COVID-19: SA SIGNATURE OLFACTIVE AVEC LES CHIENS RENIFLEURS.

« Les chiens ne servent pas à remplacer les tests PCR. C’est plutôt un outil et un moyen supplémentaire de dépistage »(Aymeric Bernard , vétérinaire)






En avril dernier, j’avais évoqué dans un post, le dressage par la Medical Detection Dog (MDD, UK) de chiens capables de détecter les personnes asymptomatiques au SARS-Cov2. Des expérimentations ont été lancées à l’École Nationale vétérinaire d’Alfort et en Corse. Sur l’île de beauté, le programme baptisé Nosais est soutenu par la préfecture de Corse du Sud, l’ARS de Corse et les hôpitaux ajacciens de la Miséricorde et Eugénie. Et le programme Covidog à Strasbourg.

Dans la ville alsacienne, le projet des chiens renifleurs a intéressé Philippe Cochet, enseignant-chercheur au CHU de Strasbourg. Il est parti de l’idée que si il y a « une deuxième vague survient, il sera difficile de reconfiner tout le monde comme on l’a fait. Voilà pourquoi il nous faut disposer d’un moyen non invasif et immédiat pour détecter les porteurs du virus ». La start-up strabourgeoise Biodesiv a mis au point des tubes permettant de collecter les échantillons infectés et non infectés.

Le principe repose sur le suivant: il faut isoler l’odeur de la maladie et non celle du virus. À l’aide de cultures de cellules infectées, le volatilome associé à l’infection sera récupéré, c.a.d ensemble des molécules volatiles que ces cellules libèrent dans l’air. « Le virus reprogramme la cellule pour qu’elle travaille pour lui. C’est une modification du tout au tout du métabolisme cellulaire. Donc, les cellules infectées ne libèrent pas les mêmes molécules que les cellules saines », explique Christophe Ritzenthaler. C’est cette signature olfactive de la maladie que les chiens apprennent à reconnaître.

Selon Christophe Ritzenthaler, directeur de recherche au CNRS et virologue à l’Institut de biologie moléculaire des plantes du CNRS, la maladie a un « parfum » aussi bien chez les patients contaminés que les asymptomatiques, difficiles à repérer s’ils ne se font pas tester.

Quel est le protocole du dressage? C’est l’équivalent d’une étude randomisée mais adaptée à l’animal sans l’exposer lui et son dresseur au virus. On dispose devant le chien quatre supports métalliques contenant chacun un échantillon de sueur humaine collectée sous les aisselles. Trois filtres proviennent de personnes non contaminées et le quatrième est celui du malade atteint par la Covid-19. Quand le chien s’assoit devant le filtre sentant l’odeur du virus, il est récompensé avec son jouet préféré. L’exercice est répété une vingtaine de fois.

©Crédit AFP, Pascal Pochard

Une ECR (étude clinique randomisée) allemande publiée dans le journal BMC pilotée par l’Université de médecine vétérinaire de Hanovre et le professeur Holger Volk révèle bien que les chiens de détection entrainés sont capables de distinguer les échantillons infectés à la Covid-19 des non infectés.

Le 23 juillet dernier, en Corse deux malinois ont participé à une campagne de dépistage. Comment cela se passe-t-il? Comme l’explique Bruno Maestracci, directeur du Si-2, « Nous appliquons des compresses sous le bras de volontaires. Sous l’autre bras, nous mettons des tubes qui seront eux transmis à l’université de Corse, à Corte, avec laquelle nous avons un partenariat afin de réaliser des analyses scientifiques. »

Le flair hors norme de ces chiens est encourageant! Il y a entre 94 et 98% de sensibilité, et il est même arrivé que des chiens aient détecté des cas positifs là où les tests PCR étaient négatifs. Mais le vétérinaire Aymeric Bénard reste prudent: « Les chiens ne servent pas à remplacer les tests PCR. » « C’est plutôt un outil et un moyen supplémentaire de dépistage ». Et le coût du test reste limité! N’importe quel chien dressé déjà à renifler des maladies virales peut-être entrainé à reconnaitre celle de la Covid-19.

Restons prudents face aux nez canins comme le préconise l’Académie nationale de médecine et l’Académie vétérinaire de France. Certains critères fiables doivent être réunis et c’est tout un véritable programme dans le respect du bien-être animal:

-de compléter l’évaluation scientifique et le développement de ce nouveau test afin de le mettre en œuvre dans les meilleurs délais :

– d’en préciser les performances analytiques (sensibilité, spécificité) ;

– d’identifier dans le volatilome la ou les molécules spécifiques de la Covid-19 ;

– de promouvoir la constitution d’équipes dédiées (personnel, chiens) ;

– de sécuriser la présentation des échantillons à analyser, tant pour les chiens que pour le personnel ;

– et de définir les règles de bon usage de ce type de test.

Jusqu’à ce jour, près de 15000 personnes ont pu être testées en France et à l’étranger avec les chiens renifleurs. Alors, une initiative sympathique qui fait de ces chiens détecteurs de Covid-19 des auxiliaires médicaux précieux.

Vidéo sur les chiens détecteurs en Corse:

ÉLOGE DE LA LENTEUR, DE LA SIESTE ET DE LA PROCRASTINATION

Quand les choses se passent trop vite, personne ne peut être sûr de rien, de rien du tout, même pas de soi-même (Milan Kundera)

Le temps des vacances et le weekend sont l’occasion rêvée de ralentir l’activité effrénée si caractéristique du monde moderne! De se reposer. C’est aussi l’occasion de faire l’éloge de la lenteur et de laisser s’écouler le sablier trois supposés défauts bien complémentaires: la lenteur, faire la sieste du temps et la procrastination! Et sils devenaient des besoins essentiels, allez un peu exagéré, mais au moins des besoins de réalisation personnelle, selon la pyramide de Maslow!

D’abord laisser s’écouler le sablier du temps avec la lenteur! Selon les propos de Gilles Clément, paysagiste, enseignant et auteur, il faut « réfléchir à ce que cette lenteur ou ce désir de lenteur signifie aujourd’hui. Car nous avons plus de temps devant nous, nous ne cessons de gagner du temps, et pourtant nous souffrons de cette « famine temporelle »… Étrange époque où le temps se rétrécit subjectivement alors qu’il ne cesse de s’emplir objectivement. Est-ce réellement de repos dont nous avons besoin, ou du besoin de ressentir la distinction entre l’activité et le repos, donc entre la rapidité et la lenteur ? Mais c’est peut-être une question de rythme…»

L’écrivain Milan Kundera a développé dans son livre La Lenteur la fascination de l’homme moderne pour la vitesse en délaissant la lenteur. Jean de La Fontaine l’évoque dans sa fable « Le lièvre et la tortue ». La lenteur est aujourd’hui un défaut qu’il faut combattre. Être actif et meubler son temps coûte que coûte sont les signes d’une personnalité dynamique, parait-il. Je n’en suis pas convaincue car ma nature est contemplative! Mon regard se perd au loin à la vue d’un beau paysage.

Dans cet éloge de la lenteur, comment ne pas parler de la « Slow Attitude » qui nous suggère de ralentir notre mode de vie et de prendre son temps pour apprécier les choses simples de la vie comme par exemple prendre son temps pour contempler un paysage. La vitesse est addictive; elle donne l’illusion d’être dans le tourbillon de la vie, et peut-être participe-t-elle au déni de la mort? Aller vite, est-ce défier la mort, un signe de vivre pleinement sa vie? La stimulation incessante est-elle si bénéfique pour notre psyché? La lenteur n’oblige-t-elle pas à une distanciation intérieure qui permet d’être à l’écoute de soi, de ses désirs et de ses émotions. Bref, de son tempo intérieur. Le journaliste canadien Carl Honoré s’est rendu célèbre par son best-seller « Éloge de la lenteur » où il enquête sur le mouvement slow. Je n’ai pas lu le livre (par manque de temps) mais son synopsis est séduisant. Pour me faire pardonner, je mets à la fin de ce post l’une de ses interviews très tendance psychologie positiviste et humaniste dans l’esprit d’Abraham Maslow et de sa pyramide.

La lenteur est bénéfique pour le cerveau et la créativité. La lenteur durant le temps des vacances est l’occasion rêvée pour se déconnecter de l’utilisation de l’ordinateur, de la tablette et du smartphone qui sollicitent la fonction multitâche de notre cerveau. En 2014, le Journal de la Science cite une étude selon laquelle le cerveau des personnes qui s’adonnent régulièrement au multitâche dans la journée présentent un déficit marqué de matière grise dans le cortex angulaire antérieur, impliqué dans la régulation de nos émotions.

Après, cet éloge de la lenteur, dans le même état d’esprit, pourquoi ne pas profiter des vacances pour faire la sieste? Faire une courte pause de sommeil dans la journée est l’occasion de remettre les pendules à l’heure avec le « manque de sommeil chronique » (souvent nommé improprement  « dette de sommeil) qui serait encore l’un des maux du monde moderne.    

Bien dormir est fondamental.  Durant notre sommeil, notre cerveau se nettoie de ses déchets et toxines grâce au système glymphatique, selon une étude américaine publiée en 2013. Le sommeil servirait, selon l’hypothèse des chercheurs de l’Université de Rochester (New-York), à nettoyer notre cerveau encrassé lors de l’état d’éveil. Durant le sommeil, déchets et toxines accumulés pendant la phase d’éveil seraient emportés dans un flux du liquide orchestré par des cellules spécialisées, dites « cellules gliales ». Cette forme d’auto nettoyage serait indispensable pour la survie de neurones.Le manque de sommeil est responsable de fatigue chronique, de manque de concentration, de somnolence diurne et a de nombreux effets sur la santé, notamment cardiovasculaire, le diabète, etc. Comme le souligne le Docteur Najib Ayas, spécialiste des troubles du sommeil au Women’s Hospital de Boston « les gens devraient considérer qu’un sommeil adapté à leurs besoins n’est pas un luxe mais fait partie de l’hygiène de vie ».La somnolence diurne à l’origine d’un accident sur trois sur les autoroutes, et 5 heures de sommeil ou moins multiplie par trois le risque d’accidents! Alors sur la route des vacances, pourquoi ne pas marquer une pause en faisant la sieste?

Et en dehors des vacances, pourquoi ne pas faire de la sieste une habitude de vie quotidienne? Nous consacrons, en moyenne, un tiers de notre existence à dormir. L’impact des troubles du sommeil sur la santé mentale est  régulièrement étudié chez l’adulte, l’enfant ou l’adolescent n’est plus à démontrer.    

Bien dormir est bénéfique pour notre cerveau. Un bon sommeil influence la créativité; l’idéal serait de dormir huit heures par nuit afin que notre cerveau ait le temps de restructurer les souvenirs avant de les stocker. Les déficits cognitifs et mémoriels engendrés par la privation de sommeil sont étudiés, sous toutes les coutures, par les chercheurs en neurosciences. Une bonne nuit de sommeil permet de mieux assimiler ce que l’on a appris dans la journée. Chez les enfants, le sommeil paradoxal est excessivement important pour faciliter le processus de mémorisation et d’apprentissage.

En 2019, le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BHE) de l’Agence Sanitaire publique France rapporte que le temps moyen de sommeil des Français est inférieur à 7 heures. En moyenne, les Français de 18 à 75 ans dorment 6 heures 45 minutes par nuit. Le manque de sommeil est important chez les jeunes. Le déficit moyen atteint 54 minutes pour les filles âgées de 15 à 19 ans, et 41 minutes pour les garçons du même âge. Alors que leur durée de sommeil devrait se situer entre huit et  neuf heures par nuit, avec un coucher qui n’excède pas 22:00. On connaît aujourd’hui le rôle délétère des écrans qui  réduisent la durée de sommeil de 30 à 45  minutes. La lumière vive des tablettes ont un impact sur la sécrétion de mélatonine (l’hormone du sommeil).

Les horaires de travail décalés et le tabagisme réduisent la qualité du sommeil. Les femmes dorment moins bien que les hommes. Alors la sieste pourrait remédier à ces nuits trop courtes? Des hommes politiques tels que Winston Churchill ou Napoléon s’y adonnaient. Einstein et Édison aussi.   De nombreux chercheurs soutiennent que la sieste est issue d’un rythme biologique inné chez les mammifères, dont nous! Entre 14 et 15 H, notre vigilance diminue. 10 minutes de sieste suffiraient à nous remettre en forme. La sieste n’est pas réservée qu’aux tout-petits. En l’absence de troubles du sommeil sévère, une courte sieste de moins d’une demi-heure en début d’après-midi augmente la vigilance et maintient les performances cognitives. Si chez nous, cette proposition est associée à la fainéantise ou aux vacances, ce n’est pas le cas dans d’autres pays. Les Asiatiques sont les plus décomplexés vis à vis du sommeil, et pour eux dormir est une activité naturelle au même titre que se nourrir. En Chine, sous l’impulsion de Mao, l’article 49 de la constitution stipule que « tout travailleur a droit à la sieste », et au Japon, la plupart des grandes entreprises mettent à la disposition de leurs employés des « salons de sieste ».    

Les variations sont nombreuses autour de la sieste, mais le mode opératoire reste inchangé: on s’allonge, on ferme les yeux, on se détend et on laisse l’attention flotter. On est là pour se détendre et oser ce droit salvateur à la paresse. La sieste est normalement constituée de sommeil lent léger, sans la phase paradoxale nocturne, qui permet la neurogenèse, mais à titre préventif et curatif la sieste est indiquée. Et elle est tout à fait en phase avec l’éloge de la lenteur.

Si on n’a pas le temps de piquer son petit roupillon chez soi, il y a des propositions de sieste fort sympathiques, parfois insolites, et qui n’ont rien de crapuleuses. Le monde de l’entreprise est directement concerné par cet éloge de la sieste, aux fins de réduire les risques psychosociaux. Si un salarié fait une sieste, il sera reposé, détendu et travaillera mieux. Sans affirmer que la sieste est le remède miracle pour éviter les risques psychosociaux. Orange (anciennement France Télécom), tristement célèbre pour ses risques psychosociaux élevés parmi ses salariés, expérimente  à Lyon  des calm-chairs dans des calm-spaces. Un espace est aménagé avec des lumières et des musiques relaxantes où sont mis à la disposition des salariés des fauteuils-caissons. Des séquences sonores et lumineuses scientifiquement approuvées qui stimulent la mélatonine ont été spécialement développées pour des siestes de 10, 15 et 20 minutes. Depuis 2017,  le sud-ouest Parisien de Renault,  a créé un espace de sieste permet mis à la disposition des 1.200 employés de la structure pour se ressourcer efficacement. En un an, la fréquentation est passée de 40 personnes par jour en moyenne à 60 et ce sans que l’entreprise ait besoin de communiquer dessus.

Et la procrastination? Selon un récent article du journal Le Figaro, elle ferait un bien fou à notre cerveau! Nous serions ainsi près de 50% à procrastiner une heure par jour au travail, et 22% plus de deux heures, selon un sondage OpinionWay pour JeChange en mars 2018. À la faveur du développement des nouvelles technologies et des distractions numériques, ce comportement aurait même augmenté de 300 à 400% en l’espace de quarante ans, assure Diane Ballonad Rolland, auteur de J’arrête de procrastiner, 21 jours pour arrêter de tout remettre au lendemain (Eyrolles, 2016).

Laisser passer du temps aide parfois à mûrir une décision, à rendre au final un travail plus nourri et plus riche. Michèle Declerck, psychologue et auteur de «Mémoires d’un procrastineur» .

Sans culpabiliser, procrastinons sans vergogne! Et si finalement, le temps des vacances était l’occasion de découvrir les vertus de la lenteur, de la sieste et de la procrastination, et après de ne pas les perdre de vue à la rentrée? Les adapter à votre emploi du temps car elles favorisent la créativité et l’épanouissement de soi.

En guise de conclusion, une citation de Milan Kundera extraite de son livre La Lenteur:

Quand les choses se passent trop vite, personne ne peut être sûr de rien, de rien du tout, même pas de soi-même.

Vidéo/Interview de Carl Honoré, auteur du best-seller Éloge de la lenteur.

Sources:

http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/info-sante/une-decouverte-sur-le-role-du-sommeil-1187999-2013-10-24http://actu-science.nouvelobs.com/scientifiques-cerveau-sommeil.htmlhttp://www.sommeilsante.asso.fr/informez/inform_somnolence_adolescents.htmlhttp://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/10/18/21413-ladolescent-sommeil-liaisons-difficileshttp://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-la-sieste-est-elle-necessaire-22817.phphttp://www.monde-diplomatique.fr/2014/02/PIEILLER/50106http://stopinsomnie.blogspot.fr/2012/12/trouble-du-sommeil-chez-les-enfants.htmlhttp://www.inpes.sante.fr/30000/actus2013/041-sommeil-ados.asp