ALTER SCIENCE ET PSEUDO-SCIENTISME: POSTURES, DOGMES, IDÉOLOGIES

Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même. Il cite certains de ses scientifiques renommés qui se sont détournés de la science.

La pensée irrationnelle fait des ravages dans les sciences humaines, la psychologie, et touche curieusement de plus en plus la médecine et tout le domaine de la science. L’un des meilleurs exemples est l’opposition, depuis plusieurs semaines, sur les réseaux sociaux, entre anti vaccins et partisans de la vaccination obligatoire. Si tout débat est légitime, de nombreux mensonges de nature pseudo-scientifique (ou omissions d’ailleurs) peuvent polluer le débat (ou tout débat d’ailleurs sur n’importe quel sujet) et se propager comme une traînée de poudre. Ce post ne vous propose pas de refaire le monde autour de l’intérêt de la vaccination et de ses composants supposés toxiques, mais plutôt d’ouvrir une brèche sur la pensée irrationnelle et les croyances dont ont pu faire preuve, par le passé des scientifiques renommés. Et ce, avec un livre qui remet les pendules à l’heure sur les théories dites alternatives: « Alter Science, Postures, Dogmes, Idéologies » d’Alexandre Moatti. L’auteur est chercheur associé au Laboratoire SPHERE de philosophie et histoire des sciences à l’Université Paris-Diderot. Cet ouvrage date de 2013, mais il est toujours d’actualité et donne matière à réflexion sur certains débats qui agitent régulièrement les actualités médicales et scientifiques..

 

Quel est le sujet du livre?
Un article du site Science et Pseudo Science résume ainsi la pensée de Moatti: il « constate un certain rejet de la science contemporaine et de ses productions : rejet, non seulement de l’utilisation technique qui peut être faite de telle ou telle découverte, mais aussi rejet de la démarche et de l’expertise scientifique voire de l’activité de recherche elle-même.»L’alter science se distingue du pseudo-scientisme comme par exemple l’astrologie. Avec l’alter science, on est dans le domaine des croyances dont la diffusion est facilitée par une certaine notoriété déjà existante de celui qui la diffuse…

Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même. Il cite certains de ses scientifiques renommés qui se sont détournés de la science. L’auteur distingue l’alterscience des pseudo-sciences comme par exemple l’astrologie. L’alterscience relève du domaine des croyances dont la diffusion est facilitée par la notoriété déjà existante de celui qui la propage.
« On connaissait les magiciens de la guérison, les conteurs de cosmogonies exotiques et tous ceux qui ont recours à la pensée magique pour expliquer le monde ou les tourmentes des corps. Voici maintenant les « alterscientifiques » : sous ce mot l’auteur, regroupe des hommes de sciences, souvent reconnus, qui, à un âge avancé, développent une théorie alternative.

Et à l’aide d’exemples, Alexandre Moatti appuie sa démonstration.

Les raisons des  dérives de ces scientifiques sont multiples. Certains sont des scientifiques autrefois reconnus, aujourd’hui en mal d’attention, comme le climatosceptique Claude Allègre, mais d’autres adhèrent à une idéologie, comme les deux prix Nobel de physique, Philipp Lenard (Nobel 1905) et Johannes Stark (Nobel 1919) qui commencèrent à théoriser une « Physique allemande » tout en s’engageant aux côtés d’Hitler.

La version contemporaine, moins connue est le mouvement « solidarité et progrès » de Lyndon Larouche (né en 1922) dont le représentant en France est Jacques Cheminade, candidat aux élections présidentielles en 1995 et à d’autres. S’engageant en faveur l’énergie nucléaire – le titre de leur revue Fusion en dit long- et vantant les mérites de la conquête spatiale, développant une autre histoire des sciences, contestant la physique quantique probabiliste – à cause de la limite qu’elle oppose à la connaissance humaine.

D’aucuns ont eu une révélation! C’est le cas de l’ingénieur Hörbiger, qui un soir d’automne 1894, en observant la Lune a eu l’idée qu’elle était fait d’un bloc de glace, de quoi développer une cosmogonie de glace. À travers une dizaine d’exemples – depuis l’affaire des avions renifleurs jusqu’aux tenants du géocentrisme, Alexandre Moatti démontre dans cet essai très complet comment l’alterscience nous informe – en creux ou en négatif- sur le fonctionnement de la science elle-même.

Et qui ne se souvient pas de la fameuse imposture scientifique de la « mémoire de l’eau » du Dr Jacques Benvenista? C’était en 1988, et c’est sous ce titre « Une découverte française pourrait bouleverser les fondements de la physique: la mémoire de l’eau » que le  journal le Monde titra cette supposée nouvelle révolution copernicienne. De la physique quantique? Que nenni! Le Dr Jacques Benveniste, médecin et biologiste directeur de l’unité 200 de l’Inserm avait découvert que l’eau avait une « mémoire », et offrait ainsi une légitimité rationnelle au fonctionnement sous-jacent de l’homéopathie, supposant démentir les arguments de ses détracteurs sur son efficacité et un unique effet placebo.

La fameuse revue Nature se prêta au jeu de cette théorie en proposant une expérimentation sur la mémoire de l’eau et sa conclusion fût la suivante: Elle « accusa le coup et publia un rectificatif concluant : « L’hypothèse selon laquelle l’eau garderait la mémoire d’une substance qu’on y a diluée est aussi inutile que fantaisiste. ». Mais trop tard, le mal était fait, Nature (et le Monde du même coup) s’était ridiculisé en publiant un article avant d’en avoir vérifié le contenu (ce ne sera pas la seule fois) cédant aux sirènes du scoop, tout le tapage médiatique de l’extraordinaire « nouvelle » fit certainement beaucoup plus de bruit que celle de son démenti.» (

L’intérêt de cet ouvrage est indéniable et il développe l’esprit sceptique et cerne avec des exemples pertinents les parti-pris anti-scientifiques. Et il s’en trouve des alterscientifiques pour brouiller les fondements de la science.

 

Notes: 

 Extrait de l’article du site « Moatti1 constate un certain rejet de la science contemporaine et de ses productions : rejet, non seulement de l’utilisation technique qui peut être faite de telle ou telle découverte, mais aussi rejet de la démarche et de l’expertise scientifique voire de l’activité de recherche elle-même. Son objectif, dans cet ouvrage, est de dégager, en s’appuyant sur des exemples contemporains et historiques, les traits de pourfendeurs de la science. Ceux-ci, souvent scientifiques ou ingénieurs de formation ou même de profession, s’élèvent contre la science académique et développent, en parallèle à celle-ci, une science « autre » qui est aussi une science « altérée », que l’auteur appelle justement, en référence à ces deux aspects, « alterscience ». Ces dérives sont retrouvées dans les divers domaines scientifiques, la physique, la cosmologie, la biologie : en fait, l’alterscience a, souvent, une visée explicative globale et s’inscrit en opposition au réductionnisme scientifique.»

AVEZ VOUS DÉJÀ ÉTÉ ENLEVÉ PAR DES ALIENS? MOI NON!

La thérapie pour traiter le trauma des personnes kidnappées par des extraterrestres connut son heure de gloire dans les années 60/70 outre Atlantique.

2f4161b337dea56e859ede966a57de13

Le titre de ce post « Avez vous déjà été enlevé par des Aliens? Moi non!  » est volontairement provocateur!

Et n’omettez pas le A majuscule pour Aliens, après tout, ils sont des citoyens de la galaxie comme nous! Mais l’esprit de ce blog n’a pas changé, et il pourfend les dérives des psychothérapies. Alors revenons à nos moutons…

l’histoire de ce cas est relaté dans l’excellent livre Science and Pseudoscience in Clinical Psychology (non traduit en français) des auteurs Scott O. Lilenfield, et de Steven Jay Lynn.

Myra souffre de son dos, et la douleur devenant intolérable, elle se décide à consulter son généraliste. Pour la soulager, il préconise des séances de relaxation, et l’adresse à un psychologue spécialisé dans le traitement de la douleur par hypnose. Les premiers rendez-vous se passent sans histoire. Myra noue avec son thérapeute une alliance thérapeutique classique. Mais les rendez-vous vont rapidement prendre une tournure du troisième type. Au fil des séances, le thérapeute attribue ses douleurs dorsales à un abus sexuel qu’elle aurait subi enfant. Il aurait été perpétré par son père. C’est du moins ce qu’elle lui aurait affirmé sous transe hypnotique. Et de fil en aiguille, les abus sexuels ne s’arrêtent pas qu’à l’inceste. Son oncle aurait eu également des gestes déplacés à son égard.

Seulement voilà, lorsqu’elle n’est plus sous transe hypnotique, elle est amnésique de ces abus intrafamiliaux, et malgré cela, le thérapeute lui soutient mordicus que c’est réellement arrivé. Lors d’une séance, elle lui aurait raconté (toujours sous hypnose) avoir été enlevée par des extraterrestres (E.T). L’OVNI, de forme ovoïde, s’est posé dans la cour derrière la maison de son oncle pour la kidnapper. À bord du vaisseau spatial, les E.T vont pratiquer sur Myra des examens gynécologiques invasifs. Et son mal de dos en est l’une des séquelles.

L’ineffable hypnotiseur et ufologue de son état vante à Myra le bien-fondé des séances d’hypnose; cette méthode est parfaitement adaptée aux victimes d’enlèvement extraterrestre. Car elle permet de raviver les souvenirs enfouis dans l’inconscient, dus à la violence du trauma que représente un enlèvement extraterrestre. Pourquoi?
Parce que les E.T hypnotisent leurs victimes pour effacer de leur mémoire le souvenir de cet enlèvement!  Logique ! Non ? Tenez vous bien, durant trois ans, le thérapeute lui fera suivre une « Thérapie de la Mémoire Retrouvée »  pour qu’elle se souvienne coûte que coûte de ce kidnapping extraterrestre! Au fond d’elle même, Myra sentait bien qu’il ne s’intéressait à elle que lorsqu’elle parlait de ce qu’elle avait vécu à bord du vaisseau spatial, mais elle était sous son emprise.

Au fil des séances d’hypnose, Myra se plaint « d’avoir de moins en moins les idées claires,  elle est ensuquée, perpétuellement épuisée et coupée de ses émotions». Qu’à cela ne tienne, le thérapeute augmentera la durée des séances. Pas moins de 3 heures et pouvant aller jusqu’à 4 heures,  et ce trois fois par semaine. Par ailleurs, il lui interdit de prendre les médicaments prescrits par son médecin généraliste; ceux-ci risquent d’interférer avec sa thérapie pour raviver ses souvenirs.

Le coût de ces séances n’était pas donné, et les économies de Myra fondent comme neige au soleil. Elle arrête sa thérapie faute de pouvoir régler les honoraires de son thérapeute. Après s’être informée sur les dérives de la thérapie de l’enlèvement extraterrestre, elle consulte un avocat et  porte plainte contre le thérapeute. Et les deux parties trouvent un accord pour dédommager Myra du préjudice subi.

 

L’histoire de Myra n’est pas isolée. La thérapie pour traiter le trauma des personnes  kidnappées par  extraterrestre connut son heure de gloire dans les années 60/70 outre Atlantique. On se doute qu’elle est pseudo-scientifique. Elle repose sur un ensemble de doctrines issues de plusieurs ouvrages qui ont comme point commun de postuler que les extraterrestres ont créé artificiellement l’humanité. C’est la théorie des anciens astronautes. Ainsi les mystérieux dessins de Nazca (au Pérou) seraient des pistes d’atterrissage de ces êtres venus d’une autre planète. Les pharaons égyptiens seraient en fait des anciens astronautes venus délivrer des enseignements à l’humanité. En France, toute une littérature ésotérique s’en est emparée, popularisée par les livres de Robert Charroux. De nombreux mouvements sectaires ont fait des E.T leur fond de commerce. Comme la scientologie et la secte de Rael. Claude Vorilhon dit Rael a créé autour des Ufaunotes une secte. Les puys dans le Massif Central sont devenus des pistes d’atterrissage à l’instar de celles de Nazca. Dans les années 70, il a persuadé  ses disciples de la venue des soucoupes volantes. Nombre de People de l’époque ont attendu en vain ces fameux vaisseaux au sommet d’un puy auvergnat!

Le mythe moderne de l’affaire Roswell, maintenu par des mécanismes psychosociologiques, a marqué le début de cet engouement. En juillet 1947,  un OVNI se serait écrasé au sol près de Roswell, au Nouveau Mexique (Etats-Unis). En fait, il s’agirait de la chute d’un ballon-sonde ultra secret mis au point par les Américains, et  destiné à espionner la Russie. L’ufologie s’est particulièrement développée lors du mouvement New Age, et l’avènement de ses thérapies farfelues qui provoquèrent des dommages dans la psyché. L’un de  ces  préjudices qui a encombré les tribunaux américains dans les décennies 70/80 est le False Memory Syndrome (Syndrome des faux souvenirs) induit par une thérapie à base d’EMC (État Modifié de Conscience) comme l’hypnose.  C’est le cas de Myra!

Des thérapeutes se sont spécialisés dans la victimologie de l’enlèvement ET. « Les patients zéro » de la vague de la thérapie de la « Rencontre du troisième type » remontent à 1961. Les époux Betty et Barney Hill  furent enlevés par les Petits Gris ( une espèce d’E.T) en pleine cambrousse, alors qu’ils revenaient du Canada. En proie à de terrifiants cauchemars dus à cette expérience du troisième type traumatisante, ils vont consulter le Dr Benjamin Simon un spécialiste de l’hypnose. Miraculeusement, leurs souvenirs bloqués vont être ravivés, et la thérapie va être un franc succès! Parait-il! Et le top départ de la vague de la thérapie d’enlèvement E.T est donné.

À l’époque, les connaissances scientifiques sur le fonctionnement de la mémoire n’étaient pas celles d’aujourd’hui, validées par les neurosciences et l’IRM qui permet de visualiser les aires du cerveau. On pensait que la mémoire fonctionnait comme un disque dur, et qu’il suffisait de revenir en arrière pour trouver le souvenir traumatisant grâce à l’hypnose. Comment agit l’hypnose sur la mémoire? Si l’hypnose (bien pratiquée) favorise l’émergence de souvenirs, elle n’augmente pas la qualité de la mémoire. Et là, c’est crucial. Le journaliste scientifique Michael Shermer, en 2002, a  inventorié la littérature scientifique et  confirme qu’il est impossible de récupérer des souvenirs malgré ce que les hypnothérapeutes prétendent. La mémoire est un phénomène complexe impliquant des distorsions, des suppressions et des ajouts, et est un processus de fabrication complète.»

L’histoire de Myra n’est pas isolée. Certaines femmes racontèrent (toujours sous hypnose) avoir été engrossées par FIV et utilisées comme mères porteuses pour donner le jour à des enfants mutants (génétique humaine et extraterrestre). Des polices d’assurance proposèrent à leurs clientes une assurance spécifique contre les grossesses non désirées provoquées par les Petits Gris, ou encore une assurance-vie en cas de décès imputable aux Aliens. L’histoire de Myra peut prêter à sourire pour les sceptiques, et on peut se demander comment elle a pu tomber dans le piège d’une thérapie pseudo-scientifique. Mais des spécialistes se sont penchées sur la victimologie E.T.

Le professeur Mc Nally de Harvard a passé 10 ans à étudier les témoignages de victimes supposées victimes des E.T.

Il a dégagé 5 constantes chez ces témoins :

1) Ce sont des personnes souffrant de paralysie post sommeil (paralysie hypnopompique). Parmi ses manifestations, l’activité physique du corps est bloquée. La personne se croit réveillée mais ne peut plus bouger. Cet état s’accompagne d’hallucinations visuelles (comme des lumières clignotantes qui font penser à celles d’un OVNI), ou auditives accompagnées d’un sentiment de panique. C’est une sorte de semi éveil.  Dans cet état, elle peut avoir l’impression d’une présence (souvent maléfique) dans la pièce et se sentir en danger.
2) On pense que 25% des gens éprouveront au moins une fois dans leur vie une paralysie du sommeil. Alors rien d’extraordinaire, sauf pour les ufologues qui, visiblement sont fâchés avec la science.
3) Pour le syndrome des faux souvenirs, MacNally a constaté que les témoins d’enlèvement extraterrestre échouaient aux tests de mémoire classique comparés à d’autres groupes de personnes non enlevées par des extraterrestres. Deux fois plus sur des souvenirs autobiographiques.
4)   Ces personnes ont la particularité d’avoir une imagination débordante, des images vivaces et un fort indice de suggestibilité.
5)  Leurs croyances sont à l’opposé de la science. Elles sont de type New Age et ces personnes sont friandes de médecines alternatives, de guérison holistique, d’astrologie et de divination. Ils adhèrent aux thèses de l’ufologie et de la Science Fantasy.
Toutefois, McNally note que ces personnes ne sont ni stressées, ni déprimées, ni psychotiques et ne semblent pas avoir de problème de santé mentale évident. Alors, on peut toujours blaguer en disant que finalement, les 5 constantes dégagées par McNally ont été implantées par les E.T dans la psyché de  ceux qu’ils ont enlevés! Qui sait ? La vérité est ailleurs…Trêve de plaisanterie!

 

Faut-il nécessairement nier toute forme de vie extraterrestre? Non, il faut simplement voir ce que la science dit à son sujet. Très sérieusement,  elle s’occupe de chercher des traces de vie extraterrestre sur des exoplanètes. Le programme américain SETI (Search Extra Terrestrial Intelligence) a lancé le projet d’observer 2000 naines rouges (espèces d’étoiles) dans l’espoir d’y détecter un signal extraterrestre. En 2015, Stephen Hawking lançait la fondation « Break Through Listen » pour dénicher un signe d’intelligence extraterrestre. L’exobiologiste André Brack pense que la vie peut-être présente sous forme de bactéries.  Et pour le paléontologue Sébastien Steyer « une intelligence extraterrestre est envisageable mais peu probable».

Ces scientifiques renommés acceptent l’hypothèse que d’autres planètes sont habitables, et peuvent contenir une forme de vie, mais jamais, oh non jamais ils n’ont adhéré aux thèses science-fantasy des ufologues, aux soucoupes volantes ou aux Petits Gris. Ni conforté la victimologie d’enlèvement extraterrestre. La tête dans les étoiles mais les pieds sur terre!
L’astrophysicien Roland Lehoucq pense que s’il s’est développé des formes de vie, elles le seraient à partir d’une chimie différente de la nôtre. Les représentations d’Aliens par les auteurs de SF se sont calquées sur notre chimie. Et ces formes de vie n‘ont pas pu emprunter les mêmes chemins que la terre.  « La physique, cependant est universelle, et les mêmes contraintes doivent s’appliquer partout.»

 

Alors, dommage pour ceux qui croient aux Petits Gris, et  s’il y a eu une  rencontre du troisième type, il ne s’agit que de faux souvenirs dus à la manipulation de leur  mémoire.