COVID-19: SA SIGNATURE OLFACTIVE AVEC LES CHIENS RENIFLEURS.

« Les chiens ne servent pas à remplacer les tests PCR. C’est plutôt un outil et un moyen supplémentaire de dépistage »(Aymeric Bernard , vétérinaire)






En avril dernier, j’avais évoqué dans un post, le dressage par la Medical Detection Dog (MDD, UK) de chiens capables de détecter les personnes asymptomatiques au SARS-Cov2. Des expérimentations ont été lancées à l’École Nationale vétérinaire d’Alfort et en Corse. Sur l’île de beauté, le programme baptisé Nosais est soutenu par la préfecture de Corse du Sud, l’ARS de Corse et les hôpitaux ajacciens de la Miséricorde et Eugénie. Et le programme Covidog à Strasbourg.

Dans la ville alsacienne, le projet des chiens renifleurs a intéressé Philippe Cochet, enseignant-chercheur au CHU de Strasbourg. Il est parti de l’idée que si il y a « une deuxième vague survient, il sera difficile de reconfiner tout le monde comme on l’a fait. Voilà pourquoi il nous faut disposer d’un moyen non invasif et immédiat pour détecter les porteurs du virus ». La start-up strabourgeoise Biodesiv a mis au point des tubes permettant de collecter les échantillons infectés et non infectés.

Le principe repose sur le suivant: il faut isoler l’odeur de la maladie et non celle du virus. À l’aide de cultures de cellules infectées, le volatilome associé à l’infection sera récupéré, c.a.d ensemble des molécules volatiles que ces cellules libèrent dans l’air. « Le virus reprogramme la cellule pour qu’elle travaille pour lui. C’est une modification du tout au tout du métabolisme cellulaire. Donc, les cellules infectées ne libèrent pas les mêmes molécules que les cellules saines », explique Christophe Ritzenthaler. C’est cette signature olfactive de la maladie que les chiens apprennent à reconnaître.

Selon Christophe Ritzenthaler, directeur de recherche au CNRS et virologue à l’Institut de biologie moléculaire des plantes du CNRS, la maladie a un « parfum » aussi bien chez les patients contaminés que les asymptomatiques, difficiles à repérer s’ils ne se font pas tester.

Quel est le protocole du dressage? C’est l’équivalent d’une étude randomisée mais adaptée à l’animal sans l’exposer lui et son dresseur au virus. On dispose devant le chien quatre supports métalliques contenant chacun un échantillon de sueur humaine collectée sous les aisselles. Trois filtres proviennent de personnes non contaminées et le quatrième est celui du malade atteint par la Covid-19. Quand le chien s’assoit devant le filtre sentant l’odeur du virus, il est récompensé avec son jouet préféré. L’exercice est répété une vingtaine de fois.

©Crédit AFP, Pascal Pochard

Une ECR (étude clinique randomisée) allemande publiée dans le journal BMC pilotée par l’Université de médecine vétérinaire de Hanovre et le professeur Holger Volk révèle bien que les chiens de détection entrainés sont capables de distinguer les échantillons infectés à la Covid-19 des non infectés.

Le 23 juillet dernier, en Corse deux malinois ont participé à une campagne de dépistage. Comment cela se passe-t-il? Comme l’explique Bruno Maestracci, directeur du Si-2, « Nous appliquons des compresses sous le bras de volontaires. Sous l’autre bras, nous mettons des tubes qui seront eux transmis à l’université de Corse, à Corte, avec laquelle nous avons un partenariat afin de réaliser des analyses scientifiques. »

Le flair hors norme de ces chiens est encourageant! Il y a entre 94 et 98% de sensibilité, et il est même arrivé que des chiens aient détecté des cas positifs là où les tests PCR étaient négatifs. Mais le vétérinaire Aymeric Bénard reste prudent: « Les chiens ne servent pas à remplacer les tests PCR. » « C’est plutôt un outil et un moyen supplémentaire de dépistage ». Et le coût du test reste limité! N’importe quel chien dressé déjà à renifler des maladies virales peut-être entrainé à reconnaitre celle de la Covid-19.

Restons prudents face aux nez canins comme le préconise l’Académie nationale de médecine et l’Académie vétérinaire de France. Certains critères fiables doivent être réunis et c’est tout un véritable programme dans le respect du bien-être animal:

-de compléter l’évaluation scientifique et le développement de ce nouveau test afin de le mettre en œuvre dans les meilleurs délais :

– d’en préciser les performances analytiques (sensibilité, spécificité) ;

– d’identifier dans le volatilome la ou les molécules spécifiques de la Covid-19 ;

– de promouvoir la constitution d’équipes dédiées (personnel, chiens) ;

– de sécuriser la présentation des échantillons à analyser, tant pour les chiens que pour le personnel ;

– et de définir les règles de bon usage de ce type de test.

Jusqu’à ce jour, près de 15000 personnes ont pu être testées en France et à l’étranger avec les chiens renifleurs. Alors, une initiative sympathique qui fait de ces chiens détecteurs de Covid-19 des auxiliaires médicaux précieux.

Vidéo sur les chiens détecteurs en Corse:

Auteur : Nicole Bétrencourt

Psychologue clinicienne, psychosociologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s