POST COVID-19: N’OUBLIONS PAS QUE LA NATURE PEUT AIDER LES SÉNIORS À BIEN VIEILLIR!

« Les catégorisations de l’âge correspondent au regard subjectif que la société porte sur elle-même selon les circonstances». (D.Boulbès)

Voici deux ans, j’avais écrit le billet sur les bienfaits de la nature chez les séniors. Je n’ai pas changé d’avis sur la nécessité de proposer aux personnes âgées de « baigner dans la nature ». Mais la pandémie Covid-19 est passée par là depuis mars dernier. Le confinement indifférencié a bouleversé cette approche ancrée dans la nature, et j’en arrive aujourd’hui à la qualifier de romantique ou du moins utopique au vu du traitemen qu’ont subi certaines personnes âgées en institution! Dans les médias et sur les réseaux sociaux, les mots  » protégeons nos vieux » ou nos « aînés » ont souvent été lâchés pour justifier la raison de ce confinement indifférencié qui a privé tout le monde de ses libertés élémentaires dont celui de circuler, et il était recommandé en priorité aux personnes de plus de 70 ans de pratiquer un confinement total. Car si les formes sévères du Covid-19 avec mortalité ont touché, selon les statistiques, les personnes âgées de plus de 80 ans, des moins de 60 ans sont aussi décédées. Définir la vieillesse n’est pas aisé.

Car ce serait oublier que la notion de vieillesse a évolué depuis la seconde moitié du XX° siècle avec les progrès de la science médicale. Comme l’a souligné Dominique Boulbès, auteur de la Silver économie, « Les catégorisations de l’âge correspondent au regard subjectif que la société porte sur elle-même selon les circonstances ». Ce sont des étiquettes qui ne correspondent pas à la réalité vécue. Le pire c’est que sont les plus âgés d’entre nous qui usent et en abusent de ces étiquettes! De rappeler que le mot vieillard désignait alors les quadragénaires selon César-Pierre Richelet en 1680. On parle aujourd’hui du quatrième âge pour les grands séniors de plus de 80 ans, et ils constituent la majorité des résidents d’EHPAD et sont souvent dépendants.

Les grands séniors en EHPAD ont payé un lourd tribut en terme de mortalité avec la Covid-19, et dans des conditions que nous ne souhaiterions pas à notre pire ennemi! Difficile d’avoir le nombre exact de décès en EHPAD! Juste des tendances: 57 % au Canada, 55 % en Irlande et près de la moitié des victimes recensées en France et en Belgique.Et ce n’est pas imputable aux équipes soignantes mais à une bureaucratie tatillonne, une insuffisance de matériel de protection des équipes soignantes et de tests à grande échelle! Des salariés d’EHPAD ont fait preuve d’un dévouement sans faille en restant confinés en non stop avec les résidents à l’instar de celui de Mansle en Charente. Juste de l’altruisme et de la bienveillance et qu’ils en soient remerciés!

Les grands séniors ont été isolés de manière stricte pour limiter les risques de contamination et sans leurs proches aux derniers instants de leur vie. Des psychiatres et gérontologues ont tiré la sonnette d’alarme devant cette situation indigne! Le psychiatre Serge Hefez a perdu lui même sa mère durant cette période de confinement en EHPAD mais a eu en portant des protections pu lui dire « Adieu »; ce dont furent privés de nombreux proches ayant eu leurs parents en EHPAD en fin de vie! Les paroles de Serge Hefez sont éclairantes: « On ne peut pas faire son deuil si on n’a pas accompagné son proche à la fin de sa vieToute la noblesse et la dignité en fin de vie d’un proche est de les accompagner, leur tenir la main, les rassurer, être près d’eux pour ce passage de la vie à la mort et pourtant beaucoup en sont privés. On perd notre humanité, on entre dans une espèce de barbarie en étant dans un hygiénisme trop protecteur alors même que la mort fait partie du rythme de la vie »  

Alors quelles réflexions envisager autour des grands séniors? Y aura-t-il à chaque épidémie de grippe comme seule solution le confinement total des séniors? Les désocialiser et leur mettre le moral au trente sixième dessous en les isolant dans leur chambre et en limitant leur relations sociales et familiales dans leur dernier lieu de vie? Aucune application high tech comme Face time ou autre tablette (voire un robot) ne remplacera un contact charnel avec autrui! Ou bien de clamer haut et fort que des animations sont mises en place pour les distraire comme s’ils étaient des enfants à qui on offre un spectacle de marionnettes? Ainsi font font les marionnettes! Bref , de décider ce qui est bien à leur place, le principal étant de préserver des vies au détriment de la qualité de vie! Ça donne bonne conscience. Vraiment?

Alors peut-être avant de lancer des grands plans politiques nébuleux pour améliorer le sort des personnes âgées, il faut reconnaitre que la maison de retraite réduit, par essence, les libertés individuelles. Même s’il n’a pas parlé des maisons de retraite, les observations du sociologue américain Irving Goffman sur les institutions totalitaires comme les hôpitaux psychiatriques (et la prison) s’appliquent à elles. Un EHPAD est une institution totale, celui décrit par Goffman comme suit:  « L’institution totale est un lieu de chamboulement où l’individu se voit déposséder de sa liberté, de ses allées et venues; son périmètre de vie se rétrécit, et la notion de temps est soumise aux contraintes de l’institution buraucratique ». Parfaite illustration de ce qui s’est passé lors du confinement! Les nécessités technocratiques de la pandémie ont démontré que la vie privée et la vie institutionnelle dans les EHPAD ne faisaient plus qu’un. Le règlement s’est immiscé dans l’intimité des résidents et a impacté celle de ses proches. L’exigence thérapeutique s’est transformé en contrôle social. Allez demander aux familles ce qu’ils en ont pensé…Les grands séniors dans les EHPAD ont été les derniers à être déconfinés! Que dire de témoignages de personnes de 92 ans parfaitement valides et privées de sortie? Et le nombre de visiteurs restreints, tout ça, car il était impossible de protéger les équipes soignantes et de faire passer des tests à grande échelle!

Alors, peut-être serait-il judicieux à l’avenir de revenir aux préceptes simples préconisés dans l’étude anglo-saxonne de Jessica Findlay sur les bienfaits de la nature pour les séniors parue en 2015, « dans Health and Nature », une revue spécialisée en psychologie de l’environnement. Quand les séniors se connectent quotidiennement à elle, ils en tirent de vrais bénéfices, affirme cette étude. Avoir accès à la nature (parcs, points d’eau…) permettrait de rester en bonne santé et de mieux vieillir.

Passer chaque jour un moment dans la nature améliorerait la qualité de vie, la santé morale et physique des personnes âgées. Les résultats de cette étude sur les bienfaits de la nature chez les séniors peuvent sembler pour les jeunes ou les moins jeunes une évidence en cette période estivale!  C’est l’occasion pour beaucoup d’entre nous d’aller se ressourcer au bord de la mer, dans la campagne ou à la montagne. Quand on est en pleine possession de ses capacités physiques et mentales, il semble facile de bouger à sa convenance, prendre sa voiture ou le train pour aller se promener dans les bois, aller sur la plage. Ors, ce n’est pas toujours le cas pour les personnes âgées. Notamment pour celles qui souffrent de pathologies diverses, invalidantes, dépendantes, isolées ou encore en maison de retraite médicalisée jusqu’à la fin de leurs jours. Nous en avons eu une petite idée avec la laisse de 1 km et la longe de 100 km octroyées généreusement lors de la limitation de nos déplacements pendant le confinement. Et les bois, forêts, parcs et plages fermées.

Alors commençons par nous interroger nous sur la qualité de vie de nos aînés quand ils sont coupés de la nature, avec parfois la sensation d’être claquemurés dans une institution ou une maison de retraite. Car une maison de retraite reste un cadre de vie contraint, qui réduit les libertés individuelles de la personne qui s’est résignée à finir ses vieux jours là-bas pour diverses raisons. Et ce durcissement des contraintes sanitaires dues au Covid-19 a aggravé leur conditions de vie. Qu’en est-il de leur psyché, en sachant que selon des enquêtes réalisées en France en 2015, 33% des résidents d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), souffriraient de dépression? Outre cela, le risque de suicide est plus élevé chez les seniors de plus de 85 ans, deux fois plus que pour les jeunes de 25 à 44 ans. Or, le fait d’être triste ou pessimiste ne doit pas être considéré comme normal pour une personne âgée, et il n’est peut-être pas besoin de leur administrer des doses massives de psychotropes, dont on sait aujourd’hui que l’excès est délétère.

C’est un autre paradigme que proposent dans leurs conclusions Jessica Finlay et son équipe de l’université du Minnesota sur les effets bénéfiques de la nature chez les séniors en maison de retraite sont novatrices, même si ce que s’y raconte semble des lieux communs pour les plus jeunes. L’importance de la nature est fondamentale sur le bien être physique et moral des séniors! Comme le reconnaît la gérontologue Jessica Finlay, cette étude est « empirique », bien que répertoriée dans la base de données scientifiques de Medline qui cite les études sérieuses. C’est d’abord une réflexion pour les politiques de prise en charge des personnes âgées, en construisant des espaces qui accueillent les personnes sur l’ensemble de leur vie. Les pouvoirs publics pensent d’abord à la construction d’aire de jeux pour les enfants mais rarement à des bancs pour que les grands-parents puissent les regarder s’amuser. Cette importance de la nature sur le bien-être physique et moral de nos aînés s’inscrit dans un courant humaniste qui est celui de la psychologie de l’environnement. Il étudie comment l’environnement physique immédiat d’une personne affecte sa psyché, son bien-être physique et mental, ainsi que son comportement.

Et également dans le courant de la psychologie positive, qui est l’étude scientifique des forces du fonctionnement optimal et des déterminants du bien-être. La notion de paysage thérapeutique, avec l’importance des espaces verts et aquatiques, met l’accent sur la dimension hédonique, liée à l’augmentation des émotions agréables et comportant également une dimension endémonique, avec le sentiment que la vie a du sens jusqu’au dernier souffle.

Cette étude anglo-saxonne s’oppose à la notion de pathologisation, de médicalisation forcenée de la personne âgée au détriment de la qualité de vie, l’épanouissement de soi. Avoir accès à la nature influence la qualité de vie, alors pensons y pour nous aînés et dans les propositions politiques de la prise en charge de la dépendance des séniors. Alors, quel est l’impact positif de la nature observé par Jessica Finlay sur le bien-être de nos aînés ?

Avoir accès chaque jour à la nature influence leur qualité de vie. Un environnement boisé, un parc, ainsi que des étendues d’eaux avec des bassins, des lacs, des fontaines, une rivière, augmentent leur bien-être physique, moral et la connectivité spirituelle.Un étang, un banc avec vue sur des massifs fleuris est quelque chose de positif. Le simple bourdonnement d’une abeille sur les fleurs, ou même le fait d’avoir vue sur des pots de fleurs sur un rebord de fenêtre est important pour une personne en maison de retraite.

Jessica Finlay parle de mettre en place des espaces de socialisation pour faciliter les interactions sociales et les rencontres intergénérationnelles en proposant des activités avec les amis, les familles et les voisins dehors. Comme le souligne Jessica Finlay, « avoir accès à des espaces verts et aquatiques encourage les aînés à avoir envie de sortir. C’est un facteur de motivation pour rester actif physiquement, garder le moral et avoir envie de nouer des relations sociales ».– Faire de la natation, marcher dans l’eau ou avoir un contact avec la nature permettent d’accroître l’immunité et d’avoir une meilleure résistance physique. Le simple fait d’avoir des points d’eau comme des piscines et des pataugeoires favorisent les activités physiques.-Être motivé pour sortir  et ainsi éviter la dépression

Ces milieux naturels permettent, en maison de retraite, de trouver des raisons de sortir, de franchir une simple porte pour aller dehors, de quitter ce cadre de vie contraint. Certains seniors ont perdu l’habitude d’un acte aussi simple. C’est important pour la qualité de vie d’éviter la sensation d’ennui, l’isolement, la solitude subie et le sentiment d’inutilité, qui sont facteurs de dépression.

La chercheuse Jessica Finlay applique aux aînés les mêmes principes de psychologie positive qui favorisent le bonheur comme pour les plus jeunes. Elle propose trois conseils pour bien vieillir :

1.Focus sur le bien-être global. La santé mentale et sociale est tout aussi importante que la santé physique.

2.Laisser aux aînés en maison de retraite la liberté de sortir. En clair, ne pas les confiner à l’intérieur de quatre murs.

3. Priorité au contact quotidien avec la nature. Avoir la possibilité et s’asseoir dans un parc, regardez l’eau couler d’une fontaine ou même de simples plantes. Alors il est grand temps que les préceptes de cette étude soient suivis d’effets.

Tout comme la nature, soyons bienveillants envers les personnes âgées. Et aucune pandémie ne justifie la privation des libertés des plus âgés d’entre nous au motif que l’on sauve des vies. La liberté!

COMMENT LA PSYCHOLOGIE ENVIRONNEMENTALE AIDE LES MALADES D’ALZHEIMER

L’image d’une « porte reconnaissable entre mille » qui ressemble à celle de leur maison qu’ils ont quitté dans ce lieu médicalisé est positive à de nombreux égards.

Le Silence, ©Edward Hopper

L’architecture peut s’avérer salvatrice pour les personnes souffrant de maladies mentales. Dans son livre « Les Espaces de la folie », l’architecte DPLG, Jean David Devaux, a étudié la perception de l’espace dans les maladies mentales, et comment l’architecture peut contribuer à sortir les malades de leur isolement.  

Pour l’architecte Alfred Loos, «l’architecture éveille en l’homme des états d’âme. La tâche des architectes est de préciser ces états d’âme.»

L’architecture est en prise directe avec notre environnement et avec notre psyché. Et dans cet état d’esprit, on peut inclure l’architecture dans  la discipline fort peu connue de la psychologie environnementale. Elle a de fortes connexions avec la psychologie sociale, mais elle s’en distingue en incluant toujours les dimensions physiques de l’environnement. Et rien n’empêche d’établir des ponts entre les deux disciplines ainsi qu’avec d’autres en sciences humaines.

L’environnement joue un rôle très important dans notre vie, et surtout le lieu d’habitation; avoir un tout au dessus de la tête est une condition essentielle pour se sentir en sécurité. L’habitat est un micro environnement, et il est le premier espace d’interaction de l’individu avec son environnement.

C’est son épicentre. L’habitat est à relier à la pyramide des besoins de Maslow.  Il se situe au bas de la pyramide, avec les besoins qui poussent l’être humain à agir, parler et à se socialiser.  Outre la consolidation  du sentiment de sécurité en étant à l’abri des variations climatiques, l’habitat permet de satisfaire la plupart des besoins physiologiques primaires, et se révèle un espace de convivialité et de partage. Chez-soi, on prépare la nourriture et on la consomme avec sa famille ou des amis. Si la tendance aujourd’hui est de faire livrer ses repas, le rite du repas dans son foyer est incontournable.  

Malheureusement, dans les maladies neurodégénératives comme la démence (la plus connue est celle d’Alzheimer), la relation avec l’environnement est altérée et les repères spatiaux sont chamboulés. Les personnes, au fil du temps,  connaissent un déclin physique et cognitif. Au fur et à mesure que la maladie progresse, elles deviennent de moins en moins capables de s’occuper de leurs activités quotidiennes. Se repérer dans l’espace devient problématique; elles sont susceptibles d’errer, d’oublier d’où elles viennent et où elles vont. L’une des priorités pour leur intégrité physique est de créer un environnement sécurisé. Mais en dehors de sa création, il faut aussi que la personne ressente ce sentiment de sécurité comme si elle était chez elle ».  

Comme nous, les malades atteints maladies neurodégénératives cherchent à comprendre le monde qui les entoure. Elles privilégient leur mémoire à long terme plutôt que la mémoire à court terme. Leurs repères spatio-temporels sont différents des nôtres ainsi que leur réalité, et c’est fortement anxiogène pour elles.   La familiarité est une condition essentielle pour se sentir en sécurité. Les personnes atteintes de démence le sont dans leur maison. Mais, très souvent, elles doivent aller dans un institut médicalisé, et ce nouvel espace de vie peut les perturber et aggraver leurs symptômes. Pour que cet endroit devienne familier, il faut recréer une atmosphère qui leur rappelle leur passé comme des vieilles photos, des meubles qu’ils avaient chez eux. Ce n’est pas toujours suffisant pour « l’appropriation » qui est un élément essentiel de l’identité spatiale.   Un institut médical est un lieu froid et impersonnel, et y vivre en permanence est à l’opposé de l’environnement douillet du chez-soi qu’ont du quitter ces patients à cause de leur maladie.

Alors comment recréer un lieu de vie qui leur rappelle leur maison, favorise leur sentiment de sécurité et renforce les protocoles de prise en charge psychologique?   

La société « True Doors » a eu l’idée ingénieuse de proposer aux patients, vivant en institut, d’imprimer leur porte de chambre grandeur nature, à l’identique celle de leur ancienne maison. Le but est qu’ils puissent se sentir comme chez eux et ne soient pas déboussolés par la vie en institut. Ces portes, personnalisées sous les directives des pensionnaires, atténuent l’atmosphère impersonnelle d’une résidence médicalisée, et permettent de recréer un environnement de vie plus chaleureux et convivial.   L’image d’une « porte reconnaissable entre mille » qui ressemble à celle de leur maison qu’ils ont quitté dans ce lieu médicalisé est positive à de nombreux égards.

De plus, ces autocollants de la société True Doors stimulent la mémoire et les aident à s’orienter.   Le simple fait ainsi de personnaliser sa porte ouvre à ces patients littéralement une porte vers le passé. Voir un élément d’architecture aussi familier que sa porte d’entrée engendre des émotions positives et stimule la mémoire à long terme. Les relations avec le personnel soignant et les autres résidents s’en trouvent facilitées car derrière chaque porte « customisée », il y a une histoire personnelle qui favorise  « la thérapie de la réminiscence » qu’ils suivent dans l’institut.  On pourrait aussi appliquer ce principe à n’importe quel type de thérapie, et je pense à l’une de mes favorites qu’est la Remédiation Cognitive.

Cette simple idée de coller des stickers rappelant la décoration des habitats du passé ont inspiré les blogs de personnes souffrant de maladies neurodégénératives, et elles ne tarissent pas d’éloges sur cette initiative architecturale.   True Doors est une initiative qui ne guérit pas (hélas) ces maladies neurodégénératives mais influence le moral de ceux qui en souffrent, et c’est déjà positif même l’efficacité scientifique du relooking des portes est empirique et ne repose que sur des témoignages! Pas d’études en double aveugle et publiées dans une revue scientifique, mais c’est une jolie initiative qui fait du bien! Ce n’est déjà pas si mal.

Évidemment, faut-il préciser que les bienfaits de psychologie environnementale sur la psyché de nos aînés ne se résume pas à recréer avec un sticker la porte d’une ancienne maison. L’architecture environnementale s’avère prometteuse sur de nombreux plans.