HORS LES MURS DE LA PRISON AVEC LA LECTURE!

Le personnel pénitentiaire a évalué le livre de Mathilda Matten comme pornographique et incitant à la violence. Ce serait une mauvaise lecture pour Andrès Martinez qui n’est pas un ange!





L’impact positif de la lecture sur l’humeur n’est plus à démontrer. Sans parler de bibliothérapie stricto sensu, il nous semble également naturel de lire les livres de notre choix! 

Pourtant cet acte aussi simple peut s’avérer parfois compliqué pour un détenu anglo-saxon. En novembre 2013, un article m’avait fait sursauter! Sous l’ère Cameron, les prisonniers ne devaient plus recevoir de livres, des magazines, papeterie et timbres. Le but étant selon le gouvernement de Cameron  de soumettre les prisonniers à «des conditions plus spartiates», afin d’accélérer leur «réhabilitation ».

Alors comment un détenu peut-il tenir le coup moralement s’il ne peut plus lire à sa guise? On sait que les épisodes dépressifs majeurs sont fréquents en prison et difficiles à traiter. L’écrivain nigérian Kunle  Ajibade, enfermé trois ans et demi dans les années 30 dans les geôles britanniques de l’époque, estime que, « malgré les odeurs d’excréments, d’urine de rat et de pourriture », recevoir des livres l’a aidé à garder le moral.  Notamment la copie de The View The Ground de Martha Gelhom (correspondante de guerre du XXe siècle) s’est avérée salvatrice pour son moral : « Je témoigne du pouvoir thérapeutique de la lecture et de la littérature, surtout dans les moments sombres. On ne peut se dire humain et nier à un prisonnier la possibilité de s’en sortir par l’esprit », écrit-il.

Outre ce droit fondamental de s’évader par l’esprit, il se pose parfois aux détenus anglo-saxons des restrictions sur le choix de leurs livres. Il y a la bonne et mauvaise littérature, celle qui a une bonne ou une mauvaise influence sur le comportement du détenu. S’il est prouvé que la bibliothérapie agit positivement, certains livres auraient l’effet inverse, allant jusqu’à des incitations à la violence. Ce dernier point est surtout cité pour les jeux vidéo violents, le cinéma et la télévision. La violence imaginaire, évoquée dans les médias, impacterait la violence réelle. Tout ceci au conditionnel, les études scientifiques étant souvent contradictoires.

Cette notion d’incitation à la violence va jusqu’à faire interdire certains livres dans les prisons américaines. Cette censure est souvent laissée à la discrétion du personnel pénitentiaire.

En 2013, Andres Martinez, incarcéré dans le pénitentiaire de Pelican Bay en a fait les frais. Il s’est vu interdire de lire The Silver Crown (non traduit en français) de Mathilde Matten, auteure populaire d’une trilogie de Fantasy. Le thème du livre est la lycanthropie: l’héroïne, à la nuit tombée, tue des loups garous et va un beau jour follement tomber amoureuse de l’un d’eux. Des passages contiennent des scènes d’un érotisme torride entre la Belle et la Bête.

Le personnel pénitentiaire a évalué le livre de Mathilda Matten comme pornographique et incitant à la violence. Ce serait une mauvaise lecture pour Andrès Martinez qui n’est pas un ange! Il est incarcéré pour tentative de meurtre et soupçonné, au sein de la prison, d’appartenir à un  gang mexicain. Les surveillants ont invoqué le fameux amendement des « livres douteux ». Surprenant quand on sait que le magazine Playboy circule librement dans cette prison. Mais Andrès Martinez n’avait vraiment pas envie de feuilleter Play Boy; il voulait absolument lire le livre de Mathilde Matten.

Il a alors saisi la cour d’Appel de San Francisco pour faire lever cette mesure restrictive. Le tribunal a donné raison au prisonnier, estimant que les gardiens n’avaient pas évalué correctement le contenu du livre, qui présentait une réelle qualité littéraire sans être pour autant de la littérature majeure. Selon le tribunal, les grands thèmes développés dans Silver Crown comme l’amour, la loyauté, le destin, la vengeance, la trahison ou encore la métamorphose des lycanthropes, ne constituaient nullement des incitations à la violence.

Si le fait divers d’Andrès Martinez paraît surprenant, il faut le replacer dans le contexte de  l’état de  Californie très pointilleuse sur les livres à mettre entre les mains des détenus.Très à cheval sur tout ce qui touche à la pornographie, notamment. Le personnel pénitentiaire n’a fait qu’appliquer le principe de précaution et respecter la loi californienne. Happy End pour Andrès Martinez qui a du dévorer le livre de Mathilde Madden…

Ce n’est pas la première fois qu’un livre est interdit dans les prisons américaines. L’Attrapes Cœur, roman de J.D Salinger l’a été aussi bien longtemps. Il faut dire que ce livre a été source de scandale outre Atlantique. Écrit après la seconde guerre mondiale, l’Attrapes Coeur a été placé sur la «banned book list» (liste des livres bannis et censurés) aux États Unis.

Dans les années 50, la notion d’antihéros débute aux États-Unis et choquera pendant longtemps les Américains. Les thèmes du livre (prostitution, décrochage scolaire, obsession de la sexualité), le langage familier, relâché et obscène de Salinger ont été jugés sulfureux et susceptibles d’exercer une mauvaise influence sur les adolescents. La rumeur affirme que L’Attrape Coeurs pourrait avoir amené, dans une moindre mesure, Mark David Chapman à tuer le chanteur John Lennon. Lors de son arrestation, on a trouvé un exemplaire du bouquin sur lui. .

Au Texas, 10 000 livres seraient interdits dont Freaknomics, un ouvrage de d’économie décalé! A l’inverse, rapporte le site ActuaLitté, Mein Kampf d’Adolf Hitler ou des livres signés par un ex-leader du Ku Klux Klan sont autorisés ». Diable!

Et encore, le site ActuaLLité rapporte que l’administration de Pennsylvanie prévoit d’interdire l’envoi d’ouvrages, au motif qu’ils alimentent le trafic de drogues. Mais la vente d’ebooks pourrait être autorisée.

Par contre, au Brésil, un article lu vaut quatre jours de prison en moins! Pour bénéficier de la réduction maximale de 48 jours chaque année en lisant jusqu’à 12 ouvrages de littérature générale, philosophie ou sciences, les conditions sont draconiennes! Le détenu a quatre semaines pour lire un livre et ensuite rédiger une dissertation sur le sujet. Un ancien détenu Erwan Janes soutient cette initiative pour les raisons suivantes:

Les livres que j’ai lus en prison ne m’ont pas permis de gagner du temps, mais m’ont aidé à devenir ce que j’aurais dû être…

Contrairement aux prisonniers brésiliens, je n’ai pas bénéficié d’une réduction de peine pour lire des livres – mais ils m’ont énormément aidé. 
Dites-moi quels livres vous recommanderiez aux détenus

Les détenus sont sujets à la dépression. Dans une dépression, il ya de nombreux troubles cognitifs dont celui de l’attention, d’une focalisation sur les émotions négatives et d’une baisse de l’humeur. La bibliothérapie permet de détourner l’attention du dépressif, et de lui redonner le gout de l’effort cognitif, et de stimuler son imagination. 

Sources:

http://www.actualitte.com/societe/erotisme-et-loups-garous-ne-font-pas-bon-menage-en-prison-42998.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/L’Attrape-cœurs

http://www.marianne.net/Prisons-britanniques%C2%A0-defense-de-lire_a239326.html