LES GROUPES BALINT SONT-ILS VRAIMENT DÉMODÉS POUR AMÉLIORER LA RELATION ENTRE LES SOIGNANTS ET LES PATIENTS?

Le groupe se compose de 8 à 12 soignants qui se retrouvent régulièrement pour réfléchir autour de la présentation d’un cas clinique où la relation médecin/malade est difficile.

La psychologie médicale étudie la fonction soignante, le malade et sa maladie. Toute situation de relation et d’interaction médecin/patient. Délibérément, j’élargis la psychologie médicale aux autres catégories de soignants que les médecins, même si « académiquement » l’objet de cette discipline était dévolue à la relation médecin/malade. La psyché des patients réagit aux mêmes règles, avec certes des attentes et des nuances différentes suivant la catégorie de soignants auxquels ils ont affaire.

Les aspects psychologiques concernent les nombreux champs de la médecine.

-Les facteurs de causalité ou de prédisposition de la maladie (maladies psychosomatiques et maladies fonctionnelles).

-Comportement et adaptation du malade à la maladie et aux thérapeutiques comme le déni, l’anxiété ou la dépression) déterminants pour l’attitude du patient et l’évolution de la maladie.

-Attentes d’ordre relationnelles et émotionnelles coexistant avec la maladie et ses symptômes vis à vis du médecin et également son environnement (affectif, professionnel et relationnel).

-Et les multiples aspects de la relation médecin/malade

« Penser le soin »n’est pas une attitude inédite. Dès les années 30, la dimension relationnelle médecin/malade avait été proposée dans le cadre de la formation continue des généralistes par Michael Balint, l’inventeur des groupes du même nom.

Michael Balint était un psychiatre et psychanalyste d’origine hongroise, né en 1896 et mort en 1970 à Londres. Son père, médecin généraliste, incita son fils à suivre son chemin. Michael Balint va d’abord s’orienter vers la médecine psychosomatique, et parallèlement à ses études de médecine, il suit des études de chimie. Côté psychothérapie (même si le mot n’a pas la même connotation qu’aujourd’hui) il suit une psychanalyse, dont une tranche avec le neurologue Ferenczi Sandor décrit comme l’enfant terrible de la psychanalyse tant ses relations sont ambigües avec Freud, et qui contrairement à d’autres psychanalystes de l’entourage de Freud « va regarder en face les traumatismes sexuels infantiles, et lutter – à ses dépens – contre le déni collectif qui alimente le tabou tragique de l’inceste. » Sandor Ferenczi avait été lui-même violé dans son enfance. Ces quelques mots sur le psychanalyste Sandor Ferenczi sont importants pour comprendre l’état d’esprit de Michael Balint dans son parcours professionnel.

À partir de 1925, il va participer à l’organisation de l’institut de psychanalyse et d’une polyclinique de psychothérapie psychanalytique dont il va devenir le directeur en 1933 à la mort de Sandor Ferenczi. En 1938, Michael Balint fuit la Hongrie avec son épouse et s’installe à Manchester, en Grande Bretagne où Alice Balint meurt brutalement à son arrivée.

Après la guerre, Michael Balint s’installe à Londres, et de 1948 à 1961, il travaille à la Tavistock Clinic, le premier centre de thérapie analytique anglais fondé en 1920 par le psychiatre Hugh Crichton-Miller qui avait travaillé sur les névroses de guerre sous la double influence de Freud et de Jung . Depuis son ouverture, la vocation de la Tavistock Clinic était d’étudier les relations humaines. Elle est toujours active avec de nombreux départements et est devenue une fondation depuis 2006. Il a été reproché lors des premiers temps de la Tavisktock Clinic, d’être trop éclectique et pas assez rigoriste dans les principes de la psychanalyse. Il faut aussi replacer cette remarque dans le contexte de l’époque en se souvenant que la psychanalyse était une révolution dans la prise en charge des patients souffrant des troubles de la psyché.

À Manchester, Balint va se spécialiser dans la psychologie de l’enfant. Quand il intègre la Tavistock Clinic, il s’intéresse au travail sur le groupe du psychiatre Bion. Psychiatre militaire et principal disciple de Mélanie Klein, en traitant les névroses de guerre, Bion constate qu’un traitement individuel n’est pas adapté, mais qu’il fallait prendre en charge tous ces patients par « petits groupes ». Pour Bion, un groupe fonctionne comme une unité, comme un tout développant une logique propre au delà de celle des individus.

C’est dans cet environnement éclectique que Balint et sa troisième épouse Enid travailleuse sociale rencontrée à la clinique, vont créer les fameux groupes Balint de renommée internationale.

Il semblerait, selon un article, publié dans la revue CAIRN que ce soit la relation difficile entre Balint et son père, médecin généraliste, homme froid et rigide qui l’aurait incité à créer ces fameux séminaires de formation recherche à destination des médecins généralistes. « C’est sans doute son père que Michæl Balint aurait aimé sensibiliser au vécu de ses « enfants-patients », c’est à lui qu’il aurait voulu apprendre à être attentif à leurs sentiments et à leurs problèmes.»

L’ouvrage fondamental de M.Balint est « Le médecin, son malade et la maladie publié en 1996 dont voici le synopsis: « Pourquoi, malgré de sérieux efforts de part et d’autre, la relation entre malade et médecin est-elle si souvent insatisfaisante, voire malheureuse, alors même que le médicament de beaucoup le plus fréquemment utilisé en médecine générale est précisément le médecin ?»

Le but d’un groupe Balint est de reconnaitre les émotions du patient ainsi que celles du soignant et trouver ainsi la meilleure interaction favorable et utile au malade. Cela va des non-dits aux actes manqués ou aux mots employés en sus de l’empathie à la base du métier de soignant.

Comment fonctionne un groupe Balint? Il faut préciser que ce n’est pas un groupe thérapeutique pour les soignants. Si ces derniers ont des problèmes, le groupe Balint n’a pas vocation à les soigner. Ce n’est pas non plus un séminaire de cas cliniques. L’histoire du malade est juste un point de départ pour étudier la relation du soignant avec son patient, et ainsi voir comment le soignant peut aider favorablement le patient à évoluer.

Le groupe se compose de 8 à 12 soignants qui se retrouvent régulièrement pour réfléchir autour de la présentation d’un cas clinique où la relation médecin/malade est difficile. Sur le terrain de la psychanalyse. Alors, compte tenu aujourd’hui de la diversité des approches théoriques en psychothérapie c’est peut-être pour certains soignants un frein pour participer à des groupes Balint. Mais la philosophie mise au point reste séduisante et éthique. Apprécier ou non la psychanalyse est une autre histoire.

Les règles de fonctionnement d’un groupe Balint sont les suivantes, et figurent sur le site officiel des groupes Balint:

  • la spontanéité avec laquelle le rapporteur du cas le raconte
  • les associations libres des idées et des ressentis
  • absence de notes
  • le respect de la parole des autres sans évaluation ni jugement
  • la confidentialité

Que reste-t-il aujourd’hui de l’héritage de Balint qui pourrait inspirer encore des réflexions des soignants sur leur relation avec les patients soit hospitalisés ou dans le cadre de consultations individuelles. Et tant qu’on y est, incluons aussi les téléconsultations qui se sont développées durant la pandémie.

Il y a de nombreuses réponses sur le site officiel de la Société Médicale Balint qui propose des formations à tout type de soignants ainsi que de nombreux textes sur l’approche de Balint. Il y a un point sur lequel avait insisté Balint, c’est la supervision.

De réécrire une nouvelle fois que la psychanalyse n’a plus la même influence qu’au temps de Balint, mais cette évolution peut encore faire émerger chez les médecins et soignant des réflexions sur la rencontre thérapeutique avec certains critères élaborés par Balint.

Balint avait insisté en son temps sur l’urgence d’une « conversion communautaire de la médecine et de l’hygiène mentale ». Qu’aurait-il pensé de des médecins de plateaux interviewés à longueur de journée sur pandémie actuelle ! Leurs propos « alarmistes ou rassuristes », déversés à jet continu sur les réseaux sociaux risquent à la longue d’avoir un fort impact sur la relation médecin/malade; celle qui se forge au fil intimiste des consultations dans les cabinets médicaux des généralistes et des spécialistes. C’est à l’opposé de l’esprit des groupes de Balint!

Au nom du « principe de sauver des vies » incluant des mesures sanitaires liberticides (peut-on affirmer le contraire?), la médecine se révèle avec la pandémie d’abord techniciste, hyper spécialisée sans âme et occulte l’aspect psychologique d’une prise en charge. Tout ce qu’avait dénoncé Balint! Restons optimiste car la médecine générale reste le pivot de la médecine de ville, et les patients ne s’y trompent pas! Et la médecine générale est la source de la pensée de Balint!

La relation médecin/malade se résume dans ces quelques mots de Balint: « qu’il soit capable d’acquérir suffisamment d’habileté personnelle pour jouir de ce que la vie adulte peut offrir. […] Il faut veiller sans cesse à ce que le patient reste – ou devienne – capable d’établir et de maintenir un contact intime et durable avec les autres.»

L’AFFAIRE CARLSON, UNE SOMBRE AFFAIRE DE DÉRIVE EN PSYCHOTHÉRAPIE

À partir des années des années 70, le trouble de la personnalité multiple va devenir une maladie mentale populaire. Il se caractérise par la présence de deux personnalités (voire plus) nommées les alters qui tour à tour prennent le contrôle de la personne appelée hôte.

©Aykkut Aydogdu, https://www.aykworks.com/

C’est un cas d’école illustrant une dérive de la psychothérapie, et bien qu’il date de 1989 et se déroule aux États-Unis, il reste (hélas) intemporel concernant les conséquences dues à une mauvaise psychothérapie. La patiente qui en fut victime paya un lourd tribut, durant trois ans, concernant son état psychologique.

La victime de cette prise en charge ratée s’appelle Élisabeth Carlson. Elle a trente cinq ans, mariée et mère de deux enfants. Elle vit dans une coquette banlieue de Minneapolis, mais elle doit être hospitalisée à l’hôpital United de St Paul pour une dépression chronique familiale. La psychiatre Diane Hulmenansky, exerçant dans cet hôpital, va devenir son médecin référent et continuera à la suivre après sa sortie. Élisabeth Carlson fait confiance immédiatement à ce médecin qui lui parait compétente et un ange de douceur.

Lors de l’anamnèse, Diane H demande à Élisabeth si elle avait déjà entendu des voix dans sa tête. Compliante, Élisabeth lui demande s’il s’agit du dialogue intérieur, les pensées intimes que nous avons tous, quand on se dit mentalement « je n’aurais pas du faire ça ». Diane H lui confirme qu’il s’agit bien de ça et lui demande s’il lui est arrivé de louper la sortie de l’autoroute car elle pensait à autre chose. Sa patiente confirme qu’effectivement ça s’est déjà produit.

C’est alors que la psychiatre remet en cause le diagnostic initial de dépression, et lui annonce qu’elle souffre du Syndrome des Personnalités Multiples (MPD), très difficile à diagnostiquer chez les femmes. Diane H promet à sa patiente qu’elle va pouvoir l’aider à s’en sortir.

Quelques mots succincts sur ce fameux MPD! À partir des années des années 70, le trouble de la personnalité multiple va devenir une maladie mentale populaire. Il se caractérise par la présence de deux personnalités (voire plus) nommées les alter ego qui tour à tour prennent le contrôle de la personne appelée hôte. Les alter ego se conduisent à l’opposé de la personnalité, et émergent curieusement avec une thérapie à base d’états modifiés de conscience censées faire remonter des souvenirs. La personne ainsi diagnostiquée est complètement amnésique de ce qu’elle a pu faire ou dire de longues heures quand elle est sous l’emprise des alters. Pensez à la célèbre histoire du Dr Jeykill and Mr Hyde de l’écrivain Louis Stevenson.

La nature des alters en dit long sur la joyeuseté de ce diagnostic. Dans le livre Science and Pseudoscience, il a été rapporté comme alters Mr SPock, le personnage de fiction aux longues oreilles de la série télévisée Star Strek, des licornes (en plein mouvement du New Age), la fiancée de Satan, des gorilles, des tigres. Aujourd’hui, dans le DSM V, le Trouble de la Personnalité Multiple est remplacé par celui du Trouble Dissociatif de l’Identité (TDI) mais le concept de multiples personnalités continuent à inspirer les auteurs et scénaristes .

Après ces digressions nécessaires, revenons au cas d’Élisabeth Carlson. Quelle est la méthode du Dr Humanansky pour sortir Élisabeth de son enfer psychologique?

La psychiatre remet à sa patiente une liste de best-sellers populaires à lire pour la conforter dans son diagnostic de MPD. Un ersatz de bibliothérapie ! La liste vaut le détour. D’abord « le Courage de guérir », la bible des thérapeutes de la mémoire retrouvée. « Michelle se souvient »( sur les rituels sataniques). Les trois visages d’Eve. Quand le lapin hurle (autobiographie de Truddi Chase sur ses multiples identités.

Avec Diane H, Élisabeth va suivre des séances « d’imagerie guidée » pseudo thérapie inspirée du New Age et d’hypnose (il ne s’agit pas de l’hypnose médicale qui elle a toutes ses lettres de noblesse ), méthodes controversées à base de suggestion manipulant la mémoire censées faire remonter ses souvenirs, et débusquer ainsi les personnalités multiples qui seraient à l’origine du MPD.

Tout changement de comportement et d’humeur d’Élisabeth est interprété comme la manifestation d’un alter. Outre des doses massives de psychotropes, Élisabeth reçoit des injections d’Amythal, le fameux sérum de vérité, prescrit larga manu à cette époque. Lors d’une de ces séances, elle se serait crue dans une scène du film culte « L’Exorciste ». Un alter démoniaque se manifesta, crachant et éructant comme dans le film l’exorciste. De fil en aiguille, Élisabeth fut persuadée qu’elle avait été abusée sexuellement dans un secte sataniste, enrôlée de force par ses parents. Tout comme le MPD, à l’époque le diagnostic de Rituel satanique d’abus sexuels (SRA) complétait souvent celui de MPD.

En plus de ce traitement de choc, Élisabeth suivait également une thérapie de groupe des personnes souffrant comme elle de MPD.

Deux ans passèrent, et l’état d’Elisabeth empira et elle dut être hospitalisée cinq fois. Entre deux internements, elle vivait recluse dans sa chambre, incapable de s’occuper d’elle et c’est sa fille qui la prenait en charge.

C’est alors que son groupe de thérapie des MPD décida de quitter le Dr Humenansky pour prendre son indépendance. En discutant entre eux, les membres s’aperçurent qu’ils partageaient les mêmes souvenirs tirés des mêmes livres et des mêmes films. Forte de cela, Élisabeth reprit du poil de la bête, réussit à se sevrer des médicaments et put enfin s’occuper de sa maison et de sa famille. À leur grande joie!

En 1992, Élisabeth devant sa télévision tombe sur un talk show consacré au syndrome des faux souvenirs! Elle appela la numéro de téléphone inscrit sur la bande annonce. Elle fut alors mise en contact avec d’autres victimes de faux souvenirs.

Elle engagea l’avocat Christopher Barden qui gagna son procès contre Diane Humanansky. Barden qui était également titulaire d’un doctorat de psychologie réussit à convaincre la cour de l’impact de la suggestion et la manipulation de la mémoire qui avaient induit des faux souvenirs. Grâce à lui, Élisabeth Carlson, gagna son procès avec une coquette somme de dommages et intérêts, et elle a fondé depuis une association contre la fraude en thérapie et les dérives pseudo-scientifiques.

Quant à Diane Humanansky, elle fut suspendue par l’ordre des médecins (l’équivalent américain). Une vingtaine de patientes ont porté plainte contre elle. Dix ont allégué qu’ils avaient été induits en erreur par son diagnostic d’un trouble de la personnalité multiple et de faux souvenirs d’abus sexuels.

L’engouement pour le diagnostic de MPD et ces thérapies de la mémoire retrouvée ont culminé de 1993 à 1994. 40 000 cas de MPD ont été diagnostiqués par des professionnels de la santé. Le MPD se comprenait à l’époque comme une sous catégorie d’hystérie concernant les femmes.

J’ai trouvé une analyse intéressante dans un article datant de 1998 publié dans le New Yorker dont voici les grandes lignes
Le MPD avec son cortège de thérapies de la mémoire retrouvée prend sa source dans les années 70 avec le mouvement de protection de l’enfance et fut rejoint par la suite par les féministes. Ceux qui remettaient en cause les allégations du MPD étaient accusés de protéger les crimes sexuels. En fait, le MPD répond en tout point à une épidémie psychologique comme d’autres à cette époque.

La critique littéraire Elaine Showalter attribue la propagation de ces nouvelles épidémies psychologiques à  la troisième vague des féministes, celle que l’on appelle le féminisme victimaire. Le néo-féminisme.

La fin à ce dévoiement fut le SRA (rituel d’abus satanique), épidémie lancée en 1980 par le livre « Michelle se souvient », où Michelle Smith décrit les abus sexuels dont elle fut victime, après s’en être souvenue en thérapie avec son thérapeute et mari (semble-t-il) Lawrence Pazder. En 1983, devant l’explosion de cas de SRA, le FBI enquêta sur plus de 300 allégations, et on s’en doute ont fait chou blanc. Au fil du temps, les victimes poursuivirent les thérapeutes pour mauvaises pratiques, et la jurisprudence américaine est prolixe sur ce sujet.

L’histoire d’Élisabeth Carlson révèle la difficulté d’une prise en charge en psychothérapie, de poser un diagnostic et dans certains cas, le remède peut s’avérer néfaste pour les patients quand la pseudo-science s’en mêle. La, il s’agissait de la méconnaissance de malléabilité de la mémoire et de la suggestibilité des personnes méconnues par ces thérapeutes.

https://www.newyorker.com/magazine/1998/04/06/the-politics-of-hysteria