LES DÉRIVES DU CHAMANISME AMAZONIEN, UN AVATAR DU NEW AGE

Le vocabulaire employé par les charlatans du chamanisme est un métalangage observé dans les dérives sectaires.

Photo d’un jaguar, félin de la forêt amazonienne, ©Gerry Ellis

La spiritualité du New Age est un bric-à-brac composé de psychologie de comptoir. C’est un nouveau prêt-à-penser religieux qui donne l’illusion d’une spiritualité faite sur mesure pour faire évoluer votre psyché en vous promettant le bonheur. Depuis ses origines en effet, le New Age est très lié au développement personnel. La société New Age, décrite en 1985, par Marilyn Ferguson dans son livre Les Enfants du Verseau est celle de l’âge du Verseau résumée en une seule expression: « l’ère de l’interconnexion. » Des esprits entre eux avec les mondes invisibles et l’Au-delà. La conquête du Bonheur par la psycho-spiritualité passe par la case « connaissance de soi », intrinsèquement liée à la «construction d’un soi spirituel». Un marché du temple Transpersonnel où l’ésotérisme prime sur la pensée rationnelle et où l’on promet la quatrième dimension.

Pour épouser cette nouvelle norme psycho-spirituelle, on doit emprunter l’autoroute brumeuse du surnaturel et de l’irrationnel promises par des séminaires d’évolution psycho-spirituelle. Les techniques pratiquées dans les stages de développement personnel sont une véritable épopée de la manipulation mentale. Ils font la bonne fortune des thérapeutes de l’ère du Verseau dévoyant nombre de courants de la psychologie. Le vocabulaire est édifiant, et est souvent emprunté à la spiritualité orientale mise à la sauce occidentale. La thérapie de couple se métamorphose en espace ouvert où les hommes et les femmes dépassent leurs peurs transmises depuis la nuit des temps. Les stages où l’on réapprend à respirer (sic) sont rebaptisés “respiration et rythme ancestraux”. Le décodage biologique -rien à voir avec l’A.D.N-et la conscience quantique – rien à voir avec la science des quanta-permettent de trouver le sens caché des «maux et des mots»du stagiaire. L’accompagnement en relation d’aide se fait psychocorporel multi-référentiel.  

Dans cet état d’esprit de l’ère de l’interconnexion new age, des personnes en recherche spirituelle vont se tourner vers le chamanisme amazonien. Il est d’ailleurs plus judicieux de parler de néo-chamanisme, terme employé dans le dernier rapport de la MIVILUDES!

Il existe une myriade de propagateurs de la foi chamanique, aussi occidentaux que vous et moi, qui ont été soi-disant qui instaurent des circuits touristiques au Pérou. Ils mettent sous emprise mentale avec l’ayahusca, une drogue puissante et hallucinogène aux effets comparables au LSD et interdite en France depuis 2005. Sur le plan anthropologique, c’est une boisson sacrée utilisée depuis des millénaires par les Indiens amazoniens. Elle est encore appelée Yagé ou liane de la mort. Ce breuvage se compose de deux lianes issues du biotope amazonien: le banisteriopsis et la chacruna, du DMT, substance interdite sur le plan international.

Ce n’est pas le goût de l’interdit ou la consommation d’une drogue qui incite à absorber l’ayahuasca durant des stages new age, mais le cadre d’un chamanisme magnifié par un étrange paradoxe: « la plus ancienne religion de l’humanité », de plus en plus délaissée par les poulations locales, séduit les Occidentaux convertis à la pensée bobo ou écolo et en quête illusoire de retour à la nature qui se serait perdue en Occident! Un syncrétisme new Age type. Le chamanisme amazonien dévoyé est un bidouillage pseudo-mystique éloigné des racines authentiques des ayahuasqueros! Sur le plan anthropologique, celui de Claude Levi-Strauss, il faut remettre les pendules à l’heure pour démarquer des pratiques dévoyées et sectaires du chamanisme amazonien.

Chez les authentiques Indiens, la cérémonie d’ayahuasca présente la particularité d’être une performance chamanique s’inscrivant dans un culte religieux. Et il en était déjà ainsi bien avant l’arrivée des missionnaires. Mais le New Age est un courant puissant qui capte et illusionne des personnes en quête de développement personnel! Il y a pléthore de livres de développement personnel, presque des bréviaires, qui se transmettent de bouche à oreille qui séduisent. J’ai noté quelques titres de livre de développement personnel sur le chamanisme qui en disent long sur le dévoiement anthropologique du chamanisme: « Le manuel du chaman », « Réveille le chaman en toi », « 50 exercices de chamanisme » etc…

La tradition amazonienne est respectable contrairement aux dérives sectaires du chamanisme amazonien. Je l’apparente au folklore populaire de de nos pays en Occident où les légendes, les croyances envers des êtres invisibles et la sorcellerie faisaient partie intégrante des mentalités collectives. S’appuyant sur les superstitions et la pensée magique, à l’opposé de la pensée rationnelle qui devrait caractériser toute démarche psychothérapeutique.

En anthropologie, le chamanisme amazonien est une religion de la nature animée par des entités invisibles qui communiquent avec l’ayahuasquero. La plante née du corps du défunt “Aya” fait la lumière sur le rôle joué par les innombrables divinités du panthéon inca. Ces dernières dirigeaient pratiquement chaque acte de la vie quotidienne. La maladie était la conséquence d’une offense commise à leur égard. Pour guérir leurs patients, les médecins entraient en contact avec les esprits pour s’attirer à nouveau leur faveur. Leur action sur les forces surnaturelles en faisait des prêtres-sorciers, des intermédiaires entre le Ciel et les hommes. Le pouvoir temporel ne faisait qu’un avec le pouvoir spirituel. Non seulement les prêtres incas soignaient le mal mais ils offraient également aux dieux des sacrifices, faisaient des incantations magiques et pratiquaient l’art de la divination.  

La pratique reposait sur la superstition. Cet état d’esprit s’est transmis à l’insolite relation qui lie l’ayahusquero ou curandero à celui qui vient le consulter. Dans l’esprit populaire des Amazoniens, l’origine des maladies est liée à des maléfices. Les maladies magiques font partie des croyances et des superstitions entourant la prise de l’ayahuasca. Pour ces populations aussi superstitieuses que déshéritées, qu’elles résident dans les bidonvilles ou dans une région isolée du bassin amazonien, il existe différentes sortes de maladies. Pour celles qui relèvent du fatum, la médecine populaire à base de plantes médicinales s’en charge tout comme par le passé chez nous l’herboriste. Et pour celles qui ont des causes surnaturelles, magie blanche et magie noire s’affrontent. 

En Amérique du sud, les chamans et les peuples amérindiens croient dur comme fer aux maladies magiques. Si une fièvre, une douleur ordinaire, un mal résiste à un soin approprié, il ne peut que s’agir de la malveillance d’une personne qui a eu recours aux services d’un sorcier, un brujero, pour nuire sur les plans invisibles à son ennemi.  On raconte que le brujero est capable de lancer virtuellement sur autrui une épine ou une flèche véhiculant des substances nocives. Un autre cas de figure est celui d’un esprit de la nature outragé par la violation d’un tabou. Il se venge en rendant malade l’auteur de l’affront. L’âme de l’imprudent est alors capturé par l’esprit des bois ou de l’eau. C’est de cette façon que les indigènes expliquent le mal del agua (le choc de l’eau) ou du mal del aire (le choc de l’air).

En Amazonie, les maladies magiques les plus fréquemment rencontrées sont: – le sustro qui se traduit par la perte de l’âme du patient. – le pulsario, plus spécifique aux femmes, qui se manifeste par une sensation de boule dans l’estomac et une angoisse paroxystique ; – le daño, pur acte de magie noire, provoqué par une puissante potion versée à l’insu de la victime dans sa boisson ou lancée tard la nuit sur sa porte ; – le mal de ojo (le mauvais œil ), B-A-BA de la magie universelle, est dû au mauvais sort jeté par un ennemi ; – le mal de la tierra ( le mal de la terre) est provoqué en marchant sur les scories psychiques laissées sur le sol par un autre malade. Le descriptif de ces maladies est fort éloigné de la nosographie médicale occidentale et s’apparente à la sorcellerie des anciennes campagnes

Ne croyez pas, cher lecteur, que le Pérou n’a pas le monopole des maladies provoquées par envoûtement. L’histoire de la sorcellerie française en est truffée. Dans l’Auvergne des siècles derniers, le cauchemar nocturne était attribué à une suffocation exercée sur la poitrine du dormeur par une sorcière déguisée en chat noir appelée Cauquemare.

Ce parallèle entre les ayahuasqueros et la sorcellerie française est destinée à montrer l’épicentre de la conception superstitieuse du monde dans le New Age! Dans les maladies dites psychosomatiques, le corps exprime indibutablement un mal-être psychique. Les traitements classiques déçoivent parfois malgré les compétences des médecins, mais qu’à cela ne tiennent nos bons chamans du New Age ont l’art du baratin en prétendant les guérir avec l’ayahuasca dans tout désordre de la psyché et du corps.

Pour ces charlatans, l’union du psychique et du corporel est insuffisante pour appréhender le mécanisme de ces maladies. Alors ils rajoutent l’Âme au psyché et à la Soma. Pour séduire les adeptes, le « supplément d’âme » fait toute la différence. Dans les dérives du chamanisme amazonien, l’ayahusca traiterait superbement les maux physiques et les maux psychiques en contribuant au rééquilibrage des « désordres énergétiques du noyau spirituel ». Le vocabulaire employé par les charlatans du chamanisme est un métalangage observé dans les dérives sectaires. Il a une double connotation: rassurer mais également éveiller chez celui qui l’entend une adhésion incondition-nelle. Un nouveau sens étant donné aux maladies magiques, la médecine hallucinante à base d’ayahuasca s’adresse à tout le monde. Un nouvel axiome est posé: médecine millénaire, l’ayahuasca ne peut que restaurer le bien-être du corps, de l’esprit et de l’âme.

Est-ce étonnant que dans ces conditions sectaires, après la prise du yagué, la presse ait rapporté des décès, et sans compter les décompensations psychiatriques qu’il est difficile de chiffrer. Au Rainforest Healing Center, près d’Iquitos en pleine forêt amazonienne, organisant des retraites spirituelles avec l’hallucinogène amazonien, Nelson Deschênes âgé de 33 ans s’est suicidé après avoir ingéré du yagué. Kevin Rodriguez, journaliste au quotidien péruvien Pro & Contra écrit dans sohn article: « il s’est mis à avoir des hallucinations. C’est à ce moment qu’il a pris un couteau et qu’il s’est infligé plusieurs coups. Il a ensuite été transporté à l’hôpital et est mort neuf jours plus tard.»

En 2012, il y a eu d’autres morts après avoir bu du yagué. « Dernièrement, au Pérou, un soit disant guérisseur s’est trompé dans les doses d’ Ayahuasca administrées pour une action de purification ce qui a entraîné la mort de Kyle Nolan, 18 ans, venu chercher  » un nouveau départ». Le supposé chaman a enterré le corps de la victime dans un champ! Un vrai thriller!

En consultant la base de données Pubmed, on peut s’étonner qu’on puisse trouver des articles scientifiques. L’un d’eux étudie l’ayahuasca dans la thérapie enthogénique, un OPNI (Objet Psychologique Non Identifié) dans l’approche humaniste et transpersonnelle, parfaite illustration de la vague New Age!

L’ayahuasca est aussi étudié par essai randomisé versus placebo dans la dépression résistante aux traitements classiques. Mais il s’agit le plus souvent d’études localisées en Amérique latine, et elles sont rares, et elles relatent des épisodes psychotiques accentués si les personnes sont déjà atteintes des troubles psychiatriques. En fait, on s’aperçoit rapidement que ces articles favorables à l’ayahuasca s’inscrivent dans la recherche psychédélique qui étudie le potentiel thérapeutique des psychédéliques comme le LSD, le peyolt, l’ibogaïne contre la toxicomanie. C’est une autre approche à prendre avec des pincettes que je n’encourage pas à suivre, sauf à en parler avec son médecin traitant. Il y a suffisamment de psychothérapies sans prise d’hallucinogène qui sont efficaces.

L’anthropologie est une discipline passionnante, et le chamanisme est fascinant mais est-il fait pour les Occidentaux? Ce qu’il faut retenir, c’est qu’au sujet du yagué, le fossé est grand entre cette authentique tradition amazonienne et celle des charlatans du chamanisme. Lorsqu’une victime tombe sur un faux chaman, elle est droguée à plusieurs titres: à un stupéfiant, l’ayahuasca et à un système de pensée sectaire centré sur l’occultisme et le néo-chamanisme. La suggestibilité opère sur de supposées aptitudes paranormales des uns ou des autres, comparées aux facultés magiques des chamans. Méthode ancestrale, le chamanisme est malheureusement en train de devenir une pseudo médecine alternative à part entière, qui prospère sur la crédulité, le narcissisme et la volonté de puissance d’Occidentaux en mal d’identité.  

Sources:
Chamanes au fil du temps, Francis Huxley Jeremy Narby, (Albin Michel),

Claude Levi-Strauss, Le Cru et le Cuit, (Plon, 1964),

Hallucinogènes et Chamanisme, Michaël Harner,  (Terra Magna, 1992

Les Jivaros,: les cascades sacrées, Michael Harner, Poche

Notes personnelles  

%d blogueurs aiment cette page :