2021: L’IMMENSE DÉFI DE LA VACCINATION ANTICOVID!

Je me ferai vacciner. Et vous?

Annus horribilis, comment ne pas qualifier ainsi l’année qui s’achève? La course folle et létale du SARS-Cov-2 a chamboulé la vie de milliers de personnes sur la planète! Notre vie quotidienne est soumise à des restrictions sanitaires afin de ne pas contaminer les plus fragiles d’entre nous. Et la pandémie continue de se propager. Près de 82 millions de personnes ont été infectées par le coronavirus et 1,79 millions de personnes en sont mortes. Et les dernières nouvelles ne sont pas bonnes. Quelques jours avant Noël, les chercheurs britanniques ont identifié une nouvelle souche, un variant du coronavirus SARS-Cov-2 qui pourrait se propager plus rapidement.

La Covid-19 est entré par effraction dans notre vie quotidienne, et certainement pour une grande partie de l’année 2021. Bien sur, la pandémie actuelle n’est pas la seule épidémie virale qu’a vécu l’humanité, mais c’est celle qui agite notre quotidien et vers laquelle se tourne toute nos préoccupations.

Après plusieurs confinements, nombre d’entre nous sont envahis par un sentiment d’impuissance et d’incompréhension. Les progrès de la science et de la médecine ont permis un sacré allongement de la durée de vie en pleine forme grâce à l’éradication de certaines maladies avec les médicaments et la vaccination. Symboliquement et inconsciemment nous leur attribuions une fonction presque thaumaturge! La réalité nous rattrape durement! Même si des progrès au niveau de la prise en charge des patients atteints par le virus, aucune martingale pharmaceutique ne semblait efficace à ce jour pour empêcher la Covid-19 de prospérer, d’être mortel et de laisser des séquelles invalidantes! Mais grâce aux performances de la recherche, des vaccins dont ceux à ARN messager sont mis au point, et c’est un miracle de la science. Une chance immense qu’à court terme, la Covid-19 ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Comme l’a écrit Marc Gozlan, journaliste médico-scientifique et médecin de formation, le vaccin ARN Messager « est l’histoire d’un concept scientifique qui a débouché, en un temps record, sur le développement et la production à grande échelle de préparations vaccinales qui seront pour la première fois administrées chez l’homme dans un contexte très particulier, celui d’une maladie infectieuse pandémique. » Une saga qui dure depuis dix ans et qui explique cette victoire scientifique sans précédent.

Malheureusement, du moins en France, la pandémie fût l’occasion pour les experts autoproclamés, sans formation ni pré-requis médico-scientifique, bref de culture scientifique de déverser des flots de théories pseudo-scientifiques, de fakenews, manipulant ainsi l’opinion publique entamant une véritable guerre politico-idéologique déconstruisant les mises au point des experts médico- scientifiques.

Comme l’ont écrit les journalistes Assma Maas et Juliette Mansour dans le Monde, «portées par les médias et par les réseaux sociaux, de nouvelles figures scientifiques plus ou moins légitimes ont émergé en tenant un discours à rebours des autorités sanitaires. » Dans un post récent, j’avais fait une recension du livre d’Alexandre Moatti, Alterscience, Postures, dogmes, idéologie où il évoquait les alterscientifiques. Avec la pandémie actuelle, nous n’en manquons pas!Hélas!

Le Dr Guy-André Pelouze, dans un récent article publié dans European Scientist, observe qu’on assiste à un étrange recul de la pensée scientifique: « La pandémie met nos systèmes de pensée à l’épreuve. Tous les angles morts de nos conceptions sont testés. Toutes les petites accommodations avec le relativisme sont balayées. C’est ce qui se passe devant nous, en ce moment, même si nous n’en avons pas toujours conscience. Les conséquences pour l’avenir pourraient être sérieuses dans certains pays.»

Et cela risque de se passer avec la vaccination anticovid! Côté côte de confiance envers la vaccination ARN-Messager, la France se situe au bas de l’échelle d’autres pays. Elle est championne du monde des réfractaires! 4 Français sur 10 souhaitent seulement se faire vacciner. Les femmes seraient plus défiantes au sujet des effets secondaires.

Quel est le profil de ces réfractaires? Les plus défiants auraient entre 25 et 34 ans contre 32% chez les plus de 60 ans. D’après le sociologue Jocelyn Raude, «La décision dépend de la perception du virus. Les jeunes se sentent moins susceptibles de développer des formes graves du Covid-19, et préfèrent prendre le risque d’être contaminés que de développer des effets secondaires.» , et il poursuit « L’idée que la vaccination est dangereuse s’est largement répandue dans l’imaginaire collectif» « Elle est portée par les adeptes de la «médecine douce, ou pratiques médicales alternatives, traditionnellement très critiques vis-à-vis des vaccins».

Ces réticences ne sont-elles pas la conséquence de la culture scientifique lacunaire des Français? Il existe pourtant de bons articles de vulgarisation de qualité. Sur les réseaux sociaux, de nombreux médecins font de la vulgarisation de qualité. On peut toujours être critique sur l’information scientifique délivrée, mais elle est accessible pour qui veut faire un effort cognitif!

Un article pertinent publié dans la revue Encephale donne quelques pistes de réflexion. Le postulat de base est que les épidémies sont génératrices d’incertitudes. Nos croyances (nous en avons tous) sont fragilisées lorsque nous sommes confrontés à des bouleversements profonds de notre environnement collectif. Et ce chamboulement profond a permis la propagation « virale » de théories contraires au principe du non primum nocere, la règle de base de tout soignant. Face au charlatanisme et au pseudo-scientisme, il faut évoquer la difficulté pour le grand public de cerner une controverse scientifique qui peut animer les scientifiques entre eux. Dans une controverse scientifique, c’est la pensée analytique qui domine; chacun avance ses arguments en l’état des connaissances scientifiques. La lecture des publications scientifiques n’est pas toujours consensuelle, et chaque médecin a lui aussi son propre système de croyances en matière de soins, sans pour autant verser dans le charlatanisme!

Cette défiance envers les vaccins est aussi renforcée par des personnalités publiques, voire de certains politiques qui font part de leurs états d’âme sur les plateaux télé ou la radio sur l’efficacité des vaccins voire leur supposée dangerosité due à leurs effets secondaires, et ceci sans argumentations scientifiques étayées.

En guise de conclusion, je reprends le titre d’un article publié dans la revue Nature, les vaccins ARN sont les messagers de l’espoir.

Je me ferai vacciner. Et vous?

Module d’explication des vaccins contre la Covid-19

CHOISIR LES CADEAUX DE NOËL, RITUEL OU CORVÉE?

Ce fameux esprit de Noël serait visible dans l’activation de certaines zones du cerveau par résonance magnétique fonctionnelle (IRM).

Malgré la pandémie et les règles sanitaires, cahin-caha, on essaye de sauver les magie de Noël comme si de rien n’était! Du baume au coeur dont nous avons besoin malgré les restrictions. La tradition des fêtes de fin d’année est celle d’échanger des cadeaux à mettre sous le sacro-saint sapin décoré. L’usage d’offrir des cadeaux ne s’est pourtant développé qu’à partir du XIXe siècle. On peut toujours arguer que les fêtes de fin d’année illustrent, comme le dit Émile Cioran, « le cauchemar de l’opulence », la culture de consommation exacerbé, mais mine de rien, Noël est un rituel collectif par sa référence mythique sacrée. Et c’est aussi une période où la générosité s’exprime avec les cadeaux, les visites et les voeux de fin d’année.

L’esprit de Noël est un mélange de profane et de sacré auquel nous nous prêtons de bonne grâce ou en rechignant, mais nous nous y plions en tant que norme collective. Le sociologue Émile Durkheim pense l’expérience du sacré comme celle d’une communion avec le groupe, et il ne voit « dans la divinité que la société transfigurée et pensée symboliquement ». La démonstration du sacré se fait à travers l’échange de cadeau, la simultané. Faire des cadeaux est un geste ancestral qui est une forme du gaspillage cérémoniel lié à toute fête, comme le souligne l’historienne Nadine Cretin.

Dans notre société contemporaine, l’échange de cadeaux sous le sapin est la fois don et marchandise. L’enfant, même s’il croit au Père Noël, mémorisera cette valeur symbolique du cadeau, et il reproduira une fois devenu adulte ce don. Le cadeau de Noël correspond à cette forme d’échange qualifiée par l’anthropologue Marcel Mauss, au sujet du don, comme une triple obligation qui consiste « à donner, recevoir et rendre ».Derrière l’échange de cadeaux sous le sapin, il y a la notion de potlach évoquée par l’ethnologue Marcel Mauss dans son ouvrage, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. Le potlach c’est l’essence du don, et il explique ( toujours en partie) l’esprit de l’échange de cadeaux à Noël. L

Avant de le mettre sous le sapin, le rituel collectif du cadeau est contraignant : cette « fièvre acheteuse » de l’esprit de Noël vide le porte-monnaie et demande de l’imagination pour trouver le cadeau qui fera plaisir.

Plus on arrive à la date fatidique de Noël, plus la frénésie consommatrice est perceptible. Les fêtes de fin d’année sont gravées dans le marbre, et on serait tenté de penser que cela va avec une certaine logique de comportement : celui qui consiste à acheter le plus tôt possible ses cadeaux dès que le top départ commercial est donné en novembre.

L’idéal serait d’acheter dans les meilleures conditions les cadeaux à faire, sans se précipiter au dernier moment dans les magasins bondés;  courir le risque que les articles convoités soient en rupture de stock ou qu’ils ne correspondent pas aux critères souhaités (taille, couleur et forme). Ce serait un comportement rationnel.

Et bien, Noël ou pas, cadeau ou pas, le consommateur rationnel n’existe pas. Nos actes d’achats sont d’abord déterminés par des facteurs affectifs et cognitifs. Et quand il s’agit des cadeaux de fin d’année, vient s’y ajouter une autre dimension propre à ce rituel collectif.

Les fêtes de fin d’année sont une occasion pour toute la famille de se réunir au grand complet. L’échange de cadeaux est là pour renforcer les liens, mais aussi réévaluer la place de chacun dans son réseau familial et relationnel, et même si c’est inconscient, cela peut être chez certaines personnes générateur d’anxiété et de stress.

Les cadeaux sont révélateurs des relations avec notre entourage, et ils ont une vie après avoir été offerts. Et si c’est trop anxiogène, on essaye d’y échapper, selon certains spécialistes de la psychologie, en remettant les achats de cadeaux au dernier moment.

Évidemment, il y a les procrastinateurs chroniques, ceux qui ont cette manie de retarder volontairement jusqu’au dernier moment une action qu’ils ont l’intention de réaliser, et peu importe si ce retard a des conséquences négatives. En s’y prendre à la dernière minute serait une façon de conjurer le stress et l’angoisse. Finalement, est-ce que ça vaut vraiment le coup de culpabiliser si on achète les cadeaux au dernier moment? Et si c’était simplement un signe de notre société tourmentée ? Une forme de pollution sociale? La profusion des marchandises dans les étals, en cette période, peut être vécue comme agressif; ce qui amène une tension psychique et l’épuisement des ressources cognitives.

L’étendue du choix, surtout lors des fêtes de fin d’année, n’est pas synonyme de bien-être. La course aux cadeaux peut vite se transformer en cauchemar. Des études ont montré que la recherche systématique du meilleur choix est plus coûteuse sur le plan des émotions que l’attitude qui consiste à s’arrêter au premier article venu. Choisir dans un magasin entre mille et un cadeaux entraîne de la tension psychique et l’épuisement des ressources émotionnelles. La profusion ne devient plus un plaisir, mais anxiogène.

Alors il semblerait que ceux qui s’y prennent au dernier moment pour les achats s’économisent émotionnellement en s’arrêtant au premier article pour faire les cadeaux. Après tout, c’est l’intention qui compte !

Acheter les cadeaux à l’avance ou au dernier moment, est-ce si important? Le principal ne réside-il pas dans l’esprit de Noël ?

Ce fameux esprit de Noël serait visible dans l’activation de certaines zones du cerveau par résonance magnétique fonctionnelle (IRM). C’est ce qu’ont trouvé des chercheurs danois, qui ont publié leurs résultats dans l’édition de Noël du « British Medical Journal » en 2017. Si le sujet est farfelu et fait penser à un poisson d’avril, les neurologues se sont tout de même pliés à une méthodologie rigoureuse en précisant que la psyché ne se résume pas à une cartographie cérébrale.

Selon des neurologues danois, l’esprit de Noël se voit lorsqu’on stimule les aires du cerveau liées aux aires du toucher, de la spiritualité, l’analyse de l’expression faciale des émotions et la capacité de se tourner vers le monde extérieur.

Alors  gardons cette capacité de l’imagination à croire à la magie de Noël et au plaisir des cadeaux sans modération.
©NBT