoquer la personnalité du gourou, et son équilibre mental. Celui de Monflanquin a soulé la Cour par son incohérence, son délire, sa mythomanie. Thierry Tilly va se prétendre tour à tour roi d’Israël, neveu de la reine d’Angleterre, membre de la famille qu’il vient d’escroquer. Il s’est également  vanté d’être agent secret et victime d’un complot maçonnique dont il voulait protéger la famille. Rien que ça!

Face à une personnalité comme celle de Thierry Tilly -ou d’un autre gourou- d’aucuns évoqueraient le registre de la personnalité du Pervers Narcissique. Cette étiquette popularisée par le livre de Marie-France Hirigoyen Le Harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, a été dévoyée et fait aujourd’hui l’objet de livres supposant délivrer aux lecteurs les recettes pour y échapper. Si cela marchait réellement, ça se saurait, et on les aurait éradiqués depuis belle lurette de la surface de la terre. Ce n’est pas si simple de se mettre à l’abri d’une personnalité si diabolique. Dans son autre livre « Abus de faiblesse et autres manipulations », ouvrage majeur sur la manipulation mentale à mettre entre toutes les mains, Marie-France Hirigoyen estime que nous sommes tous manipulés, tous manipulateurs à des degrés divers. Il y a des frontières à ne pas franchir pour aliéner l’autre, le mettre sous sujétion mentale pour pas devenir victime de « personnes de mauvaise compagnie ».

Le profilage du gourou de Monflanquin est celle de tout manipulateur qui met sous emprise ses victimes à des fins liberticides. Un gourou sait cerner la personnalité, et exploiter ses failles par la coercition mentale et physique. Qui n’a pas ses faiblesses psychologiques ? Le génie du manipulateur est  justement de les repérer et de s’en servir pour détruire l’autre.

Toute sujétion psychologique présente les trois phases interactives:
séduction/Destruction/Reconstruction.

Cet engrenage infernal va conduire les victimes à la soumission aveugle qui détruit la psyché. Ce n’est qu’après être sorti de cet engrenage infernal que les victimes peuvent prendre de la distance et réaliser l’horreur de cette sujétion psychologique aveugle, de la perte de leur libre-arbitre.   Ces trois phases s’observent dans l’affaire de Monflanquin. 

D’abord,  celle de la séduction.  Thierry Tilly est présenté dans les règles de l’art. Doté d’un charisme hors norme comme tout gourou, il arrive à  gagner au fil du temps  la confiance de la famille. «La puissance de son regard était quasi hypnotique. Il nous a rendus prisonniers de nous-mêmes», témoigne Philippe de Védrines. Christine de Védrines témoigne, conforte les témoignages des autres membres de sa famille: « Il a passé du temps à écouter Ghislaine (sa belle soeur), il savait tout sur nous et nos comptes en banque, analyse -t-elle! . C’est quelqu’un de très intelligent qui vous scanne et détecte rapidement vos défauts et vos qualités.


« Il a gagné la confiance de ma belle-sœur et de ma belle-mère, dont l’influence était prépondérante dans cette famille matriarcale».«Il est arrivé nimbé de pouvoirs extraordinaires et apportait à chacun les réponses qu’il attendait » assure-t-elle. 


Et Charles-Henry note qu’il « a réussi à placer ses pions partout pour tirer les ficelles. Avec un petit bout de vérité, il faisait un gros mensonge».   Une fois la confiance installée, Thierry Tilly est passé à la seconde phase qui est celle de la destruction de la personnalité. Il va semer la zizanie en exploitant les rivalités familiales, les mesquineries confortant le fameux adage « Diviser pour mieux régner ». Il isole la famille du reste du monde, et en dicte leur mode de vie. Ils vont être onze à vivre reclus sans téléphone, volets fermés dans le château familial de Monflanquin, dans le Lot et Garonne. Le harcèlement moral, les mensonges diffamatoires notamment sur la fidélité conjugale de Christine de Védrines feront partie de sa boîte à outils du parfait manipulateur. L’un des enfants serait né d’un inceste avec son père, le pire étant que son mari le croira un temps.

Thierry Tilly exploitera le manque de confiance de Christine de Védrines pour l’épuiser moralement. Il utilisera avec elle la coercition physique avec la complicité involontaire des autres membres de la famille, car sous sujétion mentale et incapables de prendre du recul et de mesurer la portée de la violence physique et morale. Thierry Tilly la séquestrera plusieurs jours dans une pièce, et la forcera de rester sur une chaise face au mur. « Je suis devenue moins qu’un être humain, un sous-homme », écrit-elle dans son livre.

Elle n’est pas la seule à parler de cette mise sous emprise. « Tilly a mis un pistolet psychologique sur nos tempes et passait son temps à nous dresser les uns contre les autres. Il séduit sa proie, puis il l’enserre, l’englue, l’épuise» (Ghislaine de Védrines).

« C’est un prédateur. Il a pris notre argent, mais en plus il nous a cassés » accuse Diane, la plus jeune de la famille, qu’il a réussi à faire travailler 90 heures par semaine, en Angleterre.

La reconstruction de la personnalité des uns et des autres selon les desiderata machiavéliques du gourou de Monflanquin, a permis à ce dernier de dépouiller la famille de son patrimoine qui s’élevait à plusieurs millions d’euros. Christine de Védrines aura un jour un déclic sur Thierry Tilly, et en mars 2009, elle s’enfuira pour échapper au gourou. Elle contactera un avocat bordelais spécialisé dans les dossiers manipulation mentale, et aidera sa famille à sortir de l’emprise de Thierry Tilly jusqu’au procès de 2012 mais qui les aura laissé ruinés moralement et financièrement.

Si le dossier pénal est clos, l’affaire s’est poursuivie au civil après la condamnation de Thierry Tilly. La famille a tenté de récupérer le château à Monflanquin qui avait été vendu en  2008 lorsque la famille était séquestrée à Oxford par le gourou. La cour d’appel d’Agen a rejeté la requête des époux de Védrines en estimant que le nouveau propriétaire était de bonne foi.

Et qu’est devenu Thierry Tilly? Il est sorti de prison en juillet 2017 après avoir purgé une peine de dix ans. À sa sortie et à la suite d’un malaise sur la voie publique, il a été interné dans une UMD.

Quelques mots sur l’expertise psychiatrique faite par Daniel Zagury sur Thierry Tilly: M. Tilly a procédé comme un «psychanalyste dévoyé»: engrangeant d’abord les confidences de Ghislaine de Védrines, puis celles de ses frères, enfants, nièces et neveux, il s’est trouvé en mesure de maîtriser toutes les frustrations et non-dits de cette famille de la noblesse protestante qui trouvait enfin une oreille attentive. Agissant comme dans un «abus de transfert», il a alors monté les uns contre les autres, démiurge incontesté et terrifiant plongeant ses proies dans une régression infantile totale pour mieux les dévaliser. «Les Védrines ne sont pas devenus bêtes d’un coup, note le psychiatre, mais leur intelligence a été mise en jachère.»

Si ce fait divers « Le mot de la fin » de ce post sur cette sordide histoire de manipulation mentale revient à Christine de Védrines qui justifie le titre de son livre : « J’ai intitulé mon livre « Nous n’étions pas armés car nous sommes des gens naïfs, qui n’avaient jamais été  confrontés aux mensonges. Nous sommes tombés sur un être  machiavélique qui a exploité nos failles. »   Cela peut arriver à n’importe qui.

Sources: http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/25/1613450-comment-tilly-a-tisse-sa-toile.htmlhttp://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/l-affaire-dans-les-griffes-du-gourou-27-05-2013-2840561.phphttp://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/le-gourou-de-monflanquin-assure-etre-le-roi-d-israel-et-le-neveu-de-la-reine-d-angleterre_1243123.html

à la Une

LE COLORIAGE POUR ADULTES: ART-THÉRAPIE OU MARKETING?

L’activité de coloriage s’apparente aux bienfaits de l’écriture manuscrite. Si écrire à la main est bon pour le cerveau, le coloriage doit s’avérer également positif.

On pensait la pratique du coloriage réservée aux enfants de moins de dix ans ans. J’en offre d’ailleurs aux jeunes enfants de ma famille! Je me souviens avec délice des albums à colorier que ma mère m’offrait quand j’étais malade! Un rituel réconfortant du haut de mes huit ans! Pour l’enfant, cette activité facilite le développement psychomoteur de l’enfant, sa concentration et la précision du geste écrit.

Après cet épisode Madeleine de Proust, devenue adulte, je constate que je pourrai de nouveau gribouiller à mon aise! Les albums à colorier sont devenus pour les adultes un phénomène de mode! Il a démarré simultanément, en 2012, en France et aux États-Unis!

Mais quels seraient les bénéfices du coloriage? Chez l’adulte, il favoriserait la concentration et apporterait le calme. Colorier ces albums aurait des vertus thérapeutiques insoupçonnées! Même une action supposée sur l’insomnie! L’engouement des adultes pour ces coloriages est tel, que les albums sont en tête des ventes des ouvrages de loisirs créatifs. Leur nombre de ventes est comparable à celui des livres sur la méditation ou les massages. Anne Le Meur, responsable éditoriale chez Hachette Loisirs, est surprise de cet engouement des adultes pour les coloriages. Selon elle, l’une des raisons qu’elle évoque est celle-ci: « très sollicités par les écrans, le flux des mails, les gens veulent revenir vers du papier, vers des activités plus calmes sur lesquelles ils peuvent se concentrer». « Les inspirations sont multiples. Les thématiques autour des animaux – surtout les chats —, les fleurs ou encore les grandes expos du moment plaisent beaucoup», révèle Anne Le Meur. » Analyse pertinente!

Ces fameux gribouillages à compléter sont venus d’Angleterre, par l’entremise de maisons d’édition spécialisées dans les dessins. Les best-sellers portent sur les mandalas, les jardins, ou encore, sur des pièces de mode (My fashion Coloriage). Ayant retrouvé leur âme d’enfant, les fans  se font un plaisir de publier leurs oeuvres sur les réseaux sociaux et You Tube.

L’esprit de ces albums de coloriage sont catégorisés dans les labels comme «art thérapie», «mindfulness» ou «anti-stress», situant l’acte de colorier quelque part entre la psychothérapie et la méditation. Ces vertus me semblent quelque peu exagérées!

En cherchant des données « relativement sérieuses » (j’ai zappé pubmed), je suis tombée sur l’origine de ces albums, très éloignée de la psychothérapie! Elle remonte à 1960 et faisait dans la farce séditieuse et la satire sociale! Critique de l’American Way of Life, du conformisme et de la société de consommation. Ces albums furent politisés pour dénoncer les obsessions politiques du gouvernement américain de l’époque. Ainsi, Le « John Birch Society Coloring Book » tourne en ridicule le groupement anticommuniste qui porte ce nom et raille la paranoïa ambiante en affichant une page blanche avec cette légende: « Combien de communistes parvenez-vous à trouver sur cette image? J’en ai trouvé onze. Cela demande de l’entraînement.» Cet aspect politique de l’album à colorier n’a pas disparu. On peut encore choisir son personnage politique fétiche à colorier. De Hilary Clinton à Donald Trump.

Alors quel est le public de ces albums à colorier? Essentiellement des femmes, de tous âges! Des jeunes filles aux vieilles dames! C’est à se demander si cette activité  n’a pas remplacé le tricot, la broderie et tapisserie  d’antan. Et après tout, j’ose appliquer les vertus du tricot à ceux des albums à colorier. Ses vertus thérapeutiques ont été étudiées par le docteur Herbert Bendon, de l’institut du cerveau à Harvard: un moyen de mettre le corps en mode relaxation. En tricotant, le taux de cortisol baisse (hormones du stress) alors que celui de la dopamine et de la sérotonine(hormones du bien être) augmente. Évidemment, la méthodologie concernant les vertus thérapeutique du tricot est légère; cette affirmation sympathique ne précise pas si elle est exempte des lobbies de la laine ou de ceux prônant la femme au foyer. Bref, des conflits d’intérêts! Mais les propos du Dr Herbert Benson méritent toute notre attention. Il a écrit de nombreux articles publiés sur la base de données Pubmed sur la relation entre le corps et l’esprit. Il est surtout connu pour son best-seller de 1975, The Relaxation Response, dans lequel il décrit comment l’esprit peut influencer les niveaux de stress par le biais d’outils tels que la méditation.

Revenons à nos moutons! Les albums à colorier sont estampillés bien-être ou art-thérapie. Mais est ce vraiment de l’art-thérapie ou une simple activité ludique?

L’art-thérapie est apparue dans les années 30. Et ce à partir d’observations d’enseignants en arts plastiques qui avaient remarqué que les dessins libres et spontanés des enfants étaient très intéressants, et pouvaient être un support pour décrypter le plan émotionnel et symbolique. L’art thérapie est une discipline des sciences humaines, même si elle ne répond pas aux critères scientifiques rigoureux. « Le projet vaste (de l’art-thérapie) concerne le mieux-être global de la personne », écrit Jean-Pierre Klein, pionnier de l’art-thérapie en France. Psychiatre, auteur dramatique, il dirige une école de formation d’art-thérapeutes. L’art-thérapie est une forme de psychothérapie qui englobe l’expression et la réflexion tant picturale que verbale.

Les problèmes abordés en art thérapie sont analogues à ceux d’une psychothérapie verbale classique. Le processus thérapeutique est engagé par la création d’une œuvre avec le matériel d’arts plastiques tout en discutant avec le ou la thérapeute. L’art-thérapie va permettre à la personne d’exprimer un potentiel thérapeutique à travers la création. Elle renforce la créativité, et comme les rêves les créations (ou le geste lorsqu’il s’agit de la danse) qui sont des expressions de l’inconscient. L’activité créatrice aide à réduire le stress et l’intrusion de la pensée négative. L’art thérapie aborde les problèmes cliniques et aident les personnes qui désirent explorer et renforcer leur créativité. Introduite dans les différents secteurs de la santé, des services sociaux, de l’éducation et des services communautaires, elle rend d’immenses services. Aujourd’hui, la base de données Pubmed (recueil des données scientifiques) fait état de nombreux articles scientifiques sur l’art thérapie. Elle est souvent indiquée en traitement complémentaire, et dans la réhabilitation sociale de personnes souffrant de troubles psychiques. Le spectre de son application est large: schizophrénie, autisme, dépression, maladie d’Alzheimer, soins palliatifs, etc…

Navrée, malgré les accroches marketing, les albums de coloriage pour adultes ne sont pas vraiment de l’art thérapie, ô combien les maisons d’éditions et les sites de vente en ligne affirment le contraire! Mais si c’est du marketing pur et dur, c’est une activité dénuée de dangers et ludique. L’activité de coloriage s’apparente aux bienfaits de l’écriture manuscrite. Si écrire à la main est bon pour le cerveau, le coloriage doit s’avérer également positif. Il met en jeu un nouveau processus cérébral sans en faire une panacée thérapeutique si on est vraiment stressé.

Pour Patrick Collignan, coach spécialisé dans l’approche cognitive comportementale, « le coloriage est une source de relaxation en soi, car cela permet de se concentrer sur quelque chose d’agréable en soi qui nécessite suffisamment d’attention pour ne pas laisser les pensées négatives vagabonder…Les personnes qui choisissent le coloriage prennent du plaisir à en faire, vraisemblablement lié à un plaisir d’enfance…On peut également mobiliser les zones adaptatives du cerveau si on fait appel à sa créativité. le coloriage demande d’aller l’harmonie des couleurs, de se projeter dans le futur en imaginant le résultat final.»

Certaines bonnes âmes s’indignent de cette activité qu’elles jugent infantilisantes et qui se ferait au détriment d’autres plus culturelles et adultes! Faisons fi de ces râleurs professionnels! Ne nous privons pas de gribouiller sur ces albums à notre guise! Et pourquoi pas en famille s’échanger des crayons de couleurs et les piquer à ses enfants? Finalement, je me demande si je ne vais pas m’y mettre. En prime, je vous ai déniché deux dessins à colorier que vous pouvez imprimer et colorier à votre guise si le coeur vous en dit ! Un chat et un chien! Entre la Ronronthérapie et la Cynothérapie, vous avez le choix!

Chat à colorier

Sources:http://www.teteamodeler.com/scolarite/psycologie/coloriage1.asphttp://www.rfi.fr/culture/20140505-art-therapie-succes-coloriages-adultes/http://www.aatq.org/arttherapyhttp://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23073547http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23073547,21247921,23886343,17952163,7809739,10264527,13568530,12997661,3853059,18879851,3185221,10298784,12980060,13844954,5139569?report=docsum

http://www.lemonde.fr/vous/article/2014/05/07/le-coloriage-pour-adultes-un-retour-a-l-enfance-bienfaiteur_4412501_3238.htmlhttp://mercredietcie.blogspot.fr/2010/11/les-vertus-du-tricot.html

à la Une

LE CHIEN, UN MÉDICAMENT COMME LES AUTRES?

Depuis 2010, la cynothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique de l’hôpital psychiatrique Pinel d’Amiens qui compte près de 300 malades.

8567cfa70a1e7af7ab1b0795b4d586e9

Après avoir publié les posts « Oscar, un chat hors du commun » et « Ronron thérapie, une thérapie au poil » , sous la houlette de mon chat Cachemire, il est temps de parler du chien, de ses qualités extraordinaires en Thérapie Assistée par l’animal (TAA) ou encore connue sous le nom de zoothérapie . L’aide inestimable du chien comme médiateur thérapeutique est l’objet de la cynothérapie, une branche de la zoothérapie. La cynothérapie est le soin des troubles psychiatriques, avec pour médiateur un chien dit « thérapeutique ».

Boris Levinson, psyschologue à l’université de Yeshiva aux USA, devint l’instigateur de la Pet Therapy dans les années 60 et le principal pionnier de la TFA (thérapie facilitée par l’animal). Il démontra, en 1950, le rôle thérapeutique de l’animal durant ses séances de thérapie chez certains patients. Une interaction s’établit par hasard, au cours d’une consultation ,  entre le chien du psychologue et un jeune autiste qui jouèrent ensemble. Cette interaction privilégiée permit à l’enfant de verbaliser pour la première fois. L’enfant demanda à revoir le docteur Jingles (le chien) en disant de lui qu’il « était un drôle de médecin ». Dans les années 70, deux psychiatres américains, Samuel et Elisabeth Corson, mirent en présence des chiens et des adolescents perturbés ne réagissant pas aux neuroleptiques et aux électrochocs (c’était le protocole thérapeutique de l’époque); les résultats  s’avérèrent prometteurs.

La première association internationale de chiens de thérapie (en anglais, therapy dogs) aurait vu le jour avec Elaine Smith, une nourrice agréée qui travaillait avec son chien, un Golden retriever. En 1976, elle crée un programme de visites d’hôpitaux avec des chiens dressés dans cet objectif.

Aujourd’hui, Ange Condorcet, vétérinaire, étudie dans les écoles, les hôpitaux psychiatriques et les cabinets vétérinaires la relation particulière entre l’enfant et son animal familier; elle confirme que le chien facilite la communication.

Depuis 2010, la cynothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique de l’hôpital psychiatrique Pinel d’Amiens qui compte près de 300 malades. Prescrit par une cinquantaine de médecins, près de 259 patients âgés de 6 à 98 ans, souffrant de troubles psychiatriques divers ont été pris en charge par la cynothérapie. En complément de traitements traditionnels, cela va sans dire, mais cela permet de diminuer leur intensité. Les patients promènent un golden Retriever et les deux King Charles, Zoé et Evie.

La présence des chiens dans le service facile la libération de la parole dans les groupes thérapeutiques, et voir un animal sur les genoux d’un thérapeute permet d’atténuer le cadre formel et impersonnel d’un hôpital psychiatrique.  Selon le Dr Guillaumont, cette thérapie « permet aussi de diminuer chez certains patients les traitements psychotropes administrés jusqu’alors. L’effet d’apaisement apporté par l’animal rend les patients plus calmes et de ce fait-là, il n’y a pas besoin d’être dans une escalade thérapeutique». Quand on connait les effets secondaires des psychotropes, c’est un résultat encourageant. 

Les diverses études montrent qu’une minorité de patients restent indifférents à la présence d’un chien (ou d’autres animaux d’ailleurs).
En 2006, une étude pilote publiée dans la revue JRDD sur des personnes aphasiques a démontre que le chien avait rendu plus agréable et moins stressant le protocole de rééducation, en soulignant qu’entre un protocole classique et la cynothérapie, les résultats étaient équivalents. Si le chien améliore l’humeur et réduit le stress, c’est déjà merveilleux! Le chien comme d’ailleurs d’autres animaux sont des vecteurs pour ouvrir le patient vers l’extérieur, et réduisenr son stress.

L’apport de l’animal en psychiatrie militaire a été utilisé en Irak par l’armée américaine en décembre 2007. Six chiens ont été envoyés pour aider les soldats à faire face au stress aigue, TDA et dépression chronique. C’était un défi d’envoyer une équipe de cynothérapie là bas.

De plus en plus de chiens font leur apparition dans des EPHAD pour réconforter les séniors. L’un des choix de l’EPHAD François Grèze à Lapalisse (Allier). En collaboration avec le club canin de Saint-Prix (Allier) « Les oreilles au vent », où tous les trimestres, un show avec des chiens que les résidents peuvent brosser et câliner à volonté quelques heures.Une étude datant de 1989 (Kongabke; Buckwalter et Stolley) a permis d’évaluer la présence d’un chien sur le comportement social de 12 résidents. « Cette étude a conclu que « les activités sociales augmentent en présence de l’animal avec beaucoup d’échanges verbaux entre résidents. C’est le professionnel qui oriente les interactions, propose des sujets de discussion et favorise les rapprochements »

Sur les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, on constate avec la présence d’un chien, une amélioration de certains troubles (mémoire, amélioration du langage, de la motricité et de la fonction éxécutive). Et ke chien s’avère dans un service de soins palliatifs un facteur d’apaisement pour les personnes en fin de vie et le personnel et le personnel soignant.

Même si cela mérite des études plus approfondies, soulignons l’apport du chien en thérapie pour les enfants présentant des troubles du spectre autistique (TSA). ils se caractérisent par des déficits de réciprocité sociale et de communication, ainsi que par des comportements répétitifs. Les stratégies d’intervention basées sur l’exploitation des aspects émotionnels des relations homme- chien peuvent permettre de surmonter la difficulté des sujets atteints de TSA d’établir des relations et d’interagir efficacement avec les autres, en ciblant les principaux symptômes de ce trouble.

L’apport du chien en TAA présente plus d’avantages que d’inconvénients, même si cela relève le plus souvent de l’empirisme. Il faut aussi évoquer certaines de leurs olfactives pour détecter l’odeur corporelle de certaines maladies comme le diabète, une pathologie rénale et d’autres. Le chien est aussi capable de détecter certaines maladies neurologiques. C’est ce que Marc Gozlan, journaliste médico-scientifique et médecin de formation décrit dans son article « Les crises d’épilepsie que des chiens entrainés peuvent reconnaitre ». S’appuyant sur une étude française publiée en mars de cette année dans la revue Scientific Reports, Marc Gozlan nous apprend que selon le protocole défini, « les chiens ont su distinguer l’odeur prélevée lors d’une crise d’épilepsie bien mieux que ne l’aurait prédit le hasard… Ainsi, dans 67 % à 100 % des cas, les chiens ont donné la bonne réponse…Les performances de cette détection olfactive canine pour l’épilepsie sont donc élevées. Pour trois chiens, le taux de succès était de 100 % dans tous les essais». La signature olfactive d’une crise d’épilepsie existerait bel et bien, et l’entrainement de ces chiens pourrait ainsi protéger les patients épileptiques en les prévenant d’une crise.

La TAA par le chien s’avère donc une aide précieuse qui agit manifestement sur la composante psychologique d’un trouble mental ou d’un déficit cognitif. En guise de conclusion, pour sortir des sentiers battus, et pour tous ceux qui aiment les chiens, un extrait de Doglands de Tim Willocks. Un livre qui raconte l’épopée de Furgui, un croisement de lévrier de course et de chien-loup, par lui-même.

« Ses muscles se lancèrent dans un double galop. Ses coussinets martelaient la roche. Son sang de lévrier lui donnait vitesse et puissance. Son sang de chien-loup, endurance et courage. Au lieu de se sentir plus faible, il se sentait plus fort. Et alors il comprit quelque chose d’extraordinaire. Même si le tunnel était noir comme une nuit sans étoiles, et alors même qu’il courait à toute vitesse, il ne se heurtait pas aux parois qui n’étaient qu’à quelques centimètres de lui. Furgul ne savait pas pourquoi. Il ne faisait que courir. Puis un vent étrange souffla, venu du tunnel derrière lui. Et – comme si un fantôme avait chuchoté à son âme – Furgul entendit l’appel des Doglands.»

VIDÉO SUR LES CHIENS DE L’HÔPITAL D’AMIENS

Sources:

http://zootherapie.asso.fr/publics/personnes-agees/

https://my-psychologie.com/2018/07/12/penser-la-therapie-avec-les-animaux/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cynoth%C3%A9rapie

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/cynotherapie-a-l-hopital-des-chiens-soignent-des-malades-sur-prescription_114622

https://theconversation.com/sante-mentale-quand-les-animaux-soignent-80819

https://www.lepoint.fr/sante/les-animaux-medicaments-06-09-2017-2155015_40.php

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28693538

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22388681

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18286877

à la Une

LA RONRONTHÉRAPIE: UNE THÉRAPIE AU POIL!

©Terry Runyan
 
 
 

Les animaux font d’excellents auxiliaires thérapeutiques qui ont tout à fait leur place en psychothérapie. L’un de ceux qui pratiquent une thérapie au poil et zen est le chat. 11 millions de foyers français possèdent un de ces charmants félins, et la catmania n’est pas près de s’éteindre. Je fais partie des adorateurs de Bastet, la déesse chat égyptienne, et je suis l’humain de compagnie de Cachemire, un beau chartreux de onze ans!  

Le ronronnement du chat occupe l’attention des chercheurs. Au-delà de son écoute, le doux bruitage du chat est bénéfique pour l’esprit de l’homme. C’est ce qu’explique Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, le véritable inventeur de la ronron thérapie en France. La révélation de ce phénomène lui est venue presque par hasard, peut-on lire sur le site Micetto au sujet du livre de Véronique Aïache « La  Ronron-Thérapie ».
« Tout a commencé en avril 2002, se rappelle t’il. Des statistiques, démontraient qu’après des lésions ou des fractures, les chats avaient cinq fois moins de séquelles que les chiens, et retrouvaient la forme trois fois plus vite. D’où l’hypothèse d’une authentique action réparatrice du ronronnement » 

Les bienfaits du ronron sont comparables à ceux de la musicothérapie: 

« Il apaise et agit comme un médicament sans effet secondaire…Quand l’organisme lutte contre des situations pénibles, comme le stress, le ronronnement du chat émet des vibrations sonores apaisantes et bienfaisantes, un peu comme la musique ». 

Cette détente est due à la fréquence hertzienne pour le vétérinaire.
« C’est par le tympan mais aussi les corpuscules de Pacini, des terminaisons nerveuses situées au ras de la peau, que nous percevons le ronron qui émet des fréquences basses, entre 20 et 50 hertz. Des pensées positives et de bien-être sont alors transmises à notre cerveau ».
Dans le cerveau, le ronronnement agit sur le circuit hippocampe-amygdale, une structure étroitement liée au déclenchement de la peur. Ecouter le doux bruit du ronronnement de son chat entraîne une production de sérotonine, l’hormone du bonheur, impliquée dans la qualité du sommeil et de l’humeur.
 
Jean-Yves Gauchet croit au couple thérapeutique formé entre le chat et son maître, où chacun s’occupe de la santé de l’autre. C’est ce qu’il nous dit dans son livre « Mon Chat et moi, on se soigne. » L’ouvrage, se divisé en deux parties: l’une où sont énumérées les vertus thérapeutiques du chat sur son maître, et l’autre  où le maître apprend à faire plaisir à son chat. 
Et certains chats sont aussi exceptionnels que le nôtre! Il y a Oscar, un chat hors du commun! L’étonnante faculté de ce chat est de prévenir le personnel soignant d’une maison de retraite de la mort imminente de l’un de leurs pensionnaires. L’histoire insolite sur les capacités d’Oscar montre que les animaux dans les services de soins palliatifs permettent d’exorciser, d’apaiser l’angoisse de mort des malades et la tristesse de la famille qui voit partir l’un des siens. Après que cela ne soit pas très rigoureux sur le plan scientifique, c’est une autre histoire. Au moins, c’est apaisant et a le mérite de démontrer les bienfaits de la ronronthérapie et zoothérapie en général.
 
Les bienfaits de la ronron thérapie ne datent pas d’hier. Ils  étaient déjà étudiés dans les années 50. Dans son livre « La ronron thérapie », la journaliste santé, Véronique Aïache rapporte les résultats d’une étude menée dans les années 1950 par le corps médical américain sur le ronronnement. Le stress, l’insomnie ou l’anxiété pourraient se soigner ponctuellement grâce au ronron. Une étude de 1983 a constaté que la stimulation vibratoire entre 50-150 Hz soulagé la souffrance dans 82% des personnes souffrant de douleur aiguë et chronique. Plusieurs études, au cours des 20 dernières années ont confirmé que l’utilisation de cette thérapie à basse fréquence (vibrations entre 20-140 Hz) est thérapeutique pour la croissance osseuse / guérison de la fracture, soulagement de la douleur / la réduction de gonflement, la cicatrisation des plaies, la croissance et la réparation musculaire / réparation du tendon, la mobilité des articulations et le soulagement de la dyspnée (essoufflement).

 

À tous les âges de la vie, le chat est un auxiliaire précieux. Le ronronnement du chat aurait un effet sur un bébé trop remuant dans le ventre de sa mère.
Dans les maisons de retraite qui acceptent les animaux, les chats réconfortent les résidents et brisent leur isolement. Une étude de la California’ Loma Linda University a montré que le fait de regarder des vidéos drôles, mettant entre autres des chats,  20 minutes par jour améliorait la mémoire des séniors et renforçait leur sytème immunitaire. 

 

Autre témoignage, celui de Bruno Hardy, cadre de santé, sur l’effet thérapeutique des chats dans une maison de retraite des Yvelines:

« L’une de nos clientes souffre d’un trouble du comportement et seule la présence de son chat l’apaise, il l’aide à l’endormissement.»

Les Japonais s’entourent de ces félins pour rester zen. Leur mythologie sur le chat est prolixe. Il y a une légende qui parle du chat Tama qui vivait avec un moine dans un temple. Il sauva de la foudre le seigneur d’un district au début de l’ère Edo (1603-1867) en levant sa patte pour l’inviter à se réfugier dans le temple. À sa mort, le seigneur reconnaissant fit enterré  avec tous les honneurs réservés aux grands de ce monde. Au Japon, on trouve de nombreuses statuettes du manuki-neko, un chat levant sa patte au niveau de l’oreille. C’est un symbole de chance et de prospérité pour son possesseur. 

Aussi n’est-il pas étonnant que là-bas les bars à chats aient un énorme succès. Les Japonais viennent s’y détendre après le travail, en buvant un thé tout en caressant les animaux. Il s’en est ouvert un à qui ne désemplit pas.

Si vous n’avez pas de chat, vous pouvez toujours vous procurer un enregistrement de « ronrons » thérapeutiques. Vous pouvez suivre  également des séances de sophrologie où vous écouterez  le ronronnement du chat pendant la phase relaxation profonde, à une fréquence de 25 à 50 hertz; celle qui favorise un état profond de bien-être et une diminution immédiate du stress. Le ronron est adjoint à d’autres suggestions verbales, inductions sonores ou images mentales de manière à mieux gérer le stress ou les émotions.
 
Les bénéfices de la ronronthérapie sont incontestés sur notre santé mentale , toutefois certaines maladies psychiatriques et neurologiques peuvent être transmises par le chat. Tout futur médecin devrait être formé à ces éventualités qui peuvent retarder le diagnostic.  C’est ce que décrit Marc Gozlan, journaliste médico-scientifique et médecin de formation, dans son article « Sa schizophrénie» était due…au chat  publié sur son excellent blog Réalités Biomédicales.  Marc Gozlan y décrit une forme neurologique très rare de la bartonellose, maladie infectieuse, responsable de la maladie des griffes du chat dont est affectée un  adolescent américain de 14 ans diagnostiqué schizophrénique pendant deux ans. 
 

« Le jeune garçon et sa famille ont payé un lourd tribut émotionnel, social et financier pendant deux ans. « Outre le stress quotidien induit par sa maladie chez tous les membres de la famille, la mère a quitté son emploi pour lui fournir des soins à domicile, et les animaux domestiques ont été retirés de la maison (en raison des délires du garçon)…

Ce cas clinique est hors norme dans la mesure où le jeune patient aura été examiné et traité par un grand nombre de médecins (pédiatre, cardiologue, neurologue, infectiologue, dermatologue, immunologiste, optométriste, endocrinologue, gastroentérologue) avant que le diagnostic de sa maladie ne soit finalement posé et qu’un lourd traitement anti-infectieux ne soit prescrit.

Et n’oublions pas ceux qui souffrent d’ailurophobie (la phobie des chats). Mais la zoothérapie  vous propose un large éventail de thérapies cool avec d’autres animaux. (Chien, lapin, cheval avec l’équithérapie, le dauphin avec la delphinothérapie).
 
La ronron thérapie et la zoothérapie, si elles ne sont pas démontrées scientifiquement suivant les règles de l’Evidence Based Medecine révèlent des vertus insoupçonnées. La relation homme/animal est enrichissante pour nous. Nos chiens, nos chats, chevaux et tous les autres animaux sont de précieux alliés pour notre santé. Alors ne nous en privons pas.
 
Au fait, non seulement, mon chat ronronne  avec un bruit d’hélicoptère comme tous les chartreux, mais il ronfle tout aussi tout aussi fort! D’ici à ce qu’on se penche sur les vertus du ronflement félin, il n’y a qu’un pas…
 
 
Vidéo « ronronthérapie »
 
 
Sources:

pie

à la Une

SOURIEZ, C’EST SYMPA!

Les femmes surpasseraient les hommes dans la reconnaissance des sourires sincères et en général, elles seraient plus douées pour la reconnaissance des expressions faciales que les hommes.

 

 

Le sourire est essentiel chez l’homme et l’expression de nos émotions. En souriant, nous révélons à autrui une part de nous-même.

En 1988, une étude devenue célèbre, enseignée en psychologie et publiée dans la revue Psychological Science disait que le sourire influençait notre humeur. Alors, faudrait-il se forcer à sourire? Pas si simple, c’est que montre quelques années plus tard la duplication de cette étude. Elle dément la conclusion originale, à savoir que le sourire agissant sur l’humeur n’était pas conforté ( la rétroaction faciale totale). Ce n’est pas faute d’avoir essayé, et en essayant de coller le plus possible à l’étude originale. 17 laboratoires du monde entiers et 1894 étudiants avaient été mobilisés. Mais les uns et les autres se renvoient la balles sur les biais méthodologiques. Il est cité dans un article de Christian Jarret pour le Huffington Post une recherche impliquant des personnes ayant eu des injections de Botox. 

Mais comment reconnaitre un sourire sincère? Sébastien Korb de l’Université du  Wisconsin-Madison et Didier Granjean de l’Université de Genève et leurs collègues ont montré que nous évaluons la sincérité  d’un sourire en le reproduisant en « miniature » par des micro contractions  automatiques invisibles de notre  propre visage. Un sourire authentique exprime une réelle émotion positive comme la joie ou les plaisir par exemple. Nous comprenons autrui en activant les mêmes schémas musculaires que lui;  nous rejouons dans notre corps avec  ces micro contractions une version miniature de l’expression d’autrui. Cette théorie se fonde sur les travaux de Williams James (fin XIX siècle) et sur la découverte des neurones miroirs (ces neurones qui s’activent de la même façon quand on effectue une action et quand on regarde un autre la faire. On s’est aperçu que si l’on empêchait quelqu’un d’effectuer ces micro contractions mimétiques, en lui mettant un crayon dans la bouche, on distinguait moins bien la sincérité des sourires.

 
Les sourires, perçus comme les plus authentiques, impliquent tous les muscles (corrugateur, orbiculaire, grand zygomatique et le masséter). Maintenant comme le souligne Didier Grandjean, il est possible de falsifier un sourire car tous les muscles peuvent être contractés de façon volontaire et consciente , sans que cela soit sous-tendu par une émotion. Cela nécessite une parfaite maîtrise et technique.
 

Une étude de l’université du Nouveau-Mexique, décrypte le sourire comme une attitude de soumission, et qui définirait notre statut social. La leçon à retenir serait  que lorsqu’on est un dominant, on ne doit pas sourire! À ne pas prendre au pied de la lettre, évidemment!

Les mannequins de haute couture sourient moins que celles qui représentent des marques de moindre importance. Les footballeurs les plus puissants sourient moins que les plus chétifs.

Cette étude est antinomique avec toutes celles qui démontrent les vertus d’un « sourire qui vient du fond du cœur ». Notre sourire définit notre humanité. Le sourire authentique est le révélateur du Soi, du noyau de la psyché est le reflet de nos émotions positives les plus profondes.

Bien sur, il y a les sourires de façade qui correspondent à l’hypocrisie des conventions sociales et ceux qui ne sont pas liés à des émotions positives.

Le  sourire a aussi  une forte composante culturelle. Comme au Japon. Le voyageur occidental sera frappé par ces visages qui lui semblent inexpressifs. Le japonais ne regarde pas dans les yeux comme nous. C’est contraire à sa culture. La pudeur, la timidité, les usages défendent le japonais de laisser transparaître sur son visage ses émotions et ses sentiments. La neutralité du visage a valeur de consensus. Malgré les apparences, au Japon, le sourire est l’expression la plus codifiée, et est présent dans toutes les situations. Ce qui a fait dire au jésuite Luis Froid que « les salutations se font toujours et sans faute avec un faux sourire».

Contagion émotionnelle ou pas, impact des neurones miroirs, un sourire amène souvent le sourire chez l’autre. Il y a toujours une émotion positive derrière un sourire authentique. Le sourire authentique exprime l’empathie, l’altruisme, l’intérêt que l’on porte à l’autre. Il permet de mettre en confiance l’autre, et de poser les prémices d’une relation de qualité. Sourire le plus souvent possible permet d’éprouver un bien-être intérieur. C’est ce que disait le psychologue William James au XIXe siècle. Les gens qui sourient souvent sont perçus comme ayant plus de self contrôle, à l’aise avec les autres et nettement plus séduisants que ceux qui  ne sourient pas. (Sin Lau, 1982).
 
Allez, quelques mots sur le « genré » ou tout au moins l’aptitude que l’on soit d’un sexe ou d’un autre pour reconnaitre la sincérité d’un sourire! Les femmes surpasseraient les hommes dans la reconnaissance des sourires sincères et en général, elles seraient plus douées pour la reconnaissance  des expressions faciales que les hommes. Est-ce génétique ou une construction sociale?  On n’en sait pas plus….
 
Il y a une croyance largement partagée par des médias populaires que sourire fait paraitre plus jeune que l’on n’est! Fausse croyance selon les résultats d’une recherche publiée dans le Psychonomic bulletin & Review l’année dernière.
 
En surfant sur le net pour ce post, mon regard a été attiré par le titre d’un encadré surprenant affirmant que « sourire, c’est mourir un peu ». Intriguée, j’ai poursuivi ma lecture pour en savoir plus. Sourire sur commande est certes bon pour les relations sociales mais très mauvais pour la santé! Et ce démontré par une étude du département de psychologie du travail de l’université de Francfort auprès d’hôtesses de l’air, professionnelles du sourire. Avec les vendeurs, elles seraient plus exposées au burn out. « La cordialité donne des rides mais provoque un affaiblissement des défenses immunitaires, accompagné de  stress, de dépression, de troubles de la personnalité. Bref, souriez mais pas trop.» Vraiment? 
 
L’étude de Sin Lau sur l’effet du sourire sur la personne reste la référence de base. Une personne qui sourit est perçue comme plus agréable et plus intelligente qu’une autre qui ne sourit pas.
 
Le bien-être engendré par un sourire ne fait pas que du bien à soi, il contagieux pour l’entourage. Une étude menée par la British Dental Health Foundation a montré que le fait de sourire améliore considérablement l’humeur.
 
Et puis, au diable l’étude  du Nouveau-Mexique qui met du darwinisme social derrière l’une des expressions les plus spontanées qui signe notre humanité. Alors ne nous en privons pas, et comme le dit Robert Choin :
« Le sourire est chez l’homme “l’empreinte de Dieu« . La bête ne sourit pas, et quand les hommes deviennent des loups entre eux, ils ne savent plus sourire.  »
 
 Sources :
 
 
 

	
à la Une

UN TOIT POUR LES SANS-ABRIS AVEC LE PROGRAMME HOUSE FIRST!

Le programme Housing-First a permis de sortir de la rue des vétérans qui avaient fait la guerre d’Irak!


 

Sam Tsembens, psychologue au département de psychiatrie de la faculté de Colombia, est l’instigateur de « Pathways to Housing », baptisé « Housing First Model »  (PHF) en 2003. Ce programme de logement original s’adresse aux personnes sans-abri souffrant de troubles mentaux et souvent de toxicomanie.

Ce programme de réinsertion sociale et psychologique permet à des sans-abris, souffrant de troubles mentaux et d’addictions, d’être logés dans des conditions décentes tout en étant soignés.

Quand il a élaboré son programme, Sam Tsembens est parti de l’idée que le logement est un droit fondamental pour tous, y compris pour les personnes sans-abri souffrant de troubles mentaux. Sa vision est celle de la psychologie humaniste, et des deux premiers stade de l ‘incontournable Pyramide des besoins élaborée par Abraham Maslow. La satisfaction des besoins physiologiques et des besoins de sécurité au bas de la pyramide ne peuvent se concevoir que dans un environnement stable et non anxiogène. Le logement est l’une des conditions requises. Selon Sam Tsembens, le fléau des sans-abris souffrant de troubles mentaux et d’addictions doit être combattu par une nouvelle approche radicalement différente des programmes classiques.

 

Le sans-abri chronique qui souffre de troubles mentaux et d’addictions est aspiré dans le cercle vicieux du « cycle de survie »:
-rue
-hospitalisation
-placement temporaire dans une institution ou parfois prison
-rue.
Il est évident que ce cycle de survie est mortifère, et les structures traditionnelles empêchent de rompre le cycle de survie pour ceux qui souffrent de maladies mentales. Sam Tsembens a voulu démontrer l’efficacité de son programme pour sortir les gens de la rue, en leur offrant un toit sur la tête pour leur redonner confiance en eux et leur proposer des soins adaptés. PHF inverse le processus de prise en charge des programmes traditionnels qui traitent d’abord les troubles mentaux sans considérer l’aspect stressant et hautement anxiogène d’être dans la rue. L’idée novatrice de ce programme est de séparer le traitement du logement.

 
Le Housing First Model a été  soumis à l’épreuve de l’essai randomisé pour voir s’il permettait de casser le cercle vicieux de la rue pour n’en faire plus qu’un lointain souvenir. Dans cet essai randomisé, Sam Tsembens a voulu démontrer l’efficacité de son modèle qui permet à un sans-abri de se prendre en charge, de devenir autonome et améliorer sa coopération avec les différents services qui doivent s’occuper de lui. Dans un essai randomisé, les sujets sont pris au hasard pour éviter les biais de sélection (origine sociale, historique, etc). Cet essai randomisé a démontré que le PHF réduisait les coûts de la collectivité ainsi que la fréquence des séjours en hôpital psychiatrique. L’une des questions qui s’est posée avec le PHF a été la suivante: les sans abris, drogués ou souffrant deux troubles mentaux sévères sont-ils capables de se reprendre en main chez eux et sans structure permanente médicalisée qui les surveille jour et nuit?
 
Cette idée toute simple de mettre un toit au-dessus de la tête de ces personnes satisfait les besoins fondamentaux comme le sentiment de sécurité qui n’est possible que dans un refuge permanent. Séparer le logement de la  prise en charge thérapeutique favorise le libre arbitre, le choix, l’auto détermination et permet ainsi de réguler son mal-être
 
La contrepartie demandée aux sans-abri est la suivante: la compliance au au traitement, tendre vers la stabilité psychiatrique et être abstinent dans le cas des addictions. Le client du PHF a aussi des obligations financières dont celle de s’acquitter d’un loyer à la quote part de 30 % par mois. Chaque semaine, il reçoit la visite de l’un des collaborateurs du PHF qui lui pose chaque fois la question suivante : « comment puis-je vous aider? ». En fonction de la réponse, il adapte la stratégie de prise en charge. 95% des protégés de PHF préfèrent un logement individuel. L’un des anciens sans-abris évoque sa douleur morale et l’importance d’un chez-soi: « J’ai marché durant des années sans avoir une seule clé, que ce soit celle d’une voiture, de maison ou de posséder un simple trousseau de clés…Je ne pense pas que les gens comprennent, ce que c’est d’être sans trousseau de clés.»
 
La visite du logement pour le sans-abri est un temps fort du programme. Également pour le travailleur social de PHF qui l’accompagne; c’est pour lui l’occasion d’observer ses réactions pour lui offrir l’aide dont il a besoin.

Il y a deux variantes du programme PHF. Il y a the Assertive Community Treatment (ACT) pour les personnes souffrant de troubles psychiatriques, et le Intensive Case Management (ICM) pour des personnes atteintes de troubles moins sévères.

Le programme comporte des protocoles de pratique d’intervention qui ont fait leurs preuves suivant les règles de « l’Evidence Based Program » pour diminuer la souffrance.
 
Ce programme a été critiqué pour avoir centré la résolution des problèmes sur le seul fait de mettre un toit sur la tête des sans abris. Or, le logement n’est qu’une étape du programme PHF, et il faut évoquer les échecs inévitables. Des personnes doivent être relogées parfois deux ou trois fois avant que le programme ne porte ses fruits.
 
Les accompagnateurs de PHF sont joignables  vingt quatre heures sur vingt quatre. Quand il y a des rechutes, ils sont dans la suspension du jugement. Afin de comprendre ce qui fait souffrir son client, ils continuent de lui poser cette question inlassablement: « Comment puis-je vous aider? »
 
Avant d’obtenir un logement définitif, le Graal du programme, il y a plusieurs étapes à suivre pour l’ancien sans-abri:
-Placement dans un logement collectif
-logement transitoire
-logement permanent.
 
Le programme Housing-First a permis de sortir de la rue des vétérans qui avaient fait la guerre d’Irak (et d’autres). En 2010, Le Federal Interagency  Council a validé cette méthode, et considère que c’est l’approche  la plus pertinente pour en finir avec les sans-abris chroniques.

 

Le modèle Housing-First sur le principe de l’essai randomisé a été appliqué avec succès dans cinq villes canadiennes. Cet essai comparatif randomisé du programme canadien incluant 2 200 personnes donne encore plus du  poids au modèle Housing first,  et l’a ainsi rendu attractif pour l’Europe en recherche de solutions pour les sans-abris. Un programme adapté aux pays européens semble se développer au fil des années si l’on se réfère au site Housing First Guide Europe. Il se peut que Housing-First soit sans doute plus adapté aux mentalités nord-américaines. Il a au moins le mérite de conjuguer le soin psychique et de loger le sans-abri chronique qui souffre de maladies mentales. En tout cas,  saluons cette belle initiative de Sam Tsembens! 

 
 

à la Une

LISEZ, ÉCRIVEZ POUR STIMULER VOTRE RÉSERVE COGNITIVE!

La revue Neurology a publié une étude montrant que l’écriture et la lecture ont une incidence significative sur les facultés cognitives. C’est à la portée de tout le monde en thérapie préventive.

© Niels Frederik Schiøttz-Jensen
La maladie d’Alzheimer, une maladie neurodégénérative qui affecte les fonctions cérébrales, en particulier la mémoire est la nouvelle épée de Damoclès de ces prochaines décennies. En France, 800 000 personnes seraient concernées. Les causes de la maladie d’Alzheimer sont multifactorielles, et évoluent en fonction des observations,  souvent faites sur le rat et aussi au gré des publications régulières dans des revues scientifiques.
 
 La détection de cette maladie est devenue un enjeu de recherche.  Faisons un rapide tour d’horizon des dernières avancées. Ainsi, un nouveau test détecte une signature protéique spécifique à la maladie d’Alzheimer: le  taux du biomarqueur bêta-amyloïde. C’est une belle avancée mais la  ponction lombaire reste privilégiée car elle permet de mesurer non seulement la protéine bêta-amyloïde mais aussi la protéine tau, et ainsi que le rappelle le Dr Panchal, la signature d’Alzheimer est composée du taux des deux protéines.
 
Les connaissances sur la composante génétique ne cessent de progresser. Publiée dans la revue Nature Genetics, dans une toute fraîche communication de l’INSERM,  l’analyse de génomes de 94000 individus a permis de révéler cinq variantes génétiques associées à la maladie  d’Alzheimer. Cette découverte peut permettre d’élaborer des stratégies thérapeutiques plus efficaces. Ces nouvelles scientifiques permettent de pallier de plus en plus à la subjectivité des tests cognitifs.
 
Après de nombreux articles comme celui de F Onen dans Science Direct traitent des perturbations du rythme veille-sommeil. Un sommeil réparateur s’avère également protecteur pour prévenir les risques de démence en protégeant la mémoire, et le cerveau. Observé par Brendan Lucey du Washington University Sleep Medecine Center, la qualité du sommeil -le sommeil à ondes lentes- a un impact sur le score de tau (l’un des deux biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer évoqué plus haut).
 
À côté de ces considérations purement scientifiques et prometteuses, de nombreuses études sont menées pour prévenir et retarder cette maladie à travers des comportements qui stimulent les fonctions cognitives. Des chercheurs se sont demandés si la stimulation intellectuelle, l’exercice mental ne pourraient pas avoir un effet protecteur contre la démence. Et aussi le départ à la retraite. Partir à la retraite à 65 ans, ce serait  15 % de risque en moins. Si on considère que cette étude est biaisée sur le plan méthodologique parce qu’elle n’a pris en compte que les dossiers de travailleurs indépendants et on a aussi l’impression d’un discours très orienté idéologiquement sur les « bienfaits supposés » de la retraite tardive, cette hypothèse mérite d’être élargie à d’autres professions. Et pourquoi pas mais en allant plus loin dans la méthodologie. Pour Carole Dufouil, directrice de recherche à l’ISERM« l’hypothèse principale est que le travail contribuerait à préserver la réserve cognitive.» Est-il possible d’en dire autant pour les professions requérant des efforts physiques intenses? Ceci est probablement une autre histoire. Mais la piste de la réserve cognitive reste à privilégier. « La réserve cognitive est dépendante du niveau d’éducation, de l’activité professionnelle, des activités de loisirs et des interactions sociales tout au long de la vie», et l’entretenir est à la portée de tout le monde. Son rôle doit donc être pris très au sérieux dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. De nombreuses études montrent qu’il est possible en stimulant son cerveau avec des exercices mentaux de ralentir le déclin cognitif. La revue Neurology a publié une étude montrant que l’écriture et la lecture ont une incidence significative sur les facultés cognitives. C’est à la portée de tout le monde en thérapie préventive.
 
Afin de se faire une idée sur les bienfaits de l’écriture et de la lecture, voici la retranscription des résultats de cette étude dans l’article « Lecture et écriture ralentissent le développement de la démence sénile » publié » sur le site Actualittés.« Leur étude porte sur 294 personnes, dont l’activité intellectuelle a été passée en revue. Prashanthi Vemuri, et Elizabeth C. Mormino, tous deux docteurs en philosophie travaillent à la clinique Mayo de Rochester, dans le Minnesota. Ils rappellent que la démence sénile, qui affecte une très grande proportion de personnes dans nos sociétés, a par ailleurs un coût très important, en termes de soins. D’autant que, s’il n’existe pas de traitement permettant d’enrayer la dégénérescence, le mode de vie exerce une très forte influence sur les risques de démence. « Un facteur, dans le mode de vie, qui a démontré une capacité à retarder l’apparition de démence sénile passe par la pratique d’une activité cognitive stimulante, comme la lecture, l’écriture et le jeu. Cependant, les mécanismes par lesquels ces activités ont des effets protecteurs sur l’organisme sont encore peu clairs », expliquent les scientifiques.
 
Les résultats de leurs recherches semblent bien indiquer qu’en fonction de l’activité cérébrale que l’on a pu avoir durant ses plus vertes années, on assiste à un ralentissement du déclin cognitif. Cependant, une activité cérébrale qui diminue avec le temps, peut justement être provoquée par la maladie d’Alzheimer, soulignent les chercheurs. « Nous avons prouvé pour la première fois que l’augmentation de l’activité cognitive va de pair avec une réduction du déclin mental, liée à une pathologie de type démence », assure le docteur Wilson. Leurs observations doivent encore être prises avec des pincettes, avant tout parce qu’il est impossible d’effectuer un essai clinique réellement significatif, et que l’activité professionnelle doit également être prise en compte. « Nos résultats suggèrent qu’il est tout de même une bonne idée de faire en sorte d’exercer son cerveau avec une activité cognitive quotidienne, si ce n’est pas déjà le cas. » Si la pathologie ne peut pas être soignée, il serait possible de rendre les gens plus résistants en leur faisant pratiquer une activité cérébrale régulière.
 

Les 294 personnes sondées pour cette étude avaient une moyenne d’âge de 80 ans. Certains avaient depuis longtemps une activité intellectuelle régulière, d’autres ne s’y étaient mis que récemment. En outre, la moitié avait développé une démence ou des troubles cognitifs légers, au cours des six dernières années. Tout a été passé en revue : écriture, lecture, jeux de puzzles ou de cartes, visite de musée. Et jusqu’à leur mort, en moyenne 5,8 ans après le début de l’étude, chacun a pris part à un test annuel. S’en est suivi une autopsie de leur cerveau. Celles-ci ont permis aux scientifiques de constater que 14 % des différences dans le déclin mental pourrait être attribué à l’exercice intellectuel et de la quantité d’activités auxquelles les gens ont pris part. Un taux de déclin mental de 32 % a été constaté chez ceux qui avaient une activité régulière, contre un taux de 48 % de croissance de leur démence pour les autres. Le taux de déclin cognitif était plus élevé dès lors que les personnes avaient une activité cognitive récente. « Je dirais que l’engagement dans des activités cérébrales est important à tous les stades de la vie », souligne le Dr Robert Wilson. Finalement, leur étude démontre que, si la pathologie ne peut pas être soignée, il serait possible de rendre les gens plus résistants de par ce type d’activité. La perte de connaissance qu’une maladie comme Alzheimer entraîne pourrait alors être retardée, si elle ne peut pas être évitée. »

Sources :
 

à la Une

LA REMÉDIATION COGNITIVE, UNE PRATIQUE INNOVANTE!

La base de données Pubmed fait état de nombreux articles scientifiques sur la Remédiation Cognitive.

Les patients dépressifs se plaignent souvent d’altérations cognitives comme des difficultés attentionnelles, de concentration et de troubles de la mémoire. Durant un épisode dépressif majeur, le cerveau fonctionne au ralenti, et il faut beaucoup d’efforts pour retrouver ses capacités cognitives.
Une méthode peut leur être proposée pour restaurer en partie les capacités cognitives: il s’agit de la remédiation cognitive (RC). On peut la définir succinctement comme une approche clinique visant à provoquer un accroissement de l’efficacité cognitive généralisée dans le but d’améliorer durablement l’adaptation globale, l’autonomie, le bien-être de l’enfant et de l’adolescent. Cette méthode s’est développée dans le champ de la psychologie du développement. C’est une forme d’accompagnement thérapeutique autonome et cohérente.  Cette méthode cible d’autres troubles et toutes les difficultés cognitives.

Ainsi sur le site web Remédiation Cognitive composé de professionnels rigoureux (psychiatres, neuropsychologues), on peut lire qu’elle « est proposée lorsqu’une évaluation neuropsychologique a objectivé des troubles cognitifs (difficulté à mémoriser une information, à planifier des tâches, etc), que ces troubles cognitifs ont des répercussions sur la vie de tous les jours et que la réduction de ces répercussions favorisera la mise en œuvre d’un projet concret.»

Comment se pratique-t-elle? 
La Remédiation Cognitive se fait sous forme d’exercices de logique et de mémoire sur un logiciel d’entraînement cérébral grand public. Le choix des exercices est adapté aux difficultés des dépressifs. L’idée de proposer des exercices aux dépressifs est venue aux soignants qui ont observé que les dépressifs hospitalisés faisaient des sudoku, des jeux fléchés ou des mots croisés. 

Ces exercices se font dans un cadre thérapeutique et ils comportent plusieurs niveaux où les patients peuvent se trouver en situation d’échec. Chaque exercice contient 10 niveaux de difficultés pré-définis. 


Les exercices entrainent les fonctions cognitives altérées comme l’attention, la mémoire de travail (la capacité de retenir de retenir des informations à court terme, quelques secondes à quelques minutes pour réaliser de informations cognitives comme retenir un numéro de téléphone), des fonctions exécutives (rendant les patients incapables de structurer comportement et langage).


La base de données Medline/Pubmed fait état de nombreux articles scientifiques sur la RC. Outre son indication dans la dépression d’autres pathologies peuvent bénéficier de la RC comme les séquelles de lésions cérébrales, démences séniles de type Alzheimer, psychoses infantiles, hyperactivité de l’enfant et schizophrénie (avec d’autres formes de psychothérapie).

D’ailleurs dans la schizophrénie, deux méta-analyses attestent de son efficacité.

La Remédiation Cognitive est pratiquée par des professionnels de la santé: psychologues, neuropsychologues, orthophonistes, médecins ou infirmiers spécialement formés.
Une précision s’impose: la RC ressemble par certains de ses exercices à ceux de l’entraînement cognitif destinés à des sujets sans déficit cognitif et qui souhaitent maintenir leurs capacités cognitives. L’entraînement cérébral regroupe des techniques employées en prévention du vieillissement en dehors de toute indication médicale. Comme le programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima, Happy Neuron,Coach Cerebral, etc.

La Remédiation Cognitive, à visée thérapeutique, est un véritable traitement rééducatif destiné à améliorer la vie professionnelle et sociale des patients atteints d’altérations cognitives. L’article du Dr Isabelle Amado, psychiatre à Sainte Anne et du Dr Llyod l. Sederer, directeur médical du centre de santé mentale de New York  publié dans le Huffington Post en 2013 et reproduit ci-dessous dans son intégralité évoque les enjeux  et les applications de la Remédiation Cognitive en psychiatrie.

« Jean a 23 ans. Il souffre depuis ses 17 ans d’une schizophrénie, une pathologie mentale sévère et invalidante entraînant des difficultés de fonctionnement à l’école, au travail et dans sa famille. Au début, ses symptômes étaient au premier plan et des idées de persécution envahissaient l’ensemble de ses activités. Souffrant d’hallucinations auditives, il se sentait isolé socialement, et souffrait des troubles du comportement. Avec le traitement  et un soutien psychologique ses symptômes se sont améliorés. Cependant ses problèmes de mémoire, d’attention, d’organisation et de traitement de l’information le freinait pour construire une vie satisfaisante.

Amélie a 42 ans et a souffert d’une pathologie mentale durant 10 ans, qualifiée pour certains de trouble bipolaire, pour d’autres de troubles schizo-affectifs (coexistence de symptômes psychotiques et troubles de l’humeur). Son humeur a été considérablement améliorée par des traitements et une psychothérapie, mais elle est dans l’impossibilité de retourner à son métier dans la restauration ou d’assumer ses responsabilités familiales et affective auprès de son mari et de ses deux enfants. Il est difficile de maintenir des relations sociales lorsqu’on ne peut prêter attention aux personnes qui nous entourent ou de se souvenir de ce que ces personnes nous disent. Le travail et les responsabilités quotidiennes d’une personne qui souhaite rester autonome peuvent devenir insurmontables lorsqu’on a des difficultés pour traiter, mémoriser ou organiser l’information. Il existe actuellement des traitements, des programmes thérapeutiques d’entraînement qui réduisent les déficits cognitifs associés à certaines pathologies mentales. La Remédiation Cognitive (CR) est un thérapeutique innovante en psychiatrie, et si vous ou l’un de vos proches peut en bénéficier alors vous aimeriez certainement en savoir plus, afin de voir si ce traitement peut l’aider.

La RC est un thérapeutique qui a pour but de réduire les difficultés cognitives, à différentier des symptômes psychotiques ou des troubles de l’humeur. L’ensemble des thérapies, y compris le traitement et certaines formes de psychothérapies, réduisent partiellement certains symptômes comme les difficultés de concentration. La RC est centrée sur l’incapacité que peuvent entraîner des troubles de l’attention, de la mémoire ou de la planification.

La RC se pratique avec différents programmes -qui sont maintenant disponibles- avec des sessions d’entraînement et des exercices qui peuvent même être ludiques (Medalia and Saperstein, 2013). Les sujets qui s’y engagent sont souvent très motivés, ce qui diffère parfois de l’attitude que les patients peuvent avoir face à certains traitements ou certaines prises en charge. La RC fournit aussi des stratégies pour résoudre des problèmes complexes : planifier une matinée de courses, se rendre d’un lieu à un autre, répondre à des responsabilités professionnelles, scolaires ou universitaires. Elle apporte au patient plus de confiance en soi et en ses capacités cognitives.


L’un des principe fondamentaux de ce traitement, est que l’amélioration cognitive constatée à la fin des sessions puisse être transférée sur des tâches de la vie quotidienne. De fait, les gains acquis durant la remédiation permettent à la personne de mieux appliquer les programmes de réhabilitation pour se maintenir ou reprendre ses études, pour obtenir un emploi ou garder son emploi (Killackey et al. 2008, Bell et al. 2005).
Un bénéfice important de la RC, c’est aussi d’améliorer les aptitudes à interagir dans des situations sociales, dans une conversation, à apprécier les intentions et les émotions d’autres personnes; ce que d’aucuns appellent « intelligence émotionnelle » – ces aptitudes qui vont de pair avec un épanouissement pour chacun d’entre nous, pas seulement pour les patients qui souffrent d’une pathologie mentale sévère-. Plus encore, La RC peut aider les patients qui souffrent de pathologie mentale, qui souvent sous estiment leur gêne au quotidien, à mieux prendre conscience de leurs difficultés et des retentissements que celles-ci ont sur leur vie personnelle et professionnelle.

La RC se définit comme une pratique interventionnelle d’entraînement intellectuel qui cible les difficultés cognitives par l’utilisation de techniques d’apprentissage. Elle se fonde sur l’apprentissage massif, la répétition d’exercices, l’apprentissage de stratégies pour résoudre des problèmes complexes, et le développement de moyens de résoudre les difficultés au niveau du travail ou qui limitent l’efficience au quotidien.

Ces programmes sont proposés à un patient, ou via son entourage familial et après un bilan approfondi. Ils sont recommandés lorsque les patients sont stabilisés cliniquement, loin d’un épisode aigu, et compliant pour s’y engager. Les cliniciens spécialistes de ces programmes peuvent accroitre la motivation des patients en leur proposant des programmes qui répondent aux souhaits des patients traités – à avoir plus d’amis, gagner sa vie, ou avoir une vie sociale (Choi et al. 2010).

La RC est surtout préconisée pour des pathologies de type schizophrénique, ou psychose associée; mais également pour des troubles bipolaires. En Europe, des programmes se développent pour des sujets ayant une pathologie métabolique ou génétique rare avec symptômes psychiatriques (ex syndrome vélocardiofacial), ou pour les problèmes cognitifs associés à l’anorexie mentale de l’adolescente (Tchanturia et al. 2013). Chez l’enfant, des programmes existent pour des problèmes « dysexecutifs » (semblables aux difficultés de fonctionnement décrites plus haut pour l’adulte) : hyperactivité déficit de l’attention (THADA), jeunes ayant des troubles du spectre autistique avec un bon fonctionnement cognitif, ou des difficultés d’apprentissage sévères.

La RC a d’autant plus de chance de réussir si elle s’intègre à un projet ou à des perspectives de réhabilitation (Amado et al. 2011), Lehman, A: American Journal of Psychiatry, Editorial, 2012, « Making a Difference »). Du fait qu’il s’agisse de programmes de trois à six mois, se pratiquant avec un thérapeute, c’est un investissement autant pour le patient que pour l’équipe soignante. L’investissement devient alors nettement supérieur au coût lorsque la RC sert de tremplin pour un meilleur fonctionnement. Idéalement, tout programme doit être inclus dans un programme de réhabilitation qui offre des aides pratiques pour retourner au travail ou à l’école, ou pour vivre de manière autonome (McGurk and Wykes, 2008). Cela signifie qu’avec une programme de RC et de réhabilitation, une personne a plus de chances d’accroître son autonomie, de terminer ses études ou de parachever l’objectif auquel elle s’est astreinte à travailler, avoir une vie sociale ou assumer ses responsabilités quotidiennes.


Les bénéfices de cette thérapie sont cliniques, cognitif et fonctionnels. Elle améliore la composante dépressive existante chez certains patients, possiblement du fait d’une meilleure confiance en soi et de la dynamique de succès qui s’amorce. Bien que l’amélioration cognitive soit modeste, elle est irréfutable et régulièrement retrouvée (Wykes et al. 2011). En imagerie cérébrale, des structures cruciales pour le fonctionnement cérébral, localisées dans le lobe frontal, hypoactives avant programme, se réactivent après le programme parallèlement à une amélioration de la mémoire de travail (Penades et al. 2013); en outre un arrêt de la perte de matière grise (au niveau des cellules cérébrales) a été observé, deux ans après une thérapie comportementale incluant de la RC (Eyck et al. 2010).


La RC est relativement récente en psychiatrie et en santé mentale. Cependant ses bases scientifiques, elles, ne sont pas récentes : elles reposent sur les fantastiques avancées des neurosciences cognitives.

Le temps est venu d’inclure cette thérapie dans l’apanage de soins psychiatriques comme standard de prise en charge en soins courant proposé aux patients et aux familles de patients avec pathologie mentale sévère, en particulier pour la schizophrénie et les troubles schizo-affectifs.

Cela implique que ces techniques soient d’abord introduites dans des centres cliniques de références, à la pointe de l’innovation.

Ensuite ces pratiques vont être implantées à plus large échelle à travers des programmes de soins sur la base de standards de bonne pratique pour les patients (et les familles) avec la nécessité de former les équipes soignantes à ces programmes dans tous les centres de santé mentale.

La RC va, de manière évidente, changer la vie de nos patients freinés par la maladie mentale. Nous nous devons d’offrir ce nouveau traitement pour nos patients et leurs proches.»© Isabelle Amado, Llyod Sederer

Sources:
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=cognitive+remediation+therapyhttp://www.psychomedia.qc.ca/lexique/definition/memoire-de-travailhttp://www.huffingtonpost.fr/isabelle-amado-md-phd/quest-ce-que-la-remediation-cognitive_b_3728095.html
http://eclat-graa.org/wp-content/uploads/2013/11/Atelier_malletteRMS_CRT.pdf
http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-la-remediation-cognitive-une-therapie-innovante-dans-le-traitement-de-la-depression-12024.asp?1=1
https://www.cairn.info/revue-developpements-2009-3-page-5.htm

VIDÉO SUR LA REMÉDIATION COGNITIVE AVEC LE DR ISABELLE AMADO

à la Une

BIBLIOTHÉRAPIE POUR TOUS DANS LA DÉPRESSION!

La bibliothérapie est réservée aux cas non urgents, et est conçue comme la première phase d’un traitement. En aucun cas, elle ne doit se substituer aux traitements classiques de la dépression.

 
 
3b877f2893c15791bf7141a80f6d269e

Le National Health Service (NHS) britannique impose de longs délais d’attente pour consulter un médecin. Dans le cas de la dépression, on sait que mal prise en charge, elle peut gâcher la vie d’une personne pendant 10 ans à cause de ses complications, démontrées par les articles scientifiques recensés sur Pubmed. De ce fait,  la bibliothérapie outre Manche a été prescrite à des milliers de patients souffrant de dépression. 

 
La bibliothérapie est reconnue, outre Manche, depuis 2013. L’origine de ce terme remontrerait à la première guerre mondiale pour prendre en charge les soldats souffrant de stress post-traumatique (selon la terminologie actuelle). Elle est attribué au pasteur Samuel Crothers qui l’a utilisé dans un article de l’Atlantic Monthlay en 1916. La pionnière de cette discipline est l’infirmière et bibliothécaire Sadie Peterson Delanay. Elle traitait ses patients avec des lectures soigneusement sélectionnées avec l’équipe médicale, et voyait ainsi leur état s’améliorer.
 

La bibliothérapie a pris son essor à partir des années 2000 avec le livre  « Remèdes littéraires » d’Ella Berthoud  et Susan Elderkin. Si le principe est sympathique, certaines de leurs préconisations ne sont pas très académiques et ne vont pas dans le sens de la reconnaissance de la bibliothérapie comme une pratique médicale. Ce n’est pas très sérieux, ainsi que l’a relevé la journaliste Françoise Dargent dans un article du Figaro. Lire Robinson Crusoe serait censé aider en cas de pessimisme intense, et l’Insoutenable légèreté de l’être, de Milan Kundera combatte la dépression. Vraiment?  À mon sens, c’est un dévoiement de la bibliothérapie que je qualifie d’inspiration new age et tendance bien-être. 

 
Comment la bibliothérapie marche-t-elle dans la dépression? D’abord, elle est réservée aux cas non urgents et est conçue comme la première phase d’un traitement. La bibliothérapie, en aucun cas, ne  doit se substituer aux traitements classiques de la dépression (ou autres troubles). Elle serait plus efficace en complément d’un traitement classique. Un livre de développement personnel est prescrit à l’instar d’une pilule aux patients déprimés. 
 
Mais qu’on ne s’y trompe pas, la bibliothérapie a fait ses preuves par essais cliniques comme n’importe quel traitement. L’abstract d’un article publié dans La Revue de Psychologie clinique montre que « la bibliothérapie semble être efficace dans la réduction à long terme des symptômes dépressifs chez l’adulte, fournissant un traitement rapide et abordable susceptible de réduire d’autres médicaments. Les résultats de la présente analyse suggèrent que la bibliothérapie pourrait jouer un rôle important dans le traitement d’un problème de santé mentale grave. Des études complémentaires devraient être menées pour renforcer la preuve de l’efficacité de la bibliothérapie
 
Pour être validés comme potentiellement thérapeutiques, les livres sont soumis à des essais comparatifs. Les symptômes dépressifs des patients avant et après la lecture du livre testé sont comparés à ceux des patients « sans bibliothérapie ». Les ouvrages qui ont reçu le label scientifique figurent en bonne place dans les bibliothèques locales du Royaume Uni. L’un de ces livres thérapeutiques ayant satisfait aux exigences des essais est celui  du psychiatre David Burns « Se Libérer de l’anxiété » sans médicaments, la thérapie cognitive: un auto-traitement révolutionnaire de la dépression ».
 
La Bibliothérapie ne s’adresse pas qu’aux adultes, elle s’adresse désormais aussi aux enfants dans une cinquantaine d’états étasuniens. C’est ce que propose le programme Reach out of Read, créé par le Dr Barry Zuckerman et le Dr Robert Neddlman. Dans le Wisconsin, la directrice de Reach Out Of Read, Nasvara, bibliothécaire et pédiatre préconise la lecture plusieurs minutes juste avant l’endormissement des enfants. Ses ordonnances sont en fait des listes de lectures. Le Dr Perri Klass, du Bellevue Hospital Center, a observé l’attitude des enfants envers les livres suivant leur âge. Jusqu’à six mois, l’enfant porte le livre à sa bouche comme s’il le goûtait. Vers 12 mois, l’enfant pointe du doigt dans le livre des éléments qui l’intéressent, et à partir de 18 mois, il tourne les pages. À partir de deux ans, il est capable de rester assis et d’écouter les histoires qu’on lui raconte.
 
Ce programme américain de bibliothérapie est appliqué par 12000 pédiatres américains, et vise à élargir la pratique médicale et la relation au patient; et celle de la relation parent/enfant indirectement. Le but est de résoudre le déficit de parole des jeunes enfants, permettant l’enrichissement du vocabulaire dans ces années cruciales d’apprentissage. La bibliothérapie ne dénonce pas les supports numériques, elle les fait coexister avec le livre imprimé. Pour avoir fait ses preuves, le livre papier reste le pivot de la lecture. Au-delà de l’intérêt des histoires et des récits, le livre imprimé développe l’individualité, l’empathie et l’altérité; tout ce qui forge une personnalité équilibrée. La bibliothérapie, prescrite en pédiatrie, permet une nouvelle pratique médicale qui n’est pas basée uniquement sur la pharmacopée. C’est une approche créative de la relation médecin/patient.

Barry Zuckerman précise: «… de tout ce que nous savons sur le développement du cerveau, les enfants nous apportent une compréhension dans l’apprentissage des compétences qui mènent à la lecture, depuis la naissance. Et c’est primordial, surtout depuis les trois premières années de leur vie. Le programme est une occasion unique pour les pédiatres, car ces derniers voient les enfants régulièrement, et que les parents apprécient leurs suggestions.»

Les bienfaits de certains genres de littérature sur l’enfant sont amplement connus. De nombreux penseurs et psychanalystes  comme Freud, Louise Von Franz, Mélanie Klein, Otto Rank  et d’autres se sont penchés sur l’impact des contes de fées sur la psyché de l’enfant.

Dans « Psychanalyse des conte de fées », Bruno Bettelheim a décrypté les contes de fées comme un rite de passage entre le monde de l’enfant et celui des parents. Ce que les enfants ressentent vis-à-vis d’un récit est très important dans leur développement émotionnel. Le conte donne du sens à leur vie, et il est formulé dans un langage symbolique accessible à leur imaginaire. La simplicité des situations et des personnages sur un mode manichéen (bons et méchants, géants, ogres) est un excellent exutoire aux pensées et sentiments réprimés dans la vie réelle. Bruno Bettelheim analyse les contes de fées suivant la rhétorique psychanalytique. Ainsi, le conte des « Trois petits cochons » mettent en scène l’opposition entre le principe de plaisir et le principe de réalité. Celui de « Blanche Neige » se rattache aux conflits oedipiens, et « La  Gardienne d’oie » à celui de l’inceste.

Pour Bruno Bettelheim « raconter un conte de fées, exprimer toutes les images qu’il contient, c’est un peu semer des graines dans l’esprit de l’enfant. Certaines commenceront tout de suite à faire leur travail dans le conscient de l’enfant; d’autres stimuleront des processus dans l’inconscient. D’autres vont rester longtemps en sommeil jusqu’à ce que l’esprit de l’enfant ait atteint un stade favorable à leur germination, et d’autres ne prendront jamais racine. »

S’il est pertinent de citer les pionniers de la bibliothérapie, il est bon de revenir à la méthodologie scientifique. La dépression et l’anxiété sont les troubles mentaux les plus courants chez l’enfant et l’adolescent. La bibliothérapie est un traitement utilisant des matériels écrits pour des problèmes de santé mentale. Ses principaux avantages sont la facilité d’utilisation, le faible coût, les besoins en personnel et une plus grande confidentialité. Pourtant, peu de méta-analyses ont porté sur l’effet de la bibliothérapie sur la dépression et les troubles anxieux chez les enfants et les adolescents, ce qui signifie d’emblée que c’est une méthode complémentaire. Selon les conclusions de la revue Neuropsychiatric Disease and Treatment, la bibliothérapie pourrait être plus bénéfique dans le traitement de la dépression chez les adolescents, mais présente des effets moins robustes pour l’anxiété chez les enfants. Des études cliniques complémentaires bien définies doivent être réalisées pour confirmer ces résultats.

Une partie de notre cerveau est consacré à la lecture. « La lecture fait appel à une région bien précise au sein de la mosaïque de régions spécialisées du cortex temporal ventral» (Stanislas Dehaenne). C’est ainsi que Stanislas Dehaene a découvert avec le neurologue Laurent Cohen, que la lecture développe une aire de la forme visuelle des mots, cachée dans la région du cortex occipito-temporal de l’hémisphère gauche. 

Si la bibliothérapie doit encore faire ses preuves, elle a l’énorme avantage de jouer le rôle de rééducation cognitive à l’instar de la remédiation cognitive. Dans une dépression, il ya de nombreux troubles cognitifs dont celui de l’attention, d’une focalisation sur les émotions négatives et d’une baisse de l’humeur. La bibliothérapie permet de détourner l’attention du dépressif, et de lui redonner le gout de l’effort cognitif, et de stimuler son imagination. Mais la bibliothérapie reste encore en France une pratique médicale peu courante et marginale.

VIDÉO SUR LES NEURONES DE LA LECTURE PAR STANISLAS DEHAENNE

à la Une

FAUT-IL DORMIR ENSEMBLE POUR ÊTRE HEUREUX EN COUPLE?

La synergologie n’a aucun fondement acceptable dans « la connaissance de l’autre ».C’est une discipline autoproclamée malgré sa popularité!

58805e7f104cd2c3ca946ee96cd2d7b7
©John Gannam

 À l’occasion de la Saint Valentin, un petit un tour d’horizon  sur certaines études qui parlent de la psychologie du couple. Très subjectif et il faut le prendre sur un ton badin car ce qui compte, c’est l’alchimie du couple et elle est unique. Alors, commençons par une étude menée par le psychologue Richard Wiseman dans le cadre du Festival international des sciencesd’Édimbourg. il est possible d’évaluer l’harmonie d’un couple n observant sa position quand il dort. La question centrale est: sont-ils collés ou non? Dormir collé l’un à l’autre nous rendrait plus heureux. Bien!

L’étude présentée par Richard Wiseman est ludique et conforte « le bonheur de dormir ensemble » lorsqu’on est en couple. Le lit est bien évidemment le lieu privilégié de l’intimité du couple. Outre celui de l’érotisme, ça coule de source, partager le même lit permet aussi au couple de se retrouver lorsque les contingences matérielles et l’éducation des enfants les séparent la journée.

Et puis, c’est bien connu après s’être disputé, on se réconcilie sur l’oreiller!
Concernant l’étude de Richard Wiseman qui affirme que le bonheur dans le couple est lié aux positions du sommeil des deux partenaires, montrons nous sceptiques même s’il fait partie des sceptiques et a publié une quarantaine d’articles scientifiques. Il a commencé sa carrière comme magicien avant de se tourner vers la psychologie, et cela en fait un personnage sympathique! Côté méthodologie, le psychologue a établi une grille d’analyse pour déterminer si l’on est plus indécis ou sensible aux critiques des autres, si l’on dort en position fœtale, plus confiant et ouvert, si l’on dort sur le dos. Mesurer le bonheur des couples suivant le fait que les deux dorment en regardant dans la même direction ou dos à dos, s’ils se touchent ou pas est étonnant! Dans notre sommeil nous bougeons, et le couple peut donc, au cours de la nuit, passer alternativement de la position royale à la position fœtale, dormir dos à dos ou face à face, s’éloigner ou se toucher. Passer de l’état d’introverti à celui d’extraverti ! Tout le monde à la même enseigne! Évidemment, mon commentaire se veut ironique. On aimerait vraiment connaître la méthodologie de Richard Wiseman dans cette étude ! Il n’est pas si facile de bien dormir, et dans les positions académiques décrites par  Richard Wiseman, et nous bougeons 40 fois au cours de la nuit (hors troubles du sommeil). C’est vraiment dommage d’évaluer uniquement un couple à travers la façon dont il se comporte quand il dort! Décrypter les positions dans le sommeil suivant la personnalité est typique de la synergologie, qui est la science du comportement et des gestes. Force est de constater que la synergologie est populaire et connaît un étonnant succès éditorial dans le domaine de la vulgarisation des sciences humaines.

La synergologie a été fondée par le Philippe Truchet en 1996, et elle n’est qu’une pseudoscience qui essaye de capter une légitimité scientifique en se démarquant comme une discipline à part entière.

Elle n’a aucun fondement acceptable dans « la connaissance de l’autre » que ce soit dans la vulgarisation psychologique de la connaissance de soi. C’est une discipline autoproclamée malgré sa popularité!
Vincent Denault, Pierrich Plusquellec et Serge Larivée de l’Université de Montréal ainsi que Dany Plouffe de l’Université McGil mettent en évidence les failles scientifiques de cette discipline autoproclamée. Dont détournement du vocabulaire scientifique, appel à l’autorité, raisonnement circulaire, défaut de lien avec d’autres disciplines scientifiques, utilisation d’anecdotes et de témoignages informel et absence d’évaluation par les pairs. Ce n’est pas si simple! Le corps ne dit pas tout haut ce que l’esprit pense ! On ne lit pas dans l’autre comme dans un livre ouvert en le jugeant uniquement sur sa communication non verbale.

Certes, les gestes, le regard, la voix sont importants pour cerner l’autre, mais la communication non verbale est liée à la communication verbale, et les deux sont indissociables. Et pourtant, la pseudo science de la synergologie se réclame de courants tout à fait sérieux comme ceux de Gregory Bateson, Paul Watzlawick, Edward T. Hall, des personnalités du monde des sciences humaines hors pair qui n’ont jamais prétendu que l’on pouvait connaître autrui uniquement à travers la communication non verbale.

La synergologie n’a pas fait ses preuves au niveau de la science. La communication dans le couple passe avant tout dans l’engagement, le dialogue et la vie commune pour ceux qui le souhaitent. Même si l’on se montre sceptique envers les résultats de Richard Wiseman, tout n’est pas négatif. Les couples qui se touchent en dormant seraient plus heureux. Les statistiques semblent exagérées mais le principe est sympathique. L’importance du toucher est primordial pour entretenir le bonheur dans le couple. Elle permet l’intersensorialité et le soutien de l’excitation sexuelle. Le contact tactile dans le couple est important en dehors de la vie sexuelle. Le toucher est le premier sens éveillé, et il faut l’entretenir tout au long de la vie. La psychologie néglige souvent d’étudier cette dimension du toucher dans le bonheur. La tendresse, l’amour dans le couple se manifeste aussi dans les gestes du toucher, en dehors de la sexualité. En dehors du sommeil, à l’état de veille également, et en dehors du lit ! L’étude est biaisée dès le départ car affirmer que les couples qui dorment en se touchant et se faisant face sont plus heureux est vraiment réducteur. Ce genre d’étude présentée au festival d’Édimburg peut impressionner le grand public qui y voit un gage de sérieux, mais les professionnels de la médecine, la psychologie et la psychanalyse qui connaissent le BA-Ba de la méthodologie scientifique sont plus réservés. Les querelles de chapelles sont nombreuses dans le domaine des théories de la psyché, mais tous unanimement, dénonceront la connaissance de l’autre uniquement à travers sa communication non-verbale, et pire encore sa position dans le lit lorsqu’il dort.
On est loin des idées de Freud, des manifestations inconscientes et de la vie nocturne ou effectivement l’esprit continue à travailler. Ne serait-ce qu’à travers les rêves. Faut-il vraiment culpabiliser les couples qui ne dorment pas « ensemble » ? Qu’est-ce qui se passe si l’autre décrypte qu’il est incompatible avec son partenaire à travers sa position dans son sommeil ? Ils se séparent ? Et tous ceux ne dorment pas dans le même lit ? Ceux qui dorment dans des lits jumeaux ? Ceux qui font chambre à part ? Ils ne seront pas heureux? Plus sérieusement, ce genre d’étude induit des généralités sur le comportement, qui sont à prendre avec des pincettes. Il s’en passe des choses dans un lit, mais tout couple a le droit, sans culpabiliser, de se demander s’ils sont vraiment faits pour dormir ensemble.

Une donnée à considérer est celle de la dimension transculturelle du sommeil et de la chambre à coucher étroitement liée à l’intimité et qui a évolué en Occident au fil du temps. Prenons l’exemple japonais. Une autre conception de l’intimité avec la chambre à coucher et le lit. Les Japonais déroulent chaque soir dans la chambre à tatamis leur futon, et les pièces sont séparées par des cloisons coulissantes garnies de papier de riz, très peu isolantes à tout point de vue. Il n’y a également pas de matérialisation de la chambre avec les Touaregs qui utilisent plusieurs habitats (tentes en nattes ou en peaux de chèvres).

Le bonheur de dormir ensemble n’est pas systématique. Décrypter la personnalité de l’autre et son degré de bonheur à travers son sommeil l’est encore moins. Dormir à deux, c’est plus difficile qu’il n’y paraît. Il y a une dimension transculturelle du lit et une dimension de confort. De plus en plus, il y a une demande de lits de plus en larges. Cela vous étonne-t-il? Nous passons en moyenne vingt-quatre ans dans notre lit! Le professeur Damien Léger du centre du sommeil et de la vigilance de l’AP-HP de Paris fait remarquer que pour les couples, c’est la plus longue période passée ensemble. Et il y a des non-dits dans le couple à ce sujet.  Il voit « très régulièrement des personnes qui ont du mal à dormir à deux, mais qui n’osent pas l’avouer ». Certains couples optent pour des lits jumeaux ou des chambres séparées parce qu’ils ressentent cette promiscuité comme une perte d’espace vital. D’autres, comme une contrainte qui nuit à la qualité de leur sommeil. Il y a également les adeptes des lits en grande largeur ou chacun vit sa nuit de rêve dans la position qui lui convient. Avant de décrypter l’autre à travers les positions dans son sommeil, il faut plutôt privilégier le dialogue, l’écoute et l’empathie tous les jours.

Et peut-être, lorsqu’on a décidé de vivre sous le même toit, choisir son lit ensemble, et ne pas hésiter à dire à l’autre comment on a envie de dormir. Se rendre chez un spécialiste de la literie sera plus salvateur pour le couple la nuit. Et le manuel du Kama Sutra favorisera plus le bonheur du couple que l’étude des positions dans le sommeil de Richard Wiseman ! Les recettes du bonheur ne sont pas toutes faites! À chaque couple son alchimie personnelle pour être heureux ensemble. Y compris la nuit! Car la nuit c’est sacré.
à la Une

POURQUOI FAUT-IL LIRE ÉLOGE DE LA LUCIDITÉ?

Sommes nous capables face à cette injonction du bonheur à tout prix de détecter ces illusions, ces faux bonheurs pour faire place nette à de vrais bonheurs où la lucidité est présente?

m75iycjv8wa=

Le bonheur est le Graal moderne de la psyché. Sa quête est devenue l’injonction sociétale des temps modernes. Depuis l’Antiquité, les philosophes ont proposé leur conception du bonheur. Comme Épicure qui avait remarqué la propension des hommes à se précipiter vers des choses qui ne les satisfont pas. Et le bonheur, si je veux, ce n’est pas si simple! 

Si le bonheur est  une belle idée, il est aujourd’hui  « étouffé sous un poids croissant d’illusions mensongères et convaincant qu’il importe de dénoncer» comme l’a justement écrit le psychiatre Christophe André. Être heureux à tout prix peut justement avoir l’effet inverse, engendrer des frustrations et faire de nous des éternels insatisfaits. Sommes nous capables face à cette injonction du bonheur à tout prix de détecter ces illusions, ces faux bonheurs pour faire place nette à de vrais bonheurs où la lucidité est présente?

La lucidité est le fonctionnement normal des facultés intellectuelles qui met en oeuvre la raison, s’opposant à la pensée irrationnelle que l’on trouve souvent dans le dévoiement du développement personnel qui fait miroiter le bonheur à portée de main. Dans son livre « Eloge de la lucidité », Kilios Kotsou nous livre quelques clefs  pour débusquer cette quête pathologique du bonheur avec un B majuscule! Loin d’être un livre  de développement personnel voire de pensée positive, cet ouvrage repose sur les données issues de la psychologie positive, un courant de recherche  qui est l’étude des forces du fonctionnement optimal et des déterminants du bien-être (ce qu’on appelle communément la science du bonheur) qui font l’objet d’une littérature scientifique.

Kilios Kotsou est docteur en psychologie, et chercheur au sein  de la chaire mindfullness, bien-être au travail et paix économique de Grenoble École de management. Sa démarche se centre plus précisément sur l’intelligence émotionnelle. Il est l’auteur de plusieurs articles scientifiques parues dans des revues d’excellente qualité dont le PloS one (2016) ou Psychiatry Research (2013).  Son livre « Eloge de la lucidité » a remporté le Prix Psychologies-Fnac 2015.

Ce que Ilios Kotsou propose à ses lecteurs dans Éloge de la lucidité,  c’est de se libérer des illusions qui empêchent d’être heureux. Comme le souligne Christophe André, chef de file de la psychologie positive en France, dans la préface, « pour accéder au bonheur, il faut accepter adversité, souffrance, imperfection ; bref, accepter, tout entière, la réalité de ce monde.»

Dans son introduction, Ilios Kotsou propose deux définitions scientifiques du bonheur: la première est la conception hédonique du bonheur (plaisir ou émotions positives, et absence de douleurs ou d’émotions négatives). Et la deuxième est la conception eudoménique du bonheur (en référence au sentiment de notre vie indépendamment des évènements déplaisants ou de l’inconfort) .

L’auteur de l’Éloge de la lucidité n’hésite pas à démonter les mécanismes  des livres de développement personnel qui promettent le bonheur. Notamment, le livre de Wayne Dyer Le Pouvoir de l’intention, Réalisez tous vos désirs en vous connectant à l’intelligence universelle » dont le présupposé idéologique est le suivant: « quand nous sommes connectés à l’intention, une harmonie règne en nous et autour de nous; on se sent inspiré et heureux, nos projets se réalisent, les relations deviennent sereines, les évènements agissent en notre faveur.» Un autre ouvrage auquel s’attaque Ilios Kotsou est celui de Joe Vitale « Zéro Limite », le programme secret » hawaien pour l’abondance, la santé, la paix et plus encore » qui expose une méthode où les désirs se réalisent et transforment la vie professionnelle, amoureuse et personnelle. Ces deux livres qu’il critique vivement sont en fait des recettes de pensée magique. Aucun fondement scientifique sur ces deux bouquins de développement personnel. Selon Ilios Kotsou,  ces livres sont les exemples type des mirages du bonheur vendus comme des « évidences », et il propose des  alternatives susceptibles  pour s’en sortir. D’abord il y a le piège de l’idéalisation autour de l’idée même de bonheur. On vend le bonheur à travers le marketing sans souffrances. Le bonheur est valorisé à l’extrême sous sa facette hédonique, en mettant l’accent sur l’épanouissement individuel, l’atteinte du plaisir et l’évitement de la douleur. Ilios Kotsou note que la recherche effrénée du bonheur peut mener à l’individualisme et à l’isolement,  ce qui est paradoxal car le contraire du but recherché.

Lutter contre les dangers pour échapper à l’inconfort psychologique (émotions négatives, insatisfaction, frustration, anxiété, tristesse) par l’évitement émotionnel peut engendrer le paradoxe des dépendances. Nous avons tous nos stratégies d’évitement qui à court terme ne sont pas nuisibles mais à long terme peuvent augmenter notre mal-être. Ilios Kotsou fait bien le distinguo entre la pensée positive présentée dans les livres de développement personnel et la psychologie positive. Si l’on en croit les gourous de la pensée positive, notre vie serait le reflet de nos pensées, et qu’il est possible de les contrôler pour atteindre le bien-être. Daniel Wegner, psychologue à Harvard  a testé ce qui se  passe quand nous essayons de contrôler nos pensées. La tentative de supprimer une pensée conduit à une intensification subséquente de celle-ci par un effet « rebond ».

C’est comme pour les obsessions! Essayer de les supprimer par la pensée positive est inefficace. Si c’était le cas, elle guérirait les personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs qui se caractérisent justement par des pensées intrusives répétées et anxiogènes. Et sans parler du «retour de flammes» de l’auto suggestion positive au cœur des best-sellers de pensée positive. Cette technique est fondée sur a répétition d’un mantra comme par exemple « Je suis forte et puissante, et rien dans le monde ne peut m’arrêter.

Le professeur en psychologie Joanne Wood de l’université de Kent a constaté que ceux qui avaient une faible estime d’eux-mêmes se sentaient encore plus mal après de l’autosuggestion positive. Er ceux qui ont déjà une forte estime d’eux-mêmes, et bien c’est le jeu des sommes nulles mis en évidence par  Paul Watzlawick. C’est à dire que ça ne sert à rien chez eux.

Et présupposer que la pensée positive peut tout résoudre avec un programme de rééducation de la pensée » peut entraîner un fort sentiment de culpabilité comme effet secondaire négatif. Et cela peut s’avérer dangereuse pour des personnes souffrant de maladies graves (comme le cancer entre autre).  La pensée positive n’est ni plus ni moins que de la pensée magique.

Il y a également le  fameux mythe de l’estime de soi développé par des chantres  de la pensée positive à l’instar de Norman Vincent Peale, Nathaniel Branden.  Ce dernier fait un lien douteux entre faible estime de soi et violence. L’estime de soi n’a jamais favorisé des résultats professionnels, et elle ne prédit pas la qualité ni la durée des relations.  Et la poursuite de soi est au centre du fonctionnement des personnalités narcissiques. La quête de l’estime de soi peut se révéler un facteur de stress et d’anxiété, facteur de vulnérabilité, etc. Ilios Kitsou s’appuie sur les travaux de Léon Festinger su la dissonance cognitive. Alors pour emprunter les chemins de la lucidité, que faut-il faire suivant la psychologie positive?

D’abord se chouchouter psychologiquement. Se montrer tolérant sur son mal-être psychologique. En psychologie la tolérance est en psychologie clinique appelée « l’acceptation » qui est le consentement à rester en contact avec ses expériences intérieures désagréables (émotions, sensations). Mise en évidence scientifiquement, l’acceptation a un effet protecteur sur les aléas de la vie.
Si l’on prend conscience de ses émotions négatives, de son mal-être intérieur et en étant tolérant envers ses failles psychologiques,  cesser de lutter contre ces émotions désagréables, c’est les transformer en désespoir créatif.
« Tolérer nos inconforts et nos états d’âme désagréables nous permet de dégager un espace d’ouverture : au lieu de réagir automatiquement à nos expériences, il nous est proposé de les observer pour ensuite tenter de choisir le comportement le plus adapté à la situation.»

Le monde n’existe pas uniquement à travers nos pensées, et il faut faire la différence entre le monde réel et celui de nos pensées. Il faut apprendre à se montrer plus d’indulgence envers soi. Le professeur de psychologie clinique Paul Gilbert la mis au point une thérapie de groupe dénommée « formation à la compassion,» pour aider justement à acquérir à développer ces qualités de compassion envers elles-mêmes, surtout si elles sont enclines à s’en vouloir lors de contextes difficiles. Il faut aussi apprendre à détecter les croyances relatives à notre identité, sans se demander si elles sont vraies ou fausses mais simplement savoir se détacher de ces pensées qui influencent notre comportement. On peut aussi observer son expérience en restant en contact avec le moment présent en pratiquant une technique comme le Mindfullness, une forme de méditation qui se propage actuellement (en prenant soin de trouver un praticien compétent et et formé avec un pré requis scientifique universitaire).

Acquérir cette forme de lucidité pointée par Ilios Kotsou permet la prise de conscience que notre vie comportera, un jour ou l’autre sa part d’inconfort ; sans céder toutefois à des peurs irrationnelles en craignant que que l’épée de Damoclès s’abattra sur vous…
« La lucidité est une clef pour comprendre que le résultat de nos actions ne dépend pas uniquement de nous…par la conscience que les douleurs sont indissociables du fait même d’être en vie, la lucidité nous conduit à vivre en prenant des risques : celui d’aimer, de s’engager, de s’échouer .»(Ilios Koutso)

Voilà juste les grandes lignes de cet ouvrage, et j’espère que ce post vous donnera envie de lire « Éloge de la lucidité », et  à défaut exercer votre esprit critique sur les tartes à la crème du développement personnel.

Vidéo d’une conférence de Ilios Koutso sur l’intelligence émotionnelle.
à la Une

ÉLECTROCHOCS ET SOUMISSION À L’AUTORITÉ!

Sous l’influence d’une figure d’autorité, des personnes soumises à un stress intense sont capables d’administrer des chocs électriques, potentiellement mortels à autrui.

mind_span
 
La fameuse expérience sur la soumission à l’autorité réalisée par  le psychosociologue Stanley Milgram dans les années 60 est-elle toujours d’actualité et reproductible ?
 
L’idée de Stanley Milgram était d’étudier la réflexion d’Hannah Arendt sur la banalité du mal qui avait mené à l’horreur de l’Holocauste. Fils d’immigrés juifs, il cherchait à comprendre comment l’holocauste avait pu avoir lieu. L’arrestation d’Heichmann le 11mai 1960, puis son transfert vers Israël avait projeté sur le devant de la scène l’horreur de l’holocauste. Stanley Milgram pensait qu’il fallait laisser tomber l’analyse de la personnalité pour se centrer sur les stratégies d’adaptation face à une figure d’autorité, lorsqu’elle peut les inciter autrui à commettre des actes contraire à son éthique.
 

Pour sa recherche, Milgram et son équipe de chercheurs vont recruter une quarantaine de volontaires par voie d’annonce dans le journal local de New Haven. Pour jouer le rôle du scientifique, Milgram fait appel à un professeur de biologie et lui fait porter une blouse grise pour que ce soit encore plus crédible. Vêtement non anodin car la blouse grise est un symbole d’autorité pouvant faciliter l’obéissance des volontaires. Les cobayes humains ignorent le véritable motif de cette expérience car l’équipe ment délibérément pour que leurs directives soient suivies à la lettre.

Les scientifiques les mettent aux commandes d’un générateur électrique supposé envoyer une décharge électrique aux personnes branchées sur lui par des électrodes. Les volontaires ignorent qu’il s’agit d’une fausse machine, et que la personne reliée à elle est un comparse de l’équipe scientifique. Notamment un expert-comptable avec une bonne tête de victime. On leur ment en leur disant que l’intensité du courant est proportionnel au nombre d’erreurs. Et on leur dit d’appuyer à chaque faute au questionnaire sur le bouton « on » pour électrocuter. Plus elle se trompe, plus la décharge électrique s’intensifie !

Donc, à  chaque erreur du comparse de Milgram, les volontaires exécutent à la lettre la consigne en appuyant sur le bouton « On ». À chaque décharge, allant en crescendo, le comparse simule la souffrance par des mimiques.

Le 7 août 1961, les résultats de l’expérience tombent et ils sont terrifiants!

65 % des sujets  acceptent sur ordre de l’expérimentateur d’infliger des chocs électriques allant jusqu’à 450 volts au comparse pour le punir.  En clair, des personnes soumises à un stress intense sont capables d’administrer des chocs électriques potentiellement mortels à quelqu’un lorsqu’ils sont sous l’influence d’une figure d’autorité. Et ce, malgré des supplications et des cris de douleur à fendre l’âme. L’empathie est annihilée.

Ces résultats dépriment Milgram! Dans une lettre adressée au directeur de la NSF (National Science Foundation), il écrit les mots suivants: « Les résultats sont terrifiants et déprimants…jadis, je m’étais naïvement demandée si, dans toute l’étendue des États-Unis, un gouvernement malfaisant arriverait à trouver  suffisamment d’infirmes moraux pour pourvoir en gardiens un réseau de camp de la mort. Je commence à penser qu’on pourrait  recruter la totalité à New Haven »

Outre le statut de figure d’autorité du scientifique, il y a selon Milgram un transfert de responsabilité: « la disparition du sentiment de responsabilité est la conséquence la plus importante de la soumission à l’autorité.» C’est ce qui fait  que ce n’est plus n’est la personnalité du sujet qui domine mais son contexte. D’autres chercheurs ont complété le point de vue de Milgram. Selon A.Haslam, ce n’est pas par obéissance aveugle que les volontaires vont jusqu’au bout, mais parce qu’ils sont « des adeptes engagés ». Laurence Kohlberg, en reproduisant l’expérience, a montré que les personnes qui avaient une éthique élevée, et un grand sentiment de responsabilité s’arrêtaient plus tôt de pousser le bouton. Cette tendance à administrer des chocs électriques à son prochain qui fait des erreurs serait aussi due au « souci du travail bien fait » (mais si, mais si!) et à l’amabilité (mais oui, mais oui! ).
 

Alors aujourd’hui, l’expérience des années 60 est-elle encore reproductible? Qui a suivi en mars 2012 sur France 2 l’émission Le Jeu de la mort ou Zone Xtrême? 

Cinquante après l’expérience de Yale, France 2 voulait démontrer l’impact de l’emprise autoritaire de la télévision sur les téléspectateurs. Laproduction va s’inspirer du protocole scientifique de Stanley Milgram. La chaîne est conseillée par une équipe de psychosociologues pour mieux coller à l’expérience de Yale. Il y a des changements non sur le fond mais sur les formes. L’autorité n’est plus incarnée par un scientifique mais par une animatrice de télévision. Le décor et l’ambiance du plateau sont celles d’un jeu télévisé pour leurrer les candidats choisis pour cette expérience.

Le candidat recruté par la production ne sait pas que celui qui est interrogé est un comédien. Il a pour consigne d’appuyer sur le bouton « choc électrique » lorsque celui-ci se trompe dans les réponses du questionnaire. Dans l’émission les candidats vont  se comporter comme les volontaires de Milgram. Ils appuieront sur la manette à  chaque erreur, malgré le visage du comédien tordu de douleur, et les spasmes de son corps simulant l’électrocution.

Quelle éthique pour une telle émission? Ce questionnement fût déjà soulevé au temps de Milgram. Les spécialistes de l’époque s’étaient penchés dessus pour savoir si l’expérience était conforme au code de déontologie des psychologues américains, l’APA (American Association Psychologist).

La psychologue Diane Baumrind, en 1964, avait souligné que malgré le consentement éclairé des sujets participants à l’expérience, ils s’étaient sentis piégés et en avaient gardé un souvenir amer. Mais S.Milgram  répondra à ces critiques, en précisant les précautions dont il s’était entouré pour ne pas nuire aux volontaires.  Il affirmera que cette expérience est « une opportunité pour en savoir plus sur eux, et plus généralement sur le moteur de l’action humaine».

A la même époque, Léon Festinger parlait de la dissonance cognitive, cette tension interne, ce malaise psychique éprouvé lorsqu’on est confronté à des situations contraires à ses valeurs…

Dans le jeu de la mort, on l’entrevoit dans cette étrange dynamique interactive entre les participants. Leurs réactions ressemblent fort à une stratégie de rationalisation collective destinée à réduire la dissonance cognitive. D’ailleurs à eux aussi, on leur a menti en leur disant que c’était un jeu télévisé. Sur quels critères ont-ils été recrutés? 
 
Toutes les objections, soulevées à l’époque de Milgram, se posent pour le jeu de la mort. Peut-on parler de manipulation subliminale?
Le téléspectateur l’est manifestement, mais c’est quasiment indécelable! Contrairement aux candidats du « Jeu de la mort », il sait par les bandes annonces et les échos de la presse que c’est un faux jeu et un programme enregistré à l’avance, en non de la télé-réalité. Il sait que les candidats à l’émission ont été piégés façon « caméra cachée ». 
Le nom de Milgram est évoqué en long et en large, et son expérience est manifestement présentée d’une façon rigoureuse par les psychosociologues interviewés. Mais qui, hormis les spécialistes des sciences humaines, connaît Milgram? Inconnu au bataillon pour le grand public!
 

Ors, cette manipulation est de l’ordre du subliminal. Elle apparaît en filigrane dans le montage de l’émission. Des extraits filmés montrent « comme des flashs » la révolution étudiante de Tien Anmem et des camps nazis entre deux séances de plateau télévisé. La télévision démontre l’un de ses aspects pervers où le subliminal est susceptible d’induire en infra-liminal la banalisation de la violence. Point régulièrement soulevé dans les jeux vidéo (entre autres) !

Cette face cachée du jeu de la mort dévoie l’expérience de Milgram et ce, malgré la bonne volonté des psychosociologues recrutés par France 2. La belle illusion a consisté à faire croire que l’on pense que c’est l’équipe scientifique qui mène le jeu. Or, il n’en est rien. C’est la chaîne et le réalisateur qui sont les véritables décideurs. Cette bien curieuse émission a  d’ailleurs irrité des politiciens.

La recherche sur l’obéissance de Milgram est toujours d’actualité pour qui veut regarder sous l’angle des sciences humaines les rapports humains, et décrypter certains faits de l’actualité. Mais quelle est la limite à ne pas dépasser pour faire respecter l’autorité? Et pouvons nous passer de l’autorité, nous en affranchir? 

Sources

à la Une

CES CHARLATANS QUI LISENT LES AURAS.

Grand mythomane devant l’éternité, Lobsang Rampa prétendit que son livre « Vivre avec le lama » avait été dicté par télépathie par Mme Fifi Greywisken, son animal de compagnie…une chatte siamoise!

b7a2f18ba02e7f7189787c4e6d79298c

 

 
Le peintre Fra Angelico (1400-1455), selon les principes picturaux de la Renaissance,  a représenté dans ses oeuvres le visage humain entouré  d’une auréole, un halo de lumière symbolisant la lumière mystique des saints. Elle signifie aux croyants que ces saints, par leur vie exemplaire ou leurs prodiges, sont différents du commun des mortels. Cette auréole est  aussi connue plus prosaïquement sous le terme d’aura, marquant l’atmosphère spirituelle d’une personne. Maintenant quittons le domaine de l’art pictural de la Renaissance pour celui de la parapsychologie et de ses aberrations.
 
Ce champ magnétique, ces corps subtils que sont les auras, enveloppant tous les êtres vivants et les choses, sont abondamment décrits dans la parapsychologie, les sciences occultes les thérapeutes du New Age. La parapsychologie et la psycho- spiritualité new age ont fait de l’aura leur fond de commerce. Le principe premier de l’aura est son invisibilité pour le profane, le quidam que nous sommes vous et moi. Mais. Certains clairvoyants autoproclamés qui font la course à la belle âme auraient le talent de la voir. 
 
L’une des premières descriptions des auras remonterait à 1897 et reviendrait à Charles Wester Leadbeater, un prêtre anglican,  membre de la société de théosophie et autoproclamé clairvoyant. C.W Leadbeater décrit les auras comme une brume lumineuse autour de l’homme, que l’on peut classer en fonction de sa couleur suivant le degré de spiritualité d’une personne. 
 
Si vous voulez tout savoir sur votre aura, il vous faudra consulter l’un de ces élus qui savent la lire. Attention, le monde psycho-spirituel est semé d’embûches, et si vous pensez éventuellement être doté d’une aura semblable à celle des saints, vous risquez d’être déçu(e). Contentez vous de regarder l’image de votre saint pieusement car le thérapeute autoproclamé clairvoyant est conditionné à traquer les moindres défauts de la couleur de votre aura. Sa couleur dépend de votre degré d’évolution psycho-spirituelle et de la qualité de votre âme. Chez certains, l’aura peut-être vaste, puissante, lumineuse, possédant des vibrations intenses et des couleurs splendides, tandis que chez d’autres, c’est tout le contraire : elle est petite, terne et laide. Si c’est le cas de la vôtre, ne paniquez pas, vous pouvez la travailler afin qu’elle vous protège des mauvaises influences et vous permettent de bénéficier des influences bénéfiques du cosmos. Certains charlatans, oups…guérisseurs vont vous faire la  promesse de vous remettre sur pied en soignant votre aura, et lui redonner bonne mine.
 
Sur le net, il y a pléthore de sites new age. La plupart restent généraux et gentillets sur la relation entre la couleur des auras et l’évolution psycho spirituelle de la personne, il en est d’autres plus flippants sur les traits de caractère négatifs ou des maladies physiques et psychologiques dévoilés par des couleurs déclarées nocives. De quoi déstabiliser une personne fragile qui fait confiance à un thérapeute new age convaincue par les fadaises qu’il raconte.
 
La lecture des auras est une facétie qui a ses racines dans la pensée irrationnelle ou magique à l’instar de l’enfant qui croit au Père Noël. On est libre des ses croyances et de ses choix pour se faire soigner, mais le risque de tomber sous la coupe de charlatans peut vider votre portefeuille, conforter l’inculture scientifique et vous déstabiliser psychologiquement.
 

Voici quelques correspondances des couleurs des auras empruntées à des auteurs, à succès, de la galaxie new age: 

Le Bleu pâle et fade signifie une timidité excessive, une personnalité non épanouie et influençable. Si par malheur, ce bleu est mêlé à un jaune ocre, méfiance Et mêlée à du gris, pessimisme. Mêlée à  un jaune électrique, tendance à intellectualiser. Le summum du bleu restant le bleu foncé qui dénote un caractère volontaire, pugnace et l’envie de progresser.
Quand l’aura est orange vif, la personne est tournée vers le bien et fait preuve de bonne volonté de loyauté. Mais… si elle est mêlée de jaune pâle, sa générosité est calculée. Et si l’orange est mêlé de vert sombre, la personne est rancunière, agressive et  sans finesse.
L’aura rose est signe d’un esprit immature et d’un esprit ludique. Mêlée de jaune zones acidulé, la personne est égocentrique.
Bref, toutes les couleurs du spectre y passent et c’est sans fin. On peut noircir des pages et des pages avec toutes les correspondances entre les couleurs de l’aura et la personnalité des gens.
 
Outre la clairvoyance, la lecture de l’aura se dote d’un appareil attrape-nigauds et aussi pseudo scientifique que l’électromètre de la scientologie: la photographie de Kirlian, du nom de son découvreur. Sa supposée découverte se propagea dans la parapsychologie et les sciences occultes. Tout commença avant la première guerre mondiale. En 1939, Semion Kirlian, un électricien russe qui réparait un appareil médical, voit crépiter des étincelles entre sa main et une électrode entourée de verre. L’image révélée est surprenante car sa main apparaît entourée d’une frange lumineuse. S. Kirlian  poursuit ses recherches et pense que son procédé peut être utilisé pour diagnostiquer des maladies et étudier les propriétés électriques ou physiologiques d’organismes vivants. Rappelons que nous étions en 1939, et que la science médicale n’en était qu’à tous ses débuts. En plein essor du mouvement New Age et de la contre culture dans les années 70, les travaux de S.Kirlian  vont être  diffusés par deux journalistes américains .
 
Avec l’effet Kirlian, de belles photographies en couleur montrent les variations de forme et d’aspect de l’aura à l’extrémité des doigts d’un sujet durant  diverses phases de méditation ou sous l’effet de la douleur. L’Association Francaise pour l’Information Scientifique (l’AFIS) décrit dans l’article « L’effet Kirlian » les dérives sectaires de la découverte de l’électricien russe. « Les photographies de Kirlian ne servent pas, seulement, écrit-on à diagnostiquer, divers troubles, dont le cancer, avec une fiabilité supérieure à celle des méthodes médicales classiques; elles permettent aussi d’observer le transfert de l’énergie vitale du guérisseur à celui du patient. »

Les parapsychologues assimilent l’effet Kirlian au corps astral ou éthérique des occultistes. Par la suite, les marchands du temple de l’industrie vont exploiter le filon en fabriquant des détecteurs de Kirlian vendus à des charlatans qui tirent le portrait (si on peut dire) de l’aura des gogos  pour connaître leur couleur et leur Quotient spirituel (QS) pour la somme de quarante Euros. Les salons de médecine douce ou de parapsychologie regorgent de ce type d’appareils.

Outre S.Kirlian, durant les années 1910 et 1920, pleine période de la théosophie, Walter J. Kilner, au début des années 90, inventa également des lunettes basées sur l’idée des écrans de dicyanine contenant de l’aniline pour lire les auras. La dicyanine est un colorant vert olive utilisé comme sensibilisateur pour la photographie en couleur. L’aniline étant un précurseur de l’indigo.

 
En 1956, le livre le Troisième Oeil de Lobsang Rampa (se présentant comme un moine tibétain) obtint un immense succès planétaire, et diffusa dans l’ésotérisme populaire la notion d’aura. Lobsang Rampa affirme dans ses écrits qu’il possède le don de voir les auras, et qu’il peut  ainsi évaluer le matérialisme, la spiritualité et le degré d’honnêteté des gens. Lobsang Rampa prétendit qu’il était né avec ce pouvoir de lire les auras. À l’âge de sept ans, il avait été envoyé dans une lamaserie tibétaine, et une opération chirurgicale consistant à percer un petit orifice dans le front de Rampa ouvrit son troisième oeil et amplifia son pouvoir de voir les auras. Auteur prolixe, Lobsang Rampa prétendit travailler à la conception d’une «machine aurique» afin que les médecins non clairvoyants puissent photographier l’aura, et par ce moyen diagnostiquer des maladies. Les Tibétologues et anthropologues de l’époque se montrèrent sceptiques sur  la réalité des écrits et des voyages au Tibet de Lobsang Rampa. Et ils avaient raison. L’auteur était en fait un certain Cyril Henry Hoskin, né le 8 avril 1910 à Plython (Devon), d’un père plombier; il était en réalité vendeur de matériel pharmaceutique au chômage. Hoskin n’avait jamais mis les pieds au Tibet, et ne parlait pas un mot de tibétain. En 1948, il se fait officiellement changer son nom en Karl Kuon Suo avant d’adopter celui de Lobsang Rampa. Retrouvé par la presse britannique en Irlande, le charlatan ne se démonta pas. Il ne nia pas son nom de Cyril Hoskin mais prétendit que son corps était occupé par l’esprit de Lobsang Rampa grâce à la technique de la transmigration, un moine tibétain qui avait besoin de transmettre un enseignement aux Occidentaux en prenant possession du corps de Hoskin.

Grand mythomane devant l’éternité, Hoskin/Rampa prétendit que son livresiamois-2-094551 « Vivre avec le lama » avait été dicté par télépathie par Mme Fifi Greywisken, son animal de compagnie…une chatte siamoise! 

Il a certainement été inspiré par les livres de la grande voyageuse Alexandra David Neel et par les enseignements de la théosophie. Les livres de Lobsang Rampa firent rêver des lecteurs du monde entier, et sensibilisèrent des tas de gens à la spiritualité tibétaine sur la base de mensonges et de croyances irrationnelles. Même après sa mort, son enseignement continue de rassembler un grand nombre d’adeptes qui pensent trouver un sens caché psycho-spirituel dans ce canular littéraire. 

La contre-culture hippie contribuera à propager, dans les années 70, le concept d’aura. En 1972, le psychologue américain Stanley Krippner a organisé à New York le premier congrès sur l’aura. Ce psychologue, est un pionnier dans l’étude de la conscience, et il conduit des investigations dans le domaine des rêves, de l’hypnose, du chamanisme et de la dissociation. Toutes ses recherches sont faites dans une perspective multiculturelle avec un accent sur les phénomènes réputés anormaux. Il s’agit d’une démarche peu académique mais intéressante. Dans ce type de recherche, on peut aussi bien côtoyer des sceptiques intéressés par ce genre de phénomènes que des charlatans.
 
La vision de l’aura obtint un regain d’intérêt, dans les années 90, avec la parution du livre Les enfants indigo: Enfants du troisième millénaire du couple Lee Carroll et Jan Tober (qui se présentent comme des intermédiaires entre les humains  et les extraterrestres), suivi du film Indigo par James Twyman, Neale Donald Walsch et Stephen Simon. Les enfants indigo se caractériseraient par une aura indigo et seraient des enfants surdoués, mais dont l’intelligence et la maturité seraient supérieures car il viennent d’une autre galaxie. Ces enfants peuvent faire preuve d’étonnantes capacités comme celles de se guérir du virus HIV. Ces enfants sont forcément mal adaptés à la vie terrestre, et ils ont besoin d’une prise en charge adaptée à leurs étonnantes facultés surhumaines. Lee Carroll a développé le réseau Kryeon avec la technique EMF Balancing, technique d’harmonisation des champs magnétiques. Des praticiens énergéticiens, certifiés EMF prétendent soigner les enfants indigo , incarnations d’esprits supérieurs ou d’âmes anciennes.

Ors, les expressions employées pour les  enfants-indigo sont les mêmes que pour les enfants ayant un QI supérieur à 130. Les enfants précoces sont hypersensibles, et en cas de doute, il vaut mieux consulter l’AFEP (Association française pour les enfants précoces) plutôt qu’un thérapeute EMF.

 
L’aura est-elle cantonnée au domaine de la parapsychologue et des pseudo-sciences uniquement, alors?
 
Le terme d’aura existe pourtant en médecine, à mille lieues du sens donné par la parapsychologie. Les migraines peuvent parfois s’accompagner des phénomènes sensoriels regroupés sous le nom d’aura.

Dans le cas des migraines, les auras les plus fréquentes sont ophtalmologiques: le champ visuel se remplit de phosphènes, de mouches semblant traverser le champ visuel (myodésopsies), de lignes brisées lumineuses (scotomes scintillants) pouvant former des compositions complexes. Les migraineux peuvent également avoir des auras visuelles, des auras sensorielles, et d’autres formes plus rares.

La synesthésie est également une autre explication de la vision des auras. La synesthésie est un trouble neurologique (non pathologique) par lequel deux ou plusieurs sens sont associés alors qu’ils sont habituellement isolés.

Les cas sont rares et ne concernent pas les charlatans. En 2004, Jamie Ward rapporte une étude de cas dans la très sérieuse revue Cognitive Psychologie: une synesthète voyait des couleurs pour les noms des gens qu’elle connaissait personnellement. Elle disait qu’elle voyait des couleurs qui occupaient tout son champ de vision quand sa synesthésie était provoquée par des mots. Elle percevait visuellement distinctement les noms et les visages des gens qu’elle connaissait avec des halos colorés au des auras projetées autour de la personne ou du nom. Elle ne croyait pas qu’elle possédait des pouvoirs mystiques à l’instar de Lobsang Rampa et ne s’adonnait pas à l’occultisme.  Il existe d’autres cas bien documentés dans des revues de neurologie de bonne facture dans lesquelles des synesthètes ont rapporté projeter des couleurs sur des gens (Weiss 2001 et Al, Ramachadran & Hubbard, 2001).

 
Des déformations perceptuelles induites par les  charlatans,  conditionnées des exercices pour apprendre à lire les auras (entre autres), des illusions et des hallucinations peuvent favoriser les croyances dans l’existence de l’aura. Certains scientifiques affirment que la propension à voir des auras, pourrait  avoir du moins en partie, un fondement à la fois neurochimique et génétique. Il y aurait une relation entre les facteurs psychologiques, comme la propension à la fantaisie, la suggestibilité et d’autres associés à des niveaux de dopamine dans le cerveau  qui favoriseraient la vision des auras.
 
La science a bien prouvé l’existence de champs thermiques, électromagnétiques et électrostatiques, mais  elle n’a pas prouvé l’existence des auras décrites dans les sciences occultes, la parapsychologie et le New Age. Gardons l’esprit sceptique comme le philosophe Friedrich Nietzsche:
« La croyance forte ne prouve que sa force, non la vérité de ce qu’on croit »
 
Sources:
 
 

 

nt k

à la Une

L’ESPRIT DE NOËL EST-IL DANS LES CADEAUX SOUS LE SAPIN?

« Offrir, c’est une façon de voir l’autre pour ce qu’il est vraiment et de savoir ce qu’il désire » (Allison Pogh)

Bientôt, les fête de fin d’année avec le rituel quasi incontournable des cadeaux. On peut déjà lire sur les réseaux sociaux une pancartes avec cette phrase: « Moi, quand j’étais petit, j’avais une orange en cadeau de Noël et j’étais content ». Faut-il nécessairement hurler au « grand méchant loup du consumérisme »?  Le cadeau est un comportement pro-social. L’occasion de faire plaisir n’a pas de prix, et les fêtes de fin d’année sont idéales pour cela!  Il ne s’agit pas de la valeur marchande du cadeau de Noël, mais de celle qui est symbolique. Pourquoi ? Le cadeau participe à notre relation à l’autre ! Les enfants ne sont pas uniquement concernés par les cadeaux sous le sapin, les adultes ont  aussi besoin de ce rituel. Ils ravivent les souvenirs d’enfant, de cette parenthèse où ils croyaient au père Noël et étaient émerveillés en déballant les cadeaux. Petits et grands, cette atmosphère festive est une parenthèse qui rompt avec l’ordinaire du quotidien. Le message du cadeau de Noël et de faire un geste empreint d’affection, d’amitié et de gentillesse, bref tous les maillons de la relation sociale.

La tradition des échanges de cadeaux existait déjà au temps des Romains. À l’occasion des fêtes des saturnales (autour du solstice d’hiver) puis des sigillaires, les Romains s’échangeaient des petits présents comme des figurines en terre cuite.

À partir du XII siècle, c’était à l’occasion de la Saint-Nicolas le 6 décembre que les enfants recevaient des friandises. Et au XIXe siècle, les enfants recevaient à l’occasion de Noël une orange, symbole de prospérité. Et ce n’est qu’au XXe siècle que les friandises se transforment en jouets.

Les fêtes de fin d’année sont une occasion pour toute la famille de se réunir au grand complet. L’échange de cadeaux est là pour renforcer les liens, mais aussi réévaluer la place de chacun dans son réseau familial et relationnel, et même si c’est inconscient, cela peut être chez certaines personnes générateur d’anxiété et de stress. À l’occasion des fêtes de fin d’année, n’occultons cette folie de la fièvre acheteuse que le neuromarketing exploite merveilleusement. Peut-être est-ce notre enfance qui influence nos achats de Noël? Qui sait? Et il y a toute cette atmosphère de la trêve des confiseurs qui semble arrêter le temps. Et avouons que la plupart d’entre nous sont des victimes consentantes. Notre cerveau est sous influence commercial, et on le sait!  Alors, l’achat des cadeaux Noël est-il un rituel ou une corvée ?

Dans notre société contemporaine, l’échange de cadeaux sous le sapin est la fois don et marchandise. L’enfant, même s’il croit au Père Noël, mémorisera cette valeur symbolique du cadeau, et il reproduira une fois devenu adulte ce don. Le cadeau de Noël correspond à cette forme d’échange qualifiée par l’anthropologue Marcel Mauss, au sujet du don, comme une triple obligation qui consiste « à donner, recevoir et rendre ». La psychologie s’est penchée sur le choix des cadeaux de Noël, et plus précisément sur les biais cognitifs qui sont des aspects du mécanisme de la pensée qui provoquent une déviation de la perception du jugement. Ils sont inconscients la plupart du temps.

Existe-t-il un cadeau de Noel parfait ? Comment s’y prendre pour faire plaisir a celui à qui l’on veut offrir un cadeau ? Le lecteur de ce post pourra taper frénétiquement sur Google pour parcourir les mille et une recettes du développement personnel, de la psychologie de comptoir pour trouver un mode d’emploi. De quoi avoir le vertige ! L’une des règles d’or est toutefois de ne pas se lancer dans une croisade contre la société de consommation. Rien ne vous oblige à faire chauffer votre carte bleue et à vous retrouver dans le rouge sur votre compte en banque les fêtes de fin d’année terminées. 

 Et si l’une des premières règles est tout simplement l’empathie, celle que nous exerçons tous les jours. Se remémorer les goûts et Les couleurs de celui à qui on veut offrir le cadeau. En un mot, penser à lui. Et on n’est pas obligés de passer des heures à trouver le cadeau idéal pour chaque personne.

« Offrir, c’est une façon de voir l’autre pour ce qu’il est vraiment et de savoir ce qu’il désire », selon la sociologue américaine Allison Pogh. Il faut ne pas choisir un cadeau comme si c’était pour soi. Le psychologue Jeff Galak de l’université de Carnegie Mellon a étudié plusieurs types d’erreur. L’une des erreurs les plus fréquentes est celle où l’on pense que le moment le plus important et celui de l’échange. Ils se sont mis dans la peau de l’autre alors que le destinataire du cadeau pense à long terme sur l’utilité du cadeau. Comment vais-je vraiment en tirer partie? »  Quand on le peut, offrez aux autres ce qu’ils veulent. Des études ont démontré que les destinataires de cadeaux sont plus sensibles aux cadeaux qu’ils ont demandé explicitement.

Lu rapidement sur le web, et ce qui suit n’est pas une obligation. Faites ce que vous voulez, et certaines suggestions semblent surtout à visée commerciale. Le cadeau au fait main ou artisanal serait très apprécié. Les cadeaux sous forme de bons d’achat doivent être généraux et ne pas imposer un contenu trop commercial. Le chercheur Francis Flynn de l’université de Stanford trouve le don d’argent bénéfique, sauf entre conjoints. L’argent ne peut pas acheter l’amour. Il y a des croyances asymétriques sur le lien entre le prix du cadeau et les sentiments d’appréciation.

Dans l’échange de cadeaux, on retrouve l’esprit du Potlach des Mélanésiens. C’est un comportement culturel souvent sous forme de cérémonie plus ou moins formelle et comme système de don et contre don dans le cadre de partage symbolique. Et outre cela, il y a aussi les règles de la générosité, observé chez les Pygmées et détaillées par Marcel Mauss dans Essai sur le don. Le but est avant tout moral, et de produire un sentiment amical entre les deux personnes. Plus qu’un échange matériel, il y a une dimension spirituelle de l’ordre du « religare », relier deux personnes entre elles.
L’esprit du cadeau, Marcel Mauss le perçoit ainsi: « Au fond ce sont les mélanges. On mêle les âmes dans les choses. On mêle les vies et voilà comment les personnes et les choses mêlées sortent chacune de sa sphère et se mêlent.» 

https://www.caminteresse.fr/culture/dou-viennent-les-traditions-de-noel-1157918/

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2016-12-07/processus-de-pensee-motivations-cadeaux

https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-1207251342.html

à la Une

SURDOUÉ OU ZÈBRE?

L’intellect et l’émotion se mêlent dans une population particulière de surdoués appelés les zèbres.

 

Qui n’a pas été tenté sur les réseaux sociaux de remplir ces tests gratuits et ludiques évaluant l’intelligence? Ils sont plus ou moins fiables et s’adressent au plus grand nombre!
 
L’intelligence est incontestablement au sommet du modèle hiérarchique des capacités cognitives qui comprend un niveau moyen de facteurs de groupe tels que les domaines cognitifs, des aptitudes verbales, spatiales et de la mémoire. Le noyau de l’intelligence est cette capacité à raisonner, à planifier, à résoudre des problèmes, à appréhender des idées complexes, à apprendre rapidement et être capable de tirer les leçons de l’expérience.
Il peut y avoir des adultes à haut potentiel, et avec des intelligences spécifiques incapables de répondre à ce genre de test ou plutôt de quizz vite fait que l’on peut charger sur son smartphone ou sa tablette, histoire de faire passer le temps dans une rame de métro bondé!
 
Et passer des tests d’intelligence n’est-il pas quelque part un dispositif de servitude volontaire comme le soulignait La Boétie? Inutile de rappeler, que seuls les tests agréés chez un psychologue permettent d’obtenir un résultat fiable. Le psychologue a un diplôme universitaire et a suivi une formation sur les tests s’il veut se spécialiser en psychométrie.

 

Le premier vrai test de QI ou échelle métrique d’intelligence a été mis au point en 1904 par Alfred Binet (1857-1911) et Théodore Simon (1873-1961) à l’instigation du ministère français de l’éducation. La mission de ces deux psychologues était de développer un test pour différencier les enfants qui présente une insuffisance intellectuelle de ceux qui était simplement paresseux. Évidemment, c’était une autre époque avec une autre conception de l’enfant et de son éducation. Le test Binet a été traduit en plusieurs langues, et dans les années 70, on  a utilisé le Stanford Binet mis au point en 1916 par le psychologue américain Lewis Terman qui s’est inspiré amplement de l’échelle de Binet. Il existe aujourd’hui de nombreux tests aux acronymes comprenant des épreuves verbales et des épreuves cognitives, s’adressant soit à l’enfant soit à l’adulte (le WAIS, le WAIS-R, la NEMI, le  test de Cattel, etc… ). Mais il ne faut pas aussi se focaliser sur les mesures du QI. Le QI ne fait pas tout.

Et aujourd’hui, d’aucuns affirment qu’il y aurai un recul du Quotient intellectuel via l’effet Flynn. Les causes les plus vulgarisées de la baisse du QI sont le déclin de l’éducation, la possibilité que les gens les plus intelligents fassent moins d’enfants ou encore l’accélération de nos modes de vie. À partir des années 90, les médias vont s’intéresser au quotient émotionnel développé dans le best-seller de Daniel Goleman « Emotional Intelligence « . Ce concept flou au départ  va devenir une piste prometteuse pour de nombreux chercheurs et pour la psychologie. Jusque là, on estimait que le Q.I était le garant d’une réussite sociale pour celui qui avait explosé les scores des échelles métriques de QI. L’intelligence émotionnelle attire de nombreuses critiques de la part des scientifiques; ils estiment que pour un grand nombre, elle représente une qualité qui ne peut être mesurée par un test de Q.I, par exemple la motivation, la confiance, l’optimisme ou le bon caractère. Il y a manifestement aujourd’hui  une prise en compte des émotions dans la préhension de la psychologie de l’individu.

De plus en plus, on se situe dans une perspective cognitiviste avec un ancrage neurobiologique. Même s’il n’existe pas au sans strict senso un gène de l’intelligence, l’on sait, à l’âge adulte, 60 à 80% serait liée à la génétique. Une récente découverte parle de 40 gènes identifiés mais l’environnement serait bien plus fort que la génétique. 

L’intellect et l’émotion se mêlent dans une population particulière de surdoués appelés les zèbres. Le mythe du surdoué hyper-performant et sur-avantagés est décrit avec brio par la psychologue clinicienne Jeanne Siaud-Facchin dans son livre « Trop  intelligent pour être heureux? « .
Il y a une polémique autour du terme zèbre quand il s’agit d’une comparaison subjective entre les caractéristiques des membres de la Mensa (club élitiste qui regroupe les personnes au fort QI), et les membres du forum Zebra Crossing.
Les membres de la Mensa sont sélectionnés par un test de Q.I démontrant que leur intelligence se situe dans les 2 %  au sommet de la courbe ; les membres du zebra crossing sont a priori des personnes qui se reconnaissent dans la définition de la psychologue Jeanne Siaud-Facchin dans son livre Trop intelligent pour être heureux? 

Pourquoi ne reprendre quelques extraits du blog d’un zèbre pour lire entre les lignes son état d’esprit?  Certains de ses propos recoupent ceux qui ont été dits précédemment.
« Le terme de zèbre est un mot poétique et imagé visant tout simplement à remplacer les usuels :

– surdoué (néologisme employé pour la première fois en 1946 par le neuropsychiatre espagnol Julian de Ajuriaguerra)

– doué(souvent préféré à « surdoué », le « sur » véhiculant de fait une notion de supériorité dérangeante)
– EIP (Enfant Intellectuellement Précoce, terme très trompeur, mais qui a la faveur des autorités françaises, sans aucun doute car très politiquement correct. C’est donc celui retenu pour les rapports & notes de l’Education Nationale, les textes de loi)
– précoce
– intellectuellement précoce
– HP(à Haut Potentiel)
– HPI(à Haut Potentiel Intellectuel)
– HQI(Haut Quotient Intellectuel)
– THQI(Très Haut Quotient Intellectuel, se rapporte généralement aux gens ayant un QI à partir de 145)
– sentinelle(terme inventé par Olivier REVOL)
– APIE(Atypique Personne dans l’Intelligence et l’Emotion, selon le terme inventé par Jean-François LAURENT)
– HN(Hors Norme)
– surefficient intellectuel (ou également surefficient mental)
 
Autant de mots pour ne décrire qu’un seul état, tous convergeant vers une même notion : la désignation d’un personne surdouée (qu’elle soit enfant ou adulte). Mais ces mots sont souvent pesants tant ils sont lourds d’idées reçues
 
Ils mettent d’autant plus mal à l’aise qu’ils ne contribuent pas à comprendre de quoi il est question en réalité, bien au contraire. Chacun de ces mot renvoie en effet inévitablement, dans l’esprit commun, à de faux-semblants & des préjugés dont il est par la suite très difficile de s’extirper.
Par ailleurs, mots que les surdoués eux mêmes, n’aiment généralement pas employer pour parler de leur propre condition. Car teintés d’une présomption de sentiment supériorité, de réussite acquise mise en avant, d’élitisme. Ils sont généralement synonymes de grande prétention, & si souvent à l’origine d’énormes malentendus
Ce mot, « zèbre », a été trouvé au début des années 2000 par la psychologue française Jeanne SIAUD-FACCHIN, spécialiste du surdouement, qui s’est beaucoup investie dans ce domaine depuis plusieurs années.
Elle est notamment l’auteure de deux excellents ouvrages de vulgarisation sur ce thème.
 
Il s’agit ainsi d’un terme de substitution ayant pour objectif d’adoucir la manière d’envisager ces personnes présentant une différence par rapport à la majorité de la population. En tentant de remplacer (& donc, d’éviter d’emblée) les mots équivoques, le but était de réduire, voire d’anéantir (  ), les incompréhensions habituelles liées aux termes classiques de « surdoué » ou « précoce ».
 
J. Siaud-Facchin écrit à ce propos dans son 1er ouvrage (« L’enfant surdoué : l’aider à grandir, l’aider à réussir« , réédité & réactualisé en 2012) :
 Et dans celui qu’elle consacre aux adultes surdoués (« Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué« ) :
 
Le zèbre, cet animal différent, cet équidé qui est le seul que l’homme ne peut apprivoiser, qui se distingue nettement des autres dans la savane tout en utilisant ses rayures pour se dissimuler, qui a besoin des autres pour vivre et prend un soin très important de ses petits, qui est tellement différent tout en étant pareil. Et puis, comme nos empreintes digitales, les rayures des zèbres sont uniques et leur permettre de se reconnaître entre eux. Chaque zèbre est différent.
Je continuerai à défendre tous ces gens « rayés » comme si ces rayures évoquaient aussi des coups de griffe que la vie peut leur donner. Je continuerai à leur expliquer que leurs rayures sont aussi de formidables particularités qui peuvent les sauver d’un grand nombre de pièges et de dangers. Qu’elles sont magnifiques et qu’ils peuvent en être fiers. Sereinement.
 
Un zèbre est donc un surdoué, tout simplement. Ce n’est rien de plus, rien d’autre, rien « au dessus » ou « au delà » du surdoué tel qu’il est défini classiquement en psychologie 
A savoir :
– un QI généralement supérieur à 130 sur l’échelle de Weschler – mais pas toujours
– une personnalité atypique
– un mode de pensée singulier (avec par exemple, une pensée dite « en arborescence »… mais pas que !)
 
Le tout, bien sûr, validé par un bilan psychométrique réalisé par un psychologue spécialisé & maitrisant les outils & l’analyse des différentes tests !
 
Il est important de redire combien seul un bilan & l’avis d’un spécialiste peuvent attester ou non d’un surdouement. Se penser zèbre n’est pas toujours être zèbre ! De même (chose très fréquente…), se sentir nul n’est pas toujours être idiot »

 

Sources:

http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2009/07/11/pourquoi-le-nom-de-zebre/

http://www.zebras-crossing.org/doku.php?id=articles:zebre

 









	
à la Une

LE BONHEUR, SI JE VEUX!

il faut accepter que le bonheur n’aille pas en crescendo. Penser le contraire est une pure chimère!

Le bonheur, c’est vraiment le Graal de la psyché. Si vous voulez être heureux, allez vivre au Bhoutan réputé comme le « pays du bonheur immédiat »avec son indicateur de richesse: le bonheur national brut.

Comment définir le bonheur? Pour Le Petit Robert, le bonheur est un état de la conscience pleinement satisfait avec comme synonymes le bien-être, le plaisir, le contentement, l’euphorie et l’extase.

Les sciences humaines listent certains facteurs qui déterminent cette sensation de bien-être, et elle n’est pas exhaustive:
-La santé car il n’y a pas de bien-être psychologique sans bien-être physique. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) décrit la santé comme un état complet de bien-être physique et social, et  qui n’est pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité.

-La qualité des relations nouées avec les autres est essentielle. Nous sommes des animaux sociaux, et nous avons  besoin de nourritures affectives.
-L’activité professionnelle est aussi un gage d’épanouissement  personnel, et ce malgré tout ce qui se dit sur la souffrance au travail. On constate qu’à l’heure actuelle où le taux de chômage est très élevé, le nombre de dépressions et de suicides est en nette augmentation. Le travail est un facteur de lien social.
-L’argent est une condition propice au bien-être. Il y a de nombreuses études sur les relations entre le niveau de revenus (la richesse) et le bien-être. Elles démontrent que la la précarité (se référer au chômage et sa perte de revenus) ne prédispose pas au bonheur. Par contre, le bonheur n’augmente pas en fonction d’un certain niveau de revenus.
– L’âge entrerait en ligne de compte sans qu’on puisse l’expliquer. On est heureux en général à 20 ans, moins à 40 ans pour finalement se sentir heureux à partir de 60 ans. Alors, n’ayons pas peur de vieillir avec sérénité!
La revue Sciences Humaines dans son article « Les leçons de la science du bonheur, » cite la  religion comme une source de bonheur. Le sujet de la religion est délicat car mal compris, on serait tenté de penser que les non croyants et les non pratiquants ne seront pas heureux. Vraiment? Peut-être est-il plus judicieux d’évoquer certaines valeurs morales encouragées dans la spiritualité (au sens large) comme l’altruisme, la gratitude et la compassion à l’instar  des émotions positives qui renforcent cet état de bonheur. Sous réserve que l’environnement et les relations aux autres soit propices au développement des ces qualités sans moraline.
 

Le  bonheur ou l’état de bien-être ( ou ses équivalents) est étudié dans certains courants de la psychologie. Comme dans l’approche humaniste fondée sur une vision positive de l’être humain. Elle propose aux patients de relancer sa tendance auto-innée à s’auto-actualiser (résilience), rechercher une croissance psychologique et à développer son potentiel. Elle est appelée la troisième force comparée à la psychanalyse et au comportementalisme. Elle est apparue, à partir des années 40, avec Abraham Maslow rendu célèbre par sa pyramide des besoins, devenue un grand classique des sciences humaines. Sa pensée mérite d’être étudiée même si certains des ses héritiers ont dévoyé sa pensée.

 
Le courant humaniste est lié au mouvement du potentiel humain. Ce mouvement part du principe que les problèmes individuels sont liés à la société  ou à l’environnement; une société qui fait des individus des victimes. Et les maladies étant causées par la société.
Cette démarche est intéressante. Malheureusement, ce courant est souvent dévoyé. Car pour remédier à cette victimisation sociétale, il incombe à l’individu de développer le potentiel qui est en lui, comme par magie, en développant tout simplement la pensée magique au détriment de la pensée rationnelle. Sur un ton caustique, deux psychologues sceptiques, Margaret Singer et Lalich  dans la première version de l’ouvrage Science and ¨Pseudo Science en psychologie clinique ont résumé l’esprit des aberrations de ce courant: « aussi longtemps que nous pouvons trouver quelqu’un à blâmer, nous pouvons changer ».
 
Un autre courant, très voisin du courant humaniste, est la psychologie positiviste lancée en 1998. Elle se construit par des recherches  scientifiques évaluées par des pairs. C’est dans ce courant que l’on trouve la science du bonheur. La psychologie positiviste a comme point commun avec le courant humaniste de centrer son intérêt sur l’équilibre mental, les forces, le développement optimal et l’épanouissement humain. La psychologie positiviste a tenté de se démarquer en ignorant les travaux humanistes, en s’appuyant sur l’épistémologie et en recourant aux méthodes  qualitatives.
 
Malgré ces différences très difficiles à cerner, la psychologie positiviste et le courant humaniste ont souvent une connotation New Age dans leurs dérives. Il y a notamment cette volonté avec certains charlatans de changer la personnalité de base, d’inculquer chez leurs patients de nouvelles croyances psycho-spirituelles; axées sur le développement de l’âme, afin de faire accéder au bien être. Elles zappent les troubles de la psyché de l’ordre de la psychopathologie (ou de la névrose). Modification radicale de la personnalité d’origine, sans anamnèse, avec promesse illusoire d’accéder au bonheur, en s’appuyant uniquement sur la pensée positive et l’emprise mentale.
 
Loin du charlatanisme, la psychologie positiviste et le courant humaniste sont des approches intéressantes. Elles intègrent la psychologie clinique. Comme leader du courant humaniste, on trouve Carl Rogers (1902/1987). Concernant la psychologie positiviste, on trouve Christophe André. Il est psychiatre à l’hôpital Saint-Anne et dirige une unité spécialisée dans le traitement de l’anxiété et des phobies. Sa pratique de la psychologie positiviste inclut les TCC (Thérapies Cognitives et Comportementales). Même s’il est connu du grand public comme le « spécialiste du bonheur » ( entre guillemets), sa pratique se centre principalement autour de la prévention de l’anxiété et de la dépression. Troubles de la psyché qui n’engendrent pas la sérénité et le bonheur; les causes en sont multifactorielles.

La psychologie humaniste et positiviste sont souvent confondues dans l’esprit du grand public avec la pensée positive. Celle-ci repose sur des ouvrages populaires qui ne sont pas écrits par des spécialistes de la santé mentale-psychologues, psychiatres ou médecin- qui s’ils ne sont pas des gourous deviennent des maîtres à penser qui influencent leurs lecteurs en leur faisant croire, que le bonheur le bien-être, le succès et toutes les bonnes choses de la vie arrivent d’un coup de baguette magique. La pensée irrationnelle dans toute sa splendeur! L’un des best-sellers de la pensée positive est le livre d’un pasteur protestant, Norman Vincent Peale, La Puissance de la pensée positive (1952). La pensée positive, c’est aussi la méthode Coué, une prophétie auto réalisatrice fondée sur la suggestion et l’auto-hypnose.

L’état de bonheur permanent n’existe pas. Il faut avant tout arrêter de se gâcher la vie, et ne pas « laisser trop d’espace au malheur, faire face aux soucis quotidiens…Le bonheur c’est le bien-être + la conscience.» (Christophe André).
La tyrannie de l’attitude positive est destructrice. Si l’optimisme est à encourager, il faut aussi une pincée de pessimisme modéré. C’est nécessaire car le pessimisme, est « un facteur potentiel de préparation à l’action qui participe également au bien-être psychologique lorsque les personnes ont mis en œuvre les moyens d’action utiles pour éviter l’apparition d’un événement négatif.» (Jacques Lecomte).
 
L’état de bien-être recherché dans la « science du bonheur » n’est pas le sentiment océanique.  Expression utilisée par Romain Rolland et repris par Freud, dans Malaise dans la civilisation. Freud le  décrit comme une sensation d’éternité ou un sentiment de quelque chose d’illimité et d’infini. Il s’interrogeait sur l’émotion religieuse, et contrairement àRomain Rolland, il l’a décrite comme une vue intellectuelle associée un élément affectif. Le sentiment océanique est un vague souvenir de la fusion symbiotique avec la mère. On trouve un aspect négatif du sentiment océanique dans un contexte sectaire. Le sujet a l’impression d’être englobé dans un grand tout cosmique, après avoir perdu tout esprit critique et son libre arbitre, s’identifiant massivement au gourou  et au groupe et régressant vers des vécus archaïques.
 
Mais comment le bonheur se manifeste-t-il ? La théorie du flow de Mihalyi Csikszentmihaly postule que l’on est le plus heureux lorsqu’on est absorbé dans une activité, qui procure à la fois maîtrise et plaisir.

il faut accepter que le bonheur n’aille pas en crescendo,  et le penser serait une pure illusion! Une pure chimère et un déni de la réalité rattrapé par les soucis de la vie quotidienne!

 

L’idéaliser sous forme de croyance serait une pure illusion et un déni de la réalité.

Peut-on imaginer son bonheur futur à partir de ce qui nous fait plaisir aujourd’hui? Ce ne serait pas le cas selon Daniel Todd Gilbert (Université de Harvard)! Le cerveau ferait de graves erreurs de perception lorsqu’il tente d’imaginer son futur bonheur. L’une des illusions d’optique dans l’approche du bonheur est que rien ne garantit que ce qui nous fait plaisir aujourd’hui nous rendra heureux demain. Alors, il faut accepter l’imprévu et le changement, et vivre l’instant présent du bonheur.

Certains neuro-scientifiques affirment que le bonheur est dans les gènes. On naîtrait avec « un niveau de bonheur de base » vers lequel on revient toujours, comme après un échec et comme après un succès.

Même si l’on a hérité d’un faible niveau d’aptitude au bonheur, il est toujours possible d’élaborer des stratégies pour l’augmenter. Il convient d’être circonspect vis  à vis de cette forme de déterminisme génétique appliquée aux neurosciences. Une étude américano-britannique publiée en avril 2013 par Nature Reviews Neuroscience émet des doutes sur les protocoles et études neuro-scientifiques. Elle observe des négligences méthodologiques sur la taille des échantillons. La tentation du cherry picking, cette pratique qui consiste à sélectionner les résultats pour les arranger est grande. Alors pour le bonheur, il faut être circonspect même si on sait qu’il y quatre neuromédiateurs du bonheur qui interagissent dans notre cerveau: la sérotonine (un antidépresseur), les endorphines (hormones du bonheur),  les endomorphines (les sensations agréables) et la dopamine (neuromédiateur du plaisir).

Le bonheur est finalement une philosophie et une alchimie personnelle. C’est trouver les clés en soi. Selon Sénèque, « la vie heureuse est, celle qui est en accord avec sa propre nature. » C’est tout simplement  apprécier les moments agréables, les partager avec autrui pour renforcer cet état de bien-être.

Et accepter que « nous sommes des intermittents du bonheur, et ce dernier ne fera tout au long de notre vie, qu’apparaître et disparaître. « (Christophe André)

Vidéo

à la Une

ÉLISABETH KUBLER-ROSS, UNE PIONNIÈRE DE LA THANATOLOGIE!

Elle a brisé l’omerta autour de la mort en développant les soins palliatifs et cette nouvelle philosophie qui fait le fondement de la thanatologie moderne.

image003.jpg
Élisabeth Kubler-Ross et ses soeurs

La naissance et la mort sont les deux extrêmes de la vie, et avec l’allongement de l’espérance de vie grâce aux progrès de la médecine, la grande faucheuse a disparu de notre imaginaire collectif. Nous vivons dans un esprit d’immortalité tant que notre santé est excellente! Ce n’était pas le cas au Moyen Age où la mort était omniprésente, et rappelée par des représentations sur les murs des églises et dans les cimetières de la danse macabre, une sarabande qui mêle morts et vivants indistinctement du statut social, pour leur rappeler qu’ils ne sont pas immortels. Et dans la mythologie grecque, Thanatos personnifiait la mo rt, et il était également le frère jumeau d’Hypnos, la personnification du sommeil, et de Moros, la fatalité.

Aujourd’hui, le symbolisme qui entourait la mort a disparu au profit de la médicalisation de la fin de vie que les lois encadrent. Il existe une discipline méconnue qui est celle de la thanatologie. En 1994, Louis-Vincent Thomas, professeur d’anthropologie à la Sorbonne avait souligné que la thanatologie était d’abord et avant tout une réflexion anthropologique approfondie qui concerne la totalité de la vie, la totalité du fait humain, la totalité même de la culture.
L’une des pionnières de la thanatologie est Élisabeth Kubler-Ross. Ses nombreux ouvrages sur l’acte de mourir ont tous connu un succès planétaire, jusqu’à parfois être aujourd’hui dévoyés par l’idéologie new age. En 1999, le Times Magazine a consacré Elisabeth Kubler-Ross comme l’une des cent personnalités qui a influencé le vingtième siècle. Son best-seller « Les Derniers instants de la vie » (publié en 1969) a bouleversé les mentalités sur la mort. Elle décrypte dans cet ouvrage les cinq stades qui précèdent l’acte de mourir et qui présentent des similarités avec ceux de la phase de deuil.

Cette femme d’exception, née à Zurich le 8 juillet 1926, est la dernière d’une fratrie de triplettes. Elle quitta son pays natal pour les États-Unis en 1958 pour y suivre son mari, Robert Ross, surnommé Manny, qu’elle avait rencontré en Suisse au cours de ses études de médecine. Pendant les années 1960, elle devient médecin-résident de l’hôpital Glen au Community Hospital de Glenn Cove à Baltimore (Maryland) sous la direction de Francis X. Moore. Le Dr Moore par son humanisme a marqué l’esprit des résidents de l’époque et Élisabeth Kubler-Ross.

La vocation d’Elisabeth Kubler-Ross pour l’accompagnement prise des « personnes en fin de vie » est émaillée de faits marquants. En 1945, elle devient membre du Service International pour la Paix et dans ce cadre, elle  va visiter le camp de concentration de Majdanek.  Elle va découvrir sur les murs les dessins des prisonniers qui y ont passé leurs dernières heures. Ce sont des papillons noirs. Elle va les interpréter comme le symbole de la transformation que l’être humain vit au moment de la mort, et qui doit être perçue comme une étape de croissance de l’être humain que l’on ne connaît que lorsqu’on meurt.

thanatos
Thanatos, dieu grec de la mort

Dans les années 1970, le Dr. Kubler-Ross est considérée comme le chef de file de la thanatologie. Elle va animer des ateliers un peu partout dans le monde sur l’accompagnement aux mourants. C’est la pleine époque de la contre-culture où la science côtoie le New Age, et cette époque charnière a probablement favorisé la popularité d’Elisabeth Kubler-Ross. Cette femme d’exception a toujours été animée par le souffle de révolutionner l’aide aux autres. En 1981, elle achète une ferme de 300 acres en Virginie, le Head Waters pour y créer un centre de médecine alternative, le Healing Waters.

Elle va prendre en charge les nouveau-nés atteints du SIDA qu’aucune équipe médicale ne voulait assister. Avec l’apparition du virus HIV, la mort était omniprésente plus qu’avec d’autres maladies, et assimilé à l’incurabilité comme le cancer. C’était en l’état des connaissances scientifiques de l’époque, et d’aujourd’hui, le regard de la société et les traitements du Sida ont changé.

Personnalité hors du commun, Elisabeth Kubler-Ross a délibérément tourné le dos à la pratique médicale qu’on lui avait enseigné au cours des ses études afin de soigner différemment. Elle a brisé l’omerta autour de la mort en développant les soins palliatifs et cette nouvelle philosophie qui fait le fondement de la thanatologie moderne. Outre-Atlantique, elle est pour de nombreux médecins l’une des instigatrices du mouvement des hospices modernes qui démarra après la deuxième guerre mondiale. 
Elisabeth Kubler-Ross a contribué à l’instauration des « intentions de fin de vie » (living will). Elles se présentent sous la forme d’un document légal qui permet à chacun de ceux qui le souhaite de faire connaître ses volontés en matière de prise en charge thérapeutique, et notamment lors de la phase terminale et faire part de ses volontés si jamais il était plongé dans un état végétatif. Ce document requiert un certificat du médecin référent et l’avis d’un autre médecin sur l’état du patient en fin de vie. Les intentions de fin de vie sont seulement consultées lorsque le patient n’est plus en état de faire connaître ses dernières volontés.
Après un incendie qui détruisit sa ferme et de sérieux ennuis de santé, Elisabeth Kubler-Ross déménagera à Scottsdale (Arizona) en 1995 près de son fils Kenneth et elle y prendra sa retraite. Elle décédera le 24 août 2004. Sur son monument funéraire est inscrite cette superbe épitaphe : « Diplômée pour danser avec les Galaxies.»
Que reste-t-il aujourd’hui de l’héritage d’Elisabeth Kubler Ross?
Lorsqu’on consulte les sites qui parlent d’elle, on est en droit de s’interroger. Il y a un fossé entre les sites certifiés Hon et HAS sur le soins palliatifs et ceux voués à la mémoire d’Elisabeth Kubler-Ross. Chez ces derniers, la nouvelle spiritualité et la biographie légendaire l’emportent nettement sur le nouveau regard porté sur l’accompagnement des mourants qu’elle a su transmettre et qui fait le fondement de la thanatologie moderne, et correspond au concept de soins palliatifs formalisé par l’O.M.S (Organisation Mondiale de la Santé).
La vocation d’Elisabeth Kubler-Ross d’accompagner les personnes en fin de vie lui serait venue après une EMI ( État de Mort Imminent). Peu importe qu’elle l’ait vécu ou que ce soit une légende, que cela ait bouleversé son regard sur la mort, et ensuite orienté son choix de vie, c’est une affaire personnelle qui n’entre pas en ligne de compte pour pouvoir accompagner les personnes en fin de vie.

Si la pensée d’Elisabeth Kubler-Ross est dévoyée par le New Age,  son héritage est celui d’un médecin qui a levé le tabou de la mort. Elle a su se détourner détourné de la médecine scientiste de ses confrères pour innover dans la prise en charge des personnes en fin de vie.
Note :Au début de l’année prochaine, la révision de la loi en bioéthique rouvrira le dossier sensible qui oppose les partisans de l’euthanasie et ceux favorables au « laisser-mourir »sans acharnement thérapeutique inscrit dans la loi Léonetti. En juillet 2013, le Centre national d’éthique publie son rapport contre la légalisation de l’euthanasie. « Le Comité souhaite que les « directives anticipées » de fin de vie émises par un patient atteint d’une maladie grave, rédigées en présence d’un médecin traitant, deviennent « contraignantes pour les soignants sauf exception dûment justifiée par écrit ». A l’heure actuelle, malgré leur nom de « directives », la loi ne les considère que comme des « souhaits », les décisions étant prises par les médecins.» Cette sémantique fait abstraction des croyances des patients et des soignants. Le terme croyance correspond à des réalités distinctes, et il existe plusieurs types de réalités distinctes qui vont de la simple opinion à l’irrationalité en passant par l’émotionnel. La fin de vie n’échappe pas aux croyances, et il y a toujours une part d’irrationalité car nous avons du mal à conceptualiser notre propre inexistance psychologique, en dehors de la spiritualité et des croyances religieuses d’une vie après la mort.
à la Une

PRINCIPE DU « PRIMUM NON NOCERE »DANS LES PSEUDO-SCIENCES!

Le » Primum non Nocere » est la règle de base pour tout soignant.

d38fc5d7a9cb2cbaa6bff9dbaa559432
Un récent sondage IFOP indique que 34% des Français estiment avoir une culture scientifique lacunaire, contrairement aux allemands et aux anglais. Toujours dans ce sondage, 56 % des Français estiment que la science ne tient pas suffisamment de place dans les débats de société. Gaston Bachelard disait que « la culture scientifique demande un effort de la pensée». C’est incontestable mais faut-il aussi que le grand public puisse accéder à des articles de vulgarisation de qualité. Les connaissances scientifiques lacunaires montrent qu’il ne s’agit pas d’une ignorance totale de la science, mais d’une capacité globale à s’informer, trier les messages (parfois contradictoires), afin de se forger une conscience et une opinion sur les interrogations de la science. La science évolue constamment, elle n’est pas figée.

L’un des principaux dangers qui guette les personnes qui ont une culture scientifique lacunaire est d’ouvrir la porte à la désinformation scientifique. Force est de constater que le discours pseudo-scientifique est parfois plus convaincant et ludique que l’information scientifique taxée parfois de rigide et inhumaine. Ne vous rétorque-t-on pas alors comme un mantra (ces propos de Michel Montaigne) « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme» !

Très souvent, la frontière entre la science et la pseudo-science est ténue pour le grand public. La médecine, la psychologie avec ses théories et méthodes sont les grands terrains de prédilection du pseudo-scientisme. Souvent la marque de fabrique des charlatans qui ont l’art de pratiquer un jeu de dupes envers autrui, en déformant la réalité par des biais cognitifs, des falsifications afin d’obtenir la confiance d’autrui, en vue de lui soutirer de l’argent ou de le mettre sous influence à des fins de manipulation.
De reconnaître que la définition du charlatan est souvent imprécise, et un professionnel peut toujours être le charlatan de quelqu’un s’il pratique une méthode peu consensuelle. Très souvent, lorsqu’on parle de charlatanisme, il s’agit du rejet de toute autre méthode que celle dite conventionnelle.

 

Le charlatanisme et les pseudo-thérapeutes sont souvent présentes dans les médecines parallèles (dites douces ou bien encore alternatives). Le tout regroupé sous une novlangue séduisante comme le bien-être, le développement personnel et la psychothérapie. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille rejeter toutes ces médecines. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lancé un deuxième plan stratégique en 2014 pour assurer le développement de ces formes de médecine.  L’OMS comptabilise pas moins de 400 médecines complémentaires. Comme il l’est écrit noir sur blanc sur le site de l’OMS: « Dans ce large panel, en France par exemple, l’ordre des médecins reconnaît quatre pratiques: l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie et l’ostéopathie. Le code de la santé publique précise que « les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé ».

Hors ces disciplines listées par l’OMS si elles sont encadrées correctement, force est de constater que le champ de la santé est frappé de plein fouet par les pseudo sciences et ses pratiques douteuses. Aujourd’hui, il y a actuellement une intrusion de disciplines pseudo scientifiques regroupées sous le label consacré de « médecines complémentaires ». De nombreuses formations proposent des cursus aux noms exotiques qui contribuent à cette dilution de la médecine scientifique et favorisent le charlatanisme.

Le professeur Loïc Capron interviewé dans un média mainstream, il y a quelques années ne mâche pas ses mots : « il existe une forme de laisser-aller intellectuel qui ne résiste plus aux assauts de la charlatanerie.»

Et lors d’une audition récente au sénat sur les dérives thérapeutiques et sectaires: la santé en danger, Loïc Capron met en garde contre le charlatanisme:
Ce que j’ai lu du témoignage de mon confrère Serge Blisko (président de la MIVILUDES) n’a fait que me conforter un peu plus dans mon doute! Il cite des situations extrêmes mais parle aussi de l’hôpital, réservant un long développement aux dérives qui y sont possibles. Pour moi, le dérapage qui peut exister entre médecines complémentaires, charlatanisme, voire sorcellerie – Serge Blisko donne des exemples qui en relèvent – est le même que celui qu’il peut y avoir entre religion et pratiques sectaires. Nous abordons là des domaines de foi qui gênent beaucoup un esprit scientifique et rationnel…

Et plus loin, il poursuit:

Il existe deux manières de dévier en médecine… On peut tout d’abord inventer des systèmes abracadabrants, avec des thérapies parfaitement imaginaires et parfois toxiques. Ceci est assez facile à dépister. Une autre lubie de certains praticiens consiste à employer de manière non conventionnelle des médecines conventionnelles, à l’encontre de l’avis de la HAS et des préconisations internationales. Comment sérieusement contrôler ces pratiques ? Je ne suis pas sûr que nous en ayons les moyens mais elles existent bel et bien !

S’i y a des médecines complémentaires tolérées par l’OMS, on ne peut que s’étonner par du nombre faramineux de diplômes universitaires de « thérapies complémentaires ». Ils seraient plus de 90, et il est difficile de faire le distinguo entre une médecine complémentaire et une médecine alternative. Certaines comme l’hypnose, la sophrologie peuvent s’avérer intéressantes dans nombre d’indications. Ces  méthodes, altérant momentanément la conscience, sont propices à l’émergence de faux souvenirs qui peuvent faire prendre des vessies pour des lanternes aux patients, voire aux thérapeutes s’ils n’ont aucun pré-requis scientifique.

La pensée magique ou irrationnelle domine dans les pseudo sciences au détriment de la pensée analytique fondée sur des connaissances scientifiques, en perpétuelle évolution. Le charlatanisme se fait toujours au détriment de la santé des patients, à un moment donné ou à un autre. Les charlatans enfument leurs clients avec un langage ou des cautions scientifiques, alors qu’en fait la théorie est bidon et la pratique à risque.

Il n’y a pas que des personnes insuffisamment formées à l’esprit scientifique, il y a aussi le profil très particulier des alterscientifiques que Alfred Moatti décrit dans son livre « Alterscience, Postures, dogmes et idéologies. Les alterscientifiques sont des hommes de science à forte notoriété, qui à un âge avancé développent une théorie alternative.

La médecine tolère ces médecines complémentaires quand elles sont envisagées conjointement avec les traitements de la médecine conventionnelle, et n’empiètent pas sur un traitement qui a fait ses preuves. La règle pour toute thérapie, qu’elle soit conventionnelle, complémentaire ou alternative devrait être celle du « primum non nocere ». « Ne pas nuire à autrui », ce principal dogme abstentionniste appris aux étudiants médecine de premier année est à appliquer à tout soignant.

Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, et de nombreuses thérapies peuvent s’avérer nuisibles et mettre la santé du patient en danger. Ce sont les cancers qui remportent la palme des traitements douteux.
Ryke Geer Hamer, l’inventeur de la nouvelle médecine germanique, a été condamné à pour escroquerie et complicité illégale de la médecine et a été emprisonné à Cologne et en France.  Selon sa conception et celle de ses émules, le cancer est une forme de survie inconsciente  du cerveau à un choc psycho émotionnel. Tout cancer est déclenché par un choc psychologique, un conflit aigu et dramatique vécu dans l’isolement. ce syndrome porte le nom d son fils décédé: le syndrome Dirk Hamer (DHS) Des patients qui auraient pu être soignés à temps par la médecine scientifique sont morts. Concernant le cancer du sein, il a développé toute une théorie sur le « conflit du nid » reprise plus tard dans le Décodage Biologique .

Hormis ces deux théories redoutables qui défraient régulièrement les chroniques judiciaires, des remèdes qualifiés de naturel pour lutter contre le cancer sont aussi diffusés et désinforment le grand public.
La liste des méthodes douteuses contre le cancer est longue. On trouve pêle-mêle le cartilage de requin (compléments alimentaires vendus en diététique), le laetrile  (extrait du noyau d’abricot), l’essiac (une herbe médicinale), l’appareillage (courant électrique). Et tant d’autres…

Certaines de ces méthodes à risque se pratiquent dans des cliniques. Ce qui  induit auprès des patients une caution scientifique qui rivalise avec la médecine scientifique. Comme pour la méthode Linvingston-Wheeler préconisée par Virginia Wheeler qui pensait que les cancers étaient causés par une bactérie  trouvée (ou inventée) par elle, le Progenitor Cryptocide. Prescrite dans la clinique privée Linvingston-Wheeler (San Diego, Californie), cette méthode consiste à renforcer le système immunitaire par une détoxification, grâce à un régime végétarien strict, des lavements au café et par l’administration de vaccins spéciaux comme celui du BCG et un autre préparé à partir de l’urine d’un individu spécifique. On rapporte que les patients eurent une qualité de vie significativement plus mauvaise suivant les critères du Functional Living Index-Cancer. La clinique prétendait obtenir 82% de résultats de rémission; ce qui était faux.

Lorsqu’on constate l’engouement des salons de bien-être ou de médecines douces,  on se demande pourquoi est-il si difficile d’informer le public sur les pseudo-sciences et les méthodes douteuses? Les médecines alternatives ou complémentaires bénéficient de la confiance acquise quasiment au même titre que la médecine scientifique. Pourquoi?
Ces thérapies complémentaires remplacent la médecine populaire d’autrefois, et il est judicieux de s’interroger sur les systèmes médicaux. Faut-il forcément critiquer le système de la médecine chinoise, aryuvédique et même homéopathique sous l’angle de la médecine scientifique occidentale? De parler d’effet placebo ou de l’impact de la suggestibilité sans tomber dans le militantisme qui braque. Voir l’appel des 124 professionnels de la santé contre les médecines alternatives qui a déclenché la colère de leurs confrères les pratiquant. Certaines personnes ont recours à l’homéopathie, et elles en sont satisfaites même si l’on parle de placebo. Les pharmaciens recommandent eux-mêmes des spécialités homéopathiques en « bobologie ».
N’est-il pas plus pertinent de parler du « primum non nocere» ? Ni bénéfice, ni nuisance. Peu importe l’impact de la suggestion et l’effet placebo s’il ne nuit pas et n’aggrave pas la maladie.

L’Australie a fait réaliser, il y a quelques années, une analyse complète des produits et thérapies complémentaires à travers leur méthodologie (absence ou manque d’études randomisées, pas de double aveugle). 17 thérapies se retrouvent sur le banc de touche car elles ne présentent aucun avantage. Parmi elles, la phytothérapie, la méthode Feldenkrais, l’iridologie, la kinésiologie, le shiatsu. Ce n’est pas demain que ces thérapies cesseront d’avoir du succès, peut-être plus que la médecine conventionnelle. La méthode Pilates est aussi critiquée dans cette étude, et pourtant, de nombreux de coachs sportifs font des cours performants avec cette méthode.

Face au charlatanisme et au pseudo-scientisme, il y a également la difficulté pour le grand public de cerner une controverse scientifique qui peut animer les scientifiques entre eux. Dans une controverse scientifique, c’est la pensée analytique qui domine; chacun avance ses arguments en l’état des connaissances scientifiques. La lecture des publications scientifiques n’est pas toujours consensuelle, et chaque médecin a lui aussi sont propre système de croyances en matière de soins.

Comme il est délicat d’évoquer une controverse scientifique actuelle sans provoquer une levée de bouclier, retour vers le passé avec l’histoire de l’encéphalopathie traumatique qui est le thème du film de Peter Landesman « Seul contre tous ». C’est  l’histoire du Dr Bennet Omalu, médecin légiste et originaire du Nigeria. En autopsiant les corps de joueurs de football américain, il constate que la répétition abusive de chocs crâniens au cours des matchs provoquaient des maladies neuro dégénératives chez les sportifs de haut niveau. Pendant de longues années, il a été traité de charlatan par ses confrères et il s’était mis à dos la NFL (Ligue Nationale de Football Américain). En 2005, Bennett Omalu publie une étude sur cette maladie diagnostiquée post-mortem, et sera enfin reconnu par ses pairs.

Le  » Primum non Nocere » doit  rester la règle de base pour tout soignant.
«Inventez une charlatanerie, n’importe laquelle, vous trouverez toujours des hommes qui diront que ça marche, tant notre besoin d’illusion est intense.»(Boris Cyrulnick)

Sources:

à la Une

LE TOURISME PROCRÉATIF DES BÉBÉS-ÉPROUVETTE !

Le tourisme procréatif a de beaux jours devant lui car il se trouve facilité par la législation en bioéthique plus ou moins permissive d’un pays à un autre.

35-ans-de-bebes-eprouvettes_exact1900x908_l.jpgLa loi sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA) sera révisée au semestre 2019. La  définition stricto sensu est celle-ci: la procréation médicalement assistée (PMA), également appelée Assistance Médicale à la Procréation (AMP) est un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient dans la procréation.

La bioéthique suit l’évolution des mentalités d’une société donnée, et certains projets de modification de la loi en bioéthique sur la PMA font déjà l’objet de débats houleux sur les réseaux sociaux, les médias mainstream et les talk-shows télévisés. Dans ce post,  je traite de la Fécondation in Vitro (FIV) et la Gestation pour Autrui (GPA) fera l’objet d’un autre post. Il y a dix ans, la bioéthique de la PMA était un sujet confidentiel restreint au cercle des soignants et des juristes, et qui laissait  indifférent le grand public. Et pourtant, les professionnels de la santé avaient déjà pointé les dérives, et aujourd’hui, elles n’ont fait qu’empirer à cause de l’absence de législation internationale. Ces dérives qui existent depuis une bonne dizaine d’années sont aujourd’hui relayées dans les médias main-stream et les réseaux sociaux, non pas à des fins de réflexion éthique sur la parentalité, le devenir et les droits de l’enfant mais instrumentalisées pour servir les intérêts de lobbies.

Certains politiques souhaiteraient que la PMA  sorte du champ de la bioéthique au motif que c’est d’abord une question éthique et philosophique avant d’être médicale. Vraiment? Et le suivi de la grossesse qui s’en charge? Les députés ou les sénateurs? C’est oublier toute l’histoire de la PMA où la science médicale est omniprésente. Le centre  de gravité est l’évolution de la science médicale. Louise Brown est le premier bébé-éprouvette  née le 25 juillet 1975 et les médecins à l’origine de sa naissance sont Patrick Steptoe et Bob Edwards. Quatre ans après, avec l’aide du gynécologue René Frydman et du biologiste Jacques Testard, Amandine va naître. La Procréation Assistée est une véritable révolution médicale qui a permis, permet et permettra aux couples infertiles en mal d’enfant de devenir parents.  Selon une étude de l’Ined publiée en juin 2018, en France, un enfant sur trente est conçu par FIV.

La bioéthique ne peut pas tout encadrer. La difficulté majeure réside à ne pas se montrer trop libertaire ou trop coercitif et solliciter la liberté de conscience, la faculté de discernement de chacun. Comment trouver un juste milieu à partir de la seule notion de bien et de mal qui sont des notions subjectives et influencées par le modèle de civilisation? Malheureusement, aujourd’hui, le débat sur la PMA s’est politisé et il est devenu impossible de s’affranchir de la réflexion en dehors de l’hystérie collective voire des « hystoires » pour reprendre l’excellent néologisme de la féministe et critique littéraire Élaine Showalter. Toute réflexion de fond est absente et la règle du jeu est le lynchage en règle et le « name and shame » pour les célébrités affichant publiquement leur recours à la PMA!  On est sommé de choisir son camp, chacun étant sur de son bon droit et de maitriser cette question de bioéthique. Quelle chance d’avoir des certitudes! Et l’enfant dans tout ça? Bref…

Qui est concerné en France par la PMA? Actuellement, elle est réservée aux couples hétérosexuels, uniquement si l’un des deux futurs parents souffre d’une infertilité constatée médicalement. Les couples séparés n’y ont pas droit. La limite d’âge pour les femmes est de 43 ans, et cette année, la justice administrative ayant statué, les hommes de 60 ans sont officiellement trop âgés pour procréer, limitant leur accès à la PMA.  Les gamètes de l’un et l’autre sont totalement gratuits ; mais il en est autrement dans d’autres pays. Chez nous, il est notoire qu’il y a une carence en dons d’ovules et que la technique de FIV diffère sur certains points de celle d’autres pays comme l’Espagne et la technique de vitrification. Aujourd’hui, la technique de vitrification qui attirait les couples français en Espagne est pratiquée en France depuis peu, mais elle est réservée à un nombre limité de cas; lorsque les précédentes techniques autorisées ont échoué. Les futurs parents ont de quoi être perdus quand on sait que les avis scientifiques sont partagés sur l’efficacité d’une technique particulière.Les protocoles des FIV ( fécondation in vitro) sont différents suivants les causes de l’infertilité à traiter: le don de sperme, don de gamètes, don d’ovocytes avec technique de vitrification ou non.

Lorsqu’on commence à évoquer ce sujet sensible, la suspension du jugement sur le désir d’enfant s’impose. Tout projet parental mérite qu’on s’y attarde.  Si on a l’occasion de lire ou d’entendre des témoignages de ces personnes qui recourent à la PMA, nos certitudes, nos croyances et notre éthique personnelle en prennent un coup et l’on a tendance à évaluer la situation à partir de nos propres certitudes. La moraline, le néologisme de Friedrich Nietszche, ne fera pas avancer la réflexion sur la PMA et aura l’effet inverse attendu. La parade pour contourner la loi française est rodée! Le consensus peut déjà se faire autour des dérives de la PMA et des FIV, récurrentes en l’absence de législation internationale. Et c’est déjà pas mal!

Les dérives éthiques sont grandement facilitées par la disparité des techniques et la législation qui est différente d’un pays à un autre. La législation internationale est le point névralgique des dérives de la PMA. L’un des grands paradoxes de la bioéthique est que si la la PMA est le bébé de la science médicale, elle n’est plus entre les mains des médecins. D’autres acteurs de la société sont rentrés dans la danse. De ce fait, l’éthique est instable car elle échappe totalement à la relation médecin/malade telle qu’elle est décryptée en systémique à partir du modèle hérité d’Hippocrate.

Si d’aventure la législation sur les FIV était ouverte à toutes pour toutes, très vite la France serait à cours de dons de sperme et serait obligée d’aller en piocher à l’étranger dans une banque de sperme qui a pignon sur rue. Ce risque de pénurie est déjà pointé par  l’agence de la biomédecine. Ou bien alors il faudra rémunérer le don de gamètes. C’est mathématique. Ou bien alors ouvrir une banque de sperme comme celle de la société Cryos, une banque européenne de sperme. Cryos International est la première banque de sperme qui pratique à l’échelle industrielle la vente de gamètes, et notamment par correspondance. Elle fournit à la France un fort contingent de gamètes puisque la France en manque déjà. C’est écrit sur le site de Cryos noir sur blanc…

Le malheur des couples souffrant d’infertilité est exploité à des fins peu humanistes dignes du Meilleur des Mondes, le fameux roman publié en 1934 par Aldous Huxley. Ce livre décrit une société où les pays ont disparu au profit d’un seul état mondialisé à la gouvernance totalitaire. Dans ce Nouveau Monde, les êtres humains sont répartis sur une hiérarchie pyramidale à trois niveaux. Si la sexualité demeure pour l’équilibre de l’individu, la reproduction sexuée n’a plus court et la procréation est assistée en laboratoire ressemblant en cela à la FIV d’aujourd’hui. Les embryons ne grandissent plus dans le ventre de leur mère mais en laboratoire dans des bocaux. Déjà, à cette étape pré-berceau, l’embryon est psychologiquement conditionné à son futur rôle d’adulte. Son utilitarisme réside dans le fait que le petit d’homme en grandissant va trouver normal sa position sur la pyramide sociale. Aldous Huxley -au passage frère du biologiste Julian Huxley, théoricien de l’eugénisme- avait pressenti en son temps le risque du progrès médical ainsi que ses possibles répercussions sur l’organisation de la société humaine.

Si on ne veille pas au grain, les couples stériles sont susceptibles de se comporter à leur insu en consommateurs de science médicale, et les médecins de ne devenir que des scientifiques purs et durs, complices du dévoiement d’une avancée majeure de la science qui donne envie de croire à l’existence de miracles, attribués d’ordinaire à quelque divinité supérieure. Les dérives de la bioéthique se développent toujours dans un cadre législatif et profitent des failles de la législation internationale ou existante de pays à pays.

La morale est une notion subjective mais lorsqu’il y a une transaction financière qui prévaut sur les services médicaux rendus, on est en droit de s’interroger sur la motivation de la démarche initiale. On veut faire un enfant pour soi, pour son couple, pour la société ou…pour l’enfant à vivre lui-même.

Lorsque, pour diverses raisons, les FIV ne marchent pas pour les personnes qui désirent être parents, beaucoup n’hésitent pas à se tourner vers le tourisme procréatif. Et comment les blâmer lorsque la liste d’attente pour le don d’ovocytes est saturée en France ou que leur profilne rentre pas dans la législation française? Elles n’ont d’autres ressources que d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Ainsi, en Espagne, en Grèce, République tchèque et Roumanie, il n’y a pas de pénurie de don d’ovocytes car il est rémunéré. Faut-il s’en indigner ?

Le tourisme procréatif a de beaux jours devant lui car il se trouve facilité par la législation en bioéthique plus ou moins permissive d’un pays à un autre. Ainsi, contrairement à la France, dans d’autres pays européens, le recours au FIV est toléré pour les femmes de plus de 43 ans, les célibataires et les couples homosexuels. De plus  en plus de femmes célibataires en âge de procréer font appel aux cliniques de fertilité installées à l’étranger, notamment en Espagne. Il n’est plus rare que la génération Y ait de plus en plus de femmes autour d’elle qui se sont tournées vers le tourisme procréatif car l’horloge biologique tourne et il est difficile de faire des rencontres si on a job prenant ou qu’on n’a pas envie de s’inscrire sur les sites de rencontre où le pire côtoie le meilleur! Doit-on dire à ces jeunes femmes de faire un enfant dans le dos d’un homme d’un soir et de se déclarer ensuite mère célibataire? Sans commentaires sur la notion implicite de bien et de mal! Si le tourisme procréatif marche si bien, c’est qu’il y a des disparités législatives d’un pays à un autre, et démontrent qu’il y a une hypocrisie manifeste au niveau de la législation française et européenne. Il y aurait une nécessité urgente à harmoniser la législation pour que les dérives mercantiles cessent.

Et il avant de brailler, il serait urgent de réviser les lois sur l’adoption pour diminuer le nombre de PMA. Autour de la PMA, il y a tout un commerce douteux qui s’est développé. Lorsque vous tapez sur le moteur de recherche Google, l’aspirant/parent peut faire son marché virtuel à partir des nombreux sites racoleurs, et comparer les prix. De nombreuses cliniques étrangères se sont spécialisées dans les FIV et est ouverte sans restriction à tous les couples. Les tarifs varient d’un pays à un autre. Ils peuvent aller de 2 500 €uros en Grèce  et à 12 000 €uros en Espagne. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Procréation Assistée est un véritable Business. Ces cliniques étrangères affichent un super bilan financier (malgré la crise), et l’une des plus prisées est celle du Dr Rumpick à Prague. On veut bien laisser à ce dernier le bénéfice du doute sur son engagement humaniste lié à son serment d’Hippocrate, mais on est en droit de s’interroger sur la façon dont il procède pour que sa clinique soit rentable. J’admets volontiers faire preuve de mauvaise foi en sortant de son contexte cet extrait qui date de 2009, mais j’émets l’hypothèse que c’est toujours d’actualité! Je trouve que la recette (économique) du bon docteur pour remplir sa clinique est surprenante: « Ici, la main d’oeuvre est toujours très bon marché comparé aux pays de l’Ouest, ce qui nous permet de pratiquer ces tarifs. Les médicaments et la préparation coûtent la même chose partout dans le monde, mais le travail des docteurs et des chercheurs est moins cher ici, ce qui entraîne un prix total inférieur.» Le désir d’enfant est-il quantifiable et a-t-il un coût low-cost ?

L’Espagne est devenue l’Eldorado des FIV. Ce pays ne connait pas la pénurie de dons d’ovocytes car ils sont rémunérés à hauteur de 900 euros. et les femmes de plus de 43 ans peuvent y avoir accès.  Et sur le site Co-parents, on peut lire ceci: Elles peuvent bénéficier d’une prise en charge des soins par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) à hauteur de 1550 €, sous certaines conditions uniquement

Dans ce registre, certains pays de l’union européenne comme la république tchèque, les futurs parents peuvent choisir la couleur des cheveux, des yeux de l’enfant à naître, et il est possible de repousser l’âge de la maternité. La Grèce autorise les FIV jusqu’à 50 ans et en République tchèque, il est possible pour des femmes âgées de presque 60 ans de donner naissance. Ce sont des données factuelles. Après, on a des cas particuliers qui laissent songeur. En 2016, dans l’état de l’Haryana (Inde), une femme de 70 ans a accouché d’un petit garçon en bonne santé après avoir bénéficié d’une FIV. Les ovules proviennent de la mère et le sperme de l’époux âgé de 79 ans, le couple étant stérile après 46 ans de mariage. En 2008, toujours en Inde, c’était une femme de 72 ans. On a l’impression que c’est plus de la médecine expérimentale que de l’aide à la procréation pour satisfaire un désir d’enfant.

Le tourisme procréatif est un moyen simple de contourner la loi française depuis belle lurette. Et si les femmes femmes n’ont pas les moyens de se rendre dans une clinique de fertilité en Espagne, elles peuvent toujours commander « un bébé en un seul clic » sur le net! La société Cryos, une banque européenne de sperme, propose la vente de gamètes par correspondance après avoir choisi par catalogue les caractéristiques génétiques du donneur.

Comment se passe la vente en ligne d’une FIV avec Cryos? Et bien comme sur votre d’achat préféré en ligne! La future mère après l’avoir choisi sur catalogue clique sur le géniteur choisi « , et le met dans l’icône « landeau » qui remplace l’icône panier des sites commerciaux. L’étape suivante est celle que nous connaissons tous quand nous achetons sur le net « mode de paiement par carte bancaire ». Le paiement dûment enregistré, quelques jours plus tard, la future maman se voit livrer sa dose de sperme à domicile dans une bonbonne étanche. Il est joint au colis un mode d’emploi pour qu’elle puisse faire sa FIV chez elle. D’abord, elle doit faire décongeler les paillettes, et ensuite s’installer dans une position confortable pour les introduire avec une canule. (Nicole Bétrencourt, Un Bébé en un seul clic! )

Le tourisme procréatif reste sujet à des dérives, et de réécrire à nouveau que c’est au niveau de la législation internationale qu’il faudrait agir. La PMA est devenu un enjeu politique où l’enfant conçu par FIV est devenu otage. Pas uniquement de la part des parents qui y ont eu recours mais aussi du regard de la société sur sa conception. Ces enfants conçus par PMA seront-ils ostracisés tout au long de leur enfance un de ces quatre ? Cela dépasse l’orientation sexuelle des parents. Et il y aussi la question de la filiation et des origines biologiques. Tant d’inconnues en bioéthique…

Et puisque le Meilleur des Mondes risque d’être en marche avec la PMA, de citer Aldous Huxley:

« Je suis terrifié de voir mes prophéties réalisées»

À suivre dans un prochain post d’autres réflexions sur la PMA…

©NBT

Depuis une dizaine d’années,  je me passionne pour ce sujet qui touche aux droits del’enfant et à l’évolution de notre société. En dehors des lobbies divers et politiques. C’est une démarche personnelle après avoir suivi les séminaires en bioéthique organisés par le Centre d’éthique de Cochin.  La première version de cet article sur la PMA (Procréation Médicalement Assistée) a été rédigé en 2009 et publiée sur le site EXMED. Encore d’actualité sur de nombreux points, cet article est  complété et enrichi. Ce post est factuel, et est un état des lieux de ce qui se passe en France et à l’étranger pour la PMA.  Le lecteur est libre de l’interpréter à sa guise.

amandine-le-jour-de-sa-naissance-le-24-fevrier-1984-a-l-hopital-antoine-beclere-de-clamart-dans-les-hauts-de-seine-photo-d-archive-1433506900
Amandine

à la Une

FEUD, LA NÉVROSE DE GUERRE ET LE TRAITEMENT BARBARE DE LA FARADISATION!

La palme de la barbarie revient à la méthode de torpillage mise au point par le Dr Clovis Vincent.

01.gif
La guerre de 14/18 bouleversa la psychiatrie. Devant l’afflux de blessés psychiatriques, le service de santé des armées dut se réorganiser. La durée et l’ampleur de la Grande Guerre engendrèrent des troubles de la psyché inconnus jusqu’à alors du corps médical. Les médecin ignoraient comment les prendre en charge.
Ces troubles étaient les manifestations du Stress-Post-Traumatique, répertorié aujourd’hui dans le DSM et le CIM.  Les médecins de l’époque de la Grande Guerre parlaient de l’hypnose des batailles, de  La fatigue de guerre et de cafard.

Le principal trouble psychiatrique auquel devait faire les médecins était celui de l’Obusite. Comment se manifestait-il?  On trouve des témoignages sur les Poilus souffrant d’obusite rapportés dans La Gazette de Souain:  « Des soldats étaient trouvés accroupis ou pliés en deux, ne se relevaient pas, les yeux écarquillés. certains sont devenus muets, sourds et même aveugles sans blessure apparente organique.»

Lorsque les soldats présentaient des symptômes de paralysie, des tremblements, une surdité, des convulsions ou de mutisme, c’était pour la médecine la manifestation d’un désir de fuite. Et c’était aussi une forme d’hystérie, différente de l’hystérie féminine et propre à la guerre. On était vraiment loin du concept de Stress post-traumatique moderne.

Les psychonévroses de guerre bouleversèrent le milieu des aliénistes. Pour les uns, c’était un syndrome post-commotionnel, pour les autres « émotion-choc » ou rôle de la prédisposition des constitutions. Le neuropsychiatre toulousain Voivenel parla des troubles de l’émotivité  (on dirait aujourd’hui états anxieux) qui sera finalisée dans son concept de « peur morbide acquise ». La peur morbide acquise par hémorragie de sensibilité. Cet état intervient soit immédiatement après une bataille, soit plus progressivement au fil des mois. Les observations du Dr Voivenel préfigurent déjà certaines caractéristiques de stress post-traumatique figurant dans le DSM et le CIM 10.

Comme les médecins pensaient que ces psychonévrose étaient une forme d’hystérie, ils ne prenaient pas de gant pour les traiter. Le malheureux poilu souffrant d’un État de Stress post-traumatique pouvait être soigné par la flagellation pour briser sa personnalité. On frappait le soldat de plus en plus fort avec des paroles aimables et en lui faisant ingurgiter de l’eau de vie! De la gnôle, quoi!

Le traitement de choc le plus coton de l’époque pour traiter la névrose de guerre était celui de la faradisation ou de la galvanisation à grande échelle. Les médecins de l’époque partaient de l’idée que les soldats étaient des simulateurs, et qu’il fallait trouver une solution pour les mettre en face de leur propre couardise avant de les renvoyer au front. Les soldats ne pouvaient pas refuser le traitement, et la coercition physique était employée. On n’hésitait pas à enfermer les patients dans des carcans redresseurs.

Alors comment se pratiquait une séance de faradisation? Un courant galvanique de 35 milliampères sous 75 volts, Et en secousses brèves (de 10 à 20 secondes) est administré à l’aide de conducteurs sur les zones sensibles du soldat. Cette méthode psycho électrique downloadcomme celle de Roussy et de Lhermitte comportait plusieurs phases. D’abord la préparation suggestive du patient, et puis le « choc psychique » provoqué par l’application douloureuse du courant  faradique; le tout dans une atmosphère de discipline militaire. La toute puissance du médecin -le pouvoir de la blouse blanche et du savoir-, la suggestion et le choc électrique constituaient les trois fondamentaux de ce traitement barbare. Car c’était de la torture. Des infirmiers ont confirmé qu’un certain Dr Kolowsky faradisait les parties génitales ainsi que les bouts des seins. Les séances se faisaient en présence d’autres patients afin que leurs hurlements de douleur effrayent les autres victimes. Cela renforçait l’efficacité de la cure, soi-disant…

Il y aurait des différences subtiles entre les méthodes électriques des psychonévroses de guerre. La palme de la barbarie revient à la méthode de torpillage mise au point par le Dr Clovis Vincent, et . Elle repose sur le principe de la galvanisation, un courant plus intense que le faradique envoyé avec des tampons sur les zones sensibles de la surface cutanée. La fin de la guerre sonna le glas du traitement électrique des psychonévroses.

Tous les médecins n’étaient pas d’accord sur la faradisation ou la galvanisation. Dont Sigmund Freud. L’œuvre de Freud n’est plus à présenter. Le fondateur de la psychanalyse s’est trouvé confronté lors du conflit de 14/18 à ses confrères qui pratiquaient la psychiatrie classique pour traiter la névrose de guerre. Il va être amené à faire des expertises sur la névrose de guerre suivant l’approche psychanalytique. Il va proposer une autre approche de la névrose de guerre. C’est même une attitude politique qui bouscule les mentalités de la médecine militaire. La nature psychique de ces névrosés de guerre est la même comme pour toute névrose. Les névroses de guerre et de paix sont des troubles de la vie  affective où l’inconscient est omniprésent.

Voici ce qu’il écrit à ce sujet dans un rapport d’expertise :
«… la cause première de toutes les névroses de guerre était la tendance, inconsciente chez le soldat, à se soustraire aux exigences du service de guerre, pleines de dangers et révoltante pour le sentiment. L’angoisse pour sa propre vie, le hérissement contre l’ordre de tuer les autres, la révolte contre la répression brutale de sa propre personnalité pour le supérieurs, étaient les sources d’affects les plus importants à partir desquelles s’est alimenté la tendance à fuir la guerre. Un soldat chez lequel ces motifs affectifs auraient été clairement et puissamment conscients aurait dû, en tant que sujet en bonne santé, déserter ou se porter malade. Mais les névrosés de guerre n’étaient que pour une très petite part des simulateurs ; les sollicitations d’affects qui se hérissaient en eux contre le service de guerre et les poussaient dans la maladie agissaient sans qu’ils en soient conscients. Elles restaient inconscientes parce que d’autres motifs, l’ambition, l’estime de soi même, l’amour de la patrie, l’habitude de l’obéissance, l’exemple des autres étaient d’abord les plus forts, jusqu’à ce qu’ils soient surmontés lors d’une occasion propice par d’autres motifs actifs inconscients. A cette vision de la  cause des névroses de guerre se rattache à une thérapie qui parut bien fondée et, au début, s’avéra aussi très efficace. Il semble  opportun de traiter le névrosé comme un simulateur, et de ne pas tenir compte de la différence psychologique en intention consciente et inconsciente, tout en sachant qu’il n’était pas un simulateur.»
Si dans une partie de son rapport, Freud ménage la chèvre et le chou envers ses confrères, il se montre sans concession envers la faradisation:
« Après coup, les médecins ont embelli la réalité en affirmant que la force de ces courant électrique  était la même que celle utilisée depuis toujours dans les troubles fonctionnels. Cela n’aurait pu agir que dans les cas les plus légers, et ne correspondait pas du tout non plus au raisonnement de base selon lequel le névrosé de guerre devait être dégoûté de son état de malade, de sorte que ses motifs dussent basculer en faveur de la guérison. Ce traitement douloureux est né dans l’armée allemande avec une intention thérapeutique, pouvait certainement être appliqué de façon plus modérée…»
« Toutefois, ce procédé thérapeutique était atteint d’une tare dès le départ. Il ne visait pas au rétablissement du malade, ou pas en premier lieu, mais avant tout  au rétablissement de son attitude à faire la guerre. La médecine s’est trouvée, dans ce cas présent, au service d’intentions qui lui sont par essence étrangères… les succès, brillant au début, du traitement par courant fort ne se sont pas non plus avérés durables. Le malade qui, rétabli par le traitement, avait été renvoyé au front, pouvait répéter le jeu nouveau et récidiver…»
Et Freud va vraiment s’opposer au traitement électrique de la névrose de guerre:
« Dans cette conjoncture, une partie des médecins militaires cédèrent la tendance caractéristique des Allemands à faire passer leurs intentions sans ménagement, ce qui n’aurait jamais dû arriver ; la force des courant ainsi que la dureté du traitement habituel furent augmentés jusqu’à l’insupportable pour soustraire aux névrosés de guerre le gain qu’ils retiraient de leur état de malade. Il reste non contredit qu’il survint, à cette époque dans les hôpitaux allemands, des cas mortel pendant le traitement et des suicides à la suite de celui-ci.…»
Et le psychanalyste va répondre au président de la commission sur les propos de l’un de ses confrères, farouche partisan de la faradisation :
«… Toute névrose a un but, Elle est dirigée vers des personnes déterminées et disparaîtrait  immédiatement sur une île déserte ou dans une situation semblable car elle n’aurait plus de sens… la majorité de ces états provenaient d’intentions inconscientes et, parmi elles, on a oublié de mentionner l’indépendance personnelle. Pour beaucoup d’hommes cultivés, devoir se soumettre au traitement militaire À du être quelque chose d’affreux, et chez nous comme dans l’armée allemande, le mauvais traitement infligé par les supérieurs en  a influencé beaucoup. En essayant de soigner les névroses par la psychanalyse, nous avons appris que la colère contre les supérieurs étaient souvent le motif principal de la maladie, de nombreux cas qui n’avaient pas pris naissance au front, des cas nés à l’arrière dans des hôpitaux en fournissaient l’explication.»
Dans Introduction à La Psychanalyse des névroses de guerre, Freud développera les mêmes arguments que dans ses expertises :
 « Les névroses de guerres […] sont à concevoir comme des névroses traumatiques qui ont été rendues possibles ou ont été favorisées par un conflit du moi. […] [Celui-ci] se joue entre l’ancien moi pacifique et le nouveau moi guerrier du soldat, et devient aigu dès que le moi de paix découvre à quel point il court le risque que la vie lui soit retirée à cause des entreprises aventureuses de son double parasite nouvellement formé. On peut tout aussi bien dire que l’ancien moi se protège par la fuite dans la névrose traumatique du danger menaçant sa vie, ou qu’il se défend du nouveau moi reconnu comme mettant sa vie en péril »
Le mécanisme de la névrose de guerre analysé par Freud était radicalement différent de ce que proposait la médecine de l’époque, et a amené une bouffée d’humanité avec sa méthode. Il préfigurait déjà le mécanisme du stress post-traumatique du à un conflit où la victime revit le trauma en boucle.
« Dans les névroses de guerre, ce qui fait peur, c’est bel et bien un ennemi intérieur».
à la Une

ET SI NOUS PARLIONS DES ÉPIDÉMIES PSYCHOLOGIQUES?

À partir des années 1990, les États-Unis vont devenir le foyer privilégié de maladies psychogènes et de ces mutations de l’hystérie, amplifiées par les médias modernes et les peurs millénaristes de la fin du XX siècle.

76ce96d617babab3446ae5bc43d1653c.jpg
©Hulya Özdemir

De nombreux débats sur la planète virtuelle -les réseaux sociaux, les forums et les médias mainstream- obéissent à des lois qui favorisent les épidémies psychologiques qu’on peut aussi nommer hystérie collective. Ces épidémies psychologiques organisent le fonctionnement de la psyché sur un mode manichéen où tout est soit blanc ou bien tout noir, et ainsi favorise un comportement grégaire. La demie-mesure avec des arguments nuancés disparaît au profit de généralités ou de sophismes.
Les épidémies mentales, la contagion mentale ou les folies collectives (on peut les appeler comme on veut) ont toujours existé. Le médecin et psychologue Georges Dumas avait déjà décrypté, en son temps, le phénomène de la contagion mentale et des épidémies psychologiques à travers les émotions. Écrit en 1911, sa définition est toujours actuelle même si le vocable est différent, changeant ainsi la forme sans changer celui du fond qui correspond aux mêmes mécanismes. Ainsi, sous l’angle des sciences humaines -psychologie, sociologie voire de la psychiatrie-Georges Dumas définit  la contagion mentale comme un mécanisme par lequel les états moteurs, affectifs, représentatifs se propagent d’un individu à un autre et ils ne diffèrent d’opinion que lorsqu’il s’agit de caractériser avec précision ce mécanisme.

 

Et pourquoi ne pas inclure dans ces épidémies psychologiques et leur contagion mentale  la psychologie des foules avec leur unité mentale spécifique? L’ouvrage de Gustave Lebon, « La Psychologie des foules » (datant de 1895) reste encore la meilleure grille d’analyse. Les caractères spéciaux  de la foule sont qu’elle est toujours dominée par l’inconscient, l’occultation de la personnalité individuelle, la disparition de la vie cérébrale au profit de l’émotionnel et l’abaissement de l’intelligence. La foule ainsi constituée, la contagion va s’effectuer par la suggestibilité.

Après avoir cité ces deux auteurs incontournables, où en sommes nous aujourd’hui? Il y a aujourd’hui l’apport de Freud dans ces folies collectives. Des auteurs contemporains ont formulé l’hypothèse que certains troubles psychiatriques ou psychosomatiques seraient des formes contemporaines de l’hystérie de conversion décrite par Charcot et Freud à la fin du XIX siècle. Ils fonctionnent sur le mode opératoire d’une épidémie virale. Ces épidémies psychologiques sont liées aux mouvements sociaux et leur impact collectif est favorisé par les médias, le net et les réseaux sociaux.

En 1977, le ton fut donné par la féministe et critique littéraire américaine Elaine Showalter qui élabore finement cette notion d’épidémie psychologique avec le néologisme « d’hystoire ». Il peut faire sursauter les puristes mais il est pertinent à bien d’égards. « Hystoire » comme on s’en doute est la contraction du mot histoire et de celui d’hystérie. Le livre où elle développe cette thèse est  « Hystories: Epidemics Hysterical and Modern medias » ( livre non traduit en français), et il figure en bonne place dans un article du journal The Lancet, une revue de bonne facture, publié le 30 mai 1998. Cette grille contentd’analyse est pertinente sur de nombreux points, mais vivement critiquée par les associations de patients et de médecins pour ce néologisme et cette explication audacieuse sur certaines de ces épidémies psychologiques. En fait, Elaine Showalter est une féministe de la première heure, celle où l’on parle d’émancipation féminine et non d’un rejet de tout ce qui est masculin et d’un patriarcat forcené où l’homme a oppressé la femme pendant des millénaires. La critique littéraire Elaine Showalter attribue la propagation de ces nouvelles épidémies psychologiques à  la troisième vague des féministes, celle que l’on appelle le féminisme victimaire. Le néo-féminisme.

 

Comment se manifestent ces nouvelles formes d’hystéries individuelles qui se propagent comme des épidémies infectieuses? Elaine Showalter étaye son concept « d’hystoire » à l’aide d’anecdotes:

-Dans le Midwest, une infirmière, atteinte du syndrome de fatigue chronique, se suicide avec l’aide du Dr Jack Kevorkian, encore appelé Dr Death, pionnier de l’euthanasie  qui aidait à mourir les cas médicaux les plus graves.

-Dans le Yorkshire, un jeune vétéran atteint du syndrome de la guerre du Golf voit sa carrière et son mariage détruits.

-Et le cas de Ramona, cadre dans une grande entreprise licencié de son entreprise car il est accusé d’inceste par sa fille Holly, victime de faux souvenirs après une thérapie sous Amythal (sérum de vérité). Le tribunal accordera à M. Ramona des dommages et intérêts en réparation du préjudice subi. Cette histoire est évoquée dans mon post L’affaire Ramona, une sombre histoire de sérum de vérité.

-Dans le Massachusetts, un professeur de Harvard, lauréat du prix Pulitzer, prétend que les Petits Gris (des aliens) en visitant les États-Unis enlèvent et se livrent à des expérimentations sexuelles sur des milliers d’Américains.

-Dans l’Oklahoma, un militaire traduit en cour martiale, Timothy McVeigh raconte à ses avocats que le gouvernement , lui a implanté une puce dans le corps durant  la guerre du Golfe pour le contrôler.
-Dans le Montana, des adeptes de la théorie du complot prétendent que le gouvernement fédéral, armé de bombes et d’hélicoptères noirs, modifient chimiquement le sang des citoyens des États-Unis pour créer un nouvel ordre mondial.

Pour elle, ces cas disparates illustrent ces hystéries individuelles qui produisent des épidémies psychologiques. En prônant cette thèse du grand retour de l’hystérie, Elaine Showalter prend le contre-pied des spécialistes qui parlaient de sa disparition.

Certains médecins ont affirmé que la médecine moderne identifiait l’hystérie comme une maladie organique méconnue, ont eu raison d’elle. Des historiens et des sociologues l’ont reléguée comme un trouble  de l’ère victorienne, et qui grâce à l’émancipation féminine a diminué. Les psychiatres des années 70 expliquèrent que les hystéries de conversion n’étaient en somme que des expressions de l’anxiété, et que le développement de la psychanalyse avait éradiqué ces formes extrêmes. Selon l’analyste britannique Harold Merskey, les hystéries de conversion ne se produisent plus que dans les zones non psychanalytiques (Afrique du Sud, Corée du Sud, Sri Lanka ou Nigeria). Rappelons que nous sommes en 1978, et l’ethnopsychiatrie n’était pas encore très développée pour expliquer des manifestations culturelles perçues comme des troubles de la psyché pour des Occidentaux mais tolérées dans d’autres sociétés.

 

Elaine Sholwater ne fait que reprendre les théories freudiennes psychanalytiques, fort peu appréciées outre Atlantique, et même si l’auteure de ce post n’est pas branchée psychanalyse, il fat admettre une certaine pertinence dans le concept qui explique des troubles de la psyché qui se retrouvent répertoriées dans le DSM au fur et à mesure de ses révisions.  L’hystérie n’a pas disparu mais a simplement emprunté d’autres formes que celle du temps de Freud. À partir des années 1990, les États-Unis vont devenir le foyer privilégié de maladies psychogènes, et de ces mutations de l’hystérie, amplifiées par les médias modernes et les peurs millénaristes de la fin du XX siècle. Les hystériques modernes trouvent toujours des sources externes à leurs problèmes psychiques: un virus, une atteinte à la pudeur qui se traduit par un abus, une guerre chimique, un complot satanique ou encore l’infiltration étrangère. Un siècle après Freud, de nombreuses personnes refusent toujours des explications psychologiques à leurs symptômes. La cause serait extérieure et non névrotique.

Les psychothérapies new-age, le fondamentalisme religieux, la paranoïa politique forment, entre autres, le creuset de ces nouvelles hystéries virulentes et contagieuses en ce siècle. On pourrait y inclure la sensibilité électromagnétique. La panique atteint des proportions épidémiques, et  l’hystérie se manifestant par la suprématie de la pensée magique cherche des boucs émissaires et des ennemis sous les traits de médecins antipathiques, de pères incestueux, de commerce avec  le diable, d’extraterrestres et de complots gouvernementaux. Les hystoires sont plus contagieuses que par le passé avec la technologie high-tech qui diffuse à flots continus toutes sortes d’informations (des vraies et des fakenews). Les bouleversements écologiques, l’urbanisation intense, les voyages low-cost, ajoutés à l’interaction humaine favorisent ces mutations de l’hystérie. Elles se répandent par des histoires qui circulent et s’auto-entretiennent avec les livres de développement personnel, des articles de journaux, des talk-shows télévisés, des séries cultes, des films, l’Internet et même la critique littéraire avide de populisme. Ces hystéries se multiplient rapidement et de façon incontrôlée à travers les médias populaires, les e –mail et les réseaux sociaux.

 

Selon le point de vue d’Elaine Showalter, l’hystérie n’est qu’un symptôme culturel de l’anxiété et du stress. Les conflits qui produisent les symptômes hystériques sont authentiques et universels. Les  hystériques ne sont pas des tricheur(se)s, et les thérapeutes qui diagnostiquent les hystoires  sont (la plupart du temps) sincères dans leur diagnostic.Et il y a dans tous les cas une réelle souffrance psychologique à prendre en charge. Les épidémies psychologiques sont construites sur la souffrance des patients, les soins pseudo-scientifiques de la psyché, les membres du clergé, les parents dévoués, la police, le féminisme victimaire et le communautarisme.

Si Elaine Showalter dénonce les techniques de thérapies à base de drogues ou pseudo-scientifiques, supposées faire remémorer des souvenirs oubliés depuis des lustres, les livres de développement personnel, elle croit au rôle essentiel du professionnel  de la psychothérapie et de la psychopharmacologie pour aider les gens dans la vie quotidienne à lutter contre ces épidémies d’hystéries.
Est-il possible de les arrêter ces épidémies psychologiques? Difficile à l’ère du virtuel mais on peut déjà les endiguer avec de la persévérance pour contrer  cette contagion mentale entretenue par la presse, les rumeurs, les peurs collectives te les théories du complot. Accepter l’interdépendance entre l’esprit et le corps, et reconnaître les syndromes hystériques comme une psychopathologie universelle de la vie quotidienne avant de démanteler les mythologies stigmatisant. Il faut défendre certaines idées de Freud compatibles avec les avancées de la science, et rétablir la confiance dans la psychothérapie avec des professionnels aguerris et avec une bonne formation scientifique de base.
Il faut dénoncer la nocivité des talk-shows TV et des livres de développement personnel qui sont parole d’évangile pour le grand public, et notamment les femmes qui n’ont souvent pas accès à d’autres sources d’information. Autrement dit, éduquer à l’esprit critique.

Le livre  développant la notion d’hystoire a provoqué la colère de certains professionnels de la santé et des patients qui souffrent des troubles évoqués par Elaine Showalter. La controverse a essentiellement porté sur le SFC (syndrome de fatigue physique).  On a reproché à Elaine de ne pas être médecin et de ne pas être assez scientifique. Mais elle n’a peut-être pas tout à fait tort! Le SFC est encore un mystère pour la science! La cause de cette fatigue extrême n’est pas connue. Ainsi que le fait remarquer le Pr de Korwin«Cela est très déroutant car, malgré de très nombreux travaux réalisés, sa physiopathologie n’est toujours pas élucidée» . Les médecins n’ont pas de solution et la prise en charge repose sur un soutien  psychologique.

Concernant le syndrome de la guerre du Golfe, les scientifiques soulignent le fait qu’il n’est pas forcément lié au stress psychologique du combat, mais peut-être aussi à l’exposition à certains agents chimiques sur le théâtre des opérations, et qui  pourrait être corrélé à l’augmentation des cancers du cerveau. D’autres troubles évoqués par Elaine Showalter comme celui du syndrome des faux souvenirs s’est propagé en France par le biais de pseudo-thérapies. Grâce aux avancées neuroscientifiques sur le fonctionnement de la mémoire, il est plus facile aujourd’hui, de dénoncer le côté pseudo-scientifique de ces techniques douteuses qui ont fait le lit des faux souvenirs. Si son néologisme d’hystoire est controversé, l’analyse d’Elaine Showalter sur les nouvelles formes des épidémies psychologiques reste pertinente sur de nombreux points.

 

Sources:

à la Une

LES PERSONNALITÉS MULTIPLES FONT LEUR CINÉMA

Les trois visages d’Eve évoque le sulfureux trouble mental de la Personnalités Multiple qui va défrayer la chronique et favoriser des pratiques douteuses de psychothérapie.

51VMSWM12RL._SY445_
En 1957, le film les Trois visages d’Eve remporte plusieurs oscars, et l’héroïne du film Eve est interprétée par Jane Woodward. Ce film évoque par anticipation le sulfureux trouble mental de la Personnalité Multiple répertorié qui sera répertorié dans le DSM III en 1980. Le DSM I et II de 1952 et 1968 n’en faisaient pas mention.

Le synopsis du film les Trois visages d’Eve s’inspire de la véritable histoire de Chris Costner-Sizemore, une femme souffrant du trouble de la Personnalité multiples. Son cas est relaté dans le livre Les Trois Visages d’Eve écrit par son psychiatre H.Thigpen qui vendit ses droits à Hollywood. Alors revenons à ce film inspiré d’une histoire vraie. Mère et épouse attentive, Eve, femme est une timide et effacée, et elle souffre de maux de tête et de trous de mémoire gênants. Elle est totalement amnésique de ses faits et gestes pendant plusieurs heures voire plusieurs jours. Elle consulte un psychiatre renommé, le Dr Luther, qui pratique l’hypnose. Lors d’une séance, le Dr Luther découvre en elle une autre personnalité, avec laquelle il dialogue. C’est Eve l’obscure qui ne songe qu’à s’amuser. Elle sait tout des faits et gestes d’Eve la discrète alors que cette dernière ignore tout de ce  peut faire son double obscur. Le Dr Luther veut comprendre les deux facettes de sa patiente et il  les prend en thérapie alternativement toutes les deux.

Excédé par les multiples facettes de la personnalité d’Eve, son  mari la quitte en leur laissant leur fille Bonnie. Le Dr Luther fait interner Eve à la suite d’une tentative de meurtre par son double obscur sur sa fille Bonnie. Le médecin est convaincu que la double personnalité de sa patiente n’est pas son véritable Soi et que son trouble remonte à l’enfance après un trauma dont elle serait amnésique. Elle doit absolument s’en souvenir pour guérir. Sous hypnose, elle se souvient qu’on l’avait obligée à embrasser dans son cercueil sa grand-mère morte lorsqu’elle avait six ans. Le chagrin aidant ajouté à la terreur d’être confrontée physiquement à la mort, avait amené Eve à se fractionner en deux personnalités distinctes.

Ô surprise, lors des séances d’hypnose, va émerger Jane, une nouvelle personnalité nettement plus posée et équilibrée. Jane ne comprend rien à la situation mais peu à peu elle arrive  à réunifier sa mémoire en se souvenant des faits et gestes des deux visages d’Eve incluant cette nouvelle facette d’elle. Le Dr Luther continue de dialoguer avec les trois visages de sa patiente et il s’aperçoit, au cours d’une séance, qu’Eve la discrète et Eve la rebelle ont cessé d’exister. Les trois personnalités sont enfin unifiées en Jane. Guérie, Jane va se remarier avec Earl, un homme qu’elle a rencontré lorsqu’elle était Jane et retrouve sa fille Bonnie.

Les trois visages d’Eve évoque le sulfureux trouble mental de la Personnalités Multiple qui va défrayer la chronique et favoriser des pratiques douteuses de psychothérapie. Mais quelles sont les différences entre l’héroïne du film Eve et Chris Costner-Sizemore?

Chris avait développé des personnalités multiples après avoir été témoin de deux accidents en l’espace de trois mois, lorsqu’elle était enfant. D’abord sa mère gravement blessé et un homme scié dans une entreprise de bois. Selon les psychiatres qui l’ont suivie, Chris n’aurait pas seulement eu trois identités mais une bonne vingtaine. Ses personnalités se présentaient par groupe de trois lorsque la personnalité consciente de Chris s’effaçait. Le livre les Trois visages d’Eve a été écrit son psychiatre H.Thigpen, avec peu de contribution de Chris., et n’a concerné que deux de ses personnalités.

Par la suite, Chris a écrit deux livres non traduits en Français  respectivement I’m Eve et Mind of My Own, The Woman Who Was Known As Eve Tells the Story  of Her Triumph Over Multiple Personality Disorder qui fourmillent de détails que n’ont pas donné ses md15783318666psychiatres. Pour elle, elle ne s’est pas sentie dissociée par ses personnalités contrairement à ce qu’ils pensaient mais a toujours affirmé que ces personnalités existaient à l’intérieur d’elle. Après avoir eu ses personnalités réunifiées avec ses différents psychiatres, elle a affirmé qu’à chaque étape de sa vie a correspondu un alter ego. Selon elle, c’était Eve White qui s’était marié avec son premier mari et qui était la mère de la fille née de leur union, et pas celle qui avait réunifié sa personnalité. À la sortie du livre Les Trois Visages d’Eve et ensuite le livre, Chris Costner-Sizemore a très mal vécu cet engouement médiatique autour de son cas, et elle a réussi après une procédure judiciaire à faire annuler le contrat qu’avait passé le psychiatre Thigpen avec la 20th Century Fox.

À partir des années des années 70,  le trouble de la personnalité multiple va devenir une maladie mentale populaire, et pour de nombreux thérapeutes un créneau de thérapie par hypnose ou sérum de vérité (Amytal). Il se caractérise par la présence de deux personnalités (voire plus) nommées les alter ego qui tour à tour prennent le contrôle de la personne appelée hôte. Les alter ego se conduisent à l’opposé de la personnalité et ils émergent curieusement toujours sous hypnose ou sous sérum de vérité (Amytal). C’est à dire lorsque la personne est en état modifié de conscience. L’identité des alter ego était parfois surprenante: changement de sexe, tortues Ninja, vies antérieures, cochons, tigres, singes, etc. Ce syndrome s’était tellement banalisé que lors des procès d’assises, les avocats et les jurés débattaient de savoir si l’accusé n’avait pas tué sous l’emprise d’un alter. Ce qui permettait de le déclarer irresponsable pénalement et de l’interner.

L’origine du trouble de la Personnalités Multiple va être au fil du temps imputée à un trauma subi dans l’enfance, et corrélé à l’abus sexuel (inceste, pédophilie). Il sera  intégré au modèle post-traumatique de l’abus sexuel chez l’enfant, générant des mauvaises pratiques thérapeutiques et des procès pour abus sexuels entraînant en cascade des erreurs judiciaires.

La popularité des multiples personnalités véhiculée par les livres, le cinéma et les médias va faire exploser le nombre de cas chez les femmes.  Les chiffres qui suivent sont extraits du livre Science and Pseudo Science in Clinical Pyschology: avant 1960, on en recensait deux cas par décennie. 14 cas de 1944 à 1965, en 1986, 6000 et en 1998 40000 jusqu’à ce que la communauté scientifique remplace l’appellation du trouble de la Personnalité Multiples par celle du Trouble Dissociatif de l’Identité. Freud était plus que sceptique sur l’existence des personnalités multiples, et il pensait que c’était induit par les suggestions du thérapeute, et n’oublions pas qu’il avait été formé à l’école de Charcot où l’on soignait l’hystérie.

Le psychologue Nicholas Spanos, en 1994, décrypte le Trouble de la Personnalité Multiples comme étant le produit de constructions sociales établies par le corpus médical, légitimées et entretenues par l’interaction sociale entre les patients conditionnés à faire surgir des alter ego, le grand public et les médias. Cet élément socio-culturel est de la même nature que les rites de possession ou la sorcellerie au Moyen-Age. N. Spanos dénonce cette usine à gaz à fabriquer des faux souvenirs, des entités à gogo et la thèse des souvenirs refoulés sous le concept pseudo-scientifique de l’amnésie dissociative (battue en brèche aujourd’hui par les dernières découvertes des neurosciences).

La sociologue et critique féministe américaine Elaine Showwalter place les personnalités multiples dans le groupe des syndromes ayant un fondement hystérique à l’instar du syndrome de la guerre du golf, des rites sataniques et du syndrome des faux souvenirs. Elle a créé, à cet effet, le néologisme d’hystoire qui est la contraction du mot histoire et de celui  d’hystérie. Ces mini-épidémies sont une forme contemporaine de l’hystérie de conversion décrite par Charcot et Freud à la fin du XIX siècle.

Chris Costner-Sizemore est l’une des patientes les plus célèbres diagnostiquées du Trouble dissociatif de l’identité, et son cas figure parmi  les dix les plus fascinants de l’histoire de la psychologie dont ceux de Phineas Gage et le garçon sauvage de l’Aveyron.

 Notes: Après bien des controverses et des dérives de la psychothérapie, le Trouble de la Personnalité Multiple va être remplacé par celui du Trouble Dissociatif de l’Identité (TDI) dans le DSM IV. L’une des particularités du DID est l’amnésie dissociative qui se décrit par des trous de mémoire portant sur des tranches de vie allant de quelques heures à plusieurs jours.Cette amnésie concerne uniquement les faits et gestes des alter ego. Elle est définie comme asymétrique parce que l’hôte n’a pas conscience des faits et gestes de ses alter ego et pas le contraire.  Il y a toute une controverse scientifique sur ce sujet qui égare le grand public sur les conséquences d’un trauma psychologique qui altère la mémoire.

Le film les Trois Visages d’Eve

à la Une

AUTOUR DU FILM « SANS LIMITES »: LE DOPAGE CÉRÉBRAL!

La découverte de cette molécule de fiction, le NZT, repose sur le mythe pseudo-scientifique où nous n’utiliserions que 10 % de notre cerveau.

19720797
Le dopage cognitif est en plein essor. Connaissez vous ces molécules censées doper les fonctions cérébrales, les smart-drugs encore appelées nootropes ou bien encore nootropiques?
Les smart-drugs »sont des médicaments qui améliorent les capacités cognitives et dont  la réputation  est de doper les capacités cérébrales. Aux fins de stimulation cérébrale, ces nootropiques sont souvent des médicaments détournés de leur usage. Beaucoup de  lycéens américains développent une addiction à la Ritaline, des traders de Wall Street se gavent d’amphétanimes.

Ces molécules licites,  aux  indications précises, comme pour les troubles du sommeil (narcolepsie, hypersomnie) ne sont délivrées que sur prescription médicale. Or, sur le web certains sites peu scrupuleux proposent à la vente ces produits pour censés stimuler l’intelligence. Leur marketing les détourne de leur principale indication et leur utilisation relève du mésusage médicamenteux avec le risque d’effets secondaires. Et pourtant le nombre de leurs utilisateurs ne cesse de croître. Les smart-drugs inspirent les auteurs de film et de série TV.

Alors pourquoi ne pas parler de ces nootropiques à travers le film « Sans Limites » -sorti en 2011 et interprété par Bradley Cooper et Robert De Niro- ?

Eddie Mora, le personnage principal du film (joué par le sexy Bradley Cooper), est un écrivain paralysé par l’angoisse de la page blanche. Lorsque sa petite amie le quitte, il sombre dans la dépression. Son ex beau-frère, ancien dealer, va lui faire découvrir un produit révolutionnaire de l’industrie pharmaceutique, le NZT-48, qui permet d’exploiter le potentiel du cerveau au maximum. Cette pilule jamais été testée. Rappelons que le NZT-48, est une smart-drug de fiction pour ceux qui seraient tentés de croire que le NZT existe réellement. Grâce à cette drogue, la mémoire d’Eddie est surhumaine. Il peut désormais se souvenir de tout ce qu’il a lu, vu ou entendu. Il devient capable d’apprendre n’importe quelle langue en une journée, de résoudre des équations complexes et ainsi fasciner tout ceux qu’il rencontre.

Mais toutes ces merveilleuses capacités ne sont possibles que s’il est sous l’influence du NZT, et une seule pilule a suffi à le rendre accro. Notre héros va écrire son livre en trois jours et enthousiasmer son éditrice. Il va ajouter d’autres cordes à son arc en devenant l’un des plus grands traders de Wall Street. Malheureusement, cette montée en puissance des facultés cognitives de notre héros s’accompagne des terribles effets secondaires du NZT qui sont ceux du sevrage d’une drogue puissante, et notre héros apprendra que tous ceux qui ont pris cette pilule sont décédés d’overdose.

Le film « Sans Limites » a le mérite de montrer l’envers du décor avec ce héros qui sombre dans les affres de la dépendance. Cette fiction développe avec pertinence ce que sont les smart-drugs, ces psychostimulants capables d’amplifier les capacités cognitives. Mais est ce vraiment possible et est-ce  sans danger ?

Voyons quelles sont les ressemblances entre le NZT du film et certaines « vraies » molécules  qui sont des psychostimulants. Manifestement, il y a de fortes ressemblances du NZT avec le LSD, la Ritaline et le Modafinil.

La découverte de cette molécule de fiction, le NZT, repose sur le mythe pseudo scientifique où nous n’utiliserions que 10 % de notre cerveau. Et que prendre le NZT permettrait de faire fonctionner son cerveau à 100 % de son potentiel. Et certains des effets du NZT sont proches des psychédéliques comme l’Ectasy, voire le LSD comme cette abolition du temps et de l’espace où les couleurs sont plus vives et les contours des objets plus précis.

Rappelons que malgré ces aspects séduisants, dits récréatifs se cache la dure réalité des effets secondaires. Toutes les drogues psychédéliques sont prohibées dans tous les pays au vu de leurs redoutables effets secondaires au long terme. Comme des suicides au long terme dus à un effet flash-back du produit des années après son absorption.

Les smart-drugs comme le NZT-48 agissent directement sur les neurones, en augmentant la quantité de monoamines au niveau des connexions synaptiques, en particulier la dopamine et la noradrénaline. Il en résulte en effet réel sur l’activité cérébrale: accélération de la perception, surexcitation, amélioration de la vigilance, de la clairvoyance et des performances cognitives (amélioration de la mémoire). Ils augmentent la concentration et l’attention.

Il y a toutefois un revers de la médaille qui doit attirer l’attention de celui qui serait tenté d’en prendre.L’une des smart-drugs le plus connu est le Methylphénidate (Ritaline) prescrit dans l’hyperactivité de l’enfant et la narcolepsie. Son mécanisme d’action est décrit comme celui de la cocaïne. Compte tenu de l’importance des mésusages de cette molécule, le Méthylphénidate fait partie de la liste des médicaments surveillés de près par l’Afssaps. Ses effets secondaires sont ceux de la Cocaïne. Détourné de sa prescription initiale, en 10 ans, la Ritaline aurait tué aux Etats-Unis plus de 186 personnes (les chiffres doivent être sous estimés).

Pour continuer sur l’aspect nootrope, le NZT ressemble également au Modafinil (Provigil, Modiadal).  Et l’effet du Modafinil ressemble à celui des amphétamines. C’est un stimulant utilisé dans le traitement la narcolepsie et de l’hypersomnie idiopathique. Il permet à quelqu’un qui souffre de fatigue inhabituelle de rester éveillé sans effet secondaire et de rester performant intellectuellement. Le Modafinil bloque la recapture de la noradrenaline; celle-ci, suivant un processus complexe agit sur les neurones, provoquant le sommeil des noyaux ventrolatéral préoptique. Il est présenté sur de nombreux sites de vulgarisations comme une molécule agissant comme la cocaïne sans ses effets secondaires et sans addiction.

Le Modafinil serait pris par un quart des étudiants britanniques, et en France, il est en passe de supplanter le Guronson (caféine pharmaceutique) chez les étudiants.Le Modafinil, outre son usage dans les troubles du déficit de l’attention serait utilisé par certains médecins comme traitement d’appoint de la baisse des facultés cérébrales pouvant faire suite une chimiothérapie, comme aide au sevrage de l’addiction la cocaïne. Toujours sur prescription médicale et sans le mésusage de booster des facultés intellectuelles.

Le Modafinil, est-il vraiment sans danger? Le Modafinil a été développé en France dans les années 70. Cette molécule aurait été utilisée par les soldats français lors de la guerre du Golfe il est par les soldats américains en Irak et en Afghanistan, dans leur permettre de rester opérationnel pendant 35 heures sans dormir. Même si les indications du Modafinil sont assez larges, l’EMA (l’Agence Européenne des Médicaments) recommande désormais son usage dans la narcolepsie. Il est parfois détourné avec la bénédiction de la FDA par les personnes ayant un emploi avec des horaires décalés (pompiers, personnel d’hôpital, etc), il peut être un produit de dopage pour des sportifs de haut niveau.

Au niveau de l’amélioration des performances cognitives, une étude contradictoire  à la méthodologie peu fiable affirme que les effets bénéfiques  du Modafinil marcheraient sur des personnes avec un petit QI (100-112). Évaluer l’intelligence uniquement avec le Q.I fait débat, et on peut envisager une dérive de type transhumaniste. L’augmentation du QI pour certaines parties de la population grâce à une pilule a de quoi faire frémir, et l’idée de sujétion mentale est digne du Meilleur des Mondes de Huxley. Le « neuroenhancement » est un concept anglo-saxon qui concerne la prise de psychostimulants par des sujets sains en dehors d’une indication médicale ou d’un contexte festif, afin d’améliorer les capacités cognitives, mentales et cérébrales. En 2009, devant l’augmentation aux États-Unis des demandes de ces nootropes, l’Académie de neurologie a publié des recommandations sur « une l’éthique responsable » de ces prescriptions.

Le but des smart-drugs est d’améliorer les performances cognitives. Depuis une dizaine d’année, tout un pan de la recherche explore les effets des stimulants cognitfs chez la malades et les bien-portants. Effets de substances naturelles (caféine, ginseng, gingko-biloba) et de substances médicamenteuses. C’est le Modafinil qui retient plus l’attention. Des chercheurs d’Oxford ont déclaré le Modafinil cet été comme une smart-drug « sûre », dépourvue d’effets secondaires à court terme chez les sujets sains. Le Modafinil serait capable d’améliorer la flexibilité mentale, la planification, la mémoire de travail; tout ce qui permet d’être fluide au niveau cognitif. Selon le psychiatre Raphaël Gaillard: « le Modafinil augmente la libération de la noradrénaline et de la dopamine, deux des principaux neurotransmetteurs qui stimulent les processus cognitifs.» Affaire à suivre…

Prendre des smart-drugs n’est pas anodin et dénué d’effets secondaires. Laurent Lecardeur, psychologue au CHU de Caen et chercheur sur le dopage cognitif constate cette banalisation inquiétante des smart drugs dans l’article Le marché de l’amélioration humaine, Vers un dopage généralisé de la cognition? et s’en inquiète: « …la consommation d’amphétamines (méthylphénidate, modafinil, bupropion) détournées de leur indication et sans prescription, sont utilisées par un nombre croissant d’étudiants (jusqu’à 20%), qui veulent diminuer le stress en période de révision, acquérir des facultés de concentration plus importantes ou tout simplement réussir , quels que soient les risques d’effets secondaires et de dépendance.»   Le chiffre de 20 pour cent est énorme et laisse présager un retour de bâton pour les usagers au niveau de leur santé physique et mentale. Laurent Lecardeur dénonce également des  technologies « plus ou moins validées » en vente libre. À l’instar des battements binauraux (fichiers qui permettraient de réduire les troubles de l’attention. Et d’autres comme la stimulation cérébrale, qui tout en renforçant certaines fonctions pourraient s’avérer délétères.

Dans la catégorie des nootropes, il faut évoquer ce marché pseudo-médicamenteux en Hand writing Placebo with markerpleine expansion. C’est celui des compléments alimentaires qui n’ont absolument aucune  utilité médicale. Des cocktails de molécules sont vendus prétendant stimuler les facultés intellectuelles. Belle illusion!

Les laboratoire spécialisés dans les compléments alimentaires utilisent  les techniques les charlatans de toujours comme des pseudo-études cliniques et un pseudo-jargon scientifique. En ce qui concerne les compléments alimentaires, supposés agir sur le cerveau et améliorer les performances intellectuelles, c’est mission impossible.

L’effet réel du pseudo-nootrope est celui de l’effet placebo: « autrement dit, le seul effet de ce traitement est de faire croire qu’ils en ont un.» Et pour conclure ce post, revenons à la fiction du film « Sans Limites »! Quant aux qualités attribuées au NZT-48, il y a une certaine morale. Happy End pour notre héros Eddie Morra! Après des rebondissements spectaculaires, il va réussir à se sevrer de cette pilule magique, tout en gardant une grande partie de son potentiel. Alors il serait plus raisonnable d’envisager un effet de la suggestion ou placebo du NZT fictif plutôt que d’envisager un effet réel sur la cognition?  La morale scientifique serait sauvegardée si vous regardez ce film très sympathique. Mais attention, c’est une fiction…

Je remercie chaleureisement Laurent Lecardeur, psychologue au CHU de Caen, centre Esquirol CNRS de m’avoir envoyé son article « Le marché de l’amélioration humaine, vers  un dopage généralisé de la cognition? » publié dans le Quotidien du médecin le jeudi 17 décembre 2015. 

Pour en savoir plus, une vidéo sur les limites des Smart-Drugs:

[youtube
à la Une

FAUT-IL VRAIMENT NORMALISER NOS ÉMOTIONS?

Face à la médicalisation de certaines émotions, dans le même registre, on trouve la « dictature du bonheur.»

c5d96872173ac6f824c4440903fff318
Flower Girl – Helen M. Turner 1920

Au sujet des émotions, le psychanalyste Carl Gustav Jung a écrit que « sans émotion, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement ». Il serait  bien surpris de voir que la plupart de  nos émotions sont aujourd’hui médicalisées.

C’est ce que constate Christopher Laine dans son livre « Comment la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions », publié en 2007, et toujours d’actualité sur le fond. L’auteur dénonce les conflits d’intérêts entre la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique. Ces conflits d’intérêts auraient impacté la nosographie des manuels de diagnostic des maladies mentales comme celui du DSM. Création de troubles psychiatriques pour répondre au marché du médicament et aux profits de l’industrie pharmaceutique, au détriment de  l’éthique des besoins du malade. Comment a-t-on pu en arriver là? C’est tout un poème!

Le DSM ne se base pas sur des observations cliniques mais sur le recueil d’opinion des spécialistes. Le 18 mai 2013, le DSM V remplace l’édition précédente datant de 2000. La version française est sortie le 17 juin 2015. Lors de sa sortie, c’est une levée de boucliers de la part de nombreux professionnels de la santé mentale.  Dont Allen Frances qui avait  dirigé l’édition du DSM IV en 1994, l’un plus virulents contradicteurs. Le NIMH (National Institute of Mental Heath)-le plus gros financier de la recherche en santé mentale- se désolidarise également et pointe du doigt les défaillances scientifiques de cette nouvelle version. Cette fronde est beaucoup plus consensuelle que les deux précédentes révisions de 1980 et 1994. Le DSM est une bible pour les scientifiques et les chercheurs, et jouit d’une influence considérable à l’échelle mondiale. Dès sa création en 1952, le DSM est la référence de l’OMS.

Car l’histoire du DSM est une saga. Elle remonte à 1927 et ses prémices à 1917. Dans ce temps là, compte tenu de la pléthore de diagnostics suivant les institutions locales étasuniennes, il était impossible de faire des statistiques médicales à l’échelle du pays. En 1927, l’Académie de médecine de New York décide de classifier les maladies mentales. Sa volonté est de simplifier les maladies pour débarrasser la psychiatrie de toute théorie. Les références de nature symbolique empruntées à la mythologie grecque et à la psychanalyse (Freud était honni) qui faisaient partie du jargon de la psychiatrie sont délaissées.

En 1928, a lieu la première conférence pour cette simplification. Ses participants sont des spécialistes mais aussi des politiciens. Après diverses classifications, la première version du Medical va voir le jour en 1932, et sera testée sur des hôpitaux soigneusement sélectionnés. Jusqu’en 1952, date d’apparition du DSM, il y aura deux versions du Medical, respectivement en 1933 et en 1942. Au début de la deuxième guerre mondiale, les psychiatres civils et militaires jouent le jeu en classifiant les troubles. Seulement, les médecins militaires sont confrontés aux troubles psychiques spécifiques à la guerre qui ne rentrent pas dans cette classification commune. La névrose de guerre évoquée par Freud! La Medical 203 intègre les pathologies de guerre et les questions liées au traumatisme.

En 1944, la Marine fera sa propre classification, et ce ne sera que plus tard que la psychiatrie militaire fera entrer dans le DSM le Stress Post-traumatique avec ses Vétérans du Viet-Nam. Le DSM, dès 1952 s’est complètement fermé aux concepts freudiens. Parallèlement s’est développé son homologue le CIM, et la dernière version étant le CIM-10 publiée par l’OMS, plus proche des subtilités de la psychiatrie européenne et plus ouvert à la psychanalyse. Mais c’est le même état esprit qui marque ces deux manuels de  diagnostic.

En 1952, le DSM recensait 6 pathologies contre aujourd’hui 410 troubles, et en rajouter 10 de plus dans les dernières versions. Selon certains, les troubles recensés sont des termes fourre-tout qui serviraient de prétexte à la prescription à tout-va de médicaments. Les conflits d’intérêts entre ceux qui participent aux travaux du DSM et l’industrie pharmaceutique sont notoires. Si l’année 52 vit la sortie du DSM, elle vit aussi l’arrivée des premiers médicaments anti-psychotiques comme la chlorpromazine. 1955 voit aussi le jour du « Mental Health Study Act «  voté par le congrès américain , qui fournit le cadre juridique autorisant les donations attribuées à la recherche psycho-pharmacologique. Et faire, au fil des ans de l’industrie pharmaceutique, un lobby.

Il y a eu dans certaines versions notamment celle du DSM III des troubles inénarrables. Celui qui a fait couler le plus d’encre est celui du Trouble de la Personnalité Multiple emprunté au cinéma (mais si, mais si!).  Grâce au film « Les trois Visages d’Eve » qui a inauguré un afflux massif de patientes chez les thérapeutes. À la suite d’un trauma, des patient(e)s étaient censé(e)s posséder plusieurs personnalités appelées les hôtes, indépendantes les unes des autres, et qui empoisonnaient mentalement la vie du patient. Certains patients pouvaient  avoir plus de quarante hôtes qui s’exprimaient tour à tour lorsqu’un thérapeute les interpellaient! On a trouvé des gens qui prétendaient être Spock, le héros de la série Star Strek, des animaux ou des personnages de l’histoire. La liste est ébouriffante et on peut en trouver des exemples dans l’excellent livre « Science and Pseudoscience in clinical psychological ». Devant les dégâts délirants causés par cette pathologie controversée, le Trouble  de la Personnalités Multiple sera remplacé par celui du Trouble Dissociatif de l’identité. Là, plus d’hôtes mais juste deux personnalités  du style Mr Hyde et Dr Jeykill (c’est déjà pas mal). Il s’observerait rarement en Europe (sauf  en Espagne) et resterait cantonné aux pays anglo-saxons.

Parmi les autres maladies mentales inscrites au registre du DSM, il y a eu l’homosexualité qui fût retirée en 1987. Dans les années 70, sous l’impulsion de certains psychologues comme Margaret Thaler Singer, il fût tenté la volonté d’inclure le Syndrome des Faux Souvenirs) dans le DSM. De faux souvenirs d’abus sexuels oubliés pendant des décennies causés par des méthodes douteuses avaient envoyé des gens innocents en prison, et ils étaient liés au trouble de la personnalité multiple et au Trouble Dissociatif de l’Identité (ou et à d’autres troubles répertoriés dans le DSM) . Ce ne fût pas suivi car le syndrome des faux souvenirs était à l’origine un terme inventé par des avocats, et qui ne fût pas repris par la psychiatrie même si des spécialistes se penchent sur la question. Aujourd’hui, les neurosciences prouvent l’existence des faux souvenirs et confortent les expériences de psychologie sur la manipulation de la mémoire. Dont les travaux de la psychologue cognitiviste Élisabeth Loftus.

Les experts dénoncent les simplifications dangereuses du DSM car elles enferment des patients dans ces catégories. Or, toute maladie est évolutive et c’est aussi valable pour les troubles de la psyché; le diagnostic ne vaut qu’à l’instant où il est posé. Concernant les troubles du comportement, l’hyperactivité et la dépression, l’adolescent atypique risque de prendre une bonne dose de neuroleptiques sous prétexte qu’il présente un risque de syndrome psychotique (s’il n’est pas schizophrène ou autre). On a de la peine à croire. Alors pourquoi un tel engouement pour le DSM? Il a été imposé par les compagnies d’assurance et l’industrie pharmaceutique a trouvé le bon filon pour s’en servir de grille  de référence pour une prescription intensive de psychotropes. Cela ne pourrait pas être grave si l’on se contentait de prendre le DSM comme un étiquetage superficiel de manifestations comportementales incluant l’environnement du patient, et était juste un guide-line. Mais c’est rarement le cas.

Les critiques envers le DSM sont salutaires. Déjà, le regretté Édouard Zarifian, auteur d’un rapport concernant la prescription et l’utilisation des médicaments psychotropes en France datant de 1995 (et toujours d’actualité sur le fond) avait pointé une utilisation abusive du DSM en pratique médicale. Originellement, le DSM était à l’origine un répertoire de critères de diagnostics destinés à la recherche.  S’il faut être critique certes, il faut aussi évoquer le risque de rejeter tous les psychotropes qui peuvent soulager des patients lorsqu’ils sont prescrits à bon escient. Ils ont sorti de l’internement un grand nombre de malades souffrant de troubles psychiatriques sévères et invalidants, en  atténuant leurs souffrances psychiques et leur permettre de vivre normalement . Très souvent, dans de nombreux troubles, une prise en charge psychothérapeutique donne d’excellents résultats sans médicaments ou s’il y a prescription, c’est conjointement avec une psychothérapie. Quand on prend l’exemple d’un épisode majeur de la dépression, une cure d’antidépresseur est souvent nécessaire un laps de temps mais est toujours recommandé avec une psychothérapie.
À côté de certains troubles répertoriés et justifiés, il y a certains comportements comme la41xbZZL5RFL._SX295_BO1,204,203,200_ timidité, considérée autrefois comme étrangère au domaine de la psychiatrie, qui se retrouve aujourd’hui dans le DSM. Les émotions  exacerbées deviennent des pathologies. La timidité, la tristesse liées à un deuil ou aux ennuis de la condition humaine, et des émotions naturelles à priori peuvent se retrouver classées dans les répertoires des maladies mentales si le diagnostic est anarchique.

Prenons l’exemple de la timidité. Pour Christophe André, spécialiste des phobies, la vraie différence se fait sur l’importance du handicap: « La vie du timide est faite d’occasions ratées, explique-t-il. La question consiste à évaluer la part de ratages acceptable dans une existence. De plus, les timides, légers ou graves, sont plutôt des personnes qui s’adaptent…Le phobique social, lui, peut voir la même personne régulièrement sans que son angoisse décline. Bien au contraire, il a de plus en plus peur d’être démasqué puisqu’il lui manque l’estime de soi, qu’il se sent inintéressant ou ridicule.»

Face à la médicalisation de certaines émotions, dans le même registre, on retrouve la « dictature du bonheur »impliquant la course acharnée au bien-être. Et qu’est-il proposé pour réguler ses émotions? Et bien tout le créneau des médecines douces ou les thérapies alternatives. De l’homéopathie, de la phytothérapie, des compléments alimentaires et des thérapies diverses et farfelues avec le risque de charlatanisme ou de mauvaises pratiques qui peuvent aggraver le mal-être et de passer à côté d’un véritable trouble de la psyché qui nécessite une prise en charge par un professionnel de la santé malade (psychiatre, médecin généraliste et psychologue clinicien). Le développement personnel va prendre le relais de la psychiatrie avec le risque de mettre le patient sous emprise mentale dans un circuit  qui annihile la personnalité et le libre-arbitre par des psychothérapeutes formés n’importe comment et sans culture scientifique de base, notamment sur le cerveau et la mémoire.

Si le vocabulaire est différent de celui de la psychiatrie, sans dire que les émotions négatives sont des maladies,,  on va vous promettre d’être toujours de bonne humeur si vous les éradiquez. C’est la méthode Coué déclinée sur tous les tons. Les coachs du développement personnel sont là pour vous encadrer et vous guider dans votre vie. Reconnaissons que ce sont sans les effets secondaires des psychotropes , accusés de tous les maux! L’équilibre, le Bonheur avec un B majuscule, la confiance en vos ressources cachées, bref une nouvelle votre vie vous attend, mais sous réserve que vous fassiez le nécessaire. Les livres, les publicités des stages de développement personnel vous promettant une évolution psycho-spirituelle ont pris le relais des anciennes publicités des psychotropes. Quelle est la différence avec celle du Paxil en 1999 où l’on voit une jeune femme rayonnante témoignant d’une nouvelle renaissance :« je peux voir mon futur… je peux goûter au succès… je peux toucher ma vie…»?  L’attitude Coué-positiviste gomme vos insatisfactions ordinaires. Que ce soit l’industrie pharmaceutique ou le développement personnel, on vous propose une orientation, un style de vie et de pensée. « Osez changer » est le maître mot!

Notre société est tourné vers le culte de la performance et toutes les émotions qui composent notre personnalité doivent être en permanence positives. Aucune baisse de l’humeur n’est tolérée, et devient vite pathologique si elle dépasse un certain laps de temps! Nous devons baigner en permanence dans un océan de béatitude!  Même si c’est exagéré, on nous le promet. Il faut entretenir des pensées positives, profiter du bonheur d’être en vie et pour être heureux et il y  a des recettes que l’on aurait qualifié il y a une vingtaine d’années de « psychologisme ». Que faut-il dire à un patient qui va suivre des séances de Reiki entre deux séances dans un CMP pu en cabinet libéral? Si vous n’accédez pas à la zénitude, culpabilisez car vous n’avez pas fait ce qu’il fallait pour accéder au « Bonheur », la nouvelle philosophie du troisième millénaire. Et finalement comme l’a écrit l’écrivain Yukio Mishima: “Les émotions n’ont aucun goût pour l’ordre établi.”

à la Une

PSYCHOTHÉRAPIE D’UNE PRINCESSE SATANIQUE!

Patricia Burgus, surnommée la « Princesse Satanique, obtint lors d’un procès 10,6 millions de dollars de dommages et intérêts pour le préjudice causé par un diagnostic lié à des rituels sataniques.

C199806-Dangerous-Therapy-Patricia-Burgus-1afcf4ac.jpg

L’histoire de Patricia Burgus figure dans le livre « Science and Pseudoscience in clinical psychology ». En 1995, Frontline, une chaîne nationale TV de documentaire diffuse l’émission « A la recherche de Satan ». Un reportage montre Patricia Burgus suivant une thérapie avec le psychiatre Dr Bennet Braun.

Patricia est une mère au foyer qui souffre de dépression post-partum. Elle consulte alors le psychiatre Bennet Braun. Jusque là, rien d’extraordinaire car de nombreuses femmes soufrent de dépression post-partum, et une prise en charge médicale adéquate permet de les traiter. Seulement, voilà Patricia Burgus va être hospitalisée trois ans à l’hôpital presbytérien de Chicago. Pourquoi si longtemps même si la dépression post-partum nécessite une attention particulière? À cause du diagnostic du Dr Bennet qui la suit! Patricia souffrirait du « Trouble des Multiples Personnalités » (TMP), l’une des manifestations de l’étrange diagnostic du Rituel satanique d’Abus Sexuels (Satanic Ritual Abuse, SRA)».

Le diagnostic du rituel satanique d’abus sexuel n’est pas le fruit de l’imagination d’un auteur de thriller ou d’un cinéaste, il a réellement existé! Il faut le replacer, en quelques mots, dans le contexte de l’époque. L’Amérique des années 90 est obsédée par la violence des cultes sataniques, réels ou imaginaires. Au cours de cette période, les rumeurs sur les adorateurs du Diable vont bon train, se multiplier jusqu’à l’hystérie collective. Les médias, avides de sensationnalisme, font circuler des vidéos dites tournées par les adorateurs de Satan. Elles montrent des messes noires où des adolescentes seraient soi-disant violées et des sacrifices rituels des bébés. 

Le contexte dans lequel s’est développé cette hystérie collective est particulier. Outre Atlantique, les adorateurs de Satan ont pignon sur rue à l’instar de ceux de l’Église sataniste d’Anton Sanzdor LaVay. Surnommé « le pape noir », il fonde son église en 1966.

Dès les années 80, des télévangélistes, des Pentecôtistes, fondamentalistes et encore plus surprenant des thérapeutes qui dénoncent sur de simples rumeurs les activités criminelles des satanistes. Même si les cultes étaient glauques et déroutants, les allégations sur les sacrifices humains étaient infondées; ce qui sera confirmé par le FBI. Cette vague d’allégations mensongères sera connue sous le nom de « Satanic Panic » ( littéralement panique satanique). Une dénomination culturelle anglo-saxonne de l’hystérie collective liée au satanisme.

Et un trouble mental, celui du « Rituel Satanique d’abus sexuel » (RSA) fut circonscrit au satanisme! Cet étrange diagnostic « étiquetait » des personnes supposées avoir été violées au cours de messes noires, dont elles seraient totalement amnésiques, et se manifestant par le Trouble dissociatif de l’identité (TDI) – anciennement  TPM Trouble des Personnalités Multiples) suivant les critères du DSM. Ce trouble se caractérise par la présence de deux ou plusieurs personnalités distinctes, les alters qui prennent le contrôle de la personnalité principale, l’hôte. Ce dernier ignore l’existence de ses alters et n’en garde aucun souvenir. Le TDI figure parmi les troubles dissociatifs les plus controversés du DSM (sous toutes ses versions), et ce qu’il faut retenir, et c’est important pour comprendre l’affaire Patricia Burgus, c’est que certains auteurs pointent le fait que le TDI est causé par  les thérapeutes eux-mêmes! Ce sont eux  qui créent des symptômes de TDI via des méthodes à base États Modifiés de conscience (EMC) et de suggestion. Cette croyance implique également que les personnes atteintes de TDI sont plus susceptibles d’être manipulées par les suggestions que d’autres.

Pour poser un diagnostic de SRA, le patient devait répondre à plusieurs critères dont celui d’avoir été violenté par ses parents, membres d’une secte sataniste. Sous la contrainte, avoir participé à des rites sataniques cannibales où l’on sacrifiait des bébés. L’une des particularités du SRA est l’oubli total par la victime de ces viols, l’amnésie traumatique. Et pour faire remonter les souvenirs enfouis des rites sataniques, les médecins et psychothérapeutes utilisaient des méthodes particulières, dont les thérapies de la régression utilisant la suggestion et les EMC.  Sous la conduite du thérapeute qui le met en EMC, le sujet va avoir des flashs, des images ou des bribes de scènes du trauma originel qui sont interprétés comme les souvenirs du trauma.

C’est ce type de prise en charge qui fût proposé à Patricia Burgus par le Dr Bennet Braun! Le bon Dr Braun fit également hospitaliser avec Patricia, ses deux fils, âgés respectivement de quatre et cinq ans. Ses fils, eux aussi, souffraient du Trouble des Multiples Personnalités, et ils alléguèrent que leur mère pratiquait bien un culte 3YoMGf7G46QYyecWT7RyravjozQ-185x278satanique, qu’ils avaient avec elle participé à des rites cannibales où l’on dévorait des bébés encore vivants. Au fil de la thérapie, l’équipe médicale les amena à intégrer le fait qu’ils étaient des « tueurs nés ». Mieux que le film de Roman Polansky, Rosemary’s Baby, non?

Au cours de cette diabolique thérapie, Patricia Burgus fût aussi persuadée par l’équipe médicale d’avoir été une mère incestueuse envers ses fils, d’être l’hôte de trois cent alters, de porter le titre de « princesse satanique » en charge de neuf états et d’avoir pratiqué le cannibalisme sur plus de deux mille cadavres. Le délirant Dr Braun soutint mordicus à la « Princesse Satanique que la viande du hamburger apporté par son mari lors d’une réunion familiale, était en fait d’origine humaine. Au bout de trois ans d’internement, comme l’assurance-santé de Patricia arrivait à son terme et refusait de casquer encore plus, elle fût  enfin autorisée à sortir de l’hôpital. L’assurance avait déboursé pour elle et ses trois fils la coquette somme de 3 millions de dollars.

Est-on surpris d’apprendre que le Dr Braun était un chaud partisan du « Mouvement pour la mémoire retrouvée par la régression». D’autres patients, pour des faits similaires, poursuivirent en justice également le praticien.

C’est d’ailleurs l’affaire la plus célèbre de SRA et Patricia Burgus fut surnommée la « Princesse Satanique ». Patricia Burges obtint 10,6 millions de dollars de dommages et intérêts pour le préjudice causé pour le diagnostic délirant lié aux rituels sataniques. Après l’affaire Patricia Burgus, l’ordre professionnel de l’Illinois raya le Dr Braun du conseil de l’ordre pendant deux ans suivi d’une période de probation de cinq ans.

Si ce genre d’affaires (en plus de la panique satanique) a pu avoir lieu, c’est parce que certains thérapeutes inculquaient à leurs patients la croyance que leur mal-être psychologique avait été causé par un abus sexuel lors d’un enlèvement par des extra-terrestres ou lors de rites sataniques, que cela était du à des vies passées, etc. Dans les années 70/90, la panique satanique, forme d’hystérie collective a aboli le pragmatisme et le bon sens de certains thérapeutes. Ils ont déstabilisé psychologiquement des patients qui se seraient bien passés de les consulter. Des cas judiciaires de SRA ont été répertoriés, démontrant qu’il était possible de falsifier la mémoire des patients et de leur faire croire qu’ils avaient fait des actes innommables en pratiquant avec eux «une thérapie fondée sur la régression».

Les thérapies fondées sur la régression, les plus fréquentes sont l’imagerie guidée, l’hypnose (non médicale), et sont censées faire remémorer les souvenirs d’abus sexuels au cours de messes noires mais aussi d’enlèvements par des extra-terrestres. Ces méthodes utilisant la suggestion via les états modifiés de conscience comme dans  le channeling permettent de contacter les entités invisibles ou de retrouver ses traumas de vies antérieures.

Ces thérapies du New Age basées sur les « expériences subjectives passées » prises pour des vérités ont pu se propager grâce à la lame de fond du New Age. L’un de ses chantres  est la journaliste américaine Marilyn Ferguson, qui avec son best-seller « La Révolution du Verseau » diffusa les principes de base de cette révolution spirituelle. Une nouvelle approche des psychothérapies fut proposée par l’institut d’Esalen en Californie, et les scientifiques du New Age fondèrent le mouvement de la «Gnose de Princeton». Bien loin des règles de « l’Evidence Based Medecine», et en créant d’innombrables dégâts dans la psyché de clients qui leur firent confiance, et en propageant des théories pseudo-scientifiques qui perdurent encore dans le développement personnel.

Ci-dessous la vidéo de l’émission « À la recherche de Satan »

https://youtu.be/qlW9GNb70Xg


Notes: Le mode opératoire lors d’un diagnostic de SRA était le suivant : Dans la plupart des cas répertoriés, les clients suivaient une thérapie (soit individuelle ou de groupe) avec un thérapeute adepte du New Age, et en rupture avec la pratique traditionnelle de la psychiatrie. Le thérapeute adhérait aux croyances spirituelles et  pseudo-scientifiques du New Age. La plupart du temps, ces thérapeutes du New Age n’obtenaient pas l’aval des ordres des professionnels car les méthodes étaient considérées comme expérimentales, et peu fiables.

Certains praticiens étaient diplômés en médecine, et appartenaient à des ordres professionnels qui encadraient tant bien que mal leurs pratiques lorsqu’elles dérapaient. Ainsi pour le Dr Fredrickson, qui pratiquait l’hypnose sur les personnes supposées souffrir de SRA, l’Ordre n’avait pas réussi à faire comprendre aux patients que «l’hypnose peut donner l’impression d’avoir des souvenirs vivaces, qui en fait sont faux mais contribue à renforcer des convictions (d’avoir été abusé) ». (Walter-Singleton, 1999).

https://prezi.com/eaql-z0wy30y/patricia-burgus/

à la Une

AU SUJET DU LIVRE « SCIENCE ET PSEUDO SCIENCE EN PSYCHOLOGIE CLINIQUE ».

C’est un livre fondamental pour toute personne soucieuse de s’informer judicieusement sur les psychothérapies pseudo scientifiques à partir de la littérature scientifique.

9781462517893

 

La pseudo science avance masquée. Nous ne sommes pas toujours critiques face à la multiplication des études qualifiées de scientifiques sur des thèmes à forte connotation idéologique, et publiées dans la presse grand public. Nous les prenons comme des vérités. Ors, beaucoup de ces publications sont de la « Junk Science ».

Depuis plus de trente ans, certaines théories et techniques de psychothérapie prétendent traiter les troubles de la psyché, et ce sans avoir fait la preuve de leur efficacité, de la rigueur scientifique voire de l’éthique. Certaines d’entre-elles ont même aggravé ou déstabilisé psychologiquement des patients qui ont fait confiance à des thérapeutes incompétents. Ces derniers mal formés, parfois malhonnêtes, bref douteux.

Les chapelles ou les courant de psychothérapie, diagnostics basés sur des grilles de lecture ou des théories pseudo scientifiques sont légion. Et comment s’y retrouver dans cette jungle?

L’image mise en avant dans  ce post est celle de la couverture du livre Science and Pseudoscience in Clinical Psychology de Scott O. Lilienfeld, Steven Jay Lynn et Jeffrey M.Lohr. Uniquement disponible en langue anglaise. Fort dommage qu’il ne soit pas traduit en français mais le seul titre est éloquent sur son contenu: la science versus pseudo science en psychologie clinique. C’est un livre fondamental pour les étudiants en médecine,  les étudiants en psychologie, des juristes, des chercheurs et toute personne soucieuse de s’informer judicieusement sur les dérives des psychothérapies à partir de la littérature scientifique.

L’une des particularités de cet ouvrage est d’avoir été répertorié un temps dans la base de données Pubmed/Medline.

Dans cet ouvrage, les rédacteurs et les auteurs-contributeurs représentent divers milieux cliniques et universitaires. Le texte et divisé en 5 sections. Il fait état des controverses dans l’évaluation et le diagnostic les controverses générales en psychothérapie. Aussi dans le traitement des troubles spécifiques chez l’adulte et chez l’enfant également. De nombreux sujets sont abordés, tel que l’autisme, le stress post-traumatique, celui de l’identité dissociative et les antidépresseurs (y compris ceux à base de plantes). Chaque sujet cite la littérature scientifique qui soit confirme, soit réfute chaque méthode de traitement proposé à partir de la littérature scientifique.

Il y a eu deux versions de ce livre. La première date de 2003 (celle répertoriée surdownload-1 Pubmed). Et la seconde de 2013. Je suggère de disposer des deux éditions car certains chapitres de La première version sont différents de la seconde version même si l’esprit est le même. La direction collégiale comme Scott O. Lilienfeld, Steven Jay Lynn et Jeffrey M.Lohr n’a pas changé, mais certains auteurs ne figurent plus dans la deuxième version. Dont l’excellente psychiatre Margaret Thaler Singer, Phd, department of psychologie, state University of New York at Binghammon (NY).

Margaret est l’auteure du livre « Crazy Therapies » qui dénonce les thérapies du New Age qui particpent joyeusement à diffuser la pseudo science en psychiatrie et en psychologie. Livre non plus traduit en français. Elle a voulu introduire dans le DSM (le manuel si honni en France des troubles psychiatriques), le False Memory Syndrome, traduisible en français par les « faux souvenirs induits » causés par des thérapies pseudo scientifiques à base de suggestion et de manipulation de la mémoire. Fausses accusation d’inceste, notamment qui ont amené des pères devant les tribunaux et en prison, tout ceci à cause d’experts-thérapeutes qui avaient falsifié la mémoire de leurs filles.  Dans la première version du livre Science and Pseudoscience, Margaret Thaler Singer a contribué au chapitre 7 intitulé « New Age thérapie ». Malheureusement, malgré sa pugnacité, sa proposition d’inclure le syndrome des faux souvenirs dans le DSM fut rejetée. Elle est décédée en 2003, mais son regard acéré sur les dérives des psychothérapies est toujours d’actualité.

Dans la deuxième version, il y a de nouveaux auteurs qui évoquent également les faux souvenirs est la malléabilité de la mémoire. Dont la psychologue cognitiviste  Élisabeth Loftus, auteure du livre incontournable « Le Syndrome des faux souvenirs, ces psys qui manipulent la mémoire ». Dans cette deuxième version du livre Science and Pseudo science, elle a participé à la co-écriture du chapitre 8 intitulé « Constructing The Past , problematic memory Recovery Techniques in psychothérapy ». Tout un programme!

L’ouvrage « Science and Peudoscience » a reçu l’aval de nombreux professionnels de la santé mentale.

« Il représente une tentative très bienvenue de séparer le blé de l’ivraie dans les pratiques de santé mentale. Cette livre incisif et éclairant doit être amplement lu par les professionnels de la santé mentale, les stagiaires et les médecins qui ont besoin de savoir de quoi il retourne sur les pratiques de santé mentale pour orienter leurs patients.» (Journal de l’Association médicale américaine (la première édition), l’une des revues scientifiques majeures.)

Ou encore « Un livre important. L’accent est mis de plus en plus sur l’évaluation et la thérapie « fondées sur des preuves », mais la science peut être utilisée de manière substantielle ou rhétorique. Ce livre fait un excellent travail en distinguant les deux d’une manière cliniquement pertinente. Ceux qui vendent des thérapies pseudo scientifiques illégitimes à des personnes en détresse violent l’impératif moral de « ne pas faire de mal ». La deuxième édition mise à jour met à jour les principales controverses actuelles et sa liste d’auteurs est impressionnante. Une lecture obligatoire pour les professionnels de la santé comportementale. » (William O’Donohue, Ph.D., Département de psychologie et directeur, Centre de traitement des victimes d’actes criminels, Université du Nevada, Reno)

« Face à des mythes et à des interprétations erronées des pratiques de psychologie clinique, cette deuxième édition transmet des connaissances importantes dans un format accessible. En plus des mises à jour d’experts sur les chapitres existants, il y a plusieurs nouveaux chapitres que je trouve particulièrement précieux. Le chapitre sur la thérapie d’attachement apporte des corrections indispensables aux incompréhensions dangereuses et le chapitre sur la science de la psychothérapie a été largement réécrit, apportant de nouveaux points puissants ( Sherryl H. Goodman, Ph.D., Samuel Candler Dobbs Professeur de psychologie, Université Emory; Éditeur, Journal of Abnormal Psychology )

Ce livre constitue une base de données sérieuses pour toute personne voulant s’informer suivant les règles de « l’Evidence Based Science ».

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC353046/

 

Vidéo sur les Faux souvenirs:

 

 

 

à la Une

IVRES PARADIS, BONHEURS HÉROÏQUES!

Le test du marshmallow est une étude de gratification conduite par le psychologue Walter Mischel en 1972. Un bonbon est offert à chaque enfant. S’il résiste à la tentation de le manger tout de suite, il en recevra deux plus tard.

 9782738133946.jpg
Dans son essai « Ivres Paradis, Bonheurs héroïques », Boris Cyrulnik théorise la fonction du héros, sa face obscure séduisante, qui peut aussi parfois le transformer en meneur  de groupe totalitaire, « planteur de haine et pourvoyeur du pire. » C’est avec des anecdotes empruntées à l’histoire que Boris Cyrulnik parle de l’héroïsation de ces hommes et de ces femmes tout à fait ordinaires, qui dans certaines circonstances ont une conduite héroïque.  Ce sont les héros de la vie quotidienne. On ne choisit pas d’être un héros, ce sont les circonstances qui s’en chargent, et c’est le récit, le fait d’en parler qui leur donne vie. Sans narration, pas de héros.

Le besoin de s’identifier à des figures héroïques s’explique d’abord par la condition humaine, elle même! La vie est un champ de bataille: « pas d’existence sans épreuves, pas d’affections sans abandon, pas de lien sans déchirure, pas de société sans solitude. » D’où cette tendance dès l’enfance à s’identifier au héros. Une partie du livre évoque la genèse de la figure du héros. Qu’elle soit positive ou obscure, elle se constitue dès l’enfance avec la mémoire et l’anticipation qui définissent le modèle opérateur interne (MIO), concept développé par John Bolwby.

Le MIO est un processus qui définit la représentation du temps. Il permet d’attribuer au présent une connotation de bonheur passé et à venir. Mais il y a son contraire qui est la maltraitance. Si le MIO est basé sur la maltraitance, il sera en attente d’une autre maltraitance. Dans ce cas là, tout n’est pas perdu pour l’avenir. Boris Cyrulnik reste optimiste. Pour ne pas être prisonnier de son passé, il faut du temps pour effacer cette mémoire des évènements douloureux  qui lui ont appris à se conditionner pour le malheur. Pour s’en libérer, il devra apprendre à devenir autonome, inhiber les  réponses réflexes et s’entrainer à juger par lui-même afin d’échapper aux pressions du groupe, qui inhibent le libre-arbitre.

L’auteur cite le test du marshmallow qui montre qu’un enfant peut acquérir très tôt cette forme de liberté qui constitue à freiner ses impulsions. Le test du marshmallow est une étude de gratification conduite par le psychologue Walter Mischel en 1972. Un bonbon est offert à chaque enfant. S’il résiste à la tentation de le manger tout de suite, il en recevra deux plus tard. Apprendre  à ne pas répondre à une stimulation immédiate est le premier degré du libre-arbitre. Cette observation expérimentale démonte que le cerveau est sculpté par le milieu, et est entraîné à fonctionner sur des modes différents. On peut dépasser le fatum. Mais la vulnérabilité acquise est résiliable.

Avec Boris Cyrulnik, le vulgarisateur de la résilience, l’espoir est toujours présent pour changer le cours de la vie. Il y a un processus culturel qui mène à l’altéricide. Le besoin du héros est un indicateur de la défaillance de l’individu dans le groupe. Il faut apprendre à résister aux épidémies de croyances ou émotionnelles. L’un des exemples cité par l’auteur est le Maccarthisme. Plus l’émotion est intense, plus elle obscurcit la raison et plus l’individu se soumet à des représentations  coupées de la réalité. La soumission a des avantages: « quand on suit le courant, on n’a que des amis, on éprouve la vertueuse colère des indignés au nom de la moralité, on élimine les dissidents, et quant au blasphème, on met à mort les mécréants. Mais qui sont ces Héros ou d’ailleurs ces Héroïnes qui peuvent servir d’exemple? Identifier des personnalités, des actes comme héroïques permet-il la résilience?

Tout simplement, ces héros sont des hommes ou des femmes qui ont su dire « Non ». Boris Cyrulnik évoque l’histoire de Germaine Tillion download. Elle n’a pas agi pour être héroïne, ce sont les récits qui l’ont lui ont attribué le statut d’héroïne. La mort du héros est une promotion, une offrande au groupe, une conséquence presque divine. Boris Cyrulnik réfute le terme d’attentat-suicide, pour lui, c’est une mort consacrée, un hymne après la mort.Vivre en société implique de renoncer à une part de soi. Des coutumes jugées barbares peuvent être morales dans certaines civilisations. Comme dans le cas de l’immolation aztèque où des enfants étaient offerts en sacrifice aux dieux. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces enfants étaient aimés et non détestés. L’auteur fait un parallèle entre l’immolation des Aztèques et la bataille de Verdun. Les deux sacrifices possèdent la même fonction psychologique qui est celle d’accepter la mise à mort des quelques éléments afin que le groupe aille mieux.

Boris Cyrulnik évoque les conflits modernes où les civils et les enfants meurent plus que les soldats contrairement aux guerres précédentes. D’où ce sentiment d’impuissance. Il parle aussi de la contagion des idées à travers l’exemple du suicide. La contagion des idées est nette pour le suicide. Quand une personnalité se suicide, on note un pic de suicide dans les jours qui suivent. À fortiori, lorsqu’il s’agit d’une femme. Si l’héroïsation est possible, c’est que le réel est si atroce qu’il devient nécessaire que toute représentation soit métamorphosée, autrement, il serait insupportable.

L’idéal ne se conduit plus au fond de soi pour réparer une blessure et reconquérir une place dans la société comme le ferait un processus de résilience. L’idéal est hors de soi, dans la doxa qui gouverne les masses.Le héros peut devenir l’étendard des idéologies extrêmes. Dans toute population, il y a un contingent d’individus peu émotifs dont l’attachement est évitant.  L’obéissance cesse d’être un facteur d’adaptation.

Le recrutement d’un terroriste est chose aisée! Une simple campagne publicitaire sur les réseaux sociaux! De même qu’il y a des épidémies de suicide, il y a des épidémies d’assassinats mystiques et idéologiques. L’individu flottant sans liberté intérieure est susceptible de succomber dans des idéologies extrêmes. Que le cerveau soit altéré par une maladie ou par un appauvrissement du milieu culturel, les effets relationnels sont les mêmes. Le marketing politique emporte la conviction en inscrivant dans la mémoire une image et quelques mots qui pétrifient la pensée.

En guise de conclusion, quelques extraits de « Ivres paradis, bonheurs héroïques »:

« Quand les représentations sociales apportent de tels bénéfices tragiques, les adaptations sont claires.-Si vous voulez être heureux, sans vous poser de questions, chantez avec le chœur, soumettez vous.-Si vous préférez devenir vous-même, rebellez vous, vous paierez plus tard»

Et si notre société avait tout simplement besoin de faire un acte de résilience collective?

https://www.youtube.com/watch?v=cwyAYplxLng&w=560&h=315%5DSource: http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160413.OBS8458/boris-cyrulnik-et-c-est-ainsi-qu-on-fabrique-des-gogos-armes.htmlhttps://books.google.fr/booksid=BZUoDAAAQBAJ&pg=PT410&lpg=PT410&dq=MIO+neurosciences&source=bl&ots=oKeebhTzor&sig=mXwTSM6GzomLtOJUxjZhojBa8PA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiqsd229cfNAhVB1BoKHWZQBbwQ6AEILDAC#v=onepage&q=MIO%20neurosciences&f=falseTest du Marshmallow

 Test du Marshmallow

à la Une

LA NATURE AIDE À BIEN VIEILLIR!

L’importance de la nature est fondamentale sur le bien être physique et moral des séniors! Comme l’admet Jessica Finlay, cette étude est « empirique », bien que répertoriée dans Pubmed.

Chute-des-personnes-agees-les-profils-les-plus-a-risque-determines_width1024
Les seniors qui se connectent quotidiennement à la nature en tirent de vrais bénéfices, affirme une étude parue récemment.
Avoir accès à la nature (parcs, points d’eau…) permettrait de rester en bonne santé et de mieux vieillir. C’est ce que révèle la chercheuse Jessica Finlay dans une étude parue récemment.

Quels sont les bienfaits pour le corps et pour l’esprit ?

Passer chaque jour un moment dans la nature améliorerait la qualité de vie, la santé morale et physique des personnes âgées. Telle est la conclusion d’une étude anglo-saxonne menée par Jessica Finlay et son équipe de l’Université du Minnesota, publiée en juillet 2015, dans « Health and Nature », une revue spécialisée en psychologie de l’environnement.

 

La maison de retraite réduit les libertés individuelles. On peut se faire une idée à partir des observations du sociologue américain Irving Goffman sur les institutions totalitaires comme les hôpitaux psychiatriques (et autres lieux). « L’institution totale est un lieu de chamboulement où l’individu se voit déposséder de sa liberté, de ses allées et venues; son périmètre de vie se rétrécit, et la notion de temps est soumise aux contraintes de l’institution buraucratique ».

Les résultats de cette étude sur les bienfaits de la nature chez les séniors peuvent sembler pour les jeunes ou les moins jeunes une évidence en cette période estivale!  C’est l’occasion pour beaucoup d’entre nous d’aller se ressourcer au bord de la mer, dans la campagne ou à la montagne. Quand on est en pleine possession de ses capacités physiques et mentales, il semble facile de bouger à sa convenance, prendre sa voiture ou le train pour aller se promener dans les bois, aller sur la plage. Ors, ce n’est pas toujours le cas pour les personnes âgées. Notamment pour celles qui souffrent de pathologies diverses, invalidantes et qui sont dépendantes, isolées ou encore en maison de retraite médicalisée jusqu’à la fin de leurs jours. Alors interrogeons nous sur la qualité de vie de nos aînés quand ils sont coupés de la nature, avec parfois la sensation d’être claquemurés dans une institution ou une maison de retraite.

Car une maison de retraite reste un cadre de vie contraint, qui réduit les libertés individuelles de la personne qui s’est résignée à finir ses vieux jours là-bas pour diverses raisons. Qu’en est-il de leur psyché, en sachant que selon les résultats des dernières enquêtes réalisées en France, 33% des résidents d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), souffriraient de dépression? Outre cela, le risque de suicide est plus élevé chez les seniors de plus de 85 ans, deux fois plus que pour les jeunes de 25 à 44 ans. Or, le fait d’être triste ou pessimiste ne doit pas être considéré comme normal pour une personne âgée, et il n’est peut-être pas besoin de leur administrer des doses massives de psychotropes, dont on sait aujourd’hui que l’excès est délétère.

 

C’est un autre paradigme que proposent dans leurs conclusions Jessica Finlay et son équipe de l’université du Minnesota sur les effets bénéfiques de la nature chez les séniors en maison de retraite sont novatrices, même si ce que s’y raconte semble des lieux communs pour les plus jeunes. L’importance de la nature est fondamentale sur le bien être physique et moral des séniors! Comme le reconnaît Jessica Finlay, cette étude est « empirique », bien que répertoriée dans la base de données scientifiques de Medline qui cite les études sérieuses. C’est d’abord une réflexion pour les politiques de prise en charge des personnes âgées, en construisant des espaces qui accueillent les personnes sur l’ensemble de leur vie.

Les pouvoirs publics pensent d’abord à la construction d’aire de jeux pour les enfants mais rarement à des bancs pour que les grands-parents puissent les regarder s’amuser. Cette importance de la nature sur le bien-être physique et moral de nos aînés s’inscrit dans un courant humaniste qui est celui de la psychologie de l’environnement. Il étudie comment l’environnement physique immédiat d’une personne affecte sa psyché, son bien-être physique et mental, ainsi que son comportement.

 

Et également dans le courant de la psychologie positive, qui est l’étude scientifique des forces du fonctionnement optimal et des déterminants du bien-être. La notion de paysage thérapeutique, avec l’importance des espaces verts et aquatiques, met l’accent sur la dimension hédonique, liée à l’augmentation des émotions agréables et comportant également une dimension endémonique, avec le sentiment que la vie a du sens jusqu’au dernier souffle.

Cette étude anglo-saxonne s’oppose à la notion de pathologisation, de médicalisation forcenée de la personne âgée au détriment de la qualité de vie, l’épanouissement de soi.

Avoir accès à la nature influence la qualité de vie, alors pensons y pour nous aînés et dans les propositions politiques de la prise en charge de la dépendance des séniors. Alors, quel est l’impact positif de la nature observé par Jessica Finlay sur le bien-être de nos aînés ?

Avoir accès chaque jour à la nature influence leur qualité de vie. Un environnement boisé, un parc, ainsi que des étendues d’eaux avec des bassins, des lacs, des fontaines, une rivière, augmentent leur bien-être physique, moral et la connectivité spirituelle.

Un étang, un banc avec vue sur des massifs fleuris est quelque chose de positif. Le simple bourdonnement d’une abeille sur les fleurs, ou même le fait d’avoir vue sur des pots de fleurs sur un rebord de fenêtre est important pour une personne en maison de retraite.

Jessica Finlay parle de mettre en place des espaces de socialisation pour faciliter les34cb3a5b1ea24f2eb5a7fbbc5f7aa4cb-1 interactions sociales et les rencontres intergénérationnelles en proposant des activités avec les amis, les familles et les voisins dehors. Comme le souligne Jessica Finlay, « avoir accès à des espaces verts et aquatiques encourage les aînés à avoir envie de sortir. C’est un facteur de motivation pour rester actif physiquement, garder le moral et avoir envie de nouer des relations sociales ».

– Faire de la natation, marcher dans l’eau ou avoir un contact avec la nature permettent d’accroître l’immunité et d’avoir une meilleure résistance physique. Le simple fait d’avoir des points d’eau comme des piscines et des pataugeoires favorisent les activités physiques.
-Être motivé pour sortir  et ainsi éviter la dépression

 

Ces milieux naturels permettent, en maison de retraite, de trouver des raisons de sortir, de franchir une simple porte pour aller dehors, de quitter ce cadre de vie contraint. Certains seniors ont perdu l’habitude d’un acte aussi simple. C’est important pour la qualité de vie d’éviter la sensation d’ennui, l’isolement, la solitude subie et le sentiment d’inutilité, qui sont facteurs de dépression.

Avec cette étude,  la chercheuse Jessica Finlay applique aux aînés les mêmes principes de psychologie positive qui favorisent le bonheur comme pour les plus jeunes. Elle propose trois conseils pour bien vieillir :
1.Focus sur le bien-être global. La santé mentale et sociale est tout aussi importante que la santé physique.
2.Laisser aux aînés en maison de retraite la liberté de sortir. En clair, ne pas les confiner à l’intérieur de quatre murs.
3.Priorité au contact quotidien avec la nature. Avoir la possibilité et s’asseoir dans un parc, regardez l’eau couler d’une fontaine ou même de simples plantes.
Alors il est grand temps que les préceptes de cette étude soient suivis d’effets. Tout comme la nature, soyons bienveillants envers les personnes âgées.
Cet article a paru sur le site du Nouvel Obs Plus, le 19 juillet 2015
à la Une

ÉCOPSYCHOLOGIE? VRAIMENT?

L’un des dangers est que cette discipline soit confondue avec l’éco-santé validée par l’OMS.

DSC_2152.jpg

 

L’écologie, également connue sous les noms de bioécologie, bionomie ou science de l’environnement ou environnementale, est la science qui étudie les êtres vivants dans leur milieu et les interactions entre eux. L’écologie évoque  la science du climat mais aussi s’intéresse à la santé mentale! Et bien oui, les souffrances de la psyché peuvent  aussi se mettre au vert avec l’écopsychologie. Soigner la terre, guérir l’esprit, serait l’un de ses fondements!

 

Le synonyme d’écopsychologie serait (selon certains sites web) la psychologie environnementale, une discipline à part entière qui  est « l’étude des interrelations entre l’individu et son environnement physique et social, dans ses dimensions spatiales et temporelles ». L’excellent livre de Gabriel Moser,, Psychologie Environnementale qui est représentatif du sérieux de la discipline de psychologie environnementale sans connotation idéologique. Cet «ouvrage vise à la compréhension des rapports entre l’individu, la société et l’environnement, d’une part, et la mise à disposition de savoir-faire et d’outils d’intervention au niveau de l’habitat, du lieu de travail, de la ville, de l’environnement global dans le cadre du développement durable, d’autre part. » Même si l’approche ne répond pas aux critères de « l’Evidence Based Science », la psychologie environnementale peut s’avérer une source de réflexion pertinente.

Mais gardons le terme d’écopsychologie, qui à mon sens sujet à des interprétations et à des dérives. L’écopyschologie est manifestemebt une discipline inédite  qui s’est développé outre Atlantique depuis les années 1990. Elle a séduit des psychologues de la région de San Francisco où une formation est dispensée à l’université de Santa Barbara! Durant cette décennie, La presse française a encensé pendant plusieurs semaines cette nouvelle discipline du développement durable à la rubrique Santé ou Bien-Être. On est en droit de se demander si l’écopsychologie est un nouvel OPNI (Objet Psychique Non Identifié en relation avec la santé),  l’écopsychologie ne figure pas dans Medline/Pubmed qui référence les études scientifiques. Face à cette lacune des cautions scientifiques, le scepticisme s’impose.

 

L’écopsychologie n’est pas une nouvelle discipline. C’est Theodor Roszak, sociologue et auteur de science-fiction, qui popularisa en 1995 le terme d’écopsychologie. Il se serait inspiré des travaux de Gregory Bateson, l’instigateur du courant systémique et l’un des piliers de l’école de Palo Alto. Gregory Bateson avait évoqué, en son temps, l’écologie de l’esprit où « les progrès en sciences proviennent toujours d’une combinaison de pensées décousues et de pensées rigoureuses. » Cette alliance permettant de faire progresser la science en fonction des besoins des sociétés. 
En écologie, le pragmatisme est nécessaire. Depuis les années soixante, on assiste à une crise de la science au profit de l’inflation du pseudo-scientisme. L’écologie en découd souvent (sauf exception) avec l’esprit scientifique en général, et c’est souvent l’auberge espagnole. Lorsque l’écologie parle de santé publique, la prudence est de rigueur pour ne pas jeter les gens entre les mains de charlatans sous le prétexte que la terre perd la boule, et que par effet domino, les terriens aussi.

Théodor Roszak est perçu comme un visionnaire critique de la science, mais ce n’est pas l’avis de tous. Pour le philosophe australien John Passmore, sa notoriété aurait provoqué une méconnaissance de la nature de la science, en la diabolisant car le sociologue n’a parlé que de ses dégâts, de la déshumanisation qui a créé un monde aseptisé. Afin de sauver l’humanité des désastres de la science, Théodor Roszack pense qu’il est urgent de réinstaurer l’imaginaire et la créativité. En 1969, le sociologue avait vulgarisé le néologisme de contreculture, et sa vision du monde est holistique. Terme dévoyé par le New Age avec le mythe de Gaia qui draine beaucoup d’émules de l’écologie fâchés avec la science.

 

L’écopsychologie étudie l’action de l’environnement sur la psychologie, et l’effet de la nature sur l’équilibre des êtres humains. C’est un sophisme de dire qu’il y a des interactions entre la santé et l’environnement. La dégradation des écosystèmes, la mutation des biotopes, et les pollutions diverses ont ou auront si on n’y prend garde une action néfaste sur la santé de milliard d’individus.
Ainsi, les pesticides seraient incriminés dans de nombreuses maladies et on les soupçonne avec diverses pollutions d’être à l’origine de nombreuses maladies et de cancers. Du côté de la santé mentale, on étudie l’influence de l’environnement architectural sur l’équilibre psychologique. Des projets architecturaux sont élaborés pour favoriser les performances, renouer avec la convivialité. On construit des résidences adaptées aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Des études anglo-saxonnes montrent les bienfaits de promenades dans des espaces verts pour les enfants hyperactifs et les personnes souffrant de dépression, permettant ainsi d’alléger la prescription de psychotropes. Ces interactions entre la santé mentale et l’environnement correspondent à l’esprit écologique mis en exergue par Gregory Bateson, sans être légitimées en tant qu’actes relevant de l’écopsychologie. Un peu de bon sens!

La lecture de sites autoproclamés, de cette nouvelle chapelle du développement durable a de quoi laisser rêveur. On apprend ainsi qu’on peut-être éco-anxieux (l’éco-anxiété étant liée aux comportements des autres), et que pour se soigner, on peut consulter un écothérapeute qui pratique une écothérapie individuelle ou de groupe. Probablement, rémunéré avec des éco-honoraires à l’éco-acte!

C’est déjà tout un poème d’être consensuel autour d’un diagnostic en psychopathologie, s’il faut encore faire rentrer dans la danse de nouvelles maladies mentales écologiques, on n’est pas sorti de l’auberge! Avec de l’imagination, on peut décliner toute la nosographie des troubles psychiques du DSM V ou du CIM 10. Le jeu consiste simplement à accoler devant le préfixe éco. On peut imaginer l’éco-névrose, l’éco-dépression, l’éco-schizophrénie, l’éco-addiction à des éco-drogues et la liste des nouvelles maladies mentales n’est pas exhaustive. Certains chantres de l’écopsychologie sont manifestement les héritiers directs du New Age. Ces éco-gourous définissent l’écopsychologie comme de la psychologie spirituelle qui vous éveille à la spiritualité en triturant vos chakras, votre kundalini et le reste de votre anatomie occulte, pour vous faire accéder aux paradis verts de l’ère du Verseau.

 

Ce si sympathique néologisme d’écopsychologie est un piège abscons, et avant-tout un concept marketing. L’un des dangers est que cette discipline pseudoscientifique soit confondue avec l’éco-santé validée par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), où les interactions entre la santé et l’environnement font l’objet d’une véritable démarche scientifique. Je préfère nettement le concept de psychologie environnementale. L’absence de rigueur scientifique risque de nuire gravement à la bonne santé de l’écologie en confortant les propos du très sceptique Freeman Dyson (1) qui y voit « une nouvelle religion séculière mondiale.» Judith Curry, climatologue au CV scientifique prestigieux fait aussi partie de ces sceptiques.

NDLR : Pour connaître un peu mieux Freeman Dyson et ses prises de position sur les dogmes en cours de l’écologie, notamment le réchauffement climatique, consulter l’article de Nicholas Dawidoff, » Sceptique par principe » publié dans le New-York Times et repris par Courrier International n° 974 du 2 au 8 juillet 2009.
à la Une

ÉLOGE DE LA SIESTE: 1, 2, 3 DORMEZ !

En l’absence de troubles du sommeil sévère, une courte sieste de moins d’une demi-heure en début d’après-midi augmente la vigilance et maintient les performances cognitives.

83e43ad7bff55e4aa3c483785d77ffd0
C’est le temps des vacances, et pourquoi ne pas en profiter pour faire la sieste? Incitation à la paresse? Pas forcément Faire une courte pause de sommeil dans la journée est l’occasion de remettre les pendules à l’heure avec le « manque de sommeil chronique » (souvent nommé improprement  « dette de sommeil) qui serait l’un des maux du monde moderne.

 

Bien dormir est fondamental.  Durant notre sommeil, notre cerveau se nettoie de ses déchets et toxines grâce au système glymphatique, selon une étude américaine publiée en 2013. Le sommeil servirait, selon l’hypothèse des chercheurs de l’Université de Rochester (New-York), à nettoyer notre cerveau encrassé lors de l’état d’éveil. Durant le sommeil, déchets et toxines accumulés pendant la phase d’éveil seraient emportés dans un flux du liquide orchestré par des cellules spécialisées, dites « cellules gliales ». Cette forme d’auto nettoyage serait indispensable pour la survie de neurones.Le manque de sommeil est responsable de fatigue chronique, de manque de concentration, de somnolence diurne et a de nombreux effets sur la santé, notamment cardiovasculaire, le diabète, etc. Comme le souligne le Docteur Najib Ayas, spécialiste des troubles du sommeil au Women’s Hospital de Boston « les gens devraient considérer qu’un sommeil adapté à leurs besoins n’est pas un luxe mais fait partie de l’hygiène de vie ».

23 aires d’autoroutes auraient dédié depuis 2013 des espaces PHO35e52c0a-f3a9-11e2-af92-034b0987c419-805x453sieste pour  lutter contre la somnolence. Des coussins géants et des kits de sieste sont proposés aux automobilistes.
Et en dehors des vacances, pourquoi ne pas faire de la sieste une habitude de vie quotidienne? Nous consacrons, en moyenne, un tiers de notre existence à dormir. L’impact des troubles du sommeil sur la santé mentale est  régulièrement étudié chez l’adulte, l’enfant ou l’adolescent n’est plus à démontrer.

Bien dormir est bénéfique pour notre cerveau. Un bon sommeil influence la créativité; l’idéal serait de dormir huit heures par nuit afin que notre cerveau ait le temps de restructurer les souvenirs avant de les stocker. Les déficits cognitifs et mémoriels engendrés par la privation de sommeil sont étudiés, sous toutes les coutures, par les chercheurs en neurosciences. Une bonne nuit de sommeil permet de mieux assimiler ce que l’on a appris dans la journée. Chez les enfants, le sommeil paradoxal est excessivement important pour faciliter le processus de mémorisation et d’apprentissage.

Ors, le déficit de sommeil est important chez les jeunes. Près de 30 % des 15/19 ans sont en dette de sommeil, et à 15 ans, 25 % des adolescents dorment moins de sept heures par nuit. Alors que leur durée de sommeil devrait se situer entre huit et  neuf heures par nuit, avec un coucher qui n’excède pas 22:00. On connaît aujourd’hui le rôle délétère des écrans qui  réduisent la durée de sommeil de 30 à 45  minutes. La lumière vive des tablettes ont un impact sur la sécrétion de mélatonine (l’hormone du sommeil).

En 2012, une étude INSV/MGEN un tiers des Français dorment mal, au point de devenir de gros consommateurs de psychotropes (hypnotiques), loin devant les Belges. 1/4 des Français se plaignent de manque de sommeil. Ce serait les 55/67 ans les plus concernés par le manque de sommeil.  En 50 ans, les Français (toutes générations confondues) auraient perdu environ une heure de sommeil. Alors la sieste pourrait remédier à ces nuits trop courtes? Des hommes politiques tels que Winston Churchill ou Napoléon s’y adonnaient. Einstein et Édison aussi.

De nombreux chercheurs soutiennent que la sieste est issue d’un rythme biologique inné chez les mammifères, dont nous! Entre 14 et 15 H, notre vigilance diminue. 10 minutes de sieste suffiraient à nous remettre en forme. La sieste n’est pas réservée qu’aux tout-petits. En l’absence de troubles du sommeil sévère, une courte sieste de moins d’une demi-heure en début d’après-midi augmente la vigilance et maintient les performances cognitives. Si chez nous, cette proposition est associée à la fainéantise ou aux vacances, ce n’est pas le cas dans d’autres pays. Les Asiatiques sont les plus décomplexés vis à vis du sommeil, et pour eux dormir est une activité naturelle au même titre que se nourrir. En Chine, sous l’impulsion de Mao, l’article 49 de la constitution stipule que « tout travailleur a droit à la sieste », et au Japon, la plupart des grandes entreprises mettent à la disposition de leurs employés des « salons de sieste ».

 

Les variations sont nombreuses autour de la sieste, mais le mode opératoire reste inchangé: on s’allonge, on ferme les yeux, on se détend et on laisse l’attention flotter. On est là pour se détendre et oser ce droit salvateur à la paresse.

Si on n’a pas le temps de piquer son petit roupillon chez soi, il y a des propositions de sieste fort sympathiques, parfois insolites, et qui n’ont rien de crapuleuses.

Le monde de l’entreprise est directement concerné par cet éloge de la sieste, aux fins de réduire les risques psychosociaux. Si un salarié fait une sieste, il sera reposé, détendu et travaillera mieux. Sans affirmer que la sieste est le remède miracle pour éviter les risques psychosociaux.
Orange (anciennement France Télécom), tristement célèbre pour ses risques psychosociaux élevés parmi ses salariés, expérimente  à Lyon  des calm-chairs dans des calm-spaces. Un espace est aménagé avec des lumières et des musiques relaxantes où sont mis à la disposition des salariés des fauteuils-caissons. Des séquences sonores et lumineuses scientifiquement approuvées qui stimulent la mélatonine ont été spécialement développées pour des siestes de 10, 15 et 20 minutes…
Depuis 2017,  le sud-ouest Parisien de Renault,  a créé un espace de sieste permet mis à la disposition des 1.200 employés de la structure pour se ressourcer efficacement. En un an, la fréquentation est passée de 40 personnes par jour en moyenne à 60 et ce sans que l’entreprise ait besoin de communiquer dessus.

À la Banque Postale, tous les salariés de l’entreprise ont accès librement à la salle zen dédiée à la sieste. Les employés peuvent y rester le temps qu’ils veulent. En général, la moyenne est de l’ordre de 10 à 30 minutes. Un fond musical est diffusé en continu et changé tous les jours. Des activités sont régulièrement organisées dans la salle, comme par exemple des séances « micro détente ».

« Faire la sieste pour mieux travailler » s’avère un métier à part entière. La sieste, ça ne zen-bar--sieste-pas-chers’improvise pas, ça se gère comme n’importe quel business. Des entreprises se sont spécialisées dans la sieste au travail et l’aménagement de calm-spaces. Les boîtes à sieste se louent environ 900 €uros par mois. En France, en Belgique, au Japon et aux Etats-Unis se créent des bars à sieste (yellow spas).

Alors la sieste, pour bien se porter, un remède à consommer sans modération. Pourquoi pas? Et si la sieste était aussi un éloge à la lenteur qui s’oppose à la culture de la performance? Comme la écrit l’écrivain Grégoire Lacroix, « La plus belle heure de la vie est la sieste.»

 

Sources:

à la Une

OSCAR, UN CHAT HORS DU COMMUN!

Le Dr David Dosa a publié le livre « Un Chat médium nommé Oscar » qui raconte l’étonnante faculté de ce chat. Et Oscar a évidemment sa page facebook « Oscarthecat, régulièrement mise à jour »

calendar

On parle souvent du sixième sens des animaux. Vraiment? C’est de la science fiction. Toutefois, certains de leurs comportements est intriguant et semble relever de la parapsychologie. Il n’en est rien, c’est tout simplement un pan de leurs capacités qui sont ignorées. Selon le naturaliste Marc Giraud, « la science officielle est indifférente à ce genre de phénomène.»

L’un de ces animaux aux capacités énigmatiques pour la science est Oscar, un chat hors du commun! Ce félin fait partie de l’équipe soignante du Dr Dosa, gériatre et professeur adjoint à l’Université Brown à Rhode Island. Oscar est né en 2005, et est un sénior aujourd’hui  de 13 ans. Il a été adopté encore chaton dans un refuge pour animaux, et  il a grandi au sein de l’unité du centre de réadaptation Steere House à Providence, (Rhode Island) où les patients sont atteints de la maladie d’Alzheimer, de Parkinson et autres maladies neuro dégénératives. Aux derniers stades où les malades sont généralement inconscients de leur environnement.

Oscar, la mascotte de ce service de gériatrie, a accédé à la notoriété par le biais d’un article publié sur lui en juillet 2007 dans le New England Journal of Medicine rédigé par le David Dosa. Le gériatre décrit les rondes d’Oscar dans son service, ce don extraordinaire où son comportement récurrent avertit l’équipe médicale de la mort imminente de patients en phase terminale. Quand un résident est sur le point de mourir, il monte sur son lit et se blottit en boule contre lui jusqu’à son dernier souffle.

L’étonnante capacité d’Oscar aurait plusieurs explications: immobilité précurseur de la mort chez ces patients, odorat particulièrement développé pour sentir les cétones, les substances dégagées par les cellules mourantes. Ou bien, il ne serait attiré par certaines phéromones. Ce qui est sur, est que la mascotte du service ne câline que les personnes qui n’ont plus que quelques heures à vivre.

Oscar a présidé la mort de plus de 100 résidents de ce service. Sa seule présence au chevet d’un patient est interprétée par les médecins et le personnel de maison de soins infirmiers comme un indicateur fiable de sa mort imminente. Lorsqu’on le voit lové sur un lit, le personnel soignant avertit alors la famille pour qu’elle se rende au chevet du mourant. Oscar a tenu compagnie à des malade qui seraient morts seuls, sans proche à leur chevet. Pour son  attitude dévouée, il est hautement considéré par les médecins, le personnel de Steere House et les familles des résidents.

Comment se passe une journée pour Oscar?  Il n’est pas le plus sociable des chats, et ne se laisse câliner par personne affirme le personnel soignant. Il se promène dans le service, semblant repérer parmi les résidents lequel quittera ce bas monde ce jour-là. Oscar démarre sa ronde et croise Mme P qui vit dans cette unité spécialisée dans la maladie d’Alzheimer depuis trois ans maintenant. Elle ne reconnait plus ses proches  malgré le fait qu’ils viennent la voir tous les jours.

Les cheveux en bataille, Mme P déambule sans but dans les couloirs. Perdue dans son monde intérieur, elle se dirige vers Oscar. Dérangé dans sa promenade, Oscar la regarde attentivement et quand elle passe devant lui, il émet un sifflement doux qui semble dire: « laisse-moi tranquille. » Elle l’ignore et continue son chemin dans le couloir. Oscar semble soulagé. Mme P n’est pas sur le point de mourir et Oscar n’a pas besoin de rester auprès d’elle.

Oscar revient au staff médical et saute sur le bureau pour boire de l’eau dans son bol et manger des croquettes. Repus, il va reprendre sa tournée par l’aile ouest. Il contourne un résident qui ronfle paisiblement, affaissé sur un canapé.

Oscar arrive à la chambre 313, et se faufile par la porte est ouverte,. Mme K. repose paisiblement dans son lit, sa respiration est régulière mais peu profonde. Elle est entourée des photos de ses petits-enfants et de celles du jour de son mariage. En dépit de ces souvenirs qui l’entourent, elle est seule. Oscar saute sur son lit et la renifle. Il fait une pause et se blottit en boule contre elle. Une heure se passe. Oscar est toujours là, contre Mme K. Une infirmière entre alors dans la chambre pour vérifier l’état de sa patiente. Elle remarque la présence d’Oscar, et alors quitte précipitamment la  chambre pour retourner à son bureau, attrape le dossier de Mme K et passe quelques coups de fil.

Une demi-heure après, la famille arrive. Le personnel dispose des sièges supplémentaires pour que les proches puissent veiller Mme K. Un prêtre vient lui administrer les derniers sacrements. Malgré tout ce branle-bas de combat, Oscar n’a pas bougé d’un poil et ronronne doucement en pétrissant Mme K.

L’un des petits fils demande à sa mère, « Que fait ce chat ici?»
Sa mère, les yeux remplis de larmes, lui répond: « Il est là pour aider ta grand-mère à partir au ciel. »Trente minutes plus tard, Mme K. rend son dernier souffle. Alors Oscar se redresse, regarde autour de lui, s’en va de la chambre, si tranquillement que la famille en pleurs ne s’aperçoit pas de son départ.

De retour au staff, Oscar lape de l’eau et se recroqueville pour un long repos. Sa journée 27545578_10159985349855582_7125791746833714363_nest finie. Il n’y aura plus de décès aujourd’hui. Tous les accompagnements de fin de vie par Oscar sont tout aussi attendrissants les uns que les autres. La mascotte du service a sa plaque accrochée sur un mur pour services rendus. Elle est gravée à son effigie et porte cette mention élogieuse: « Pour sa compassion dans cette unité de soins palliatifs, cette plaque est décernée à Oscar le chat

Sans briser le rêve anthropomorphique qui n’enlève rien aux qualités d’Oscar, la critique sceptique s’impose. Les spécialistes animaliers mettent d’abord l’accent sur les qualités innées des animaux.

Ainsi, le Dr Jill Goldman, spécialiste du comportement animal à Laguna Beach (Californie) estime que les chats ont un super odorat, et avance l’hypothèse que si Oscar reste auprès des mourants, c’est un comportement appris en association avec une certaine odeur propre à la mort.
Le Dr Thomas Graves, un spécialiste des chats dans l’Ilinois  a déclaré à la BCC: « Les chats peuvent souvent sentir quand leurs maîtres sont malades ou quand un autre animal est malade. Ils peuvent sentir que le temps va changer, et ils sont réputés pour pressentir les tremblements de terre.» Alors, ces spécialistes ne sont pas surpris par cette sorte de sixième sens du monde animal. Rien de parapsychologique, dans le don d’Oscar. Son don est juste rare.

Nicolas Gauvrit, dans la revue Science et Pseudo-sciences parle, lui, des biais cognitifs, des corrélations illusoires ou des erreurs statistiques induites par l’équipe soignante. «Il n’y a pas la moindre preuve scientifique qu’Oscar ressente quoi que ce soit, et les considérations sur les causes possibles sont donc prématurées…»

Ces précisions n’enlèvent rien au côté sympathique de l’article publié dans le New England. Certains sceptiques précisent, à juste raison, qu’il s’agit d’un témoignage informel qui a été cité par les médias comme s’il s’agissait d’un article de recherche, alors que ce n’est pas le cas. Ce témoignage met simplement l’accent sur cette nouvelle discipline qu’est la médiation animale ou la zoothérapie qui fait du bien au moral des malades. Et c’est certainement le but de la publication du Dr Dosa:  casser le côté inhumain de la fin, de vie en milieu hospitalier, et le désarroi des patients souffrant de maladies neuro dégénératives. Et comment s’y prendre si ce n’est rendre faire le buzz avec un chat hors du commun?

Le Dr David Dosa a publié le livre « Un Chat médium nommé Oscar » traduit dans 20 pays qui raconte l’étonnante faculté de ce chat. Et Oscar a évidemment sa page facebook « Oscarthecat, régulièrement mise à jour ».david-dosa-oscar

Cette histoire insolite sur les capacités d’Oscar montre que les animaux dans les services de soins palliatifs permettent d’exorciser, d’apaiser l’angoisse de mort des malades et la tristesse de la famille qui voit partir l’un des siens. Après que cela ne soit pas très rigoureux sur le plan scientifique, c’est une autre histoire. Mais au moins, c’est apaisant…

Et voici une réflexion touchante d’un lecteur de ce livre trouvé sur le site Babelio. Ce n’est peut-être pas scientifique mais elle témoigne de l’importance de la médiation animale, de la zoothérapie.

On aimerait finir ses jours dans cet établissement où chaque patient est entouré d’une remarquable équipe médicale et…de chats. 
Ce récit est écrit par le médecin qui accompagne les malades en phase terminale et note quelques anecdotes sur les patients en fin de vie et leurs proches.
Facile à lire, il donne à réfléchir (Merci Belavio pour ce témoignage)
©NBT
Vidéo Oscar the cat
Notes:
Définition de la zoothérapie
En 1988, l’institut de zoothérapie du Québec donne de la Thérapie Assistée par l’Animal la définition suivante : « activité qui s’exerce, sous forme individuelle ou de groupe, à l’aide d’un animal familier, soigneusement sélectionné et entraîné, introduit par un intervenant qualifié dans l’environnement immédiat d’une personne chez qui l’on cherche à susciter des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif.»
à la Une

LA VIE EN MOUVEMENT D’OLIVER SACKS

Être en mouvement, l’esprit et le corps toujours en mouvement est la leçon de vie d’Oliver Sacks.

Trois ans se sont écoulés depuis le décès du regretté neurologue Oliver Sacks d’enchanter mes premières lectures d’étudiante en psychologie. J’étais déjà passionnée par les rouages de la psyché humaine mais Oliver Sacks m’a conforté dans le choix de mon cursus universitaire.

Une vie en mouvement, toujours en mouvement, c’est ce qui caractérise celle du célèbre neurologue et écrivain Oliver Sacks mort le 30 août 2015. Il avait 82 ans. En février 2015, il avait révélé dans le New York Times, souffrir d’un cancer en phase terminale. Avec sérénité, il expliquait « se sentir intensément vivant », et poursuivant, « je dois maintenant choisir vivre les mois qui me reste. Je veux vivre de la façon la plus riche, la plus profonde, et la plus prolifique qui soit.» Il laisse une œuvre considérable empreinte d’humanité et de créativité dans la relation médecin/malade, bouleversant les schémas traditionnels de la médecine neurologique.

Oliver Sacks accéda à la célébrité avec la sortie de son livre en 1982 « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau » où il raconte lcet homme souffrant d’agnosie visuelle qui a donné son titre au livre. En fait le cas de cet homme qui ne savait que reconnaître les formes géométriques comme un chapeau mais incapable de reconnaitre les visages n’est que l’un des cas relatés dans ce livre, et qui lui a donné son titre.  Cet ouvrage se compose en fait de 24 essais des cas les plus bizarres que le neurologie a rencontré dans sa pratique.
De son oeuvre immense, il nous reste un livre testament « En Mouvement, une vie », sorti en 2015, juste avant sa mort. Il a été publié en français au début de l’année 2016. C’est une autobiographie et aussi un testament sur la complexité de l’être humain face à la maladie invalidante. comme dans ses autres ouvrages, il montre cette capacité qu’ont certains malades à faire preuve de résilience et à trouver des schémas d’adaptation. Tout au long de sa carrière, Oliver Sacks se centrera sur la stabilité psychique de ses patients atteints des pires troubles neurologiques.

Dans cette autobiographie « En Mouvement », Oliver Sacks raconte son enfance, ses études et ses voyages. Son talent de narrateur est tel que lorsqu’il déroule le fil de sa vie et raconte d’une façon inlassable sa relation avec ses patients qui arrivent à vivre au plein sens du terme avec leur handicap neurologique, on a l’impression de l’avoir en face de soi et d’être proche de lui. C’est une plongée, sans fard ni honte, dans son intimité affective, familiale et professionnelle. C’est aussi une leçon de pratique clinique et de psychothérapie. Aussi une leçon d’espoir sur la faculté d’adaptation du cerveau à des maladies neurologiques, qui permet de comprendre comment le cerveau normal s’adapte, réagit à la perception, la mémoire et l’individualité.

Oliver Sacks est né en 1933 en Angleterre. Comme il le reconnaît lui même dans son autobiographie, il a reçu la meilleure des éducations britanniques. Sa mère était chirurgienne et anatomiste, et son père médecin généraliste. Pour sa famille, ça ne faisait aucun doute: « il était entendu que je serai médecin depuis mon quatorzième anniversaire.» Outre ses parents, deux de ses frères le seront également. Admis à Oxford, il étudia la médecine dans les années 50 où un fossé infranchissable semblait séparer la neurophysiologie du vécu réel des patients en proie à des troubles neurologiques. L’un des talents d’Oliver Sacks est en face d’avoir su s’effacer face à ses patients et de critiquer ses grilles de diagnostic face à leur douleur psychique. Sa préoccupation première était de comprendre leur psyché pour adapter sa thérapie. Étudiant, il ne s’était pas inscrit à des cours de psychologie, mais il allait néanmoins assister à ceux de James Gibson qui faisait des expériences de psychologie visuelle. Déjà, Oliver était fasciné par les distorsions visuelles qui chamboulaient la compréhension visuelle, l’intuition et le bon sens.

 

À 27 ans, il quitta l’Angleterre pour se rendre Outre-Atlantique. Il voulait s’éloigner de son frère schizophrénique qu’il estimait «mal soigné» par la psychiatrie de l’époque. Celui-ci était sous tranquillisant, et il avait certes moins de crise mais il avait sombré dans le désespoir et était devenue apathique, les facultés mentales diminuées. Il devint absolument incapable d’avoir une vie intellectuelle; sa passion et sa raison de vivre était dans les livres et dans la stimulation de son intellect. C’est à la maladie de son frère qu’Oliver Sacks impute sa vocation de scientifique envers le « dysfonctionnement cérébro-mental ». Côté loisirs, arrivé aux États-Unis, Oliver Sacks était un passionné de randonnées moto et d’haltérophilie. Il se décrit comme solitaire et passera tente cinq ans de sa vie sans relation affective et intime, dévoué à ses patients sans esprit carriériste. Il évoque sa période amphétamines qui faillit lui coûter sa carrière en sus de sa santé mentale.

Son succès littéraire immense débuta avec « L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau », ce cas étrange de cet homme atteint d’agnosie visuelle. Dans son dernier livre, il raconte aussi ses déboires avec ses éditeurs et ses notes. Il définit son intellect en désordre et d’un illogisme manifeste. Étourdi, il lui est arrivé de perdre dans des circonstances rocambolesques des notes peaufinées durant des mois. Et ce tout au long de sa vie !

 

L’un des temps fort de « En Mouvement » est le chapitre l’Éveil, en écho au titre d’un livre, d’un film et d’une série de documentaires. En 67, Oliver Sacks était médecin-résident au Beth Abraham. On lui avait enseigné lors de ses études que la neurologie et la psychiatrie étaient deux disciplines indépendantes Quand il fut au chevet des malades, il découvrit que pour saisir la réalité globale de ses patients, et les prendre en charge, il se devait être autant psychiatre que neurologue. Au Beth Abraham, il y avait (comme dans d’autres hôpitaux) des rescapés de la pandémie de la maladie du sommeil (encéphalite léthargique) qui avait sévi durant les années 20.  Les soignants avaient observé de brèves rémissions de ces patients murés en eux-mêmes, à l’apparence figée semblable à une statue, mais des épisodes de rémission laissaient penser que leur psyché était intacte. Notamment lorsqu’ils entendaient de la musique, ils étaient capable d’esquisser des pas de danse! D’ailleurs, dans sa pratique Oliver  s’appuya toujours sur la musicothérapie. Certains symptômes de ces rescapés de la maladie du sommeil ressemblaient à ceux de la maladie de Parkinson. Leur point commun était un déficit en dopamine. Ces patients avaient été délaissés par la médecine car jugés irrécupérables, et ils étaient internés dans des centres jusqu’à leur mort.

Oliver Sacks eût l’idée de leur prescrire de la L-Dopa, l’anti-parkinsonien de référence,  pour lutter contre ce déficit. Le neurologue constata des éveils chez ces patients, qui non seulement étaient physiques, mais également intellectuels perceptuels et émotionnels. À côté de cette administration de L-dopa, de la musicothérapie était adjointe. Mais il y a l’envers de la médaille. Ces réveils de ces personnalités figées dans le temps ne se feront pas toujours en douceur. Certains malades seront en proie à des hallucinations, des délires paranoïaques et érotomaniaques. Ce qui déclencha une levée de bouclier contre lui de la part de ses confrères. Ils écrivirent de violentes charges contre lui dans le JAMA d’octobre 1970 sans qu’il puisse y répondre.

S’il n’y avait que ça! Il fût aussi attaqué tout au long de sa carrière pour écrire des livres racontant des cas, accusé d’instrumentaliser à des fins éditorialistes ses patients, selon ses détracteurs, . En 1973, Oliver Sacks publia l’Éveil, et en 1974, dans la série de documentaires réalisés, par la télévision britannique Discovery, certains des ses patients acceptèrent de s’y montrer à visage découvert pour témoigner de leur amélioration (même transitoire) sous L-Dopa. Et en 1990, le film du même nom que le livre joué par Robin Williams et Robert de Niro. Ses travaux à l’hôpital Beth Abraham ont contribué au développement de l’Institute For Music And Neurologic Functiun et à la musicothérapie.

Vers  la fin de sa vie, il va adhérer à la théorie d’Edelman sur le darwinisme neuronal. Selon lui, « l’individualité est profondément inscrite en nous dès le départ au niveau neuronal.»… Dans son acceptation la plus large, le darwinisme neuronal soutient que nous sommes destinés, bon gré mal gré, à seul fin de nous particulariser et de nous développer- de Nous frayer chacun un chemin individuel tout au long de notre existence.» Le cerveau est bien plus qu’un assemblage de modules autonomes qui seraient un par un incontournables pour une fonction mentale spécifique». C’est un orchestre réunissant des centaines d’instruments différents, qui se dirige tout seul, bien que la partition et le répertoire changent en permanence. » Être en mouvement, l’esprit et le corps toujours en mouvement est la leçon de vie d’Oliver Sacks.
à la Une

TRIP AVEC LE NARCO-TOURISME HALLUCINOGÈNE!

Une grande partie de l’emprise mentale sous ayahuasca se met insidieusement en place après/ou en même temps que l’emprise chimique. Cette conséquence provoque une modification cognitive et comportementale par l’adhésion à des croyances au surnaturel.

0cc711e4f334c1f88ac24d8cfc97532c
On sait aujourd’hui que la consommation d’alcool et de drogues à l’adolescence, en continu durant toute cette tranche de vie a une forte probabilité de se prolonger plus tard dans la vie. L’âge moyen de l’initiation est de 14 ans pour une consommation régulière ou non d’alcool, et 14/15 ans pour l’usage de drogues avec ou sans dépendance. Telles sont les conclusions du Professeur Joël Swendsen et des ses collègues de l’Université de Bordeaux qui ont examiné la prévalence, l’âge d’apparition et les facteurs socio-démographiques pour une étude financée par le NIMH (National Institute mental Health), et publiée le 2 avril 2012 dans les archives of General Psychiatry.  Cette nouvelle étude démontre que la consommation de  drogues est un véritable problème de santé publique qui se pose. Même si quelques années ont passé, cette constatation est d’actualité.

 

Il est devenu quasiment impossible pour les professionnels de la santé de parler des effets néfastes des drogues, notamment sur les réseaux sociaux, vecteurs idéaux de désinformation médicale et où les médecines parallèles défendues avec acharnement par les charlatans dominent. De ce fait, la consommation des drogues est devenu un fait de société presque normal, et cela ne date pas d’hier. Si l’on connaît surtout le cannabis, la cocaïne, l’héroïne ou autres drogues de synthèse, il y en a d’autres plus confidentielles prises dans le cadre de la psycho-spiritualité new âge, cet hybride  qui fait le fond de commerce des charlatans de la psychothérapie formés à des méthodes pseudo-scientifiques. Soupir.

L’une de ces dérives concerne le mésusage du chamanisme. Il ne s’agit pas de mettre au banc des accusés le chamanisme et les chamans, une tradition millénaire et respectable mais de dénoncer les pillages cultuels du chamanisme par des Occidentaux sans scrupules. Notamment celle des ayahuasqueros, les chamans de la forêt amazonienne. Leur conception de la maladie est à l’opposé de celle de la maladie occidentale, et est d’origine magique causée par un sortilège. Dans un cadre rituel et curatif, ils font boire à ceux qui ont été envoutés un breuvage sacré appelé l’ayahuasca, un breuvage millénaire composé de deux plantes que l’on trouve en abondance dans la forêt amazonienne. D’abord , il y a  l’ayahuasca qui est une liane qui a donné son nom au breuvage sacré, et l’autre la chacruna qui contient du DMT, un stupéfiant prohibé sur le plan international. La combinaison des deux est hautement hallucinogène, et ses effets sont proches du LSD, le psychoactif de référence. Les Amazoniens la surnomment « La liane de la mort ou le Vin des morts. La potion psychédélique est légale au Pérou où elle est utilisée en médecine primaire pour soigner les populations locales.

En 2008, un reportage d’Envoyé Spécial,  avait diffusé en prime time, a eu pour thème le tourisme hallucinogène au Pérou.  Même s’il date, son décryptage est toujours d’actuel car ce tourisme hallucinant continue toujours, même si les médias mainstream s’en désintéressent. Ces voyages sont tout un programme! On part au Pérou en petit groupe effectuer un « voyage initiatique et spirituel ». Dans le reportage de Envoyé Spécial, le tourisme hallucinogène est un fait de société décrit comme « un mouvement culturel » animé « par un désir de reconversion spirituelle». Les participants sont recrutés sur le net.

Le reportage reprend, sans le mentionner, une partie du rapport de la MIVILUDES 2005 sur les dérives sectaires du chamanisme amazonien, mais il occulte cet aspect sulfureux pour que le sujet devienne passe-partout, et banalise l’absorption de cet hallucinogène psychédélique.  En 2009, le rapport de la MIVILUDES multiplie les mises en garde. Pourquoi ce séjour au Pérou est-il tendancieux, induit-il en erreur sur la tradition des ayhuasqueros amazoniens? Et  est ce bien raisonnable d’ingérer l’ayahuasca ?

 

Selon le rapport de la MIVILUDES 2009, l’absorption de ce breuvage peut se «révéler particulièrement violent», qu’il amène à «un douloureux voyage sur soi-même avec vomissements, convulsions physiques, profonde détresse mentale, même lorsque cette substance est absorbée dans de bonnes conditions, c’est-à-dire sous la surveillance d’un chaman expérimenté ».

Malheureusement, l’attrait exotique, la recherche de solutions miracles en dehors de la médecine scientifique l’emportent sur le principe de précaution, et les avis éclairés des professionnels de la santé. Les arguments pseudo-scientifiques de la thérapie chamanique ont le vent en poupe parmi les moutons de Panurge des adeptes  des médecines alternatives.

 

Comment ces voyages « hallucinants » et « hallucinogènes » sont-ils organisés? Des personnes ayant des soucis existentiels sont recrutées sur des forums pour aller séjourner au Pérou dans l’un de ces camps de vacances hallucinogène “tendance” monté par un chaman péruvien. Leur projet n’est pas de converser à bâtons rompus sur les us et coutumes locales mais de suivre une thérapie chamanique à base d’ayahuasca, cet hallucinogène puissant susceptible de résoudre tous les maux par « des expériences mystiques dans le labyrinthe de l’inconscient ».

On voit dans ce reportage d’Envoyé Spécial, un chaman de père en fils depuis des générations. Ce qui serait en soi rassurant si l’on n’avait pas lu le rapport 2005 de la MIVILUDES, et si l’on n’avait pas eu vent des cas de décompensations psychiatriques, de cas de suicides quelques mois après l’avoir prise, des comas et des morts par overdose. Sous la houlette de ce chaman comparé à un « psychothérapeute (sic) », les touristes présentés dans le reportage ingèrent l’hallucinogène amazonien à doses massives pour soigner les maux existentiels que la médecine occidentale ne saurait pas prendre en charge efficacement.

Ce séjour, c’est du sérieux! Le camp est fermé et gardé nuit et jour par des hommes armés jusqu’aux dents;  une nourriture frugale non carnée est proposée aux vacanciers astreints à une diète stricte pour ingérer l’hallucinogène afin de ne pas provoquer des incompatibilités dans l’organisme et les rendre malades. Avoir des hallucinations comparables à celles du L.S.D n’est pas le symptôme d’un trouble psychique, bien au contraire! Le monde à l’envers! Dépersonnalisation/déréalisation ainsi que d’autres joyeusetés psychiatriques sont  vivement encouragées pour évoluer spirituellement. Le reportage montre que le logement des vacanciers est spartiate, et des séances de groupe où les vacanciers ingèrent des doses massives d’hallucinogène en l’espace d’une douzaine de jours encadrés par le chaman et ses assistants.

L’une des séquences les plus troublantes du reportage « à la frontière du surnaturel » est celle d’une vacancière en transe investie par l’esprit d’un jaguar. Cette métamorphose a des airs de parenté avec la lycanthropie, cette faculté de se changer en loup-garou renvoyant aux affaires de sorciers et à l’ensorcellement au Moyen Âge.

Les dérives de l’ayahuasca ne résident pas uniquement dans une emprise chimique mais aussi sur l’action pharmacologique spécifique censée traiter les addictions au cannabis notamment. Particularité qui oppose les scientifiques rationalistes à ceux du MAPS (The Multidisciplinary Association for Psychedelics Studies), un organisme privé financé par des fonds tout aussi privés où le pire côtoie le meilleur. Le MAPS regroupe les scientifiques prosélytes des psychédéliques dans le soin psychique à la place des molécules officielles et des psychothérapies alternatives, se substituant aux psychothérapies officielles (psychanalyse, TCC).

On  trouve dans la base de données Pubmed des articles scientifiques de bonne facture dans le PLos One ou  dans des revues de pharmacologie;   celui de Favaro qui a étudié les effets à long terme sur la mémoire ou les effets neurotoxiques de l’ayahuasca chez le rat. Et il y a bien une étude préliminaire sur l’action antidépressive de l’hallucinogène. Des études préliminaires, et éventuellement des essais pré-cliniques sont la norme pour des futurs médicaments. C’est vrai que des scientifiques se sont penchés sur les effets des drogues hallucinogènes à l’instar du chercheur David Nutt du département de neuropharmacologie et de l’imagerie moléculaire à l’Imperial College de Londres. Franz Vollenwerder de l’Université de Zurich, est aussi l’un de ces très rares scientifiques à poursuivre des recherches sur les psychédéliques. Mais si ce pan de la recherche peut s’avérer éventuellement prometteur, il faudra que les psychédéliques étudiés démontrent qu’ils sont plus efficaces que celle des molécules commercialisées, suivant les règles de l’Evidence Based Médecine. Et cette méconnaissance du grand public sur les protocoles de la recherche scientifique favorise les charlatans du chamanisme et du narco-tourisme.

Une grande partie de l’emprise mentale sous ayahuasca se met insidieusement en place après/ou en même temps que l’emprise chimique. Cette conséquence provoque une modification cognitive et comportementale par l’adhésion à des croyances au surnaturel. L’un des objectifs recherché dans la thérapie chamanique à l’usage des Occidentaux est d’occulter leur mode de pensée cartésien pour déstructurer leur vision du monde à l’origine de leur mal être. La pensée magique devient alors un mode de fonctionnement qui doit être prioritaire par rapport à la pensée rationnelle. L’irrationnel devient l’indice de normalité nécessaire de la nouvelle personnalité. Ce process de double emprise (chimique et cognitive) se fait en partie lors des phases hallucinatoires lorsque la personne est fortement suggestible et est dépendante d’une aide extérieure pendant la phase d’ivresse spécifique à cette drogue. La grande difficulté pour recueillir les propos des victimes est d’arriver à lever leurs résistances liées à cette pensée magique ; elle induit chez les victimes des peurs irrationnelles liées à l’existence de la magie noire, de la sorcellerie, bref à la réalité du paranormal.

 

Le contrepoint d’un médecin péruvien  (non chaman) interviewé est sans appel : il se montre très réservé sur ce tourisme hallucinogène, et il déconseille fortement l’hallucinogène aux Occidentaux qu’il évalue dangereux pour eux. Les recommandations des dirigeants des centres de vacances hallucinogènes listant les contre-indications pour ceux qui souffrent d’hypertension, de troubles cardiaques ou qui suivent un traitement antidépresseur sont nettement insuffisantes. Pour réduire les risques liées à la prise du psychédélique amazonien, il faudrait que les vacanciers se munissent d’une expertise psychiatrique et de plusieurs certificats médicaux.

C’est en fait, un véritable narco-tourisme. L’ambassade de France au Pérou met en garde les voyageurs sur son site interne même si le Pérou a classé l’ayahuasca au patrimoine culturel de la nation. Alors si vous êtes tenté par ce tourisme hallucinogène, ce sera à vos risques et périls.

Si le reportage date de 2008,  les faits décrits ne sont pas obsolètes. Le tourisme hallucinogène continue à prospérer. Son masque est aussi sous le label d’éco-tourisme, et ces stages découvertes sont présentés « comme une protection contre les maux de la société  contemporaine matérialiste».

Les années ont passé, mais ces faits sont toujours actuels, et même s’il ne s’agit que de cas isolés de nature sectaire, l’ayahuasca est une drogue très prisée par les cadres de la Silicon Valley. On la consomme comme du café à San Francisco. Si vous doutez des mises en garde sur la dangerosité de l’ayahuasca, lisez ces quelques témoignages récents avant de prendre la liane de la mort: en 2009, deux touristes italiens sont retrouvés en Équateur découpés à la tronçonneuse. En 2014, un Canadien poignarde un Britannique au Pérou.

Alors, êtes vous toujours tentés par un trip aux portes de la perception qui peut vous laisser sur le carreau? Si oui, alors à vos risques et périls, et vous avez en prime même la  vidéo reportage de Envoyé Spécial!

 

 

 

 

à la Une

AU SUJET DU RÔLE DES ANIMAUX EN THÉRAPIE.

Levinson devint l’instigateur de la Pet Therapy dans les années 60.

DSC_2525

 

À Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), un EPHAD a accueilli à la plus grande joie de ses pensionnaires, un chien d’assistance. Même genre d’initiative à Pézillac-la-Rivière  (Pyrénées Orientales) un chiot il y a deux ans. Le rôle des animaux incitent les résidents à créer du lien, à s’ouvrir au monde extérieur, et à reprendre confiance en eux. octobre 2014, lle droit français reconnaît que les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Jusqu’à présent, ils étaient considérés comme des biens ou des meubles (comme une chaise). Les nombreux amoureux et possesseurs d’animaux n’ont pas attendu l’évolution du droit français pour s’en rendre compte.

La France compterait une population de 63 millions d’animaux familiers. Avoir un animal pour combattre la solitude arrive en tête  des raisons invoquées sur de nombreux sites. Cela paraît généraliste et sous-entend que l’animal est un substitut de l’humain,  et dénigre l’amour des animaux. C’est presque un reproche visant à culpabiliser le ou les propriétaires d’animaux de compagnie qui seraient défaillants dans la relation à l’Autre, et n’ont d’autre choix que de faire un transfert sur ces «boules de poils à quatre pattes ».L’animal est bien présent dans les sciences humaines. La psychologie se sert de l’éthologie animale. L’étude du comportement animal  est comparé avec celui des hommes, notamment sur le langage, certaines taches cognitives, empathie et émotions diverses, etc.

Parfois, il y a eu un surinvestissement sur certaines capacités cognitives attribuées aux animaux supposées se calquer à celles de l’homme. Ce fut le cas sur l’acquisition du langage chez les grands singes. Il y a eu trois grandes décennies d’expériences scientifiques sur le langage chez les primates, se contredisant parfois les unes avec les autres. Les études sur les singes montrent qu’ils disposent de capacités cognitives sous-jacentes au langage. Comme l’affirme le linguiste Noam Chomsky, (peu fan des études sur les singes parlants) : «le langage n’est pas une spécificité génétique de l’homme mais une compétence dont on retrouve les racines chez les grands singes.»

En 2014, un selfie fût attribué à un macaque. L’éthologue Frans de Waal de l’université d’Emory (Atlanta) met les choses au point: «Les macaques de Sulawesi ne reconnaissent pas leur reflet»… « Mais ils sont intéressés, ils grimacent». Seuls quelques grands mammifères ont passé avec succès le test du miroir imaginé par le psychanalyste Jacques Lacan qu’il destinait à l’enfant. Les orques et les dauphins s’examinent en utilisant le test du miroir. Les félins ont été recalés au test. La reconnaissance de soi existerait également chez la pie.

On sait aujourd’hui que les rats peuvent apprendre les règles abstraites qu’ils pourront appliquer à de nouvelles situations.  Et parfois la mémoire de l’animal est comparée à celle de l’homme, et certains résultats peuvent s’avérer surprenants. Lors d’une étude menée par des chercheurs de l’université de Kyoto, Ayumu un singe s’est révélée à la fois plus rapide et plus efficace que les étudiants humains recrutés pour l’occasion.

Ces expériences scientifiques et comportementalistes apportent la preuve que l’animal est un être sensible, et qu’il faut penser le rapport homme/animal en thérapie. L’effet bénéfique de l’animal sur l’homme était déjà reconnu au XVIIe siècle. Au 18e et XIXe siècle, diverses espèces d’animaux étaient intégrées au sein de plusieurs institutions de soins en Angleterre et ailleurs. On introduisait des Lapins et des volailles dans les asiles pour que les patients prennent soin d’eux et se responsabilisent. La Yord Retreat, un asile anglais ouvert en 1796, servit de modèle pour les autres asiles dans le monde et fut la pionnière dans l’utilisation intensive d’animaux pour faciliter les thérapies. Pour la première fois, les patients atteints de troubles mentaux pouvaient circuler librement dans les enceintes d’un bâtiment, où des animaux domestiques avaient été introduits.

La Thérapie Assistée par l’Animal (TAA) est une méthode d’intervention utilisée comme auxiliaire aux thérapies conventionnelles ou l’animal joue un rôle de médiateur entre le thérapeute et la personne dans le besoin. La TAA est à distinguer de l’Activité Assistée par l’Animal (AAA), qui est, de manière générale, une méthode préventive utilisant l’animal dans le but d’améliorer la qualité de vie de la personne ciblée en la motivant À participer à des activités récréatives  où l’animales est le centre d’intérêt. Ce qui est différent dans la TAA ou l’animal est  un médiateur. Difficile de faire la différence mais il y a une subtilité supplémentaire avec la TAA. C’est avant tout une façon de travailler, et non une profession. En France, on parle plutôt de zoothérapie.

Dans les années 70, deux psychiatres américains, Samuel et Elisabeth Corson, en mettant en présence des chiens et des adolescents perturbés ne réagissant ni aux neuroleptiques, ni aux électrochocs (c’était le protocole thérapeutique de l’époque) obtiennent des résultats prometteurs.

Le docteur vétérinaire Ange Condorcet, étudiant dans les écoles, des hôpitaux psychiatriques et les cabinets vétérinaires la relation particulière entre l’enfant et son animal familier, découvre le chien comme déclencheur de communication.

C’est  Boris Levinson, psyschologue à l’université de Yeshiva aux USA, le principal pionnier de la TFA (thérapie facilitée par l’animal) qui démontra, en 1950, le rôle thérapeutique complémentaire de l’animal durant des séances de thérapie. Une interaction s’établit par hasard au cours d’une consultation  entre le chien du psychologue et un jeune autiste avec lequel il joua. Cette interaction privilégiée permit à l’enfant de parler pour la première fois. L’enfant demanda à revoir le docteur Jingles (le chien) qui était pour lui « un drôle de médecin». Levinson devint l’instigateur de la Pet Therapy dans les années 60.

L’animal, par sa simple présence, renforce le lien de confiance entre le thérapeute et le patient. Le thérapeute accompagné de son animal se voit attribuer les mêmes qualités que celui-ci : amical, tranquille, rassurant, etc. Comme il ne parle pas, la projection sur l’animal est facilité. Il peut aider à exprimer et à partager des sentiments et des émotions.

C’est à partir de 1980, que la TAA a pris son essor aux Etats-Unis. Au Canada, en Suisse des associations de TAA sont déclarées d’utilité publique. C’est une méthode clinique qui cherche à favoriser les liens naturels qui existent entre les humains et les animaux à des fins préventives et curatives.

En 1988, l’institut de zoothérapie du Québec en donne la définition suivante: « activité qui s’exerce, sous forme individuelle ou de groupe, à l’aide d’un animal familier, soigneusement sélectionné et entraîné, introduit par un intervenant qualifié dans l’environnement immédiat d’une personne chez qui l’on cherche à susciter des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif.»

Pour Caroline Bouchard, responsable de l’association internationale pour la Zoothérapie, «la TAA réunit des praticiens des sciences médicales et des sciences humaines dans une action concertée visant à améliorer le cadre de vie, créer un cadre favorable aux traitements des maladies mentales  ou physiques, et a contribuer en général au mieux-être de la communauté.»

Une psychologue clinicienne canadienne décrit avec passion sa pratique de TAA :  « Je travaille avec des animaux dans ma pratique privée auprès de mes patients. Surtout chez les enfants et les adolescents mais aussi chez les adultes parfois. Les gens apprécient beaucoup la présence des chats. Nous en avons quatre (Philomène, Félix, Wilson et Zorro). Nous avons aussi quelques chiens occasionnellement, et dans notre salle des animaux, un furet, des lapins, deux cochons d’Inde, deux tourterelles rieuses et…. Léo le hérisson !»

« Dans un premier temps, ça a un effet apaisant chez le patient. L’animal peut aussi être utilisé pour évoquer les symptômes d’un enfant ou encore de ses pensées ou ses émotions, ce qui est moins confrontant pour lui. C’est aussi agréable pour le thérapeute puisqu’il aime la présence des animaux lui aussi. »

La TAA est bénéfique aux personnes âgées placées en institution.

Mc Quillen ajoute que des activités régulières de TFA offertes dans une unité de soins de longue durée en Saskatchewan ont permis d’alléger l’isolement et la privation sensorielle des participants. Il attire l’attention sur l’importance du toucher affectif que procure l’animal pour les personnes en institution ayant des privations sensorielles et ayant une diminution de relations significatives.  (Fick KM. The influence of an animal on social interactions of nursing home residents in a groupe setting. The American Journal of Occupational Therapy. 47, 529-534 ; 1992.)

Si aujourd’hui, des chiens sont accueillis dans des EPHAD, c’est bien la mise en pratique (bien tardive au passage) des résultats d’une enquête nationale AFIRAC & ADHEPA qui date de 1994. Elle avait démontré  les bénéfices suivants, dus à la présence d’un chien : une augmentation du sentiment d’utilité, des contacts sociaux, de la vigilance, de la mobilité et de l’autonomie .

Dans un excellent mémoire de thèse déniché sur le net, avec une méthodologie pointue digne de l’Evidence Based Medecine, Monique Hacklinger décrit les bénéfices du contact visuel entre le chien et les personnes âgées :

« Au cours de plusieurs séances de TFA j’ai pu remarquer que cette interaction « œil  à œil  » était recherchée, provoquée très souvent par les résidentes. Elles appellent le chien, prennent sa tête dans leurs mains, tiennent sa patte, posent la main sur sa tête, l’embrassent. Elles ont besoin de ce regard qui ne juge pas, ne renvoie pas d’image négative, dévalorisante. Image qui leur est si souvent renvoyée par le miroir ou le regard de l’Autre.» et elle poursuit: « L’animal installe, par sa présence, un système de relations triangulaires et joue le rôle de médiateur social. Il ne s’agit plus d’une relation entre deux êtres humains mais d’une relation entre deux individus, la personne âgée démente et le thérapeute, qui passe par un intermédiaire : le chien.»

Après un long travail méthodologique et d’observation avec son propre chien Grower, et conforme à l’obtention d’un diplôme de troisième cycle de psychologie et de psychopathologie du vieillissement, Monique Hacklinger conclut que la présence d’un chien améliore la communication et la socialisation des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer (ou démentes).

En France, il n’existe pas de profession de TAA réglementée par la législation. On préconise au moins une formation de base paramédicale ou médico-sociale pour après se spécialiser dans la TTA  de l’animal de son choix : TAA par le cheval, par le chien, les cétacés.

Malgré le flou qui entoure la TAA, certaines études universitaires montrent qu’il faut la prendre au sérieux, et qu’en France, elle devrait intéresser plus de professionnels de la psychiatrie, de la psychanalyse et de la psychologie.

Mes remerciements à Sylvie Corneau, psychologue clinicienne au Canada, pour m’avoir inspirée pour ce post, il y a deux ans. Une première version de ce post a été publié sur le précédent blog :

https://autreregardsurlapsychologie.blogspot.com/2016/12/penser-la-therapie-avec-les-animaux.html

Sources:
http://www.sciencesetavenir.fr/insolite/20140917.OBS9423/ceci-n-est-pas-un-selfie-de-macaque.html

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Pourquoi-changer-le-statut-juridique-de-l-animal-2014-10-30-1256871

http://www.psychoweb.fr/news/27-intelligence-animale/

http://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/20120112.OBS8650/si-les-singes-savaient-parler.html

http://www.scienceshumaines.com/burrhus-frederic-skinner-1904-1990-l-apprentissage-au-coeur-de-l-humain_fr_22622.html

http://www.relation-aide.com/dos_description.php?id=132

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Retreat

http://www.ohmymag.com/best-friends/zootherapie-des-chiens-adoptes-par-des-maisons-de-retraite_art117212.html

à la Une

ALTER SCIENCE ET PSEUDO-SCIENTISME

Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même. Il cite certains de ses scientifiques renommés qui se sont détournés de la science.

La pensée irrationnelle fait des ravages dans les sciences humaines, la psychologie, et touche curieusement de plus en plus la médecine et tout le domaine de la science. L’un des meilleurs exemples est l’opposition, depuis plusieurs semaines, sur les réseaux sociaux, entre anti vaccins et partisans de la vaccination obligatoire. Si tout débat est légitime, de nombreux mensonges de nature pseudo-scientifique (ou omissions d’ailleurs) peuvent polluer le débat (ou tout débat d’ailleurs sur n’importe quel sujet) et se propager comme une traînée de poudre. Ce post ne vous propose pas de refaire le monde autour de l’intérêt de la vaccination et de ses composants supposés toxiques, mais plutôt d’ouvrir une brèche sur la pensée irrationnelle et les croyances dont ont pu faire preuve, par le passé des scientifiques renommés. Et ce, avec un livre qui remet les pendules à l’heure sur les théories dites alternatives: « Alter Science, Postures, Dogmes, Idéologies » d’Alexandre Moatti. L’auteur est chercheur associé au Laboratoire SPHERE de philosophie et histoire des sciences à l’Université Paris-Diderot. Cet ouvrage date de 2013, mais il est toujours d’actualité et donne matière à réflexion sur certains débats qui agitent régulièrement les actualités médicales et scientifiques..

 

Quel est le sujet du livre?
Un article du site Science et Pseudo Science résume ainsi la pensée de Moatti: il « constate un certain rejet de la science contemporaine et de ses productions : rejet, non seulement de l’utilisation technique qui peut être faite de telle ou telle découverte, mais aussi rejet de la démarche et de l’expertise scientifique voire de l’activité de recherche elle-même.»L’alter science se distingue du pseudo-scientisme comme par exemple l’astrologie. Avec l’alter science, on est dans le domaine des croyances dont la diffusion est facilitée par une certaine notoriété déjà existante de celui qui la diffuse…

Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même. Il cite certains de ses scientifiques renommés qui se sont détournés de la science. L’auteur distingue l’alterscience des pseudo-sciences comme par exemple l’astrologie. L’alterscience relève du domaine des croyances dont la diffusion est facilitée par la notoriété déjà existante de celui qui la propage.
« On connaissait les magiciens de la guérison, les conteurs de cosmogonies exotiques et tous ceux qui ont recours à la pensée magique pour expliquer le monde ou les tourmentes des corps. Voici maintenant les « alterscientifiques » : sous ce mot l’auteur, regroupe des hommes de sciences, souvent reconnus, qui, à un âge avancé, développent une théorie alternative.

Et à l’aide d’exemples, Alexandre Moatti appuie sa démonstration.

Les raisons des  dérives de ces scientifiques sont multiples. Certains sont des scientifiques autrefois reconnus, aujourd’hui en mal d’attention, comme le climatosceptique Claude Allègre, mais d’autres adhèrent à une idéologie, comme les deux prix Nobel de physique, Philipp Lenard (Nobel 1905) et Johannes Stark (Nobel 1919) qui commencèrent à théoriser une « Physique allemande » tout en s’engageant aux côtés d’Hitler.

La version contemporaine, moins connue est le mouvement « solidarité et progrès » de Lyndon Larouche (né en 1922) dont le représentant en France est Jacques Cheminade, candidat aux élections présidentielles en 1995 et à d’autres. S’engageant en faveur l’énergie nucléaire – le titre de leur revue Fusion en dit long- et vantant les mérites de la conquête spatiale, développant une autre histoire des sciences, contestant la physique quantique probabiliste – à cause de la limite qu’elle oppose à la connaissance humaine.

D’aucuns ont eu une révélation! C’est le cas de l’ingénieur Hörbiger, qui un soir d’automne 1894, en observant la Lune a eu l’idée qu’elle était fait d’un bloc de glace, de quoi développer une cosmogonie de glace. À travers une dizaine d’exemples – depuis l’affaire des avions renifleurs jusqu’aux tenants du géocentrisme, Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même.

Et qui ne se souvient pas de la fameuse imposture scientifique de la « mémoire de l’eau » du Dr Jacques Benvenista? C’était en 1988, et c’est sous ce titre « Une découverte française pourrait bouleverser les fondements de la physique: la mémoire de l’eau » que le  journal le Monde titra cette supposée nouvelle révolution copernicienne. De la physique quantique? Que nenni! Le Dr Jacques Benveniste, médecin et biologiste directeur de l’unité 200 de l’Inserm avait découvert que l’eau avait une « mémoire », et offrait ainsi une légitimité rationnelle au fonctionnement sous-jacent de l’homéopathie, supposant démentir les arguments de ses détracteurs sur son efficacité et un unique effet placebo.

La fameuse revue Nature se prêta au jeu de cette théorie en proposant une expérimentation sur la mémoire de l’eau et sa conclusion fût la suivante: Elle « accusa le coup et publia un rectificatif concluant : « L’hypothèse selon laquelle l’eau garderait la mémoire d’une substance qu’on y a diluée est aussi inutile que fantaisiste. ». Mais trop tard, le mal était fait, Nature (et le Monde du même coup) s’était ridiculisé en publiant un article avant d’en avoir vérifié le contenu (ce ne sera pas la seule fois) cédant aux sirènes du scoop, tout le tapage médiatique de l’extraordinaire « nouvelle » fit certainement beaucoup plus de bruit que celle de son démenti.» (

L’intérêt de cet ouvrage est indéniable et il développe l’esprit sceptique et cerne avec des exemples pertinents les parti-pris anti-scientifiques. Et il s’en trouve des alterscientifiques pour brouiller les fondements de la science.

 

Notes: 

 Extrait de l’article du site « Moatti1 constate un certain rejet de la science contemporaine et de ses productions : rejet, non seulement de l’utilisation technique qui peut être faite de telle ou telle découverte, mais aussi rejet de la démarche et de l’expertise scientifique voire de l’activité de recherche elle-même. Son objectif, dans cet ouvrage, est de dégager, en s’appuyant sur des exemples contemporains et historiques, les traits de pourfendeurs de la science. Ceux-ci, souvent scientifiques ou ingénieurs de formation ou même de profession, s’élèvent contre la science académique et développent, en parallèle à celle-ci, une science « autre » qui est aussi une science « altérée », que l’auteur appelle justement, en référence à ces deux aspects, « alterscience ». Ces dérives sont retrouvées dans les divers domaines scientifiques, la physique, la cosmologie, la biologie : en fait, l’alterscience a, souvent, une visée explicative globale et s’inscrit en opposition au réductionnisme scientifique.»

à la Une

AUTISME: LA COMMUNICATION FACILITÉE, UNE PSEUDO-SCIENCE!

La Communication Facilitée est une thérapie pseudo-scientifique qui vient rejoindre la cohorte des thérapies alternatives.

3ed6690ce045bd43f86b7c2b0acd47f3
Simple Clavier en bois, juste esthétique

En France, depuis 2005, les plans sur l’autisme se succèdent sans grand résultat. Notre pays aurait toujours 20 ou 30 ans de retard par à rapport à d’autres pays modèles. Il y aurait un fossé entre l’Amérique du Nord et l’Europe sur l’utilisation de méthodes qui donnent des résultats satisfaisants. La désaffection des pouvoirs publics pour la prise en charge des autistes peut inciter leurs parents à se tourner vers des méthodes pseudo-scientifiques.

 

L’une d’elles est la Communication Facilitée (CF) ou Psychophanie. Elle a été conçue en 1992 par l’Australienne Rosemary Crossley, enseignante. Elle s’adressait d’abord au départ aux enfants souffrant de paralysie cérébrale, puis a été étendue aux personnes atteintes d’autisme. La théorie de base de la CF est que la sociabilité et la communication sont gravement altérées dans l’autisme. Le dysfonctionnement moteur des autistes est indépendant de leur psyché. Malgré son pseudo scientisme, la CF va devenir populaire grâce à des shows télévisés, et se diffuser par l’intermédiaire de cliniciens renommés outre-Atlantique. Dans les années 90, rapidement, la  Communication Facilitée va devenir la méthode de référence pour la prise en charge de l’autisme et d’autres troubles envahissants du développement (TED). Un département spécial dévolue à la CF va être créé par l’université de Syracuse (état de New York)  pour former  en pagaille des thérapeutes. Ainsi que le souligne Brian J. Gorman: « La communication facilitée étonne parce qu’elle est allée plus loin que toute autre science bidon à la mode, et que son effet a été ressenti au sein de la famille, de l’école, des universités, du droit et même des arts.»

Comment se pratique la Communication Facilitée?
La CF a sa novlangue. Le thérapeute est appelé « Facilitant », et aucun apprentissage et prérequis  n’est exigé.  Le patient, lui, est le « Facilité ». Le Facilitant doit juste faire preuve de sensibilité, et solliciter la pensée irrationnelle, pour ne pas dire magique et ésotérique. Le facilitant s’adresse à l’âme du facilité qui, elle n’est pas handicapée. C’est le principe de la télépathie et de la parapsychologie.

Il n’y a pas de support agréé pour la CS. Il faut simplement qu’il y ait un clavier avec des lettres et un pictogramme. Pour que le contact passe d’âme à âme, le facilitant saisit fermement la main du Facilité, sans dépasser son index et la pose sur le clavier. Alors, le Facilité va pouvoir délivrer des messages sous la guidance du Facilitant qui va les lire à haute voix. D_Q_NP_958905-MLM25086219355_102016-QOn pense au Oui Ja, cette planche composée de lettres et de chiffres utilisée dans les séances de spiritisme pour communiquer avec  les esprits! Certains autistes, en communiquant grâce à la CF, auraient révélé des dons littéraires prodigieux, constituant ainsi des preuves pour démontrer que c’est une méthode miraculeuse.

La Communication Facilitée a fait l’objet de plusieurs études scientifiques rigoureuses (autour de 70), et les conclusions sont sans ambages sur les messages supposés être ceux des autistes. Leur origine est attribuée aux facilitants sans qu’ils en soient conscients.

« L’intellectual Disability Review Panel », une commission d’étude des handicapés intellectuels qui s’est penchée sur la CF souligne que les personnes atteintes de handicap mental sont « extrêmement influençables et facilement sous l’emprise de personnes ne mesurant pas à quel point, elles les influencent.» Le pouvoir de la suggestion en a égaré plus d’un! Maryanne Gary et Robert Michael, deux psychologues de l’université Victoria de Wellington ont exploré les relations entre la suggestion, la cognition et le comportement.

En 1994, l’APA (American Psychological) prend position contre la CF: «la communication facilitée est une procédure de communication controverse non prouvée, aucune démonstration scientifique ne vient soutenir son efficacité. »

En 2004, en France le Conseil National de l’Ordre des Médecins émet un avis défavorable sur la CF. Deux ans après, en 2006, la CF est dénoncée à son tour dans le rapport d’enquête de la commission parlementaire sur les sectes comme une pratique portant atteinte à la dignité des enfants handicapés: «…la communication facilitée ne peut être réduite à n’être qu’une version modernisée du spiritisme, et somme toute, un procédé charlatanesque comme un autre. Cette supercherie ne fait que tirer profit du désarroi es parents des handicapés; elle porte atteinte aux droits fondamentaux des enfants•»

L’ambiguité de cette méthode réside dans le fait qu’on peut la confondre avec Communication Augmentée et Alternée (CAA), elle aussi appliquée aux autistes, et pratiquée par des orthophonistes. Certains de leurs éléments se ressemblent furieusement. La communication augmentée et empirique, et elle utilise le même type de matériel que la CF.  Et vice versa. Pour le néophyte, difficile de se repérer dans les deux méthodes à partir du moment où un clavier d’ordinateur ressemble à un autre, et il n’y a pas de matériel labellisé pour l’une ou l’autre méthode.

La CAA a commencé dans les années 50 pour aider ceux qui avaient perdu la capacité de parler avec une opération et s’est diffusé ensuite à toutes sortes de handicaps. L’évaluation des capacités d’un utilisateur en CAA nécessite un bilan visuel et cognitif ainsi que l’évaluation de ses forces et faiblesses en matière de langage et de communication. Même empirique, la CAA n’est pas du paranormal mais une aide efficace sous condition qu’elle ne soit pas amalgamée à la CF, comme on peut le voir sur certains sites d’orthophonistes.

Ce qui différencie la Communication Alternative et Augmentée de la CF et que le dispositif fait appel a la volonté l’utilisateur, y compris le plus petit mouvement musculaire. Mais parfois sur certains sites consacrés aux méthodes conseillées pour les autistes, on parle de la CAA au même titre que de la CF.  Alors vigilance! Surtout en France!

En 2004, un article de Nouvelles Clés fait état d’un millier de facilitants formés dont plus de 200 thérapeutes professionnels, médecins ou paramédicaux. Lors d’un entretien accordé à Nouvelles Clés, Anne-Marguerite Vexiau prétend mettre en contact grâce à la CF la conscience des foetus et des embryons, et propose un registre spirituel ou transpersonnel: « L’action des morts tient toujours une place dans les propos des Facilités, et tout spécialement celle des enfants perdus à la naissance. »(Notes d’Anne-Marguerite Vexiau confiées à Nouvelles Clés). On est en pleine parapsychologie et spiritualité new-âge!

Depuis 2010, la pratique de la CF n’est pas recommandée par la HAS (Haute Autorité de Santé): « Les techniques de Communication Facilitée où un adulte guide le bras de l’enfant, n’ont pas fait la preuve de leur efficacité, et sont jugées inappropriées pour les enfants/adolescents avec TED. Il est recommandé de ne plus les utiliser. La Communication Facilitée ne doit pas être confondue avec la mise à dispositions d’aides  techniques ou supports à la communication (images, pictogrammes).»

Miguel Maneira, directeur fondateur « d’Autismes et Potentiels », étrille l’Association d’Anne-Marguerite Vexiau « Ta Main Pour Parler (TMPP) », le site dévolu à la CF. Il insiste sur son site web sur les sérieux préjudices de la CF constatés aux USA, en Espagne, l’Écosse et la Nouvelle Zélande. Parmi les dérives nuisibles de la CF, les sceptiques ont remarqué une similitude entre la CF et les thérapies de la régression, visant à faire  resurgir des souvenirs refoulés. Des parents lors de messages délivrés par leur enfant (sous la guidance  de facilitants) ont été accusés d’inceste, et se sont retrouvés devant les tribunaux.

Mary Morton, l’une des principales responsables de la CF avait noté que: «La Communication facilitée n’est jamais aussi rapide, ni aussi aisée qu’une conversation normale…le message peut-être incomplet. Les lettres ou les mots choisis peuvent ne pas correspondre à ce que veut exprimer le sujet.» Cette affirmation de Mary Morton sur les (fausses) limites de la CF donne le ton sur l’absence de sérieux scientifique de la Communication Facilitée.

 

Dans le cas des accusations d’inceste, sans faire preuve de mauvais esprit, on est en droit d’affirmer que c’est l’imprécision et la compréhension des messages des facilités qui ont précipité les parents devant les tribunaux! À l’instar du Oui Ja, dont les druides se servaient comme une planche maléfique pour communiquer avec les forces démoniaques, la  CF se transforme en méthode diabolique. Lors de procès outre-Atlantique, les tribunaux avaient mis au point des parades pour confondre les Facilitants, et montrer l’absence de fiabilité de la CF. L’une d’elles consistait à envoyer le facilitateur dans une pièce voisine, afin qu’il ne puisse ni voir, ni entendre pour ne pas influencer l’enfant. Pendant l’absence du facilitant, des objets étaient donnés à l’enfant qu’il devait nommer, et on faisait revenir le facilitant pour l’aider à donner les réponses sur les principes de la CF! Inutile de dire que dans ce cadre là, les résultats de la CF furent loin d’être miraculeux !

Et l’état des lieux aujourd’hui sur la Communication Facilitée? La formation est prospère, et un site officiel lui est consacré malgré les mises en garde des sceptiques. On constate souvent que les Facilitants se targuent d’être bénévoles, et ont à leur actif d’autres méthodes de thérapies critiquées par les sceptiques comme la psychogénéalogie, les constellations familiales,le décodage émotionnel, etc.

La Communication Facilitée est une thérapie pseudo-scientifique qui vient rejoindre la cohorte des thérapies alternatives.

 

Notes: Les causes de l’autisme sont toujours incertaines. Pendant longtemps, les mères furent longtemps tenues responsables de l’autisme de leur enfant. Le psychiatre australien Léo Kanner, dans les années 50 avec Bruno Bettleheim et son fameux livre sur les autistes « La Forteresse Vide » contribuèrent à diffuser ce message anti-parents. Aujourd’hui, avec le développement des neurosciences, les revues de vulgarisation scientifique parlent des dernières pistes. Cela va du faux pli dans le cerveau (anomalies détecté dans l’aire de Brocca) identifié par des chercheurs du CNRS. La prise d’antidépresseurs pendant la grossesse augmenterait le risque de développer un TSA. Les différences d’âge des parents : augmentation de risque pour le fœtus de TSA pour les plus 40 ans, et en flèche pour les petits 50 ans. Et encore un lien avec les vaccins, et le diabète de grossesse. Voilà quelques unes de ces (supposées causes) non exhaustives.

Sources:
à la Une

FAUT-IL OUBLIER LA PYRAMIDE DE MASLOW?

Abraham Maslow est d’abord connu pour sa pyramide des besoins à 5 niveaux qu’il créa en 1942. Cette pyramide constitue l’une des théories de la motivation.

pyramide-de-maslow-definition
Au XX siècle, la psychologie s’est en priorité centrée sur le trouble mental, et ce au détriment  d’une vision globale de l’être humain.  Et pourtant, le courant humaniste a su replacer la personne humaine au centre de la recherche en psychologie. Il a été élaboré en réponse au mécanisme béhavioriste refusant d’inclure la conscience parce que non mesurable et le déterminisme réductionniste de la psychanalyse classique.
Alors commençons par le début !

 

Abraham  Maslow (1908/1970) est considéré comme le père de la psychologie humaniste . Il a d’abord enseigné la psychologie à l’université du Wisconsin. Puis, il a fait un bref séjour dans l’industrie de 1947 à 1949 pour redevenir enseignant à l’université du Massassuchets.

A.Maslow définit l’esprit de la psychologie humaniste comme suit: « Lorsque nous demanderons un homme de nous parler de la vie, de sa vie nous traitons avec son essence même. » Conception très proche de ce que Jung nommait le Soi, le centre de la personnalité tout entière. Le Soi rassemble le conscient et l’inconscient. Le Soi étant une entitée sur-ordonnée au Moi, il constitue une personnalité plus ample. D’ailleurs, dans sa théorisation, il s’est efforcé d’intégrer la pensée de Jung mais aussi celles d’Adler, de Jung, Levy, Fromm, Horney ou Goldstein. Le courant humaniste est étroitement lié au mouvement du potentiel humain. Dans cette conception, les problèmes individuels sont liés à l’environnement ou la société, et les qualités intrinsèques à chaque personnes ne sont pas mises en lumière, causant ainsi une névrose. C’est une vision différente de Freud et de Jung, qui pensent que le Mal a son siège dans la nature elle-même.

Concernant la nature humaine, Maslow est bienveillant : « Cette structure intérieure (de chacun) n’est pas d’abord simplement et nécessairement mauvaise. Les besoins  fondamentaux concernant la vie, la sécurité, la propriété, l’affectivité, l’estime des autres de soi, la réalisation personnelle, les émotions humaines fondamentales et les capacités humaines essentielles sont neutres, pré-moraux  ou même positivement bons. L’agressivité, le sadisme, la cruauté et la malice ne semblent pas être des éléments primaires mais constituer plutôt de violentes réactions à la frustration et aux besoins des émotions.»

Abraham Maslow est d’abord connu pour sa pyramide des besoins à 5 niveaux qu’il créa en 1942. Cette pyramide constitue l’une des théories de la motivation. On entend par motivation des forces qui agissent sur la personne (ou à l’intérieur de sa psyché) pour la pousser à se conduire d’une certaine manière, orientée vers un objectif. Et par besoins, pour A.Maslow, ce sont les manques ressentis d’ordre physiologique, psychologique ou sociologique. Cette représentation s’est imposée dans le domaine de la psychologie du travail et la théorie des organisations. Même si elle est critiquable sur de nombreux points.

 

Il existe sur le web de nombreux articles qui expliquent, de long en large, chaque étape de la pyramide, et le lecteur curieux peut s’il le souhaite faire des recherches plus approfondies. Succinctement, au bas de la pyramide, il y a d’abord les besoins qui poussent l’être humain à agir, à parler et à se socialiser. Besoin de nourriture, de sécurité, l’appartenance et d’amour.

Pour Maslow,  lorsqu’un besoin est satisfait, l’homme peut passer a besoin supérieur (ce qu’il ne fait pas toujours),  et au sommet de la pyramide, se trouve le besoin de réalisation personnelle du potentiel humain. « La plénitude de son humanité » (1968).En 1970, en plus des 5 besoins, il rajoute celui du  besoin cognitif  (cognitive need), le besoin de savoir et de comprendre. Également, le besoin esthétique (Aesthetic need) et le besoin de transcendance, de dépassement de soi. Au sujet de la réalisation personnelle, A.Maslow évoque les expériences paroxystiques (Peark Experiences), c’est à dire les moments de bonheur, d’extase et de vécu intense. Ces expériences permettent une intégration profonde des différentes facettes de soi, « au service d’une plus grande maturité ». Cette dernière étape, celle du potentiel humain a ouvert la boite de Pandore du développement personnel et de la pensée positive. Il suffirait simplement de changer en soi pour créer l’abondance, la richesse et le bonheur. Pensez juste et tout arrive par enchantement, et si vous n’y arrivez pas, c’est de votre faute! Combien de personnes ayant foi dans les gourous du développement personnel ont été dévastées psychologiquement! Et le tout s’appuyant sur des théories pseudo-scientifiques.

La pyramide des besoins de Malow est ultra connue (même si elle est réfutée aujourd’hui) en psychologie du travail et délaissée sur le plan clinique. Pourtant l’expérience de Kevin Healy, consultable sur le site Pubmed, intègre la pensée de Maslow dans la clinique. Kevin Healy a une expérience de 30 ans comme consultant psychiatrique dans le domaine de la psychothérapie. Il rejoint Maslow sur les motivations et la satisfaction des besoins physiologiques ,supports de l’homéostasie. Le besoin de sécurité est d’abord celui de l’enfant. Vient ensuite le besoin d’amour qui inclut de donner de recevoir de l’amour, et qui ne rime pas forcément avec le sexe. Quand les besoins primaires sont satisfaits viennent ensuite les autres jusqu’à l’auto réalisation qu’on doit accomplir pour être heureux.

 

Selon lui, Maslow, avait déjà anticipé 20 ans plus tôt les conséquences psychologiques de l’abus de l’enfant,  de l’inceste,  de la séparation et du divorce des parents signant la mort de la famille. Les enfants peuvent s’accrocher à leurs parents par le besoin de sécurité, que par l’espoir de se faire aimer d’eux. A.Maslow anticipa le travail de John Bowlby (1907/1990) sur l’attachement. Il observe que les personnes fortes sont celles qui ont eu leurs besoins de base satisfaits plus, particulièrement dans la petite enfance. Ils ont ainsi pu développer une force intérieure pour appréhender le présent et le futur. Ils peuvent établir des relations profondes avec les autres,  supporter la haine le rejet et la persécution. Il semble probable selon Maslow que la plupart des gratifications viennent des deux premières années de l’enfance. Son travail a permis  d’ouvrir la voie aux idées sur le développement de l’enfant. Et sur ce plan là, A.Maslow n’est pas cité.
De nombreuses critiques sont à formuler sur la pyramide des besoins, notamment sa place dans la théorie des Organisations. Cette simplicité est un faux ami du fonctionnement de la motivation. Et finalement, malgré les apparences, les besoins ne sont pas définis. Mais rien n’empêche d’élargir le concept des besoins avec d’autres apports. Tout modèle est par définition figé, et il est toujours possible de s’en servir comme base de réflexion pour aller plus loin.

 

Dans son article « réseaux sociaux », Pamela Rutlodge souligne que Maslow élude le rôle du lien social. Il organise les groupes de besoins humains en niveau dans une structure hiérarchique.  C’est comparable à la logique des jeux vidéo : « Vous devez remplir les exigences un ensemble de besoin avant de pouvoir passer au niveau supérieur. » le problème, il est la. Aucun de ses besoins n’est possible sans interaction à l’autre, sans lien social et collaboration. Notre dépendance à l’égard de l’autre grandit à mesure que les sociétés sont devenues plus complexes. La connexion à l’autre est une condition préalable à la survie physique et émotionnelle.

Une fois un niveau franchi sur la pyramide, il n’est pas acquis pour toujours. Toute personne est capable de remonter en fluctuant dans la hiérarchie vers le niveau de réalisation personnelle. Malheureusement,  il y a des grains de sable. Les progrès sont souvent perturbés (par défaut) pour répondre au besoin de niveau inférieur. Une expérience de vie (divorce, perte d’emploi, accident, guerre) peut amener la personne à fluctuer sur les niveaux de la hiérarchie. Et ce, tout au long de sa vie. À un moment donné, les besoins peuvent être simultanés ou contradictoires.

Sur le plan philosophique, il y manquerait la notion de liberté, et pourquoi pas, celle si chère à Épicure? L’on ne peut atteindre la liberté que si l’on est relativement indépendant de la pression des contraintes de notre environnement. Et pour y accéder, nous devrions nous demander lesquels de nos besoins et désirs sont essentiels et lesquels ne le sont pas.

On peut aussi critiquer Maslow sur sa méthodologie. L’aspect scientifique de ses recherches n’est pas très rigoureux. C’est vrai! Sa démarche est principalement empirique! Maslow n’a jamais présenté des données pour prouver la pertinence de sa pyramide c’est de l’empirisme pur. Et cela ne veut pas dire non plus qu’il ait forcément tort. La hiérarchie des besoins de Maslow est enseignée comme une façon de comprendre la motivation. La pyramide ne fait pas le distinguo entre les besoins et les désirs.

Il lui est également reproché  de ne proposer aucune piste pour expliquer et traiter les situations de démotivation. Sa théorie est avant tout faite d’hypothèses. De données brutes qui ne sont pas applicables à tout le monde. Et selon certains, ses idées sont très spécifiques à la culture individualiste de l’Amérique. La vieille Europe n’échappe pas non plus cette critique !

Certains ont souligné les définitions culturelles des besoins suivant les pays et aussi la difficulté  de mesurer leur bien fondé, et de les généraliser à des  populations Et en dehors et ses différences culturelles, la pyramide des besoins peine à tenir compte des besoins individuels suivant la personnalité de chacun.

La pyramide des besoins est pour beaucoup un modèle obsolète, et il y a d’autres angles de vue pour appréhender la motivation et les besoins. Ce qu’il faut retenir de la pensée d’A.Maslow, c’est qu’il a ouvert la voie à des idées pionnières qui tiennent compte de la psychologie globale de l’être. Et ça, c’est primordial. Et nous y reviendrons dans ce blog.

à la Une

AVEZ VOUS DÉJÀ ÉTÉ ENLEVÉ PAR DES ALIENS? MOI NON!

La thérapie pour traiter le trauma des personnes kidnappées par des extraterrestres connut son heure de gloire dans les années 60/70 outre Atlantique.

2f4161b337dea56e859ede966a57de13

Le titre de ce post « Avez vous déjà été enlevé par des Aliens? Moi non!  » est volontairement provocateur!

Et n’omettez pas le A majuscule pour Aliens, après tout, ils sont des citoyens de la galaxie comme nous! Mais l’esprit de ce blog n’a pas changé, et il pourfend les dérives des psychothérapies. Alors revenons à nos moutons…

l’histoire de ce cas est relaté dans l’excellent livre Science and Pseudoscience in Clinical Psychology (non traduit en français) des auteurs Scott O. Lilenfield, et de Steven Jay Lynn.

Myra souffre de son dos, et la douleur devenant intolérable, elle se décide à consulter son généraliste. Pour la soulager, il préconise des séances de relaxation, et l’adresse à un psychologue spécialisé dans le traitement de la douleur par hypnose. Les premiers rendez-vous se passent sans histoire. Myra noue avec son thérapeute une alliance thérapeutique classique. Mais les rendez-vous vont rapidement prendre une tournure du troisième type. Au fil des séances, le thérapeute attribue ses douleurs dorsales à un abus sexuel qu’elle aurait subi enfant. Il aurait été perpétré par son père. C’est du moins ce qu’elle lui aurait affirmé sous transe hypnotique. Et de fil en aiguille, les abus sexuels ne s’arrêtent pas qu’à l’inceste. Son oncle aurait eu également des gestes déplacés à son égard.

Seulement voilà, lorsqu’elle n’est plus sous transe hypnotique, elle est amnésique de ces abus intrafamiliaux, et malgré cela, le thérapeute lui soutient mordicus que c’est réellement arrivé. Lors d’une séance, elle lui aurait raconté (toujours sous hypnose) avoir été enlevée par des extraterrestres (E.T). L’OVNI, de forme ovoïde, s’est posé dans la cour derrière la maison de son oncle pour la kidnapper. À bord du vaisseau spatial, les E.T vont pratiquer sur Myra des examens gynécologiques invasifs. Et son mal de dos en est l’une des séquelles.

L’ineffable hypnotiseur et ufologue de son état vante à Myra le bien-fondé des séances d’hypnose; cette méthode est parfaitement adaptée aux victimes d’enlèvement extraterrestre. Car elle permet de raviver les souvenirs enfouis dans l’inconscient, dus à la violence du trauma que représente un enlèvement extraterrestre. Pourquoi?
Parce que les E.T hypnotisent leurs victimes pour effacer de leur mémoire le souvenir de cet enlèvement!  Logique ! Non ? Tenez vous bien, durant trois ans, le thérapeute lui fera suivre une « Thérapie de la Mémoire Retrouvée »  pour qu’elle se souvienne coûte que coûte de ce kidnapping extraterrestre! Au fond d’elle même, Myra sentait bien qu’il ne s’intéressait à elle que lorsqu’elle parlait de ce qu’elle avait vécu à bord du vaisseau spatial, mais elle était sous son emprise.

Au fil des séances d’hypnose, Myra se plaint « d’avoir de moins en moins les idées claires,  elle est ensuquée, perpétuellement épuisée et coupée de ses émotions». Qu’à cela ne tienne, le thérapeute augmentera la durée des séances. Pas moins de 3 heures et pouvant aller jusqu’à 4 heures,  et ce trois fois par semaine. Par ailleurs, il lui interdit de prendre les médicaments prescrits par son médecin généraliste; ceux-ci risquent d’interférer avec sa thérapie pour raviver ses souvenirs.

Le coût de ces séances n’était pas donné, et les économies de Myra fondent comme neige au soleil. Elle arrête sa thérapie faute de pouvoir régler les honoraires de son thérapeute. Après s’être informée sur les dérives de la thérapie de l’enlèvement extraterrestre, elle consulte un avocat et  porte plainte contre le thérapeute. Et les deux parties trouvent un accord pour dédommager Myra du préjudice subi.

 

L’histoire de Myra n’est pas isolée. La thérapie pour traiter le trauma des personnes  kidnappées par  extraterrestre connut son heure de gloire dans les années 60/70 outre Atlantique. On se doute qu’elle est pseudo-scientifique. Elle repose sur un ensemble de doctrines issues de plusieurs ouvrages qui ont comme point commun de postuler que les extraterrestres ont créé artificiellement l’humanité. C’est la théorie des anciens astronautes. Ainsi les mystérieux dessins de Nazca (au Pérou) seraient des pistes d’atterrissage de ces êtres venus d’une autre planète. Les pharaons égyptiens seraient en fait des anciens astronautes venus délivrer des enseignements à l’humanité. En France, toute une littérature ésotérique s’en est emparée, popularisée par les livres de Robert Charroux. De nombreux mouvements sectaires ont fait des E.T leur fond de commerce. Comme la scientologie et la secte de Rael. Claude Vorilhon dit Rael a créé autour des Ufaunotes une secte. Les puys dans le Massif Central sont devenus des pistes d’atterrissage à l’instar de celles de Nazca. Dans les années 70, il a persuadé  ses disciples de la venue des soucoupes volantes. Nombre de People de l’époque ont attendu en vain ces fameux vaisseaux au sommet d’un puy auvergnat!

Le mythe moderne de l’affaire Roswell, maintenu par des mécanismes psychosociologiques, a marqué le début de cet engouement. En juillet 1947,  un OVNI se serait écrasé au sol près de Roswell, au Nouveau Mexique (Etats-Unis). En fait, il s’agirait de la chute d’un ballon-sonde ultra secret mis au point par les Américains, et  destiné à espionner la Russie. L’ufologie s’est particulièrement développée lors du mouvement New Age, et l’avènement de ses thérapies farfelues qui provoquèrent des dommages dans la psyché. L’un de  ces  préjudices qui a encombré les tribunaux américains dans les décennies 70/80 est le False Memory Syndrome (Syndrome des faux souvenirs) induit par une thérapie à base d’EMC (État Modifié de Conscience) comme l’hypnose.  C’est le cas de Myra!

Des thérapeutes se sont spécialisés dans la victimologie de l’enlèvement ET. « Les patients zéro » de la vague de la thérapie de la « Rencontre du troisième type » remontent à 1961. Les époux Betty et Barney Hill  furent enlevés par les Petits Gris ( une espèce d’E.T) en pleine cambrousse, alors qu’ils revenaient du Canada. En proie à de terrifiants cauchemars dus à cette expérience du troisième type traumatisante, ils vont consulter le Dr Benjamin Simon un spécialiste de l’hypnose. Miraculeusement, leurs souvenirs bloqués vont être ravivés, et la thérapie va être un franc succès! Parait-il! Et le top départ de la vague de la thérapie d’enlèvement E.T est donné.

À l’époque, les connaissances scientifiques sur le fonctionnement de la mémoire n’étaient pas celles d’aujourd’hui, validées par les neurosciences et l’IRM qui permet de visualiser les aires du cerveau. On pensait que la mémoire fonctionnait comme un disque dur, et qu’il suffisait de revenir en arrière pour trouver le souvenir traumatisant grâce à l’hypnose. Comment agit l’hypnose sur la mémoire? Si l’hypnose (bien pratiquée) favorise l’émergence de souvenirs, elle n’augmente pas la qualité de la mémoire. Et là, c’est crucial. Le journaliste scientifique Michael Shermer, en 2002, a  inventorié la littérature scientifique et  confirme qu’il est impossible de récupérer des souvenirs malgré ce que les hypnothérapeutes prétendent. La mémoire est un phénomène complexe impliquant des distorsions, des suppressions et des ajouts, et est un processus de fabrication complète.»

L’histoire de Myra n’est pas isolée. Certaines femmes racontèrent (toujours sous hypnose) avoir été engrossées par FIV et utilisées comme mères porteuses pour donner le jour à des enfants mutants (génétique humaine et extraterrestre). Des polices d’assurance proposèrent à leurs clientes une assurance spécifique contre les grossesses non désirées provoquées par les Petits Gris, ou encore une assurance-vie en cas de décès imputable aux Aliens. L’histoire de Myra peut prêter à sourire pour les sceptiques, et on peut se demander comment elle a pu tomber dans le piège d’une thérapie pseudo-scientifique. Mais des spécialistes se sont penchées sur la victimologie E.T.

Le professeur Mc Nally de Harvard a passé 10 ans à étudier les témoignages de victimes supposées victimes des E.T.

Il a dégagé 5 constantes chez ces témoins :

1) Ce sont des personnes souffrant de paralysie post sommeil (paralysie hypnopompique). Parmi ses manifestations, l’activité physique du corps est bloquée. La personne se croit réveillée mais ne peut plus bouger. Cet état s’accompagne d’hallucinations visuelles (comme des lumières clignotantes qui font penser à celles d’un OVNI), ou auditives accompagnées d’un sentiment de panique. C’est une sorte de semi éveil.  Dans cet état, elle peut avoir l’impression d’une présence (souvent maléfique) dans la pièce et se sentir en danger.
2) On pense que 25% des gens éprouveront au moins une fois dans leur vie une paralysie du sommeil. Alors rien d’extraordinaire, sauf pour les ufologues qui, visiblement sont fâchés avec la science.
3) Pour le syndrome des faux souvenirs, MacNally a constaté que les témoins d’enlèvement extraterrestre échouaient aux tests de mémoire classique comparés à d’autres groupes de personnes non enlevées par des extraterrestres. Deux fois plus sur des souvenirs autobiographiques.
4)   Ces personnes ont la particularité d’avoir une imagination débordante, des images vivaces et un fort indice de suggestibilité.
5)  Leurs croyances sont à l’opposé de la science. Elles sont de type New Age et ces personnes sont friandes de médecines alternatives, de guérison holistique, d’astrologie et de divination. Ils adhèrent aux thèses de l’ufologie et de la Science Fantasy.
Toutefois, McNally note que ces personnes ne sont ni stressées, ni déprimées, ni psychotiques et ne semblent pas avoir de problème de santé mentale évident. Alors, on peut toujours blaguer en disant que finalement, les 5 constantes dégagées par McNally ont été implantées par les E.T dans la psyché de  ceux qu’ils ont enlevés! Qui sait ? La vérité est ailleurs…Trêve de plaisanterie!

 

Faut-il nécessairement nier toute forme de vie extraterrestre? Non, il faut simplement voir ce que la science dit à son sujet. Très sérieusement,  elle s’occupe de chercher des traces de vie extraterrestre sur des exoplanètes. Le programme américain SETI (Search Extra Terrestrial Intelligence) a lancé le projet d’observer 2000 naines rouges (espèces d’étoiles) dans l’espoir d’y détecter un signal extraterrestre. En 2015, Stephen Hawking lançait la fondation « Break Through Listen » pour dénicher un signe d’intelligence extraterrestre. L’exobiologiste André Brack pense que la vie peut-être présente sous forme de bactéries.  Et pour le paléontologue Sébastien Steyer « une intelligence extraterrestre est envisageable mais peu probable».

Ces scientifiques renommés acceptent l’hypothèse que d’autres planètes sont habitables, et peuvent contenir une forme de vie, mais jamais, oh non jamais ils n’ont adhéré aux thèses science-fantasy des ufologues, aux soucoupes volantes ou aux Petits Gris. Ni conforté la victimologie d’enlèvement extraterrestre. La tête dans les étoiles mais les pieds sur terre!
L’astrophysicien Roland Lehoucq pense que s’il s’est développé des formes de vie, elles le seraient à partir d’une chimie différente de la nôtre. Les représentations d’Aliens par les auteurs de SF se sont calquées sur notre chimie. Et ces formes de vie n‘ont pas pu emprunter les mêmes chemins que la terre.  « La physique, cependant est universelle, et les mêmes contraintes doivent s’appliquer partout.»

 

Alors, dommage pour ceux qui croient aux Petits Gris, et  s’il y a eu une  rencontre du troisième type, il ne s’agit que de faux souvenirs dus à la manipulation de leur  mémoire.

à la Une

LORSQUE L’ENFANT TÉMOIGNE

Les expériences de laboratoire les plus connues sur les distorsions de la mémoire sont celles de la psychologue cognitiviste Élisabeth Loftus, experte auprès des tribunaux américains.

6a430d24916346b20be04757a2c7268c

 

Dans les années 50, tandis qu’il opère sous anesthésie locale, le neurologue canadien Wilder Pienfield a l’idée de stimuler le lobe temporal de ses patients épileptiques. C’est l’occasion idéale de leur faire décrire leurs sensations. Une quarantaine de patients rapportent avoir des flash-back. Qu’entendent-ils par ce terme de flash-back? Ils les décrivent comme des images mentales sensorielles qu’ils interprètent comme des souvenirs. Ces récits sont extrêmement convaincants pour ceux qui les écoutent car ils sont structurés et cohérents. Penfield en tire la conclusion que les expériences et les émotions sont inscrites de façon indélébile dans notre cerveau. Dans ses écrits, Penfield explique ces flash-back comme des souvenirs oubliés, et il comparera la mémoire à un magnétophone : « les souvenirs laissent une trace permanente dans le cerveau… comme si un magnétophone les avait enregistré».

Évidemment, aujourd’hui, le magnétoscope est un objet obsolète, et si Penfield était encore de ce monde, il parlerait de disque dur d’ordinateur, du Cloud et pourquoi pas de « Replay », ces programmes de télé et de radio que l’on peut visionner ou entendre à volonté. Peu importe l’analogie que l’on lui attribue, ce qu’il faut retenir, c’est l’idée du fonctionnement pseudo-scientifique de la mémoire.

Car l’analogie du magnétoscope de Wilder Penfield fera le lit théorique de la flopée des techniques douteuses censées récupérer les souvenirs oubliés lors d’un traumatisme.  L’amnésie de ces faits protègerait de la souffrance insupportable d’un trauma. Cette forme d’amnésie qui sert de scénario fantastique à des films de télé ou de cinéma dignes de Hitchock!

Elle est connue sous le nom d’amnésie traumatique ou dissociative. Ce qu’il faut souligner, c’est le mésusage de ces termes avec probablement une controverse scientifique. Le médecin blogueur Marc Gozlan explique remarquablement les réalités biomédicales de l’amnésie dissociative, et le lecteur curieux pourra s’y reporter. Bref, l’image du magnétoscope s’est popularisée et  s’est ancrée dans les mentalités collectives pour parler de la mémoire et la formation  des souvenirs.  Sans connaissances et mises à jour sur le fonctionnement de la mémoire sur les règles de l’Evidence Based medecine, il est délicat de faire témoigner à la barre des jeunes enfants ou des adultes racontant leurs souvenirs d’enfance.

Aujourd’hui, les observations du neurologue canadien Wilder Penfield sont battues en brèche par les dernières découvertes neuroscientifiques sur l’encodage des souvenirs. Il ne faut pas jeter la pierre à Penfield et le décrire comme un charlatan; nous étions dans les années 50 et l’imagerie médicale n’existait pas. Sa cartographie des zones du cerveau est encore d’actualité, et il est un précurseur de la neurochirurgie. Aujourd’hui, les neurosciences démontrent que le neurologue canadien a tort sur le fonctionnement de la mémoire. Elle n’est en aucun cas un processus mécanique prévisible et fiable qui marche comme un magnétoscope. La mémoire n’est pas un archivage d’images et d’expériences comme dans un film; elle est organisée en réseau d’innombrables activités distinctes, accomplies chacune dans une aire du cerveau (visible sur l’imagerie médicale).

Dans les années 70, des psychologues spécialisés dans les distorsions de la mémoire déduisent qu’ils sont reconstruits par assemblages de morceaux de fiction et de faits, et que des faux souvenirs peuvent être induits par les attentes ou les suggestions de l’entourage. Les expériences de laboratoire les  plus connues sur le sujet sont celles de la psychologue Élisabeth Loftus, experte auprès des tribunaux américains. Oui, cela semble impossible, mais on peut inciter des gens à se rappeler un événement d’une manière différente dont ils l’avaient mémorisé. Et ce juste par la suggestion!  À partir du moment, où l’on a un souvenir falsifié, on y croit aussi fortement que s’il s’agissait d’un souvenir authentique. On peut même jusqu’à remplacer d’anciens « vrais » souvenirs par de nouveaux « faux »souvenirs. C’est incroyable, mais c’est scientifiquement démontré.

L’un des étudiants d’Elisabeth Loftus, Jim Croan a créé un faux souvenir chez son frère de 14 ans, Chris. Il le persuada, à partir de détails consignés dans un journal mêlant vraies et fausses anecdotes de leur enfance, qu’il s’était perdu dans une galerie commerciale lorsqu’il avait cinq ans. Quand Chris apprit que le souvenir de la galerie commerciale était faux, il n’arrivera pas y croire un bon bout de temps.

Aujourd’hui, les neurosciences confirment les expériences de laboratoire de psychologie expérimentale sur la distorsion de la mémoire faites dans les années 70. Récemment, des neuroscientifiques américains sont parvenus à créer des souvenirs de peur artificiels chez des rongeurs. C’est la mémoire déclarative que les chercheurs ont manipulé chez la souris en  lui implantant ces faux souvenirs. C’est celle qui permet de stocker (à court et à long terme) des données telles que numéros de téléphone, noms, lieux, etc. Et c’est elle qui est concernée par les faux souvenirs. L’autre mémoire est la mémoire implicite qui  intervient dans les apprentissages complexes, et elle ne rentre pas en jeu dans la distorsion de la mémoire et des faux souvenirs; même si les deux formes de mémoire sont interactives. On penserait qu’avec toutes ces nouvelles connaissances relatives sur les distorsions de la mémoire, on connaisse comment marche la mémoire et se forment les souvenirs, vrais ou faux.

 

Ce n’est pas le cas. C’est ce que constate le psychologue Mark Lhowe (Université de Londres), interviewé en 2012 par Dan Vergano du National Geographic. Six années se sont écoulées depuis cette interview,  mais les préjugés sur la mémoire infantile sont toujours aussi tenaces. Elles sont toujours ancrées chez les fonctionnaires de police, la justice, les jurés et les avocats. Particulièrement pour tout ce qui touche aux témoignages de jeunes enfants appelés à la barre pour des faits qui se sont déroulés durant leur enfance. Idem pour des adultes appelés à la barre pour parler de faits qui se sont passés lorsqu’ils étaient petits, vingt ou trente ans après. Les neuroscientifiques sont très sceptiques face à la parole de l’enfant. Pourquoi? L’une des croyances répandues dans le milieu de justice aux Etats-Unis et en Europe, est celle  de la précision des souvenirs des enfants, et cela peut suffire à faire condamner quelqu’un pour un crime, sans autres preuves. Ils ignorent (la plupart du temps) comment se forment les souvenirs, comment ils s’altèrent avec le temps, et l’impact des émotions et du stress sur leur consolidation. Jusqu’à l’âge de neuf ans, la mémoire n’est pas suffisamment développée pour se rappeler de manière fiable des faits marquants. On ne peut saisir qu’un aperçu de ces événements sans pouvoir rentrer dans les détails.

L’une des plus célèbres affaires de témoignages manipulés d’enfants fut celle de McMartin dans les années 80, en Californie. Il s’agissait d’accusations d’abus sexuels et de rites sataniques pratiqués sur les enfants d’une maternelle. Les charges ne furent abandonnées que 10 ans après car on s’est aperçu que les souvenirs d’abus avaient été implantés dans l’esprit des enfants par les enquêteurs, et ensuite pris au pied de la lettre par la justice.

Malgré ces affaires retentissantes qui incitent à la vigilance, et en l’état actuel des connaissances scientifiques qui entérinent la malléabilité de la mémoire, la justice et la police restent toujours aussi confiants dans le témoignages des enfant. Notamment, ils ne savent pas que la mémoire se développe lentement au cours de l’enfance, et que la plupart des souvenirs sont complètement effacés avant l’âge de 18 mois. C’est ce qu’on appelle l’amnésie infantile. Après cette période, les souvenirs ne sont pas aussi détaillés que ceux un adulte; idem pour un adulte qui raconte ses souvenirs d’enfance. Les souvenirs des enfants sont connu pour être fragmentés et décontextualisés. Un récit trop détaillé doit inciter à la prudence. Il est forcément brodé ou créé, et sans nul doute inconsciemment. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne s’est rien passé, et que l’enfant ment sur toute la ligne. Les jeunes enfants peuvent avoir raison sur le factuel mais leur récit ne peut pas être détaillé. Par exemple, s’il parle de la couleur d’un vêtement ou du temps qu’il faisait le jour de cet événement, cela doit éveiller les soupçons. Chez tout le monde, les vrais souvenirs se  déforment avec le temps.

C’est encore une idée reçue de penser que les souvenirs d’événements stressants ou traumatiques soient conservés plus longtemps que les autres. Il y a confusion entre la conservation des souvenirs et  la prégnance d’images mentales (flash-back) observées dans la mémoire traumatique et le stress post-traumatique. En 2006, une enquête montre que plus de la moitié des juges et les officiers de police et des jurés pensent que les expériences traumatisantes peuvent être oubliées sur de longues périodes, une forme d’amnésie, et peuvent resurgir à la surface de la mémoire par divers moyens. Et c’est ce que pense  encore un quart des experts auprès des tribunaux. Lorsqu’on fait appel à des témoignages oculaires d’enfants ou d’adultes racontant des tranches de vie sur leur petite enfance, il faudrait tenir compte de l’âge auxquels les souvenirs ont été formés pour l’événement concerné, le type d’informations contenues dans le récit, et la durée de rétention de cette information: quelques semaines, quelques mois, un an ou deux, ce n’est pas dix ans, vingt ou trente ans…

Alors, quels sont les processus cérébraux qui font la fiabilité d’un témoignage? Le stockage des souvenirs? Leur récupération? Ou encore une combinaison ? En fait, il s’agirait d’une combinaison qui varie lorsque l’information a été codée, stockée en fonction de l’âge et comment elle s’est conservée au fil du temps. L’encodage des souvenirs, c’est tout un processus qui varie avec al maturité du cerveau!
Malgré la vague de faux souvenirs constatée  outre-Atlantique dans les années 80, et qui touche dix ans plus tard -dans une moindre mesure l’Europe-, il n’existe à l’heure actuelle aucun « protocole » pour savoir si les souvenirs sont vrais ou faux, savoir comment ils ont été encodés et comment ils ont été conservés. Pour être efficace et faire condamner les vrais coupables, l’ensemble du système judiciaire aurait besoin de savoir comment marche la mémoire (en général et lors d’un traumatisme) afin qu’il y ait moins d’idées reçues pseudo-scientifiques ou obsolètes sur son fonctionnement ; connaître le mécanisme de la reconstruction d’un souvenir, la mémoire de distorsion et la mémoire traumatique.

 

En conclusion, lorsqu’on s’appuie sur le témoignage d’un enfant, on ne peut avoir qu’un instantané du passé et non pas un verbatim de ce passé. Nous avons tous cette étrange impression que nous nous rappelons d’une façon exacte le passé. Et non ! Nos souvenirs ne reproduisent jamais fidèlement la réalité. Il sont toujours reconstruits. Notre mémoire nous aide à comprendre nos expériences passées. Elle ne marche pas comme un magnétoscope ou un film qui visionne le passé. Si analogie, il y a, elle serait une lentille adaptée et modelée par nos expériences pour appréhender notre environnement. Notre mémoire nous aide à interpréter le présent et anticiper l’avenir.

Sources:
 
à la Une

COMMENT L’ISLANDE LUTTE CONTRE LA TOXICOMANIE ET LES ADDICTIONS

Le programme de prévention primaire de lutte contre la toxicomanie et les addictions mis en place en Islande repose sur le pragmatisme et le bon sens, et les résultats obtenus prouvent que ça marche.

12483311-outline-map-of-iceland-filled-with-their-flag
Le rapport annuel de l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies de 2017, fait état d’une évolution inquiétante du marché des opiacés,  et ce avec un nombre important de surdoses mortelles. Le cannabis reste avec la cocaïne l’une des substances illicites le plus consommée par les jeunes Européens de 15 à 34 ans.  En Europe, contrairement aux U.S.A, le canabis est souvent fumé avec du tabac. L’année dernière 16,6 millions de jeunes ont consommé du cannabis, et chez les adultes de 15 à  64 ans, 22,1 millions en ont consommé au cours des 12 derniers mois, et 83,2 millions au cours de leur vie. Il existe de fortes disparités suivant les pays. La consommation de cannabis est en baisse en Allemagne, Espagne et Royaume-Uni contrairement à la France qui la voit augmenter depuis 2010. Le cannabis continue est associé à d’autres problèmes de santé; et il est la drogue  à l’origine de  la plupart des traitements déclarés pour consommation de drogue. Concernant l’alcool, l’OMS constate que l’Europe arrive en tête du classement mondial concernant sa consommation. Selon un rapport de l’OCDE en 2015, la France figure parmi les premiers pays en terme de consommation d’alcool. Si sa consommation diminue régulièrement dans notre pays, 10% des adultes sont aujourd’hui en difficulté avec l’alcool.

 

L’alcool est la substance la plus consommée chez les jeunes de 16 à 16 ans. C’est ce que révèle le rapport de l’ESPAD (European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs). 78% des jeunes qui ont répondu à cette enquête avouent en avoir consommé à l’âge de 13 ans. Et ne parlons pas du Binge Drinking! S’il est constaté une baisse du tabagisme et de la consommation d’alcool, il faut noter que les élèves européens consomment plus d’alcool que leurs homologues américains. Ors, c’est prouvé suivant les règles de «l’Evidence Based Médecine», la consommation précoce d’alcool et de drogue augmente considérablement les risques de problèmes de santé. Ces chiffres sur les substances addictives, concernent principalement les jeunes! Ors, un pays fait exception à cette règle exponentielle et il pourrait servir d’exemple: l’Islande.

Ce ne fût pas toujours le cas en Islande,  et il faut remonter à une vingtaine d’années! Lorsqu’on compare la consommations de cannabis, d’alcool et de tabac entre 1998 et 2016, la diminution est drastique, et les jeunes sont quasi abstinents.
Les statistiques le prouvent:
-En 1998, 17% les jeunes Islandais de 15 à 16 ans consommaient du cannabis, et en 2016, plus que 7% !
-En 1998, 42% consommaient de l’alcool, et ils ne sont plus que 5% en 2006,
-Et en 1998, ils étaient 23% à fumer versus 3% en 2016.
Aujourd’hui, l’Islande fait figure d’exemple au classement des adolescents les plus « clean » sur le chapitre des addictions. Ils sont quasi-abstinents.

C’est le psychologue et professeur américain, Harvey Milkman qui a contribué à implanter à l’échelle nationale le modèle de prévention primaire islandais. Harvey Milkman enseigne une partie de l’année à Reykjavik, et est l’auteur de nombreux ouvrages de référence consacrés à la drogue.

Au début des années 70, Harvey Milkman  a assisté au phénomène de masse de l’usage de drogues de toutes sortes. Quand il était en stage à l’hôpital psychiatrique de Bellevue (New York), le LSD était déjà présent (et il n’était pas encore interdit), et de nombreuses personnes fumaient de la marijuana. Et la prise de certains types de médicaments (psychotropes, amphétamines) s’était aussi répandue. C’est tout naturellement que son doctorat va porter sur ces substances psychoactives et psychostimulantes. Il fait le lien entre la prise de certaines substances et la pression psychologique (le stress) inhérente à chacun. Le stress est un élément incontournable de notre vie. Il est très difficile à définir car ses effets varient d’une personne à l’autre.Indispensable à court terme mais dangereux s’il se prolonge. Il peut avoir un effet positif ou négatif. Par exemple, il peut favoriser la mémorisation ou bien au contraire la diminuer. Prendre de l’héroïne ou des amphétamines serait un choix orienté pour affronter son type de stress. Selon Harvey Milkman, les utilisateurs d’héroïne veulent l’atténuer, et ceux des amphétamines veulent au contraire en profiter en le décuplant.

Sous la houlette du National Institute of Drug Abuse,  après sa thèse, Harvey Milkman rejoint un groupe de chercheurs censé répondre aux questions suivantes:

-Pourquoi certaines personnes commencent-elles à se droguer?

-Pourquoi continuent-elles ?

-Où se situe leur seuil de tolérance ?

-Peuvent-elles arrêter ?

-Et à quel moment, en reprennent-elles?

Toutes ces interrogations s’appliquent aux collégiens. La chimie du cerveau joue un rôle prépondérant  L’immaturité du cerveau adolescent et en particulier du cortex préfrontal (visible sur IRM) explique en partie l’instabilité du comportement, et leur goût du risque engendrant des comportements à risque. Leur cerveau est sous l’influence des hormones liées à la puberté. Cette grande production d’hormones dans leur cerveau influence directement la production de sérotonine. Dépendants de la chimie de leur cerveau, les adolescents peuvent obtenir cet effet dans le cerveau en volant des radios ou des voitures ou par des substances psychostimulantes. L’alcool modifie la chimie du cerveau d’abord par un effet sédatif qui désinhibe (à doses limitées) et réduire l’anxiété. Harvey Milkman pense que les « gens peuvent devenir dépendants de l’alcool, des voitures, de l’argent, du sexe, de la nourriture trop riche, de la cocaïne-bref, à n’importe quoi. L’idée de dépendance comportementale est devenue notre marque de fabrique»

À partir de cette constatation comportementaliste, l’idée de mettre en place un programme social autour de personnes qui veulent modifier leur psyché sans les effets délétères des drogues a germé.

En 1992, Harvey Milkman et son équipe de Denver ont obtenu une subvention qui offrait aux adolescents des solutions alternatives aux drogues et à la criminalité. Leur programme s’adressait aux enfants à partir de 14 ans qui se droguaient ou qui étaient tombés dans la petite délinquance. Mais on leur a présenté ce programme innovant d’une autre manière que celle des autres programmes qui avaient échoué. L’esprit de ce programme est contenue dans ces propos: « nous ne leur avons pas dit, vous venez pour un traitement. Nous leur avons dit que nous allions leur enseigner tout ce qu’ils voulaient apprendre: la musique, la danse, le hip hop, l’art, les arts martiaux.»

L’idée part du principe que ces différentes activités peuvent modifier la chimie de leur cerveau et leur donner ce dont ils avaient besoin pour mieux être armés dans leur vie. Réduire leur anxiété et leur donner confiance en eux. Ces jeunes recrues ont alors acquis une formation suivant les principes de la psychologie humaniste et positive: l’amélioration de leurs pensées, estime de soi et interactions sociales de qualité. Plus qu’une une simple prévention, c’est le développement des compétences personnelles pour maîtriser sa vie, et ainsi agir sur la tentation de se droguer. Le programme était prévu pour une durée de trois mois, et certains jeunes y sont restés cinq ans.

En 1991, Milkman est invité en Islande pour parler de ce travail, de ses découvertes et de ses idées. Il est alors devenu consultant pour le premier centre résidentiel de traitement de la toxicomanie pour adolescents en Islande, dans la ville de Tindar. « L’idée est qu’il fallait occuper les enfants par des activités constructives qui leur plaisent, et donner aux enfants de meilleures choses à faire», explique-t-il.

Des enquêtes ont été effectuées en Islande pour analyser les comportements de ceux qui consommaient de l’alcool et des drogues avec ceux qui n’en prenaient pas. Les différences sont sans appel. Quelques facteurs ont émergé comme fortement protecteurs: la participation à des activités organisées – en particulier le sport – trois ou quatre fois par semaine, le temps total passé avec les parents pendant la semaine, l’école, et pas de sortie le soir. Les études ont montré qu’il fallait créer des conditions dans lesquelles les enfants peuvent mener une vie saine, et s’épanouir. Les méthodes sont simples pour modifier positivement la chimie de leur cerveau. À partir de cette enquête et de la recherche de Harvey Milkman, un nouveau plan national de lutte a été progressivement introduit. D’abords, les lois ont été modifiées. Il est devenu illégal d’acheter du tabac avant l’âge de 18 ans et de 20 pour l’alcool. La publicité sur le tabac et l’alcool a été interdite. Les liens entre les parents et l’école ont été renforcés par des organisations parentales qui, par la loi, devaient exister au sein de chaque école avec des représentants des parents. On a encouragé les parents à participer à des réunions de groupe sur l’importance d’accorder du temps à leurs enfants plutôt que sur un « temps de qualité» occasionnel, sur la façon de parler à leurs enfants de la vie, de surveiller leurs fréquentations et de leur interdire de sortir le soir.

 

Une loi,  qui est toujours en vigueur aujourd’hui, a été adoptée. Elle  interdit aux enfants âgés entre 13 et 16 ans d’être dehors après 22 heures en hiver et minuit en été. Les parents signent une charte rédigée par le Home and School (l’organisme national de coordination des organisations parentales), dont le contenu varie selon le groupe d’âge. Ainsi, les enfants âgés de 13 ans et plus, les parents peuvent s’engager à respecter toutes les recommandations et, par exemple, ne pas permettre à leurs enfants d’avoir des fêtes en leur absence, ne pas acheter d’alcool et de veiller à leur bien-être. Ceci afin de restaurer l’autorité parentale à la maison. Aucun autre pays n’a apporté autant de résultats significatifs que l’Islande. Le programme  de prévention primaire de lutte contre la toxicomanie et les addictions mis en place en Islande repose sur le pragmatisme et le bon sens, et les résultats obtenus prouvent que ça marche.

Notes:
Les jeunes Suédois en âge scolaire sont peu nombreux à en avoir consommé au cours de leur vie : 5% pour les filles et 7% chez les garçons alors qu’en France, on a 26% chez les filles et 30% chez les garçons.
Toujours d’après le rapport, après le cannabis, le psychostimulant les plus consommé est la  cocaïne, surtout dans les pays de l’ouest et du sud. On estime à environ 2,4 millions le nombre des jeunes adultes de 15 à 34 ans (1,9 % de cette tranche d’âge) ayant consommé de la cocaïne au cours des 12 derniers mois. «Bon nombre de personnes  qui consomment de la cocaïne le font à titre récréatif, en particulier le week-end ou pendant leurs vacances.
à la Une

LA RÉSIGNATION ACQUISE N’EST PAS UNE FATALITÉ!

La théorie de l’impuissance apprise constitue une référence classique de la dépression, et elle est utilisée dans les essais thérapeutiques des antidépresseurs.

8a4385eeb71f7538ac0e479c057e0616

Connaissez-vous la théorie de l’impuissance apprise (learned helplessness) qui décrit la situation d’un sujet vivant une situation douloureuse, et qui n’arrive pas à s’en sortir?Lorsque cette situation se répète, il intériorise ce sentiment d’impuissance au point de se résigner alors qu’il a toutes les ressources en lui pour rebondir.

Le concept d’impuissance apprise a été proposé, en 1975, par Martin Seligman, professeur de psychologie expérimentale sous le terme de théorie de l’impuissance apprise. «Au coeur du phénomène du pessimisme s’en trouve un autre: celui de l’impuissance.» (Seligman). Cette théorie a ensuite été reformulée avec l’aide d’Abraham et de Teasdale, en 1978 sous le terme « d’attribution et impuissance apprise ». Et en 1989, Metalsky et Allay ont révisé et complété ce concept sous le terme de «Théorie du manque d’espoir ou de désespoir.»

Quel que soit le nom qui lui est donnée, au fil du temps comme impuissance, théorie du manque d’espoir ou du désespoir, ce qu’il faut retenir c’est que cet état mental négatif fait accepter sa condition comme une fatalité, paralyse toute stratégie d’action, et est immuable. Il a un impact cognitif sur le comportement présent, sape le comportement futur et détruit la confiance en soi. Seligman le décrit ainsi: «on peut définir l’impuissance acquise comme une réaction d’abandon où l’on jette l’éponge parce que l’on a la conviction que rien de ce que ‘on fait n’aura un quelconque résultat.»

La théorie de Martin Seligman s’inscrit dans le paradigme suivant de la psychologie: le conditionnement opérant (ou instrumental). Seligman a élaboré sa théorie à partir d’expériences réalisées sur les chiens soumis à des choc électriques), et il en a conclu l’idée générale que la conduite humaine (et animale)  est conditionnée par les conséquences qu’un individu anticipe à partir de son comportement suite à ses expériences. La récompense attendue serait la base de toute motivation. Il est donc possible de favoriser des comportements induits par renforcement ou à l’inverse, de provoquer des comportements d’évitement par punition.

La résignation acquise, c’est une modification comportementale induite par l’exposition à des chocs incontrôlables. Des évènements déplaisants. Cette exposition à l’incontrôlabilité provoque chez certaines personnes des baisses de performance, une incapacité à trouver la solution pour régler le problème posé. Au niveau motivationnel, c’est un ralentissement à inciter une réponse, à l’action. Cette « résignation acquise » va provoquer un déficit cognitif qui rend encore plus difficile d’apprendre que les événements dépendent de moyens mis en oeuvre pour agir et un déficit motivationnel entravant la possibilité de réponses volontaires. Elle entraîne également un déficit émotionnel sur le versant dépressif.Seligman soutient que l’impuissance apprise joue un rôle central dans la dépression. Toutefois, ce n’est pas parce qu’on va vivre des évènements aversifs que la résignation effective est automatique. Seligman a observé avec ses collègues que certaines personnes ont la faculté de s’ajuster activement et positivement face à un échec ou à une déception alors que d’autres sont déprimées et se sentent impuissantes. S’adapter du mieux possible aux événements déplaisants et incontrôlables est ce qu’on appelle la résilience, également mise en lumière par Seligman. Tout dépend du style d’attribution, c’est à dire la façon dont les personnes trouvent un sens à un évènement négatif, et cela va influencer leur avenir, la dépression, etc.

Le style d’attribution se scinde (succinctement) en deux groupes: le style dépressif et le style défensif. Les personnes du style défensif peuvent  induire trop d’illusions positives sur soi face aux évènements incontrôlables, et cet excès peut être négatif. Par contre, elles ont tendance à vivre insouciantes et présentent peu de risques d’avoir des troubles de la psyché comme la dépression et l’anxiété. Elles courent aussi le risque d’être moins adaptées socialement. Malgré cela, ce sont les personnes du style dépressif qui payent le plus lourd tribu en étant plus souvent malades et en mourant plus jeunes (selon certaines études).

Il faut prendre en compte une dimension interculturelle dans les styles d’attribution. Les systèmes de croyances culturelles offrent aux personnes plusieurs interprétations de l’expérience qui influencent leur réactions face à des évènements déplaisants. Par exemple, aux États-Unis, les personnes croyant en Dieu ont tendance à avoir des styles d’attribution plus défensifs que les non croyants. Lors de la chute du mur de Berlin, les Allemands de l’ex RDA étaient plus du style dépressif que les Allemands de l’Ouest. Les différences de régime politique des deux « Allemagnes » ont fortement influencé l’émergence du style d’attribution dans l’une et l’autre.

Dans le langage courant, l’impuissance apprise se traduit par des paroles et un dialogue intérieur autodépréciatif comme « je ne vais pas y arriver », je ne suis pas fait pour cela », « je suis trop vieux pour faire du sport », je n’ai plus vingt ans, alors je ne peux plus déménager », « je suis trop stupide pour réussir cet examen ». Les situations dans la vie courante sont nombreuses, et il nous arrive de les vivre tous…

La psychologue Charisse Nixon a réussi à induire la résignation dans un groupe d’élèves en leur proposant des anagrammes dont les deux premiers étaient impossibles à résoudre. Le groupe va évidemment échouer à résoudre ces énigmes. Son vécu, au delà de la frustration induite lors des deux premières tâches, va conditionner son comportement ultérieur, et les élèves n’arriveront pas à résoudre le troisième anagramme pourtant réalisable. L’attitude des personnes est résignée même dans des situations où elles auraient pu s’en sortir.

Une recherche d’emploi peut se solder par des échecs systématiques, et à terme éteindre toute forme de combativité. D’un point de vue clinique, il est fréquent de trouver chez un demandeur d’emploi ce sentiment d’impuissance apprise. Au départ, il est motivé et à plein d’espoir, au fil du temps, il va réaliser que les efforts engagés ne portent pas leurs fruits, et la résignation acquise va s’installer. Et de fil en aiguille, sa santé mentale va se dégrader.

La théorie du désespoir peut également contribuer à affaiblir la santé physique suite à la mauvaise image qu’ont les personnes d’elles-même. Cette santé chancelante peut inclure une mauvaise alimentation, une absence d’exercice physique et de traitements médicaux car ils sont persuadés qu’ils ne peuvent rien changer, et que c’est comme ça, un point c’est tout. Le système immunitaire peut-être même affaibli.

Seligman a tenté de transférer son modèle théorique à la pratique thérapeutique auprès de populations d’enfants dépressifs et de jeunes diabétiques. La théorie de l’impuissance apprise constitue une référence classique de la dépression et est utilisée dans les essais thérapeutiques des antidépresseurs.

Mais il est possible de casser le cercle vicieux de l’impuissance acquise en suivant une psychothérapie, d’inspiration TCC (Thérapie comportementale et Cognitive); ce qui n’exclut pas une approche psychanalytique si chère à la France. Martin E.P Seligman est l’un des fondateurs de la psychologie positive qui permet aux personnes d’être performantes ou d’être optimistes. D’augmenter ses émotions positives. Seligman considère que la psychologie s’est uniquement centrée sur la maladie mentale et a négligé le fonctionnement optimal, le sens et le bonheur. D’où cette nouvelle façon de voir pour  casser le noeud gordien de « l’impuissance acquise »!

La psychologie positive est «l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal de gens et des groupes. Il y a trois niveaux d’étude: personnel, interpersonnel et social. Il ne s’agit pas de renier les connaissances acquises sur les souffrances de la psyché, et les moyens d’y remédier. Il est important de cerner avec rigueur les troubles mentaux, mais il faut aussi mettre l’accent sur l’épanouissement humain et le favoriser.

Martin H.P Seligman est l’auteur de plusieurs livres dont la « Force de l’optimisme », « La Fabrique du bonheur », Vivre la psychologie positive ,Comment être heureux au quotidien
«L’émotion positive est plus qu’une sensation agréable: c’est le signal de la croissance, de l’accumulation du capital psychologique.» (Pour un nouvel art du bonheur et du bien-être)

Sources:

à la Une

MÉMOIRE CELLULAIRE ET PSEUDO-SCIENCE.

La théorie de la mémoire cellulaire s’est propagée dans l’approche psycho-spirituelle, holistique et new age.

David Inshaw https://www.tuttartpitturasculturapoesiamusica.com

Les anciens habitants de Nouvelle-Zélande mangeaient l’œil et le cœur de leurs ennemis courageux pour s’approprier leur force et leur bravoure. Au-delà du cannibalisme, il y a l’idée de mémoire cellulaire si chère aujourd’hui à de nombreux charlatans de la médecine alternative, du développement personnel et des dérives de la psychothérapie.

Le vocable de « mémoire cellulaire » est dévoyé par la pseudo-science. Il est d’abord un concept scientifique qui figure sur les bases de données scientifiques de Pubmed, et il est usité en génétique (entre autres). Ainsi, la chercheuse Edith Heard a fait un cycle de conférence au Collège de France sur la relation entre l’épigénétique et la mémoire cellulaire. C’est sans ambiguité lorsqu’on lit son questionnement: comment l’information contenue dans nos gènes est-elle lue? Mémorisée? Interprétée?

La mémoire cellulaire, ne veut pas dire (non plus) les traces laissées par un traumatisme physique (fracture) ou une maladie, décelables en médecine.

La mémoire cellulaire ne s’applique pas (non plus) à l’une des dernières découvertes  scientifiques qui affirme que le ventre est un deuxième cerveau. Au sens où  le ventre est tapissé de neurones, et producteur de sérotonine (neurotransmetteur clé du système nerveux). Cette découverte ferait du ventre une sorte de «carte d’identité» qui agit sur notre comportement. Mais ceci est une autre histoire qui n’a rien à voir avec le sujet de ce post mais qu’il fallait écrire noir sur blanc pour ne pas engendrer de confusion…

La mémoire cellulaire est une croyance pseudo-scientifique répandue dans le grand public par la médecine alternative et l’alterscience qui prétendent reconstruire une science différente. Selon cette croyance, les cellules du corps humain contiennent des indices sur nos goûts et également tous nos souvenirs autobiographiques, en dehors de notre code génétique et des cellules ( synapses, neurones, matière blanche) du cerveau étudiées en neurosciences.

Dans les pseudo-sciences, la mémoire cellulaire présente dans le corps et les cellules fonctionne comme celle de l’esprit, et garde le souvenir de traumatismes psychiques dont on ne se souviendrait pas. On retrouve le concept d’amnésie sélective qui a fait le lit des techniques de pseudo-thérapies pour retrouver les souvenirs, enfouis dans la mémoire pour se protéger d’un trauma psychique violent. Trou noir de la mémoire, par exemple, décrypté comme un symptôme du Stress-Post-Traumatique (ESPT), et non répertorié dans le DSM V ou le CIM 10 ou autre grille clinique d’inspiration psychanalytique.

La mémoire cellulaire relève de la pensée magique, et pour notre grand bonheur de cinéphiles ou de lecteurs, elle est source de scénarios haletants au grand écran et de thrillers passionnants. Dans son livre « Les mains d’Orlac », Maurice Renard raconte qu’un pianiste de renom, à la suite d’un accident, se voit greffer les mains d’un assassin. Le pianiste va être de plus en plus habité par l’instinct meurtrier de son donneur. Dans le film Body Part, autre variante: le psychiatre d’une prison perd un bras dans un accident, et se fait greffer le bras d’un tueur psychopathe qui a été exécuté. Petit à petit, le membre greffé se met à agir contre la volonté de son nouveau propriétaire.

Lorsqu’il s’agit d’une fiction cinématographique, c’est vraiment sympa, mais malheureusement, l’idée qu’un(e) transplanté(e) du cœur -ou autre organe- puisse recevoir une partie de la mémoire autobiographique du donneur est une croyance irrationnelle. Et lorsqu’il s’agit de la greffe du cœur, il y a, en sus, une connotation symbolique très forte. Car cet organe est perçu dans l’inconscient collectif  comme le siège de l’âme, des sentiments et des émotions. Hippocrate, fondateur de la médecine l’a souligné avec les croyances de son époque: « le cœur possède le feu inné et la respiration a pour but de le refroidir. La raison humaine se trouve dans le ventricule gauche et commande au reste de l’âme.»

La théorie de la mémoire cellulaire s’est propagée dans l’approche psycho-spirituelle, holistique et new age. Certains thérapeutes proposent sans sourciller des séminaires de guérison du corps de l’esprit et de l’âme avec cette conception de la mémoire cellulaire. Sans compter les dérives sectaires. Ainsi, le fondateur de la scientologie, L.Ron Hubbard a spéculé dans la Dianétique que la mémoire cellulaire pourrait expliquer comment les engrammes travaillent.
L’engramme est un enregistrement complexe de la mémoire inconsciente, qui n’est plus accessible au mental analytique. Notons que la scientologie a dévoyé le concept d’engramme, qui en neurophysiologie, est la trace biologique de la mémoire dans le cerveau.

Gary Schwartz, professeur à l’université d’Arizona de psychiatrie et autres titres universitaires ronflants, affirme avoir recueilli 70 cas où les greffés auraient hérité des traits de leurs donateurs. Ses histoires sont convaincantes et cohérentes. Il comprendrait le mécanisme par lequel fonctionne la mémoire cellulaire. On serait presque tenté de le croire (si on est impressionné par son prestige d’universitaire), s’il n’avait écrit un livre (traduit en français) « Extraordinaires contacts avec l’au-delà. » Carton rouge, on est pleine parapsychologie! Gary Schwartz fait partie des ces alterscientifiques, de ces gens formés à la science, qui conçoivent une science différente, une autre science, et qui mobilisent leurs connaissances scientifiques et leur capacité de raisonnement en faveur de leurs théories alternatives ou de leur idéologie.

Le livre de notre bon Gary est préfacé par Deepak Chopra, lui aussi un émule de la mémoire cellulaire et  un alterscientifique. Deepak Chopra est l’inventeur de la médecine globale (une alterscience) et il ne manque d’y aller de sa petite histoire psycho-spirituelle qui prouverait (selon lui) l’existence de la mémoire cellulaire, sa survie par-delà la mort physique. C’est selon Deepak Chopra, une nouvelle approche de l’univers, de la physique, de la biologie et un bouleversement de l’approche médicale. Séduisant, n’est ce pas?

Deepak Chopra cite le livre de Claire Sylvia, une jeune femme de 40 ans aux portes de la mort. Elle est miraculeusement épargnée par la Grande Faucheuse grâce à une transplantation massive d’organes. Désormais, elle devra apprendre à vivre, à respirer avec le coeur et les poumons d’un autre. Bouleversement physique? Bien sur! Mais Claire, au fil des jours, va se découvrir une nouvelle vitalité, des comportements inhabituels et des goûts étranges qu’elle n’avait pas avant ses greffes d’organes. L’esprit du donneur se serait-il transmis à elle ? Elle en est convaincue.

Force est de consater que si l’on est dans l’empathie, la fibre de la sensibilité est touchée lorsqu’on lit ces témoignages bouleversants! Se pencher sur les arguments pseudo-scientifiques de la mémoire cellulaire serait presque indécent, et c’est comme ça qu’ils passent comme une lettre à la poste. L’art des charlatans est justement de savoir parler au coeur, de savoir mettre en exergue la dimension psycho-spirituelle et de toucher au tréfonds de la sensibilité et du compassionnel. Et ça fait pleurer dans les chaumières…

La théorie de la mémoire cellulaire est encouragée dans les médias, les livres  de développement personnel à fort succès littéraire à rendre jaloux un auteur mineur, à la télévision et par des people. L’une des dernières en date est l’actrice Charlotte Valandray qui a subi une greffe de coeur, et qui croit à cette mémoire transmise du donneur au transplanté. Elle raconte dans son livre qu’elle est en forte empathie avec le mari de la donneuse, qu’elle peut décrire des lieux en Inde où elle n’est jamais allée…

La validité de la mémoire cellulaire ne repose sur aucune fondement scientifique, mais sur la collecte de témoignages de personnes transplantées. Force est de constater qu’ils sont touchants, et de reconnaître que les greffés sont remplis de gratitude envers leur donneur anonyme qui leur a sauvé la vie. Mais à tous ceux qui croient à la mémoire cellulaire après une greffe, qu’ils consultent les sites officiels et médicaux qui publient des témoignages de greffés empreints de dignité. Sans approche holistique, psycho-spirituelle et course à la belle âme!
C’est autrement bouleversant de réaliser que la médecine fait des miracles, et permet à des malades aux portes de la mort de vivre pleinement grâce à la transplantation. Comme celui de Séverine greffée coeur-poumon: « cette greffe est une renaissance complète, non seulement pour moi, mais pour toute ma famille. On m’a fait un cadeau exceptionnel…»

De nombreuses techniques dénoncées comme psycho-sectaires contribuent à banaliser la théorie de la mémoire cellulaire. L’une des plus croquignolettes est le décodage biologique ou décodage cellulaire qui a détourné de la médecine conventionnelle des cancéreux qui auraient pu être guéris, et morts prématurément par la faute de charlatans rejetant la médecine conventionnelle. Dans d’atroces souffrances en fin de vie!

Le premier théoricien du décodage biologique est le sulfureux Ryke Geerd Hamer. Médecin de formation. Sa méthode est contestée par les autorités médicales et scientifiques, dénoncées par les instances de lutte contre les dérives sectaires, et Hamer a eu de nombreux démêlés avec la justice (Allemagne, Autriche, France, Espagne).
Une deuxième génération de thérapeutes en décodage a relayé les principes de Hamer en les complexifiant, les intégrant parfois à la médecine conventionnelle. On trouve,  en vrac, la psycho-immunologie, la biologie des êtres vivants (BTEV) et la déprogrammation biologique et le biodécodage. Le décodage biologique part du principe de l’amnésie sélective. Le corps a oublié une émotion désagréable à l’origine de la maladie ou du mal-être. L’objectif du décodage biologique est de réveiller la mémoire du corps, d’accéder aux informations contenues dans les cellules.Tout est dit.

La mémoire cellulaire sert aussi de preuve aux vies antérieures. L’ineffable Annie Givaudan décrit les marques de naissance comme les signes évidents de la mémoire cellulaire de notre corps physique: « une tâche sur le corps, un creux, une malformation physique, un grain de beauté… sont autant de présences de mémoires cellulaires sur notre corps. Les douleurs morales, les peines et les chocs vécus autrefois (vies antérieures) s’inscrivent aussi dans nos cellules et nous continuons à reproduire un mal-être.» Allons y gaiement dans la pensée magique et le trip new âge!

Des livres sur les Fleurs de Bach (un placebo attrape-gogo) parlent de l’action des élixirs sur la mémoire cellulaire: « Notre corps est constitué de cellules qui récèlent un pouvoir de conscience et un mode vibratoire. Ces cellules ont enregistré des expériences négatives et positives.» Pas de panique, tout est sous contrôle: juste quelques gouttes de Fleurs de Bach pour rééquilibrer les mauvaises vibrations. Le flacon standard se vend près de 40 euros. De quoi se ruer sur l’achat d’actions des laboratoires qui les fabriquent s’ils sont cotés en bourse!  Le pire est que la grande distribution les vend dans le rayon para-pharmacie.

Alors quand on est sceptique, comment démonter la mémoire cellulaire?
Les prétendues mémoires interprétées comme celles du donneur sont des faux souvenirs. La mémoire humaine est très malléable, et elle peut être affectée par des influences extérieures et les croyances irrationnelles.

Une greffe d’organe est une expérience qui change la vie, littéralement, et elle est permise grâce à la mort de quelqu’un d’autre, souvent dans un accident. Il n’est pas surprenant que le greffé modifie son regard sur la vie, et change de personnalité.

C’est ce que reconnaît Djamila qui témoigne sur le site www.france-coeur-poumon.asso.fr: « après ma greffe, le mieux-être physique a été immédiat. Psychologiquement, c’est plus compliqué. Il faut que j’apprivoise ma nouvelle vie. Je suis quelqu’un d’autre, j’aborde la vie différemment. J’ai envie d’être en symbiose avec mon nouveau rein.»

Et pour ceux qui sont dans la pensée magique, certains de ces changements peuvent être facilement interprétés comme étant ceux  des goûts et les aversions du donneur. Les greffés (consciemment ou inconsciemment) peuvent s’interroger sur l’identité du donneur, et par un mécanisme psychologique complexe, émettre des projections et avoir l’illusion qu’une autre personne leur semble vivre maintenant à l’intérieur. Comme un alter ego.

Il y a plusieurs pistes logiques possibles pour lesquelles les greffés ont l’impression d’adopter l’identité du donneur. Les suites d’une transplantation sont lourdes, et peuvent occasionner des troubles psychiques chez certaines personnes. C’est répertorié et un suivi psychologique est souvent préconisé. Les effets secondaires des médicaments antirejet peuvent aussi modifier certaines habitudes. On sait que les dérivés de la cortisone  (Prednisone) prescrits aux transplantés  ouvrent l’appétit, d’où rien d’étonnant à ce qu’un greffé se mette à aimer les gâteaux, projetant ainsi l’idée que le donneur était un amateur de pâtisseries. Ors, c’est le médicament anti-rejet qui participe à l’appétence aux sucreries.

Malheureusement, si l’on tape sur le moteur de recherche google, on voit apparaître un nombre extraordinaires de propositions de stages ou de thérapeutes spécialistes de la mémoire cellulaire pour vous soulager de vos souffrances passées, présentes et à venir. Une véritable jungle dévolue à la pseudo science. Ne vous y laissez pas prendre! La mémoire cellulaire est une théorie-pseudo-scientifique malgré son jargon séducteur.

Sources:

http://anthropologiesante.revues.org/539#tocto2n1

http://benjamine.skynetblogs.be/tag/décodage+biologique

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20110928.OBS1294/biologie-totale-une-condamnation-en-belgique.html
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article746
http://www.college-de-france.fr/site/edith-heard/course-2012-2013.htm
http://www.sceptiques.qc.ca/forum/charlotte-valandrey-de-coeur-inconnu-t9492.html
http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/cellular.html
http://www.france-coeur-poumon.asso.fr/pdf/brochures/brochure_don_organe.pdf
http://www.mondenouveau.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=265

 

 

à la Une

UNE THÉRAPIE MORTELLE!

Lors d’une séance brutale de contention, Candace a suffoqué sous le poids des couvertures, de celui de sa mère et des thérapeutes.

5ce7885a456dd4864c3194fc1ff3e93a
©Norman Rockwell, Affcetion

 

Certaines thérapies pseudo-scientifiques peuvent s’avérer dangereuses jusqu’à être mortelles, et au nom de croyances psychologiques irrationnelles. Le législateur est alors  d’intervenir pour éviter de nouvelles victimes. C’est ce qui s’est passé en septembre 2002 avec le Parlement américain met hors la loi la Thérapie de l’Attachement (AT) incluant une forme de  Rebirth. Cette loi a  du être votée après la mort, dans des conditions atroces, de la petite Candace Newmaker, âgée de 10 ans. Cette enfant n’est pas la seule victime. Cette thérapie dangereuse, a tué d’autres enfants outre Atlantique. En juin 2002, l’American Psychiatric Association avait officiellement pris position contre les dérives de la Thérapie de l’Attachement et cette forme de Rebirth en  dénonçant ses formes coercitives telles que la torture et la violation des droits de l’enfant.

 

Ce Rebirth meurtrier fait partie du kit de la thérapie de l’attachement. Il a été développé par un groupe underground de thérapeutes dont les concepteurs sont Robert Zaslow, Foster Cline, sans omettre Jacqui Schiff, l’une des théoriciennes clefs de l’analyse transactionnelle. Cette vision est aux antipodes de l’approche des professionnels de la pédopsychiatrie et de l’enfance et s’apparente au « dressage pavlovien ». Il faut distinguer ce rebirth meurtrier  de  la méthode de la Respiration Consciente, mise au point par Léonard Orr dans les années 60. Les deux ont en commun d’être des thérapies pseudo-scientifiques du style New Age, mais ceci est une autre histoire.

Comment des thérapeutes censés être bienveillants ont pu concocter une méthode violant les droits de l’enfant? Ces fous, car ce sont des fous sans états d’âme, se proposaient de traiter le RAD, syndrome de l’attachement.

Le RAD (Reactive attachment Disorder) est consigné dans le DSM. C’est un syndrome initialement observé, dans les années 80, chez les orphelins roumains adoptés dans des pays occidentaux. Ces enfants avaient des difficultés à s’attacher à ceux qui les entouraient dans les premières étapes de la vie. Il concerne une toute petite frange d’enfants adoptés.Ces thérapeutes criminels ont élargi et banalisé ce diagnostic rare sur les enfants supposés ne pas manifester une affection débordante envers leur parent adoptif; leur spectre de diagnostic  allait de l’autisme, à l’hyperactivité, à la dépression, etc…ayant jeté aux orties les critères du DSM pour appliquer les leurs. Il faut aussi préciser que leur philosophie est à l’opposé de la théorie de l’attachement de Johnn Bolwby, figure centrale dans le développement de la pédopsychiatrie. Pour ces thérapeutes criminels, l’enfant doit rendre ses parents heureux en se soumettant entièrement à leur autorité.

Une fois le diagnostic posé, on proposait aux parents adoptifs des méthodes de reparentage pour obtenir de l’enfant l’attachement désiré et son obéissance totale. Le Rebirthing propose d’éradiquer par la manière forte  le désordre de l’attachement de l’enfant adopté pour éviter que l’enfant ne devienne un grand criminel, à l’instar de celle de l’Américain Ted Boundy, enfant adopté et devenu à l’âge adulte,  dans les  années 1980, un célèbre Serial Killer.Ces méthodes  incluent un contact visuel de l’enfant avec le parent lorsqu’il l’ordonne, de contention physique, de coups et  d’injonctions destinés à le terroriser, incluant une phase d’une régression censée faire retrouver les souvenirs de la naissance et de la vie intra utérine.

Ce rebirth mortel ferait revivre à l’enfant sa naissance ou la vie intra-utérine – occultée de sa mémoire – avec sa mère biologique; et cette amnésie l’empêcherait de développer des liens affectifs avec ses parents adoptifs. Or, concernant la mémoire d’une supposée reviviscence de sa naissance (ou de sa vie intra-utérine), c’est scientifiquement  impossible. Les premiers souvenirs remontent à l’âge de trois ans après la période d’amnésie infantile évoquée en premier par Freud. Les enfants sont incapables de traduire des souvenirs en images verbales jusqu’à l’âge de six, sept ou huit ans. Des études récentes montrent que le cerveau des enfants n’est pas suffisamment développé pour former et conserver des souvenirs complexes de souvenirs sur le mode de l’encodage des souvenirs d’un cerveau adulte.

Aux fins de diagnostic du désordre affectif d’un enfant, ce courant criminel du rebirthing utilisait une grille, connue pour ses limites, qu’ils avaient pompeusement nommé RAD (Randolph Attachment Disorder questionnaire) .
Les items sont au nombre de 18, et pour s’en faire un petit aperçu, en voici quelques uns:
-superficiellement engageant ou charmant (item 1)-
-vols (item 2)-
-Manque de conscience (12)
-Relations appauvries avec ses proches. (item 13)
-fascination par le feu (14)
-construction anormale du discours (item 18)
Avec cette méthode de « rebirthing », les thérapeutes Connel Watkins et Julie Ponders ont  torturé jusqu’à ce que mort s’ensuive, durant deux semaines, la petite Candace. Ils s’étaient inspirés des pratiques d’un certain Douglas Gosney qui recommandait de faire revivre à l’enfant  chaque étape de sa naissance en plusieurs séances. D.Gosney avait adapté la technique du rebirth à la thérapie de l’attachement. Ces techniques de reparentage furent synthétisées à partir de son travail avec Arthur Janov, l’inventeur du cri primal et de cinq années passées au côté de William Emerson.

 

La boîte à outils de ces  thérapeutes fous comprend plusieurs méthodes coercitives:-La thérapie par compression ou contention consiste par exemple à étouffer l’enfant    sous une couverture pour renaître. C’est ce qui se passa avec Candace.

-Une autre est une Séance de câlin où l’on force l’enfant à manifester de la tendresse à l’égard de ses parents adoptifs pour les rendre heureux.

-Et la troisième est la phase dite de consolidation, un process thérapeutique criminel où est évalué l’attachement de l’enfant à sa mère adoptive.
Lors d’une séance brutale de contention, Candace a suffoqué sous le poids des couvertures, de celui de sa mère et des thérapeutes. Le martyre de la fillette a a duré près de 70 minutes, comme en témoigne l’enregistrement vidéo. Ce qui est délirant, c’est que la mère adoptive de Candace était infirmière en psychiatrie; elle est restée de marbre aux appels de détresse de sa fille. Candace fût mise en position foetale et emballée fermement dans une couverture jusqu’à la tête (sécurisée par un noeud), symbolisant ainsi le ventre maternel.

Quatre grands coussins et neuf oreillers furent placés autour d’elle, pendant que deux thérapeutes et deux assistantes se mettaient à califourchon sur  elle. Un poids de 300 kilos pour une enfant pesant 31 kilos. Candace devait pour renaître sortir la tête première  de ses draps. Se appels à l’aide furent perçus comme un caprice et une crise de colère (faisant partie de la thérapie). Il lui fût répondu: « Marche ou crève ». Candace répliqua: « crever pour aller au paradis? »… oui, lui répondirent alors ces monstres…Elle mourut ainsi étouffée; Le drap déchiré près de ses pieds témoigne de sa lutte pour sortir de l’enfer de cette coercition physique monstrueuse.

Lors du procès, les deux thérapeutes Connell Watkins et Julie Ponders ne manifestèrent aucun remord. Elles furent toutes les deux condamnées à 16 ans de réclusion, le minimum pour maltraitance ayant entraîné la mort d’un enfant. La mère adoptive ne fût pas poursuivie mais sa réaction a de quoi  laisser pantois. On lui avait proposé d’appeler en mémoire de sa fille morte « la loi Candace » interdisant le rebirthing , et elle déclina cette invitation par ces mots: « non, ce serait lui faire trop d’honneur.»

Candace ne fût pas la seule enfant à mourir avec cette thérapie barbare. En 1996, David Polreisbeys, un enfant russe adopté et diagnostiqué comme souffrant de RAD, et soigné comme tel par les méthodes du reparentage. Il fut battu à mort par sa mère adoptive avec une cuillère en bois sur les conseils des thérapeutes.

En 1995, Krystal Tibbeys âgée de trois ans fût tuée par son père adoptif. Les thérapeutes lui avait enseigné comment faire une thérapie de l’attachement à la maison pour dresser l’enfant. Il devait s’allonger sur la tête de l’enfant, et devait appuyer fortement  sur son estomac pour induire une respiration abdominale dans l’espoir de déclencher la colère refoulée de Krystal. Les côtes brisées, l’enfant mourut étouffée.

Deux ans après la mort de Candace, une enfant de quatre ans, Cassandra mourut dans des conditions atroces au cours  d’une séance « d’intervention paradoxale » conseillée par les thérapeutes du reparentage. Comme elle avait volé le soda de sa soeur, les parents l’ont ligoté et lui ont versé environ deux litres d’eau dans le gosier. L’enfant mourut noyée pour avoir bu trop d’eau. La  thérapeute était celle qui avaitt tué  Krystal.

Aujourd’hui, grâce à la loi Candace, ce rebirthing fait l’objet d’une interdiction dans de nombreux états aux Etats Unis.

 

La rédaction de ce post n’aurait pas pu avoir lieu si certains de mes amis médecins et moi-même n’avions pas correspondu avec la regrettée Patricia Crossman, une psychologue qui n’a pas hésité a rendre un « Awards » qu’elle avait obtenu en tant que praticienne confirmée de l’analyse Transactionnelle. Lorsqu’elle s’est aperçue des dérives de cette méthode, elle n’a eu de cesse de dénoncer les dérives de cette thérapie. Et c’est au cours de l’un de ses articles sur le net, jeté comme une bouteille à la mer, que sommes rentrés en contact avec elle. 

à la Une

L’OUBLI DES SOUVENIRS INFANTILES

Vous souvenez-vous de vos premiers pas ? De vos premiers jouets ? De votre arrivée à la crèche ? Certainement pas. (Guillaume Jacquemont)

0fa30a83c6c3fccc838536b5427a63a5
©Vivian Maieur

 

Pourquoi oublie-t-on ses souvenirs d’enfance? Une série d’expériences sur des rongeurs suggère que dans la petite enfance, la formation de neurones efface les souvenirs. De nouveaux neurones viennent tous les jours s’intégrer dans les circuits du gyrus denté de l’hippocampe. Ils favorisent la formation de nouveaux souvenirs, mais également l’oubli des anciens en perturbant les réseaux de connexion préexistante. Pendant l’enfance, où cette formation est particulièrement importante, l’oubli est plus prononcé.

Pour en savoir plus, voici la retranscription intégrale d’un article de Guillaume Jacquemont, Pourquoi oublie-t-on ses souvenirs d’enfance?  ©NBT

ee11dac3b8054d74b953c4787095ccc9

« Vous souvenez-vous de vos premiers pas ? De vos premiers jouets ? De votre arrivée à la crèche ? Certainement pas. Comme de nombreuses espèces, l’homme oublie la plupart de ses souvenirs infantiles. Katherine Akers et ses collègues de l’Hôpital pour les enfants malades, à Toronto, ont montré, chez les rongeurs, que cela résulte en partie de la formation importante de nouveaux neurones (ou neurogenèse) pendant l’enfance.

Le stockage des souvenirs s’effectue dans plusieurs aires cérébrales, en particulier dans l’hippocampe. Avec le bulbe olfactif, c’est aussi l’une des deux principales zones où de nouveaux neurones se forment à l’âge adulte – bien qu’en quantité moindre que dans l’enfance.

La mémorisation renforce certaines connexions (ou synapses) entre neurones et en affaiblit d’autres. Ainsi, dans le cerveau, un souvenir est codé par une configuration particulière de modifications de synapses. Dès lors, la formation de nouveaux neurones, qui établissent des connexions avec les anciens, pourrait être à double tranchant. D’un côté, elle participerait à la mise en place de nouveaux réseaux lors de la mémorisation – et des expériences ont montré que la neurogenèse adulte favorise l’enregistrement de souvenirs voisins (deux endroits ressemblants, par exemple, ne sont pas fondus en un seul souvenir mais ils sont stockés tous les deux et discriminés par la suite). D’un autre côté, elle perturberait les réseaux neuronaux existants – et des simulations sur ordinateur suggèrent qu’elle effacerait ainsi certains souvenirs.

C’est cette dernière hypothèse qu’ont testée les neurobiologistes à travers une série d’expériences. Ils ont d’abord fait mémoriser une réaction de peur à des souriceaux et des souris adultes : les animaux étaient placés dans une enceinte et un léger choc électrique à la patte leur était systématiquement administré en présence d’un certain décor. Quand on les replaçait dans ce décor par la suite, ils se figeaient, comme tétanisés, au lieu d’explorer l’enceinte.

La durée pendant laquelle les souris ont gardé la mémoire de cette peur a été analysée en les confrontant à l’environnement effrayant de 1 à 28 jours après l’apprentissage. Les souris adultes manifestaient toujours autant de réaction de peur au bout de 28 jours, tandis que les souriceaux, chez qui la neurogenèse est bien plus importante, en montraient vite beaucoup moins : ils oubliaient plus rapidement le conditionnement.

Peut-on alors accélérer l’oubli en stimulant la neurogenèse dans l’hippocampe ? Pour le déterminer, les neurobiologistes ont appris une réaction de peur conditionnée à des souris adultes, puis leur ont fait pratiquer diverses activités favorisant la formation de nouveaux neurones, telles que l’exercice physique (de la course dans une roue). Et en effet, quand elles étaient confrontées au contexte « effrayant » par la suite, ces souris manifestaient moins de peur que leurs congénères qui n’avaient pas couru.

À l’inverse, peut-on fixer les souvenirs infantiles en ralentissant la neurogenèse? C’est ce qu’ont ensuite examiné les chercheurs. Ils ont conditionné des souriceaux à avoir peur d’un certain contexte, puis ils ont diminué le taux de formation de nouveaux neurones chez une partie d’entre eux en leur administrant diverses substances pharmacologiques. Les souriceaux à la neurogenèse ralentie se souvenaient plus de leur peur que leurs congénères non traités.

Les chercheurs ont répété ce conditionnement chez des cochons d’inde et des dègues du Chili (un autre petit rongeur) âgés de quelques jours. Ces espèces ayant une longue gestation, leur cerveau est mature à la naissance et leur neurogenèse infantile est moins importante que celle des souriceaux. De fait, ils gardent le conditionnement en mémoire, tandis que les souriceaux l’oublient. Les neurobiologistes ont ensuite augmenté artificiellement la neurogenèse des cochons d’inde et des dègues du Chili, qui se sont mis à oublier plus vite, puis l’ont diminuée, augmentant ainsi la persistance de leur souvenir.

Selon Alexandra Veyrac, du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon et du Centre de Neurosciences Paris-Sud, cette étude est la première à explorer de façon approfondie le rôle de la neurogenèse infantile. Elle renseigne aussi sur la neurogenèse adulte : celle-ci serait plus limitée car le cerveau doit faire un compromis entre l’apprentissage constant de nouvelles informations (favorisé par la formation de nouveaux neurones), parfois très importantes, et leur mémorisation à long terme (perturbée par les nouveaux neurones).

En outre, pour A. Veyrac, le lien entre neurogenèse et oubli doit encore être approfondi. Ainsi, des expériences chez les rongeurs montrent que l’on se souvient toute sa vie d’odeurs apprises dès le plus jeune âge, en particulier celles associées à la mère, alors que le bulbe olfactif (qui intervient dans la mémorisation des odeurs) est aussi le siège d’une neurogenèse après la naissance. Cette persistance des souvenirs olfactifs est-elle due à une neurogenèse moins intense dans le bulbe olfactif que dans l’hippocampe ? Au fait que les nouveaux neurones s’y intègrent différemment dans les réseaux, qu’ils perturbent moins ? À d’autres raisons ? Cela reste à déterminer.»

 

 

à la Une

COMPLIANCE: POUVOIR, MANIPULATION, OBÉISSANCE

Ce film est basé sur un fait réel qui s’est passé aux États-Unis. Entre 1992 et 2004, un homme va appeler plus de soixante dix supérettes et fast-foods, et manipuler insidieusement psychologiquement les managers.

 
« Compliance, Pouvoir, Manipulation, Obéissance » est un drame psychologique de Craig Zobel sorti en 2012. Lors d’une journée particulièrement chargée, Sandra, gérante d’un Mc Do dans l’Ohio, reçoit l’appel d’un homme qui se présente comme un policier. Son correspondant accuse Becky, l’une de ses employées, d’avoir volé un client. Sur un ton péremptoire, il lui demande d’isoler Becky dans l’arrière-boutique, et de la surveiller jusqu’à ce qu’il puisse lui-même l’interroger. Pendant plusieurs heures, la gérante et une partie de l’équipe du McDo vont obéir au doigt et à l’oeil à cet homme qu’ils auront en permanence au bout du fil. En fait de policier, il s’agit d’un imposteur. Cet emprunt d’identité, celle d’une figure d’autorité légale va faciliter l’obéissance de ses victimes pour son canular de mauvais goût.

 

Ce film est basé par un fait réel qui s’est passé aux États-Unis. Entre 1992 et 2004, un homme va appeler plus de soixant-dix supérettes et fast-foods, et manipuler insidieusement leurs managers. Le mode opératoire de son canular est bien rôdé! Il demande à parler au responsable, et au cours de la conversation téléphonique, il accuse l’une des employées de vol. Par personne interposée et prétextant qu’il est loin du fast-food, il donne des ordres qu’il présente comme la procédure légale dans le cas d’un vol. Les actes qu’il demande de faire faire sont dégradants, et portent atteinte à la dignité humaine des victimes. L’un de ses appels  induisent un viol. C’est ce tragique fait divers que raconte, dans son intégralité, le réalisateur Craig Zobel. Ce film montre un huis-clos prenant où la gérante avec l’aide d’employés fidèles, et la victime du viol tombent dans une dynamique de groupe glauque orchestrée par le mystificateur.

Dans le film, les employés du fast-food auront deux types de réactions qui vont isoler la gérante. D’abord, il y a ceux qui ne veulent pas être mêlés à une affaire policière, et qui sont indifférents au sort de Becky. Ils sont là pour gagner leur croûte et servir les clients. Et les autres dévoués à Sandra, leur manager, qui la suivront aveuglément, sans se douter qu’elle-même applique à la lettre les instructions du faux policier. Sandra impose une série d’humiliations à Becky. Elle reste de marbre face à sa détresse car elle est encouragée au bout du fil par son interlocuteur. Elle fera fi de la pudeur de la jeune femme en lui faisant subir une fouille au corps complète,  en lui ordonnant de se dévêtir et de rester nue pour ne pas qu’elle cache l’argent volé sur elle. Pendant ce temps là, c’est le coup de feu au Mc Do, et  les clients affluent; il  doit tourner coûte que coûte, sans états d’âme des employés. En tant que manager, Sandra est obligée de s’absenter souvent de la pièce où est enfermée Becky. Cette affaire de vol est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Avant l’appel du plaisantin, Sandra et son équipe étaient déjà stressés. Un livreur les avait tancés car une partie des denrées étaient gâchées à cause de la porte du frigo restée ouverte une partie de la nuit. Débordée, Sandra charge alors un employé masculin de surveiller la voleuse. Pendant son absence, malheureusement, l’employé va profiter de la vulnérabilité de violer Becky  qui était nue et terrorisée.

Ce fait divers glauque ramène à la fameuse expérience du psychosociologue Milgram  à la soumission à l’autorité. Dans les années 60, des cobayes humains acceptent, sur commande d’une figure d’autorité,  d’infliger des chocs élecriques à autrui malgré leurs leurs supplications et cris de douleurs simulés car il n’y avait pas de courant électrique;  ce que les volontaire ignoraient. Dans le fastfood, personne ne reçoit de courant électrique mais Sandra et ses employés sont soumis un stress intense: l’activité commerciale impérative, le scandale d’un vol qui les pousse à faire confiance à un inconnu, investi d’un statut d’autorité légale (du moins, le pensent-ils!). Outre la référence à la soumission à l’autorité de Milgram, il y a dans ce sordide fait divers la sujétion à l’autorité, la manipulation et l’abus de faiblesse décrits par Marie-France Hirigoyen dans son livre Abus de faiblesse et autres manipulations.

Ce qui s’est passé dans ce Mc Do peut-il arriver à n’importe lequel d’entre nous? Gardons-nous toujours notre libre arbitre face à une figure d’autorité? Ou encore, savons nous prendre de la distance pour résister à la manipulation de personnes avec lesquelles nous avons noué des liens affectifs ?

Et le manipulateur dans tout ça? Il table sur la bêtise de sa victime (c’est ce qu’il pense); il sait maîtriser ses émotions et joue sur le registre de la séduction et de l’assurance. Sa voix a toujours été ferme comme celle que l’on peut attendre d’un représentant de l’ordre. Il est machiavélique et dénué d’empathie. Nous avons du mal à accepter qu’il y ait des gens toxiques qui nuisent délibérément à autrui et qui affectent notre innocence ; celle qui fait que l’on n’est pas sur la défensive dans nos relations.

La soumission à l’autorité concerne chacun de nous, à des degrés divers, et dans toutes les sphères de la vie. Il est évident que le faux policier savait que le choix de ce statut induirait la soumission de ses victimes. Dans ce Mac Do, c’est le téléphone qui sert de vecteur à l’escroc pour jouer au « gendarme et au voleur ». Le monde du virtuel et ses modes de communication sont susceptibles de faire partie de la boîte à outils du parfait manipulateur. Les escroqueries de toute sortes (financières et morales) se déclinent à volonté dans le virtuel. On peut imaginer n’importe quel mauvais coup pour manipuler l’autre par SMS, les réseaux sociaux, les  webcams et le net. Et c’est souvent bien ficelé et indétectable au premier coup d’oeil…

Notes:

Compliance est un mot que l’on n’a pas l’habitude d’entendre ou d’écrire. Il est issu de l’anglais. En français, on l’emploie en pharmacothérapie. Il désigne le respect par les patients des prescriptions de son médecin. L’un de ses synonymes est observance. Il signifie aussi abandon et abdication. Et c’est ce qui colle parfaitement au comportement de Sandra et de ses employés qui vont suivre les injonctions déguisées de l’imposteur. Au fil du film, le spectateur a de la peine à croire à la véracité de ce fait divers. 
à la Une

LE RECUL ACTUEL DU QUOTIENT INTELLECTUEL EST-IL INQUIÉTANT?

Cette baisse du QI a été constatée par les résultats d’une recherche menée par Edward Dutton et Richard Flynn, professeur émérite en sciences politiques à l’université d’Otago à Dunegin.

dcbb0067297d3a7e64b21bd6f2f5b8b0
©René Magritte

 
Le Quotient intellectuel (QI) des Français est en chute libre ou bien encore l’inquiétant recul du Quotient intellectuel, tels sont les titres alarmistes de la presse grand public.
En France, le QI aurait baissé de 4 points entre 1990 et 2009, et atteint aujourd’hui 98 alors qu’en 1999, il était de 101,1. Cette chute ne concerne pas que la France, elle est globale. Elle toucherait aussi la Norvège, le Danemark et le Royaume Uni. Taux estimé de décroissance: 1 point vers le bas par génération. Cette baisse du QI a été constatée  par les résultats d’une recherche menée par Edward Dutton et Richard Flynn, professeur émérite en sciences politiques à l’université d’Otago à Dunegin (Nouvelle Zélande).

Inquiétant, n’est ce pas? Allons nous indéfiniment perdre des points de QI dans les prochaines décennies?

Pour comprendre ce qu’il en est, quelques généralités sur le QI. Le quotient intellectuel (QI) est le résultat d’un test psychométrique censé fournir une indication quantitative standardisée de l’intelligence humaine. Un test de QI ne mesure que l’intelligence de base ou l’intelligence innée.

L’observation de cette baisse du QI est à corréler avec l’effet Flynn (EF), du chercheur du même nom. Le terme fut inventé par Richard Hermstein et Charles Murray (auteurs de Bell Curve). L’effet Flynn désigne une découverte à propos des résultats des tests de QI et partant du postulat qu’ils s’améliorent de génération en génération. L’effet Flynn a été conçu pour évoquer l’augmentation de la moyenne du QI de 3 à 5 points environ tous les 10 ans. L’EF n’est qu’une tendance.  Il revient à dire que la somme des résultats des tests d’une population donnée est toujours inférieure à la somme des résultats individuels. Suivant les dernières observations, ce serait maintenant l’inverse.

Peut-on affirmer que l’effet Flynn a atteint sa limite?
Si son existence est largement reconnue, sa signification et son explication font l’objet de débat. Et pour cette raison, la baisse alarmiste du QI général est à pondérer en fonction des outils méthodologiques.

Mais que capture vraiment l’effet Flynn? Comment définir l’intelligence? Existent-ils d’autres évaluations de l’intelligence autres que celle du QI qui permettraient d’être plus optimistes sur cette baisse générale du QI?

L’intelligence est incontestablement au sommet du modèle hiérarchique des capacités cognitives qui comprend un niveau moyen de facteurs de groupe tels que les domaines cognitifs, des aptitudes verbales, spatiales et de la mémoire. Le noyau de l’intelligence est cette capacité à raisonner, à planifier, à résoudre des problèmes, à appréhender des idées complexes, à apprendre rapidement et être capable de tirer les leçons de l’expérience. Les tests les plus connus servant à mesurer le QI que l’on retrouve dans les études scientifiques sont le WAIS et le WAIS-R de Weschler, le WISC, le Stanford-Binet, la NEMI, le Culture Fair Intelligence (Catell). A l’intérieur de ces tests, i y a des sous-tests qui affinent le type d’intelligence.

La plupart des tests de QI sont fortement associés à l’intelligence fluide suggérant moins une augmentation de l’intelligence cristallisée. L’intelligence fluide et l’intelligence cristallisée (respectivement Gf et Gc) sont des facteurs de l‘intelligence initialement identifiées en 1941 par Raymond Catell repris et développés par John L-Horn pour la théorie Gf-Gc qui en découle. Celle-ci met en évidence un modèle hiérarchique de l’intelligence englobant la mémoire à long terme (Glr), la mémoire à court terme (Gsm) ou encore la vitesse de traitement (Gs).

Là où ça devient complexe, c’est quand on se penche sur les causes de l’intelligence. Force est de constater que la science s’aligne sur des valeurs ou une idéologie en vogue à un moment donné. Alors là, tout est permis, le pire comme le meilleur! Certaines interprétations peuvent s’avérer tendancieuses si elles servent une idéologie douteuse.

Génétique et QI :
Certaines études font le lien entre sélection génétique et le niveau d’intelligence. L’anthropologue Sir Francis Galton, en 1869, fut le premier à affirmer que le génie était héréditaire, et il apparait comme le fondateur de la psychologie différentielle.

Dans les tests de QI, on part du principe que, la part de l’héritabilité de l’intelligence augmente d’environ 20% dans la petite enfance et (peut-être) à 80% à l’âge adulte. Aucun trait n’est hérité à 100 pour cent, d’où l’importance des influences génétiques et environnementales conduisant à l’interaction entre les gènes et l’environnement. C’est l’épigénétique.

En 1955, le psychologue de l’éducation, Cyril Burt publie sa première enquête sur le sujet de l’héritabilité du QI en s’appuyant sur l’observation de vrais jumeaux, selon les lois classiques de Mendel. Ce psychologue exercera une influence considérable au ministère de l’éducation en Grande Bretagne. On basera les admissions dans les classes supérieures sur des tests de QI, et ce dès l’âge de 11 ans. Son étude sur l’héritabilité du QI se révèlera biaisée, mais pendant des années, elle servira à justifier la réussite socio-économique par classe sociale en Angleterre. Il faudra attendre sa mort en 1971 pour que les biais méthodologiques de ses études soient dénoncés. La recherche de Cyril Burt était mal conduite. On parlera de fraude scientifique et on traitera d’imposteur mais à l’époque, la psychologie était une discipline balbutiante, moins scientifique qu’aujourd’hui avec ses nouveaux outils d’investigation scientifique et les neurosciences.

L’observatoire de zététique cite ces psychologues qui pensent que le QI est à la fois déterminé par des facteurs sociaux et génétiques. L’idée est la suivante  (grosso modo): 50% de facteurs génétiques, 50% de facteurs sociaux. En fonction de cela, les inégalités dans la réussite scolaire et professionnelle entre groupes ethniques s’expliquent par le fait qu’ils n’ont pas évolué dans le même environnement. Les tenants de cette posture sont Richard Lyn, Jensen, Philippe Rushton, Hermstein et Murray (The Bell curve). Précisons  que les études scientifiques anglo-saxonnes entre groupes ethniques font partie de la méthodologie admise dans la recherche, et elles  ne  déclenchent pas un tollé comme en France. Force est de constater que dans la vulgarisation scientifique,  c’est la porte ouverte aux dérives interprétatives.

Dans le volume 53 de la Revue Intelligence, se trouve un article de Dutton et Lynne de 2015 qui traite des des causes biologiques (en relation avec l’effet Jansen) liées l’immigration, incriminées dans la baisse du QI des Français entre 1999 et 2008. Tout esprit curieux est libre d’aller consulter les articles de Jansen, et d’en tirer les conclusions qu’il souhaite. En prenant garde que la méthodologie et les résultats d’une recherche n’ont pas la même connotation interprétative pour un scientifique que pour un néophyte. Si l’on accepte uniquement le mécanisme de l’héritabilité du QI, ce serait admettre le peu d’effets de l’environnement. Les gènes ont besoin d’un environnement approprié pour s’exprimer. Aujourd’hui, on sait que les différences entre groupes (notamment ethniques), ne sont pas. uniquement d’ordre génétique ou biologique, mais peuvent être culturels.

Dans les années 90, Robert Plomin du King’s College a essayé d’identifier les gènes propres à l’intelligence. Le séquençage du génome humain s’avérait prometteur mais l’utilisation des techniques d’ADN s’est avérée bien plus complexe que prévu. Les études d’association pangémonique (en anglais : genome-wide association studies ou GWAS) furent utilisées pour déterminer les facteurs génétiques responsables des facultés cognitives. Et ainsi on pensait trouver le gène de l’intelligence. Au départ, les GWAS avaient été conçues pour identifier les facteurs de risque associés à la vulnérabilité aux maladies. Les chercheurs, sans trouver un gène spécifique à  l’intelligence, ont démontré que l’intelligence est influencée par de nombreux gènes.  Bref, aucune localisation du QI dans le cerveau.

En 2007, A.Mingroni, avance une autre explication sur l’arrêt de l’effet Flynn en lien avec l’épigénétique. Il fait le parallèle avec la vigueur des hybrides, connue sous le nom de hétérosis, terme utilisé dans l’élevage. A.Mingroni conjugue le rôle du génotype et celui de l’environnement. Des caractéristiques individuelles ont évolué au cours du temps comme la taille, le volume du cerveau, la myopie, l’hyperactivité et d’autres facteurs qui entrainent la recherche et la valorisation d’autres qualités intellectuelles et de formes différentes d’intelligence difficilement quantifiables par le QI.

L’évolution du QI au cours du temps :

Les causes les plus vulgarisées de la baisse du QI sont le déclin de l’éducation, la possibilité que les gens les plus intelligents fassent moins d’enfants ou encore l’accélération de nos modes de vie.

En mai 2013, la revue Intelligence affirme que les hommes étaient plus intelligents à l’époque victorienne qu’aujourd’hui. À la fin du XIX siècle, avec l’explosion de l’innovation technologique le génie humain aurait décliné. En 1889, le temps de réaction moyen  (Gs) d’un homme était de 183 millisecondes alors qu’il serait de 253 millisecondes en 2004. La baisse du QI serait de 1,23 point par génération, soit 14 points.

Que se cache derrière cette affirmation ? Juste quelques pistes de réflexion.
James Flynn reconnaît que les tests de QI ne sont pas de bonnes mesures psychologiques. Selon lui, si l’on fait l’hypothèse que l’intelligence générale a progressé sur 60 ans, on devrait alors voir davantage les compétences progresser. Ors, il faut prendre en compte les biais culturels car les priorités ont changé. Les jeunes obtiennent de très bons scores dans certains sous-tests, ce qui leur procure un bon QI. Ce qui ne veut pas dire que leur intelligence générale a progressé par à rapport à celle de leurs parents ou grands-parents. L’importance croissante des sciences a généré de grands bouleversements. Selon Flynn, « elle a libéré la logique du concret, nous permettant de travailler sur des abstractions sans références concrètes.» Nos aïeux n’étaient pas moins intelligents mais leur intelligence était ancrée dans la vie quotidienne. C’était un autre mode de vie qui entraînait un autre fonctionnement cognitif, et sur lequel il nous serait difficile de revenir. Il n’y a aucune nostalgie à avoir, c’est une sélection darwinienne propre à la psychologie évolutionniste.